L’histoire mise en portraits

Si les portraits peints constituent un support bien connu de la représentation de personnages historiques, il n’en va pas de même des portraits dressés par les mémorialistes dans leurs livres. Pourtant, ils sont tout aussi importants que les premiers : ils gravent dans la mémoire collective les traits caractéristiques de ces personnages. Ils fournissent ainsi une matière première qu’historiens et littéraire peuvent étudier.

L’étude des relations entre histoire et littérature connaît actuellement un regain d’intérêt. Le contexte est donc favorable à la redécouverte du rôle des portraits, depuis l’Antiquité, dans la représentation et la transmission du passé. Les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand font par exemple une grande place aux portraits individuels dans le récit des bouleversements majeurs qu’a connus la France au début du XIXe siècle. Ce constat m’a conduite à m’interroger sur ce besoin d’incarner l’histoire, de la raconter à travers des visages et des caractères, que rend possible ce recours à la description physique et morale de ceux qui font l’événement. Quels bénéfices le mémorialiste et l’historien peuvent-ils tirer de ces portraits ? Qu’est-ce que de telles galeries de personnages révèlent de notre compréhension du rôle de l’homme dans l’histoire ? Et surtout, comment rendent-elles visibles les mouvements de fond de la société et comment elles sont-elles pensées pour façonner la mémoire collective ?


  • Bercegol F., coord., 2017, « Le Portrait », Romantisme, n° 176.
  • Anselmini J., Bercegol F., dir., 2018, Portraits dans la littérature de Gustave Flaubert à Marcel Proust, Paris : Classiques Garnier.
  • La diffusion de cet article s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec le festival L’Histoire à venir.

Un exercice de style

Sans vouloir réduire les préoccupations de l’historien à des considérations de forme, on peut néanmoins parier que ce dernier sait que la rédaction d’un portrait vaut comme un exercice de style. Réaliser une mise en portrait doit montrer l’intelligence du mémorialiste tout autant que sa qualité d’écrivain.

C’est en tout cas ainsi que l’ont par exemple pratiqué les mémorialistes des siècles classiques, le cardinal de Retz, Saint-Simon (pour s’en tenir aux plus célèbres). Sous leur plume, le portrait devient un morceau de bravoure que vont retenir les anthologies et dans lequel les mémorialistes montrent leur habileté à faire la synthèse d’une personnalité. Ils s’emploient ainsi à dégager les traits caractéristiques grâce à des formules bien frappées dont les lecteurs apprécient l’esprit mordant ; à la représenter par le biais de métaphores qui achèvent le plus souvent de faire basculer ces descriptions dans la caricature.

Un vecteur d’émotions

Qu’ils restent fidèles au portrait en pied, censé récapituler tout un caractère ou qu’ils lui préfèrent le portrait fragmenté, plus à même de montrer la réaction du personnage à un événement et de saisir son évolution au fil de la vie, les successeurs du cardinal de Retz et de Saint-Simon utilisent aussi les figures de style. De Chateaubriand à Michelet, les mémorialistes et les historiens du XIXe siècle font de leurs portraits des temps forts de leurs livres : ils sont conçus pour captiver le lecteur et déclencher d’intenses émotions ­ – qu’elles soient faites d’admiration ou de rejet horrifié.

Leurs portraits reposent sur un art de l’apparition, faisant surgir de la page des visages qui interpellent, qui suscitent une réaction affective, qui invitent au décryptage de leurs traits. Avant de subjuguer les foules par ses talents d’orateur, Mirabeau est d’abord, sous la plume de Chateaubriand, un visage marqué par la petite vérole dont la laideur extraordinaire et l’expressivité satanique font de lui une bête de scène (Mémoires d’outre-tombe, livre V, chap. 12).

Le contexte révolutionnaire dans lequel les portraits sont placés se prête souvent à des effets de dramatisation qui montrent la violence de l’histoire au travers de séquences poignantes : ainsi la vision des « belles mains » de la reine Marie-Antoinette qui « soutenaient alors avec tant de grâce le sceptre de tant de rois » est-elle superposée à celle de ces mêmes mains « liées par le bourreau », après avoir été occupées à « ravauder les haillons » pendant l’emprisonnement à la Conciergerie (Mémoires d’outre-tombe, livre IV, chap. 9).

Dans l’intimité des Grands

Le choix des personnages auxquels les historiens consacrent un portrait en dit long sur leur conception de l’histoire et sur leurs options idéologiques. On le sait, le portrait a longtemps été réservé aux têtes couronnées, aux chefs militaires, aux Grands qui conduisent le cours des événements.

