Relire Philippe Ariès (1914-1984) pour comprendre le présent

Traduit dans une trentaine de langues, Philippe Ariès (1914-1984) est l’auteur d’une œuvre majeure autour de thèmes aussi essentiels que le rapport à la vie dans l’histoire des populations françaises, le sentiment affectif dans la famille d’Ancien régime, l’homme devant la mort, la vie privée, l’ego-histoire et l’historiographie. L’originalité de son œuvre puise dans la singularité d’un parcours politique et intellectuel de l’Action française à l’École des hautes études en sciences sociales où il s’impose comme une figure de la « Nouvelle Histoire».

De façon paradoxale, c’est sa culture traditionaliste qui lui permet de cheminer vers une histoire des mentalités et vers une modernité qui surprend Michel Foucault, lorsque celui-ci écrit dans le Nouvel Observateur, le 17 février 1984, au moment de sa mort : « Une certaine manière de voir et d’aimer sa tradition avait fait découvrir à ce traditionaliste une autre histoire ». Un autre paradoxe de Philippe Ariès est d’avoir rédigé l’essentiel de son œuvre en dehors de l’Université, en « historien du dimanche », pour reprendre le titre de son livre-entretien avec Michel Winock.


  • Gros G., 2008, Philippe Ariès, un traditionaliste non-conformiste : de l’Action française à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Lille : Presses Universitaires du Septentrion.

  • Hutton P. H., 2004, Philippe Ariès and the Politics of French Cultural History, University of Massachusetts Press, 2004.

  • Ariès P., 1980, Un Historien du dimanche, entretien avec Michel Winock, Paris : Le Seuil.

  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

Itinéraires d’un « historien du dimanche » entre histoire et politique

Issu d’une famille royaliste, Philippe Ariès rédige en 1936 son mémoire de fin d’études à la Sorbonne : Les commissaires-examinateurs au Châtelet de Paris au XVIe siècle. Tout en préparant l’agrégation d’histoire à laquelle il échoue en 1939, il s’engage dans le mouvement de Charles Maurras, en collaborant notamment à l’Étudiant français, bimensuel distribué à la criée. Il noue alors de solides amitiés avec l’historien Raoul Girardet et le philosophe Pierre Boutang. Démobilisé en 1940, il échoue encore à l’agrégation d’histoire. Mais le virus de l’histoire ne le quitte plus, conforté par une lecture méthodique de la collection de la revue des Annales à la Bibliothèque nationale.

Sur le plan professionnel, il dirige à partir de 1943 le Centre de documentation de l’Institut des fruits et agrumes coloniaux (IFAC) qui devient plus tard l’Institut de recherche sur les fruits et agrumes (IRFA) où il réalise sa carrière professionnelle jusqu’en 1978. Toujours en 1943, déjà en « historien du dimanche », il publie son premier livre, Traditions sociales dans les pays de France. Cet essai, qui intègre la géo-histoire dans l’analyse des paysages, l’apport conceptuel des Annales et la sociologie durkheimienne, annonce l’ Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle. La révélation du thème de la démographie, au cœur de l’Occupation, et de ce qu’il nomme alors une « histoire des structures », ou une « histoire souterraine » qui s’efforce de cerner les comportements et les attitudes devant la vie et la mort amorce le début d’une vocation d’historien.

Bien que repéré, dans les années 1950 par l’historien Louis Chevalier et le démographe Alfred Sauvy, qui lui permettent de rédiger trois articles dans Population, la revue de l’Institut national des études démographiques (INED), c’est à l’écart de l’Université que Philippe Ariès chemine vers l’histoire du sentiment familial en publiant en 1960 l’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime. S’il n’obtient qu’un succès d’estime en France, son livre, traduit trois ans plus tard aux États-Unis (Centuries of childhood: A Social History of Family Life), y devient un véritable best-seller.

Directeur de l’Institut des fruits et agrumes coloniaux, éditeur chez Plon (1953-1964), historien de l’enfance, il est aussi journaliste à la Nation française royaliste de son ami Pierre Boutang (1955-1966), dans le contexte de la guerre d’Algérie. L’ancien maurrassien qui consent en 1958 à soutenir de Gaulle par fidélité au comte de Paris, verse dès 1961 dans un antigaullisme systématique. C’est dans ce contexte passionné qu’il noue une relation d’estime avec l’historien Pierre Vidal-Naquet sensible à la singularité de ses articles qui, notamment, reconnaissent la torture pratiquée par l’armée française.

