Le (néo)libéralisme aura-t-il la peau de la démocratie ?

À quoi sert la démocratie dans notre monde néolibéral ? Ou pour le dire autrement, les citoyens ont-ils leur mot à dire face au néolibéralisme ? Prenons l’exemple de Bure et des déchets nucléaires français stockés à terme par Cigeo. Est-ce une idée raisonnable que de stocker les déchets les plus radioactifs dans les couches géologiques d’un petit village de la « France périphérique » ? Ce projet soulève, depuis plus de trente ans l’indignation de dizaines de milliers de personnes et de collectifs locaux, nationaux et internationaux. Tous dénoncent son infaisabilité technologique et l’inutilité des « Débats publics » instrumentalisés ensuite par le promoteur du projet. 

Le promoteur de Cigeo, – en réalité système complexe d’acteurs publics et privés, nationaux et internationaux intriqués à l’appareil d’Etat – , est en effet à la fois juge et partie. Son jusqu’auboutisme est dénoncé comme relevant de la manipulation. Il trouverait sa source dans la défense d’intérêts catégoriels, économiques, financiers d’une petite classe affairiste, regroupant des acteurs politiques, économiques, techniques et financiers issus d’un même sérail. Dans ces conditions, étudier la manière dont Cigeo dialogue avec ses opposants permet de mesurer le rôle de la démocratie représentative dans l’établissement de projets d’aménagement.

Autrement dit, Cigéo est à la fois une production du système-monde néolibéral et un symptôme du fossé qui se creuse chaque jour davantage entre les peuples et leurs représentants « légitimes », et ce malgré les innombrables mises en scènes de ces derniers pour laisser croire qu’il n’en est rien.



Interroger les limites de la démocratie

Il convient par conséquent d’interroger les limites d’une démocratie « pire des systèmes à l’exception de tous les autres » selon Churchill. Dans cette acception, la démocratie est un régime aux petits arrangements et aux grandes dérives, considérés par la classe dirigeante comme inévitables et finalement admissibles. Il faut donc l’interroger en partant du fait que le fossé qui sépare la population de ses soi-disant représentants élus s’est creusé et oppose désormais deux mondes antagonistes et irréconciliables.

La démocratie, telle qu’elle se déploie dans notre système-monde néolibéral ne serait-elle qu’une illusion utilisée par la classe dominante pour entretenir sa domination sur les peuples et la planète ? La notion de néolibéralisme, moteur de ce dévoiement, nécessite une analyse qui dépasse l’état de l’art et les approches essentiellement généalogiques qu’en proposent les chercheurs. Les approches académiques sont nécessaires mais elles sont souvent faibles voire complaisantes.  Les chercheurs qui les produisent ont assimilé la pensée néolibérale ; elle a forgé leur façon d’être au monde et de l’appréhender intellectuellement.

Certains chercheurs sont conscients de cette emprise. Mais en ne la rejetant pas, ils bénéficient de « microfascismes » (Guattari, 2011) qui servent leurs carrières. D’autres chercheurs s’érigent au contraire en intellectuels porteurs de la seule pensée légitime et censurent ceux qui s’éloignent d’un politiquement correct fondé sur la doxa néolibérale.

Les recherches en sciences sociales ont désormais essentiellement vocation de faire respecter cette idéologie dominante, quand bien même elles seraient l’ultime recours intellectuel pour contrecarrer son emprise totalitaire sur notre système-monde. Il y a pourtant urgence : notre système-monde néolibéral est désormais présenté, avec le cynisme habituel de ses promoteurs se prévalant d’une indiscutable légitimité, comme un « fatum » (Deleuze, Guattari, 1973) voire même comme une « Révolution ». Aussi convenait-il de se distancier de cette emprise pour diagnostiquer la gravité du cancer néolibéral et en comprendre la triple logique de confiscation, de légitimation et de territorialisation.


  • Deleuze G., Guattari F., 1973, Capitalisme et schizophrénie. L’anti-Oedipe, Paris : Ed. de Minuit.
  • Guattari F., 2011, Lignes de fuite. Pour un autre monde de possibles, Paris : Éd. de l’Aube.

Confiscation, légitimation, territorialisation

Il y a confiscation dans la mesure où, à l’instar d’un trou noir, ce système-monde aspire énergie et matière, force de travail et richesse, paroles et idées, en son centre constitué par une minorité de plus en plus infime et accapareuse. Cette captation et la confiscation en découlant sont présentées comme nécessaires au nom des contestées théories du ruissellement ou du « premier de cordée ».

C’est en réalité un retour au capitalisme des origines, conduit par une classe désormais potentiellement invincible, surarmée par son expérience séculaire de la gestion des conflits sociaux, épaulée par une globalisation qui sert ses intérêts. Elle bénéficie de surcroît de la globalisation d’Internet, et se trouve couverte de l’alibi d’une légitimation factice méthodiquement construite et scénarisée par sa strate politique et intellectuelle.

