Pourquoi les entreprises restent-elles dans les villes moyennes ?

 « En France, le déclin des villes de province est celui d’un marqueur de son identité », titrait le New York Times le 28 février 2017 à propos d’Albi, ville moyenne de la région Occitanie. Ce déclin et l’essor de la métropolisation sont en fait des questions régulièrement abordées par les journalistes, mais aussi par les chercheurs en sciences humaines et sociales.

Les politiques territoriales impulsées ces vingt dernières années ont d’ailleurs accompagné cette tendance, en considérant que l’espace métropolitain devait jouer le rôle de fournisseur exclusif des ressources nécessaires au développement. La thèse est cependant critiquée en France notamment par Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti (2015). Dans cette lignée, notre récent article se consacre à l’étude des villes moyennes en tant que zones urbaines spécifiques situées dans un espace intermédiaire entre les métropoles et les espaces ruraux. Quels sont, pour une entreprise, les avantages et les inconvénients d’une localisation dans une ville moyenne ? Ne serait-elle pas un emplacement idéal, particulièrement pour les entreprises d’un secteur, tel l’agroalimentaire, qui a besoin d’être proche des ressources agricoles ?



Une forme spécifique de territoire entre l’urbain et le rural

S’il existe une multitude de définitions de la ville moyenne, les principaux éléments qui la caractérisent sont des aspects de taille (entre 20 000 et 100 000 habitants) et de fonctionnalité (zones « non métropolitaines » reconnues pour leur rôle organisationnel sur le territoire). Elle constitue aussi un espace urbain spécifique situé en position intermédiaire entre les métropoles et les campagnes. Cet espace peut ainsi combiner les avantages des zones urbaines et rurales.

Les villes moyennes sont avant tout des villes. Les espaces urbains se caractérisent souvent par des taux d’innovation supérieurs liés à la concentration géographique des acteurs. Parmi les avantages dont peuvent tirer parti les entreprises localisées en zone urbaine, quelques facteurs méritent d’être cités : accès à un marché du travail local plus important et plus efficient, accès à des infrastructures de transport et de logistique, accès à des services de base et existence d’effets d’agglomération dus à la présence de districts industriels ou de clusters.

À l’opposé des zones métropolitaines, les zones rurales qui entourent les villes moyennes se caractérisent par un faible degré d’agglomération. Parmi les avantages dont peuvent bénéficier les entreprises localisées en milieu rural, on peut notamment évoquer le cadre de vie agréable proche de la nature et le coût moins élevé du foncier. Or, dans le cas des entreprises du secteur agroalimentaire, à ces avantages d’ordre général s’en ajoutent d’autres plus spécifiques : la proximité avec la ressource agricole, l’accès à une main-d’œuvre agricole qualifiée, et enfin la participation à un processus de valorisation du territoire.

Les villes moyennes paraitraient donc a priori un emplacement idéal pour les entreprises agroalimentaires. Mais cela est-il toujours le cas ? Pour répondre à cette interrogation, nous avons  sélectionné un ensemble de cinq villes localisées en Occitanie (Alès, Béziers, Cahors, Montauban et Rodez). Puis, au sein de ces villes, nous avons réalisé 10 études de cas d’entreprises agroalimentaires par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs. Ces entretiens ont ensuite été retranscrits mot à mot puis codés et analysés à l’aide du logiciel Nvivo. Nous avons identifié et comptabilisé des citations relatives à différentes catégories d’analyses liées au rural, à l’urbain et aux villes moyennes.



La ville moyenne comme catégorie spatiale spécifique

L’analyse montre que cette ville est une catégorie urbaine spécifique, distincte du périurbain et de la métropole. Elle fait également apparaître des facteurs de localisation des entreprises dans les villes moyennes tant associés aux caractéristiques rurales qu’urbaines, ce qui amène à penser que la ville moyenne serait une catégorie se rapprochant du rural.

Les entretiens révèlent que la localisation dans ce type de ville est principalement motivée par les avantages qu’elle procure même si des inconvénients non négligeables sont présents. Parmi les critères les plus fréquemment évoqués pour expliquer la localisation en ville moyenne, celui du cadre de vie proche de la nature est une caractéristique forte. La localisation des entreprises agroalimentaires dans cette ville s’explique en grande partie par la volonté de profiter d’un cadre de vie spécifique différencié de celui des métropoles. Ainsi, par exemple, une cadre d’entreprise déclare : « Le soir on rentre et on regarde les coccinelles traverser le jardin. »

Un autre ensemble d’arguments concerne les spécificités propres aux entreprises agroalimentaires, comme la proximité à la ressource agricole et l’accès à une main-d’œuvre agricole. Un troisième ensemble de critères concerne les éléments facilitateurs de l’activité économique : l’existence d’un dynamisme économique et la possibilité de bénéficier d’effets d’agglomérations, la proximité avec les plateformes logistiques, l’accès à des réseaux de transports ou la présence de services économiques. Une entreprise souligne : « On n’a aucun souci de transport, on est bien desservi par les messageries. C’est important parce que les gens stockent peu et nous on a du produit en permanence, on n’est jamais en rupture de stock. ».