L’aventure américaine se poursuit quand il est invité en 1971 à l’Université de Baltimore, pour y évoquer Le Temps de l’histoire, puis deux ans plus tard, afin de finaliser ses recherches sur les attitudes de l’homme devant la mort. Il en tire alors un ouvrage, Western Attitudes toward Death: From the Middle Ages to the Present (1974). Michel Winock propose aussitôt une version française augmentée de douze contributions plus confidentielles publiées sur ce thème depuis 1966. Ce sont les Essais sur l’histoire de la mort en Occident (1975). Le Seuil donne alors à « l’historien du dimanche » les moyens matériels de poursuivre ses recherches aux États-Unis. Épaulé par son épouse Primerose Ariès, très investie à ses côtés depuis ses premiers livres, il publie en 1977 L’Homme devant la mort qui le consacre comme historien des mentalités.

Soucieux de rattraper le temps perdu, François Furet, alors directeur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) soutient la candidature de cet historien non professionnel, auteur selon ses propres termes, d’une des « œuvres historiques les plus importantes de l’après-guerre ». Durant cette dernière partie de sa vie, en tant qu’historien professionnel, outre la publication avec André Béjin de Sexualités occidentales, Philippe Ariès impulse aux côtés de Georges Duby, le chantier de l’Histoire de la vie privée.


  • Duby G., Ariés P., dir., 1985-1987, Histoire de la vie privée, 5 volumes, Paris : Le Seuil. Rééd., 1999, Paris : Le Seuil, Coll. Points Histoire, 5 vol.

  • Ariès P., 1977, L’homme devant la mort, Paris : Le Seuil. Rééd., 1. Le temps des gisants, 2. La mort ensauvagée, 1985, Paris : Le Seuil, Coll. Points Histoire.

  • Ariès P., 1962, Centuries of Childhood: A Social History of Family Life, New York: Random House.

  • Ariès P., 1943, Les Traditions sociales dans les pays de France, Paris : Ed. de la Nouvelle France, 7-159. Réédité dans Ariès P., 1983, Essais de mémoire, 1943-1983, Paris : Le Seuil, 91-187.


De l’ego-histoire aux Annales

Longtemps avant Un historien du dimanche, Philippe Ariès invente l’ego-histoire avec Le Temps de l’histoire (1954) dans lequel il exprime son positionnement historiographique à partir d’une réflexion sur ses choix méthodologiques et politiques. Dans la préface à sa réédition tardive en 1986, l’historien Roger Chartier considère, qu’il est « sans doute le premier livre écrit par un historien n’appartenant pas à ‘l’École’ où se manifeste une compréhension aussi aiguë de la rupture représentée par les Annales, l’œuvre de Bloch et celle de Febvre ». Pourtant, à ce moment-là, Philippe Ariès est un outsider nullement intégré à l’institution universitaire. Sans agrégation et sans thèse, il rédige des notes de lecture dans La Table Ronde, J’ai lu et La Revue française de l’Elite, revues non universitaires liées aux sociabilités de l’Académie française où il compte de solides appuis.

Passionné par les débats historiographiques et les approches philosophiques de l’histoire, Philippe Ariès se fait le militant d’une conception de l’histoire très proche de celle initiée par les historiens des Annales. Cette foi dans une nouvelle « histoire des structures » le conduit, via ses sociabilités traditionalistes, à diriger chez Plon (1953-1964) la collection Civilisations d’hier et d’aujourd’hui dont il résume ainsi la charte éditoriale : « Elle doit permettre de retrouver la couleur du monde. Les phénomènes religieux, politiques, sociaux, économiques, culturels, constituent un tout inséparable : une civilisation ».

Atypique chez Plon, la collection de Philippe Ariès édite des historiens, des sociologues, des économistes et des anthropologues. Il y édite aussi son propre livre sur l’enfant et la vie familiale et enfin, ce qui est un vrai coup de génie éditorial, l’ouvrage de Michel Foucault Folie et déraison, histoire de la folie à l’âge classique (1961). Il fusionne ensuite sa collection avec celle de Robert Mandrou, historien proche des Annales, désormais intitulée « Civilisations et mentalités » (1968-1974).


  • Ariès P., 1954, Le temps de l’histoire, Monaco : Éditions du Rocher. Réed., 1986, Paris : Le Seuil, Coll. L’univers historique.

Historien de l’enfance

Comme l’a très bien vu Michel Foucault, le traditionalisme de Philippe Ariès n’a jamais été un refus de la modernité dans laquelle il a toujours baigné ne serait-ce que de par ses nombreux voyages et par son métier d’expert international dans la documentation où il joua un rôle pionnier dans l’informatisation des systèmes de documentation. Chez lui, la nostalgie du passé nourrit une réflexion sur le temps indissociable d’un regard aiguisé sur le présent, éternel point de départ de ses réflexions, qu’elles portent sur les attitudes devant la vie, l’enfance ou la mort. C’est ce regard neuf qui incite l’INED, dans les années 1950, à lui commander plusieurs articles autour de la famille moderne et des techniques de la contraception, le menant ainsi sur les sentiers de l’enfance dans l’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960).