Il y a aussi légitimation, car le rapt et le viol de la planète sont indissociables du déploiement de l’« économie-monde » néolibérale. Ils sont rendus possibles par la force et la coercition mais aussi grâce à un soft power dont la forme banale est celle du Droit positif, encore naïvement admis par la population comme l’expression de la « volonté générale ».

Or, les normes du Droit positif apparaissent désormais essentiellement produites par les élites néolibérales afin de défendre leur intérêt de classe. Ces normes définissent les contours formels d’une légitimité de façade dont la fonction première est de contrecarrer toute pensée critique. Les lois sur le secret des affaires de 2018, la loi anti-casseurs en 2019, les « lois moralisantes » qui ont « succédé aux lois mémorielles » (Brengarth, 2018) en sont l’illustration.

Il y a enfin territorialisation car le néolibéralisme suppose un lexique produisant une organisation matérielle et fonctionnelle optimisée et rationalisée de la planète. L’aménagement du territoire qu’il propose ou induit est censé rendre le fonctionnement de l’espace plus performant. Mais il détermine un contraste de plus en plus criant entre espaces moteurs (métropoles, eurorégions, technoparcs, businessparks…) et « espaces de marge » (quartiers en politique de la ville, ruralité profonde, Moyen-Orient…), entre winners (milliardaires du CAC 40, grands patrons, membres de la « jet-set de Davos » ), et loosers.

Cette dernière catégorie rassemble les laissés pour compte de la société, tel l’ouvrier. Il n’est pas chassé de l’usine par un robot, une intelligence artificielle ou des objets connectés ; il est au contraire libéré de son emploi pénible pour évoluer dans les high-tech d’un business-parc de son euro-métropole cofinancé par son eurorégion, et incapable de comprendre et de saisir l’incroyable opportunité que ce contexte d’innovation permanente représente pour lui ! Cette catégorie de parias englobe aussi les fameux complotistes et conspirationnistes, concepts indispensables pour tenter de disqualifier toute pensée – surtout lorsqu’elle est probante – de la contestation.



Contrôle total et modalités de l’émancipation

Les travaux de l’auteur fournissent ainsi des clefs de compréhension du mouvement « gilets jaunes », démarré en novembre 2018. Ce mouvement n’est que le dernier avatar d’autres mouvements de contestation, de plus en plus nombreux, qui émaillent la planète : Révolutions de couleur, Printemps arabes, Occupy Wall Street, Podemos, Syriza, Zones à défendre

Disparates, tous renvoient à la lutte contre l’accaparement du monde par des minorités retranchées derrières des valeurs cosmétiques. Entre eux, il n’y a pas convergence mais concomitance des luttes, de sorte que la motivation profonde de ces mouvements apparaît plus collective qu’individuelle – prenant la forme d’une intelligence répartie, pour puiser dans le jargon informatique.

C’est ce qui fait la faiblesse et la force de ces mouvements bottom up. Faiblesse, car l’individu semble parfois pris de court lorsqu’il se trouve invité (par la presse…) ou sommé (par un tribunal…) d’expliquer sa motivation, alors que la foule militante dans laquelle il se fond, elle, apparaît pugnace et sûre de la cause et des valeurs qu’elle  défend. Force, car l’interpellation d’un ou de plusieurs participants ou supposés leaders, ne suffit pas à éteindre la conviction diffuse et viscérale, profondément enracinée dans les esprits et dans les cœurs, d’une injustice et d’une puissance adverse qu’il faudra bien continuer d’affronter.

Cette puissance, c’est cette mystique néolibérale qui sert avant tout des intérêts catégoriels au nom d’une démocratie représentative qui n’en a que l’apparence et qui semble désormais pouvoir être surmontée. Mais la dernière marche est la plus difficile à franchir. Si chaque smartphone est une urne, la question de la régulation d’une hypothétique webocratie directe se pose pour qu’un tel système remplace les institutions républicaines et étatiques sclérosées, pour qu’il échappe à la mainmise des Gafam, ou ne se réduise pas à une dictature de l’opinion incapable de planifier l’avenir.

Une telle mutation  supposerait au moins le passage de l’indignation à l’insurrection, et le démantèlement des structures de pouvoir ossifiées et réifiées. Face à ce risque, le néolibéralisme n’a d’autre alternative que de se “totalitariser”. Car ses grands bénéficiaires perçoivent le danger pour eux et réagissent déjà en ce sens. Une guerre mondiale est en cours, slow war qui oppose élites néolibérales et peuples dominés dans ce qui est le véritable face à face Nord/Sud actuel. L’enjeu ? Celui du sens profond que le mot « humanité » devrait prendre, et surtout, qu’il prendra.

Crédits images en CC ; Pixabay mohamed_hassan (x2) ; Pixabay 3dman_eu ; Pixabay OpenClipart-Vectors 


Pierre Ginet

Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S) (pierre.Ginet@univ-lorraine.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tasman dit :

    Churchill a employé le mot “exclusion” et non “exception”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.