Mesurer le bien-être sur un territoire ?

On ne compte plus les publications sur le bien-être ou le bonheur, en particulier en psychologie ou dans les théories de développement personnel. Nous serions entrés dans l’ère de l’Happycratie, ce moment où l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies. Il nous est interdit d’être malheureux puisque tout est fait pour satisfaire notre bonheur… Si on ne peut qu’être d’accord avec ce constat, devons-nous pour autant nous en contenter ? Ne devrions-nous pas explorer d’autres pistes ? Et pour cela, comment mesurer le bien-être ?

On reconnait généralement que l’engouement pour les études sur le bien-être résulte de la recherche d’un indicateur alternatif au Produit Intérieur Brut (PIB), considéré comme insatisfaisant pour mesurer le progrès économique et social. L’étude commandée par Nicolas Sarkozy en 2008 à trois économistes dont deux prix Nobel (Joseph Stiglitz , Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi) en est un bel exemple. Pour dépasser le PIB, les économistes proposent d’utiliser des méthodes d’analyse et des mesures variées comme l’IDH. Il leur permet de mesurer le bien-être à de nombreuses échelles spatiales : pays ; régions comme en Hauts-de-France ou en Île-de-France ; mais aussi départements et communes telles que Mulhouse. Le choix aurait pu être pertinent, sauf que l’objectif de ces études n’a pas été clairement énoncé : s’agit-il d’évaluer les inégalités sociales, la richesse d’une nation ou le progrès ? En d’autres mots, comment appréhender le bien-être ?


  • Bourdeau-Lepage L., Tovar E., 2011, « Bien-être en Île-de-France : derrière une hausse générale, des disparités territoriales croissantes », Métropolitiques.
  • Bourdeau-Lepage L., Tovar E., 2013, « Quelle fracture socio-spatiale à l’heure du Grand Paris ? Le cœur de l’Île-de-France à la dérive », Revue d’économie régionale et urbaine, 3, 491-521.

Dessiner les contours du bien-être, une tâche difficile

Le bien-être ne se définit pas de la même manière suivant les disciplines (médecine, psychologie, économie ou géographie, etc.) voire au sein même des disciplines. Il peut être eudémonique, hédoniste, objectif ou subjectif et relève de différentes approches : universaliste, tenant compte des capacités ou encore contextualisée.

Influencés par la théorie utilitariste, les économistes évaluent traditionnellement le niveau de bien-être d’un individu à travers son revenu. Pourtant, ils savent que le lien entre le niveau de richesse et le bien-être déclaré peut-être remis en question. C’est le paradoxe d’Easterlin : l’argent ne fait pas le bonheur mais il y concourt jusqu’à un certain point. De même, ils sont conscients que les individus possèdent une capacité d’adaptation de leurs préférences. Et ils reconnaissant que les différences sont fréquentes entre la situation objective des personnes, comme leur état de santé, leur genre ou leur âge et leur sentiment de bien-être.

Ainsi, il existe une différence entre le bien-être « objectif » et le bien-être « subjectif » ou « déclaré » des personnes. Le niveau de bien-être objectif évalué par un étalon de mesure tel que le niveau de richesse ou encore par un indice composite prenant en considération plusieurs éléments objectifs, peut être différent du niveau de bien-être que déclarent les personnes.

Cet écart tient probablement en partie au fait qu’il existe entre les personnes, une variabilité des éléments contribuant à leur bien-être. Concrètement, les éléments constitutifs au bien-être d’une femme vivant en milieu urbain, ne sont peut-être pas les mêmes que ceux d’un homme vivant également en milieu urbain, toutes choses égales d’ailleurs. Le bien-être est donc un concept relatif et multidimensionnel dont la mesure est complexe. C’est ici qu’apparaît l’intérêt des travaux sur le bien-être et leur potentiel en matière d’aide à l’action publique.

La mise en œuvre de politiques publiques ciblées

Si l’on connaissait les éléments potentiellement constitutifs du bien-être des personnes sur un territoire, on pourrait imaginer des politiques publiques territoriales qui répondent à leurs besoins. Mais les recherches sur les caractéristiques spatiales du bien-être sont peu avancées. La méthode Spiral, méthode de co-construction pour définir le bien-être pour tous et les éléments qui y contribuent, a le mérite d’exister. Mais elle est unificatrice et s’intéresse à un groupe de personnes, sans prendre en compte l’individu en tant que tel.

Or, si l’on reconnait qu’il existe des différences dans les préférences en matière d’éléments constitutifs du bien-être entre les individus alors il est évident que tous les territoires n’apportent pas le même niveau de bien-être aux individus pour la simple raison qu’ils ne possèdent pas tous, les mêmes aspects ou attributs. Un homme pourra se sentir bien sur un territoire alors que son épouse ne le sera pas, car elle n’aura pas les mêmes préférences que son mari en matière d’éléments constitutifs de son bien-être.

À ce raisonnement, il rajouter que chaque individu développe un rapport affectif à l’espace qui lui est propre. Ainsi, cela conduit à considérer que le bien-être d’un individu est une combinaison subtile entre ses aspirations et ce que lui offre son espace de vie sachant que ce dernier influence ses aspirations. Il existe des territoires plus agréables que d’autres en fonction des individus. Dit autrement, un territoire pourra en même temps apporter un niveau de bien-être élevé pour tel individu et faible pour un autre.

Le but pour les politiques est de connaître les besoins des habitants sur un territoire, de repérer les atouts et les faiblesses de ces derniers de manière à mener des actions qui conduisent à une meilleure adéquation entre la demande des habitants et les potentialités du territoire. C’est ce que peuvent apporter les recherches sur le bien-être.



Comment révéler les déterminants du bien-être sur un territoire ?

Concrètement, il s’agit d’identifier les éléments potentiellement constitutifs du bien-être de toute personne sur un territoire. Mais aussi et surtout, d’élaborer une méthode simple et reproductible qui permette d’une part, de déterminer quelles sont les préférences des individus face à ces éléments ; et d’autre part, d’évaluer si ces éléments préférés sont présents ou absents sur un territoire.  Cela devrait conduire à mieux comprendre comment se construit le bien-être à l’échelle individuelle et/ou collective et leurs déterminants à l’échelle spatiale.

Au-delà de la mise en évidence probable de différences de préférences entre personnes ou groupes de personnes, un nouveau regard sur les territoires et sur leurs aménités pourra alors être porté. Il sera ainsi possible aux acteurs des collectivités territoriales de faire un diagnostic de leur territoire centré sur le bien-être des populations et d’évaluer si les éléments essentiels pour le bien-être de leurs habitants sont présents ou non sur leur territoire.

De cette manière, les acteurs territoriaux seront armés pour penser autrement l’aménagement de l’espace habité et mener des politiques publiques alternatives qui conduisent à un meilleur bien-être des populations et placent l’humain et son environnement au cœur du dispositif.

  • Braconnier P., Caire G., Dupuy R., Jahan E., LeMasne P., Nivoix S., 2011, « Une évaluation du bien-être au sein des régions françaises dans une approche de développement durable », Innovations, 34, 93-93.
  • Iau-idf, 2014, « L’IDH-2 : un outil d’évaluation du développement humain en Île-de-France », Note rapide- outil-méthode, 656.

Crédits images en CC : Publicdomainepictures.net mohamed mohamed mahmoud hassan, Pixabay Pettycon, Svg Silh, Pxhere mohamed hassan, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux


Lise Bourdeau-Lepage

Université de Lyon, UMR Environnement Ville, Société (lblepage@gmail.com).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.