L’idée maîtresse de cet ouvrage de référence est qu’à partir du XVIIe siècle, on passe via l’éducation d’un modèle de famille ouverte sur la société des adultes à un modèle de famille nucléaire fermé, où l’enfant devient l’objet de toutes les attentions. Cette mutation s’accompagne, dans la famille, d’un surinvestissement affectif vis-à-vis des enfants, dans une société qui devient malthusienne. Toujours selon Philippe Ariès, les enfants, retirés de la société des adultes où ils pénétraient au Moyen âge par l’apprentissage, sont confinés dans les familles et dans l’école, ce qui retarde le passage à l’âge adulte. Cette thèse s’est trouvée à l’origine d’un véritable modèle interprétatif de l’enfance dans le contexte de mai 1968.

En effet, en focalisant sur l’idée que le sentiment de l’enfance n’avait pas toujours existé tel que nous le vivons dans nos sociétés contemporaines, un courant de pensée orienté contre les institutions, dont l’école, a puisé dans le livre d’Ariès des arguments pour montrer qu’une partie du malaise de la jeunesse du XXe siècle, viendrait de son confinement, voire de son « enfermement » dans la famille et dans l’école, alimentant ainsi de nombreuses frustrations et révoltes chez les jeunes.

Les thèses de Philippe Ariès irriguent tous les secteurs des sciences humaines bien au-delà des seuls historiens qui d’ailleurs ont assez vite remis en cause sa vision de la famille du Moyen âge qui n’aurait pas connu l’affection. Reste que dans des registres très différents des auteurs utilisent son modèle interprétatif de l’enfance : Ivan Illich dans Une société sans école (1971), Françoise Dolto dans La Cause des enfants (1985), Elisabeth Badinter dans L’amour en plus (1980), Alain Renaut dans La Libération des enfants (2002) ou encore l’historien et sociologue américain Richard Sennett.


  • Ariès P., 1960, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Paris : Plon. Rééd., 1973, Paris : Le Seuil, et 2014, Le Seuil Coll. Points Histoire.

Historien des attitudes face à la mort

L’autre grand thème cher à Philippe Ariès, celui de la mort, alimente aussi nombre de réflexions morales et sociétales autour des questions contemporaines de la fin de vie, bien au-delà des cercles historiens. A titre d’exemple, ses travaux nourrissent la Commission Leonetti à l’origine de la loi du même nom de 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Après avoir, au cours des années 1960, étudié l’histoire des populations et de leurs attitudes devant la vie, Philippe Ariès investit de façon méthodologique le territoire des attitudes face à la mort.

Si, là aussi, certaines de ses thèses sur la mort ont été remises en cause, son modèle demeure opérationnel dans ses grandes lignes car, comme pour l’enfant, il reste une grille de lecture pour comprendre le présent. Dans le cadre de la longue durée, Philippe Ariès distingue plusieurs périodes dans le rapport à la mort. La première est celle de la mort familière et apprivoisée jusqu’au XIIIe siècle à laquelle succède « la mort de soi », quand la mort devient un drame personnel et solitaire du moi. A partir du XVIIIe siècle, la mort est exaltée et dramatisée, période à l’origine du culte nouveau des tombeaux et des cimetières.

Dans ces conditions, ce culte inédit n’est que la manifestation liturgique de la sensibilité nouvelle, celle qui, à partir de la fin du XVIIIe siècle, « rend intolérable la mort de l’autre ». Pour Philippe Ariès, à la fin du XXe siècle, ce sentiment dure toujours. Enfin, ultime avatar de l’attitude face à la mort, « un type absolument nouveau de mourir est apparu au cours du XXe siècle, dans quelques-unes des zones les plus industrialisées ». C’est la mort inversée : « la société a expulsé la mort, sauf celle des hommes d’état » La mort n’est plus un fait culturel qui structure la communauté. Cette relégation de la mort va de pair avec la médicalisation de la société.

Au-delà du modèle élaboré par l’historien, Michel Vovelle aimait à rappeler la méthode de Philippe Ariès fondée sur l’iconographie. Celle-ci est d’ailleurs à l’origine d’un album testament, Images de l’homme devant la mort : « beaucoup plus qu’un commentaire iconographique à ses Essais sur l’histoire de la mort en occident, un nouveau regard, plus troublant encore et comme une dernière invite à scruter les représentations du dernier passage » (Le Monde, 11 février 1984).


  • Ariès P., 1983, Images de l’homme devant la mort, Album, Paris : Le Seuil.
  • Ariès P., 1975, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Age à nos jours, Paris : Le Seuil. Rééd., 2014, Paris : Le Seuil, Coll. Points histoire ».

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, Clker-Free-Vector-Images, Wikimedia Commons inconnu, Publicdomainepictures.net, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, 


Guillaume Gros

Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA (rosg@free.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.