Ces éléments, qui se rapportent aux métropoles, sont complétés par des arguments qui sont plus spécifiques à une localisation dans une ville moyenne, telles la proximité avec les métropoles ou la possibilité d’accéder à des aides spécifiques.  

Si la localisation en ville moyenne possède beaucoup d’avantages, un certain nombre d’inconvénients sont aussi soulevés, comme le manque de dynamique économique et politique et la mort lente des centres-villes, associés à l’isolement des individus.

Des facteurs de différenciation importants

La mise en évidence des facteurs de différenciation entre villes moyennes passe par une étude approfondie de deux villes qui semblent avoir développé des trajectoires d’évolution opposées : Cahors et Rodez. Ces deux villes sont situées dans des zones rurales majoritairement isolées de l’influence métropolitaine et jouent le rôle de chef-lieu administratif de deux départements ruraux.

Elles partagent un certain nombre de points communs expliquant la localisation des entreprises : proximité à la nature, qualité de vie, identité spécifique à la ville moyenne. Selon les interviewés, ces villes sont à proximité de plateformes et équipements logistiques et sont bien connectées à Toulouse ou Montpellier. Cependant dans les deux villes, les entreprises soulignent le manque de vie culturelle et de loisirs aussi bien que l’isolement.

Malgré ces points communs, entre Cahors et Rodez se dégagent des facteurs de différenciation. Rodez apparaît comme une ville moyenne beaucoup plus attractive, notamment en raison de la présence de services de base, mais aussi de services économiques actifs qui semblent au contraire inefficaces à Cahors. Le principal point de divergence entre les deux villes est observable au niveau de leur dynamisme économique perçu et des politiques publiques volontaristes de soutien aux entreprises. Ainsi, le manque de dynamisme économique et politique apparaît comme un inconvénient majeur pour les entreprises cadurciennes, qui considèrent Cahors comme une ville qui meurt. À Rodez, au contraire, le dynamisme s’explique par la présence de grandes entreprises qui structurent le tissu économique aussi bien que de petites entreprises qui complètent le maillage. Cela est en partie dû aux politiques volontaristes d’aide aux entreprises, qui permettent d’impulser la dynamique économique.

Si l’objet de recherche « ville moyenne » constitue une tradition d’étude qui implique différentes disciplines des sciences sociales et particulièrement la géographie (Demazière, 2014), notre travail constitue une première étape dans la construction de l’objet « ville moyenne » en économie. Il montre que ces espaces géographiques ont leurs cartes à jouer et ne sont pas nécessairement voués au déclin économique. Dans cette perspective, les politiques publiques devraient accompagner non pas une concentration à tout prix, mais plutôt la valorisation du véritable potentiel de chaque territoire. D’autant plus que, comme cela a été mis en évidence dans les cas de Cahors et Rodez, des politiques volontaristes peuvent faire la différence entre le succès et l’échec économique d’un territoire.



Crédits images en CC : Pixabay GDJ, Pxhere mohamed hassan, Pixabay OpenClipart-Vectors, Svg Silh, 


Geoffroy Labrouche et Rachel Levy

Université Toulouse Jean Jaurès, EA 4212 LEREPS (geoffroy.labrouche@univ-tlse2.fr) et Ecole Nationale Supérieure de Formation de l’Enseignement Agricole, EA 4212 LEREPS (rachel.levy@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. gaudouin dit :

    Ils ont le télétravail dans TOUTES les professions où cela est possible .

    Cela serait déjà un gain considérable sur de nombreux points,rapide,avec des effets immédiats : routes désengorgées,qualité de l’air,moins d’accidents et de ce qu’ils coutent, gains considérables pour tout le monde en temps de trajets ,moins de stress,économie de carburant donc gain en pouvoir d’achat,problèmes de la difficulté à se loger dan les métropolesréglé et donc baisse des loyers au fil du temps en conséquence …
    Le gain est également pour les employeurs (économies : locations de locaux , électricité (un salarié par ordinateur consommera la même énergie qu’il soit chez l’employeur ou à domicile.),chauffage…
    Il ne resterait sur les routes que ceux n’ayant pas d’autre possibilité que de travailler en présentiel.
    De plus pourquoi toutes les grandes sociétés (le plus gros pourcentage) élisent forcément domicile (sièges) dans Paris, ce sui sera encore plus le cas avec le projet du Grand Paris , entrainant tout le monde vers le centre de Paris/Région Parisienne alors qu’il y a de l’espace et nombreuses possibilités d’implantations en dehors de Paris en région ou encore en Province?

    Là encore il y aurait des avantages nombreux : Répartition des sociétés et emplois de façon plus équitable sur tout le territoire , repeuplement de régions désertées qui est préférable à un entassement des populations aux mêmes endroit donc baisse des coûts exorbitants pour se loger. ne parlons meme pas des problemes de delinquance etc….
    Revitalisation d’économies locales entières, créations de services liés sur tout le territoire et donc d’emplois, consommation et croissance

    Sur la question de garder le lien social,les visio-conférences sont une solution.

    Le chantier est vaste et pourrait générer de nouveaux emplois.

    Mais non : ils persistent et signent avec leur Grand Paris à s’entasser toujours plus les uns sur les autres : c’est quand meme dingue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.