Imaginaires nationaux et cosmopolitisme en Europe du Sud

L’État-Nation est-il un cadre d’analyse pertinent pour comprendre l’histoire du XIXe siècle en Europe, particulièrement dans le Sud de l’Europe ? Quid des imaginaires nationaux apparus après la Révolution française de 1789 dans plusieurs pays ? Quelle est la place des modèles étrangers dans leur construction ? Quel rôle ont notamment joué les intellectuels exilés dans cette construction ? Maurizio Isabella, spécialiste de l’histoire transnationale et comparée de l’Europe du Sud au XIXe siècle, a cherché à répondre à ces interrogations, principalement à partir de l’Italie du XIXe siècle. Ses travaux ont traité du cosmopolitisme de la culture politique italienne, de l’exil politique d’intellectuels (Paris, Angleterre, Grèce, Espagne, Amérique latine), de la dimension spatiale de la culture politique, de la circulation de concepts politiques (opinion publique, liberté de la presse, constitution…

Ses recherches actuelles s’inscrivent dans la lignée de ces travaux. Ils proposent une approche comparative et transnationale de l’étude de « l’âge des révolutions » en Europe du Sud. Ils interrogent la nature des soulèvements issus de révoltes militaires, au Portugal, en Espagne, dans la péninsule italienne, en Sicile et en Grèce dans les années 1820. Ces mouvements avaient pour objectifs d’établir des constitutions et des gouvernements indépendants. Cette recherche étudie notamment les interconnexions et les échanges à l’intérieur et au-delà de chaque région concernée pendant les révolutions, en observant les mouvements d’acteurs et d’idées entre les révolutions, mais aussi en provenance d’Europe du Nord et d’autres continents.

En analysant la culture constitutionnelle et la façon dont les débats sur la théorie et la pratique d’un gouvernement constitutionnel ont défini la pensée révolutionnaire, ces analysent questionnent les origines et la nature des prémices du libéralisme d’Europe du Sud, ses singularités et sa relation avec les débats dans le reste de l’Europe et au-delà. En outre, il les replace dans le contexte global d’un Sud révolutionnaire qui s’étendrait de l’Amérique latine à l’Asie. En soulignant l’importance de cette vague révolutionnaire, ce projet envisage de renouveler la compréhension de l’époque des révolutions, considérée jusque-là comme presque exclusivement centrée sur l’Atlantique Nord et la France. Il s’agit en somme de repenser les origines de la modernité politique en Europe.


  • Isabella M., Zanou K., eds., 2016,  Mediterranean Diasporas. Politic and Ideas in the Long Nineteenth Century, Bloomsbury Publishing.

  • Isabella M., 2013, “Entangled patriotisms: the Italian diaspora and Spanish America”, in Paquette G., Brown M., eds., 2013, Connections after Colonialism. Europe and Latin America in the 1820s, (Alabama U. Press), 87-107. 

  • Isabella M., 2009, Risorgimento in Exile, Oxford: Oxford University Press


Fiche technique

Date : 2019

Durée : 09:25

Réalisation : Casa de Velázquez

 

 

Crédits images en CC : Pixabay Clker-Free-Vector-Images, 


Maurizio Isabella

EURIAS Senior Fellow 2017-2018, Madrid Institute for Advanced Study (maurizio.isabella@madrid-ias.eu)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.