Animés par une curiosité biographique de plus en plus tournée vers l’homme dans sa sphère privée, les écrivains et les artistes du XIXe siècle se plaisent à les montrer dans leur quotidien et prennent volontiers le risque de livrer d’eux une image désacralisée. La visite de Chateaubriand à la Dauphine exilée après 1830 lui permet de montrer la femme ordinaire qu’est aussi l’« Orpheline du Temple » dans un portrait où la dérision n’empêche pas une certaine tendresse : « Marie-Thérèse curieuse, sachant les cancans du voisinage, la princesse des trônes et des échafauds descendue de la hauteur de sa vie au niveau des autres femmes, m’intéressait singulièrement ; je l’observais avec une sorte d’attendrissement philosophique » (Mémoires d’outre-tombe, livre XXXVIII , chap. 1).

Des études récentes ont montré comment le passage du portrait peint au portrait photographique, réalisé dans un cadre intime, a renouvelé les codes de représentation des souverains. Il donne d’eux une image plus familière dont ils peuvent se servir pour séduire le peuple en affichant leur proximité avec lui. Ce fut notamment le cas de la reine Victoria qui comprit très vite l’intérêt qu’elle avait à se faire photographier entourée de ses enfants et qui sut s’appuyer sur le succès commercial du Royal Album regroupant quatorze portraits de la famille réalisés par John Jabez Edwin Mayall (1860).

Des portraits d’anonymes

S’ils restent fascinés par les grands hommes, mémorialistes et historiens du XIXe siècle réservent de plus en plus de place aux portraits collectifs et aux portraits d’inconnus. Les premiers font prendre conscience du rôle du peuple dans l’histoire tandis que les seconds offrent aux anonymes la visibilité nécessaire pour passer à la postérité.

L’un des portraits les plus aboutis des Mémoires d’outre-tombe est ainsi celui d’« un paysan vendéen » « qui n’était rien », que Chateaubriand rencontre pendant son exil à Londres. Alors que personne ne fait attention à cet homme venu porter une lettre des chefs de la contre-Révolution, le mémorialiste lui consacre un portrait épique dans lequel il célèbre l’engagement héroïque de tout le peuple dans les luttes du passé et du présent qui ont façonné l’histoire de France (Mémoires d’outre-tombe, livre XI, chap. 3).

Tout au long du XIXe siècle, le portrait accompagne ainsi la réflexion menée par les historiens sur l’émergence du peuple comme acteur politique capable de prendre son destin en mains. A travers lui s’invente une écriture démocratique de l’histoire et de nouveaux critères d’exemplarité.

Fonctions du portrait

De fait, le portrait garde la fonction explicative qu’il a depuis l’Antiquité : il s’agit de rendre compte des faits par la personnalité des acteurs de l’histoire, de « faire la part du caractère dans les actions des hommes » (Mémoires d’outre-tombe, livre IX, chap. 4). Les historiens mémorialistes héritent des moralistes précédents le souci de dégager des connaissances sur la nature humaine à partir des individus qu’ils observent. Mais cette vocation universelle du portrait est de plus en plus remplacée par la séduction du pittoresque qui conduit à accumuler les détails, ainsi que par le désir de restituer la physionomie particulière d’une époque à travers des modèles érigés en types.

Si le portrait a connu un essor sans précédent au XIXe siècle, c’est sans doute que, cessant d’être un divertissement mondain ou un ornement descriptif, il est devenu un instrument efficace du savoir. Il délivre ainsi un enseignement sur l’homme, sur son caractère, sur ses mœurs au sein d’une société révolutionnée qui cherche à cerner son identité collective et qui a besoin de se donner des repères.

Massivement diffusé par la presse à partir des années 1830, le portrait dessine et désigne plus que jamais des panthéons. Il façonne un imaginaire social et politique, donne à voir les grands hommes du jour, et rend compte de l’émergence de nouvelles valeurs de la célébrité, au détriment de l’ancienne axiologie de la gloire.

Les historiens portraitistes ont conscience d’influer sur la mémoire collective en décidant de décrire ou pas tel ou tel personnage, de faire son éloge ou de le blâmer. A l’instar de Chateaubriand, beaucoup écrivent pour donner aux générations futures des modèles à suivre et surtout, pour éviter que des hommes qui ne le méritent pas ne donnent naissance à des mythes après leur mort. Mais au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle, le plus inquiétant sera pour eux de diagnostiquer l’inconsistance de leur présent et la médiocrité grandissante de leur société dans leur difficulté à trouver des figures dignes d’être portraiturées, de donner corps à l’histoire.

Crédits des images en CC : Pixabay StarGlade, Wikimedia Commons Thomas Crane, SVG Silh, Pixabay OpenClipart-Vectors, Wikimedia Commons Stéphane Lemarchand Caricaturiste


Fabienne Bercegol

Université de Toulouse Jean Jaurès, PLH (fabienne.bercegol@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.