L’antiquité romaine reconstruite par les Italiens

La rumeur court sur les forums : le prochain jeu vidéo Assassin’s Creed se déroulera en Italie à l’époque romaine comme son nom – Légion –   le laisse entendre. Ce sera l’épisode de clôture du cycle antique qu’avait entamé le studio de production Ubisoft avec ses deux derniers jeux Origins et Odyssey.

Mais l’antiquité romaine ne fascine pas seulement les amateurs de jeux vidéo. En fait, de l’unification de l’Italie (fin du XIXe siècle) au fascisme mussolinien, elle traverse son histoire politique et artistique. Parfois malmenée, souvent instrumentalisée, elle est toujours omniprésente sous des formes multiples qui changent fréquemment en fonction des enjeux et des intérêts du moment.

Si les civilisations étrusque, grecque et romaine ont incontestablement marqué la Péninsule, c’est sans conteste l’histoire romaine qui occupe la place centrale dans les discours qui construisent la nation dans ses différentes dimensions (politique, culturelle, scientifique…).  En effet, la référence à cette période lointaine permet de convoquer un imaginaire « positif » dans lequel la péninsule était unie et forte sous la bannière romaine. Mais quels personnages, quelles oeuvres, quelles idées sont mis en avant dans ce ballet de récits où mémoire et histoire dansent une Tarantella intemporelle ?

C’est ce que le livre dirigé par Philippe Foro, L’italie et l’Antiquité du Siècle des Lumières à la chute du fascisme, analyse à travers les contributions d’une dizaine d’historien-ne-s venu.es de France et d’Italie. Ils présentent l’histoire d’une appropriation de figures de l’antiquité par la littérature, l’archéologie, la science, la religion, la politique dans le but de nourrir le présent. En fait, ce qui est proposé est un voyage entre les époques, les arts, les sciences et les idées pour voguer des discours de Giuseppe Mazzini, révolutionnaire et patriote italien, aux compositions de Giuseppe Verdi, pour ensuite aborder le fascisme dans sa construction idéologique, de ses débuts (1915) jusqu’à sa fin, notamment sous la caméra de Federico Fellini.

On ne construit pas un mythe sans une part de vérité, on ne construit pas un régime sans une part d’antique…



  • Foro P., 2017, ed., L’Italie et l’Antiquité du siècle des Lumières à la chute du fascisme, Toulouse : PUM, 303 p.

Fiche technique

Date : 02/11/2017

Durée : 1 :11 :27

Producteur : Ombres Blanches

Lieu : Librairie Ombres Blanches

Crédits images en CC : Wikipedia Commons NsMn, Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Guillaume Balfet

Master 2 Histoire, Toulouse (balfet.guillaume@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.