Ficher, marquer, déporter : l’administration de Vichy et les juifs

Entre les 16 et 17 juillet 1942, plus de treize mille personnes – dont un tiers d’enfants – sont arrêtés et déportés. Au-delà de son horreur, la rafle du Vél’d’Hiv symbolise l’implication du gouvernement français dans le génocide juif commis par l’Allemagne nazi. Mais ce n’est qu’au milieu des années 1990 que la République française reconnaît la participation de l’État à cette entreprise. Pourquoi ce délai ? Parce qu’en France, le discours politique est souvent en décalage avec celui de l’historien…

À partir de la Libération, le discours officiel considère que la seule France légitime est celle du gouvernement de Charles de Gaulle à Londres. L’État ne peut donc pas être responsable de la rafle. Or, dans les faits, aucun allemand – officier, soldat ou policier – n’a participé à l’opération – à l’inverse des policiers, gendarmes et militants du Parti populaire français.

Il faut attendre la déclaration de Jacques Chirac du 16 juillet 1995 pour que la responsabilité de l’État français commence à être reconnue. Depuis, la date et le lieu sont devenus un rendez-vous obligatoire pour les chefs d’État ou de gouvernement. Au fil des années et des discours, les éléments de contexte (l’Occupation et le nazisme) ont progressivement disparu.

Dans les deux derniers discours, ceux d’Emmanuel Macron et d’Édouard Philippe (2017 et 2018), le mot “allemand” n’est présent qu’une seule fois – et seulement pour signaler qu’aucun allemand n’a participé à la rafle. Dans leurs propos, le dramatique événement ne serait que la conséquence de l’antisémitisme français, comme un fait qui parle de lui-même, étranger à toute dynamique d’occupation. Pourtant, rien n’est plus éloigné de la réalité.

Le podcast consacré à l’ouvrage de Laurent Joly revient sur le rôle de l’État dans la déportation des juifs de France. Ce faisant, il replace cet épisode dans son contexte d’origine : celui de l’occupation allemande d’une partie de la France, avec un gouvernement et un État doté d’un appareil législatif antisémite et xénophobe.

Son travail de recherche montre la construction d’une politique contre les juifs, fruit d’un mélange d’ambition personnelle et de volonté souveraine, mêlée d’un antisémitisme traditionnel qui se manifeste dès 1940 par la loi portant statut des juifs.



  • Joly L., 2018, L’État contre les juifs: Vichy, les nazis et la persécution antisémite, Paris : Grasset.

  • La diffusion de ce podcast s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec la librairie Ombres Blanches.

Fiche technique

Date : 15/02/2019

Durée : 52 : 15

Producteur : Ombres Blanches

Lieu : Librairie Ombres Blanches

Crédits images CC : Wikimedia commons IP 84.5 et Tom Lemmens, Pixabay GDJ


Guillaume Balfet

Master 2 Histoire, Toulouse (balfet.guillaume@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Tolefe dit :

    A la révolution française on a aussi assassiné des gens et l’on n’en fait pas grand cas , aucun dédommagement? Etc….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.