Des objets pas si simples…

Éléments essentiels de notre environnement, les objets matériels sont régulièrement étudiés par les sciences sociales. Mais ce n’est qu’à partir des années 1970 que ces dernières ont commencé à s’intéresser aux objets « composés », autrement dit aux ensembles plus complexes, formés par des associations avec d’autres entités.

Par exemple, le bureau d’un agriculteur comporte des objets matériels (ordinateur, étagères, cartons…), mais aussi des écrits qui y sont rédigés ou y circulent (notes, post-it, fichiers, extraits de bases de données…), et il est occupé par des professionnels multiples (l’exploitant, ses associés éventuels, des membres de sa famille…). Il est également associé à des opérations de construction de sens comme l’analyse de la situation de l’exploitation agricole ou le contrôle des comptes. C’est l’un des nombreux exemples d’objets « composés » examinés dans un récent ouvrage collectif qui explore les concepts permettant d’en rendre compte.

Les objets « composés » sont ainsi des objets dont l’hétérogénéité interne constitue une propriété tout à la fois centrale et problématique, exigeant un renouvellement théorique et méthodologique. Les sciences sociales avaient certes intégré depuis longtemps le fait d’avoir à penser des formes d’interdépendances et d’articulation entre différentes grandes catégories d’entités (nature et société, animaux et hommes, matière et discours…). Mais cette hétérogénéité se résorbait jusqu’alors assez bien, soit dans des formules d’englobement au sein d’entités proprement sociales (la culture, le groupe, la communauté), soit dans des formules de réduction sur des déterminismes sociaux, soit encore dans des formules d’articulation qui préservaient la définition et le périmètre de chacune des grandes catégories (dans des systèmes socio-techniques par exemple). Une nouvelle préoccupation pour l’hétérogénéité est ainsi apparue sur le devant de la scène.

Les nouvelles perspectives sur les objets composés qui sont rassemblées dans l’ouvrage collectif présenté ici s’organisent autour de trois lignes de recherche. Les deux premières s’appuient sur un travail de re-conceptualisation de notions existantes, appuyé à chaque fois sur des enquêtes empiriques approfondies : les agencements et les dispositifs. La troisième correspond à la nécessité d’un troisième terme, que les auteurs trouvent dans la notion d’assemblage. 


  • Dodier N., Stavrianakis, éds., 2018, Les objets composés. Agencements, dispositifs, assemblages, Paris : Editions de l’EHESS.


Repenser les agencements

Si le travail philosophique de Gilles Deleuze et Félix Guattari a fortement influencé une partie des sciences sociales, la référence à leur concept d’agencement a été souvent lointaine.

Ainsi, dans les approches matérielles-sémiotiques de Michel Callon ou de Bruno Latour, c’est la notion d’acteur-réseau qui l’a emporté. De leur côté, les anthropologues qui ont mobilisé la notion d’agencement ont en définitive peu discuté sur le fond les propositions de Deleuze et Guattari. Dans l’ouvrage collectif, plusieurs auteurs s’engagent dans ce débat, chacun s’attaquant à un élément clef de l’enquête en sciences sociales.

S’intéressant à l’« agencement de maintenance urbaine » que constitue l’effacement des graffitis à Paris, Jérôme Denis et David Pontille se centrent sur le processus de « territorisalisation ». Ils élaborent une méthode pour distinguer dans la description, et mieux articuler l’un à l’autre, ce qui relève des deux faces de l’agencement chez Deleuze et Guattari :  l’agencement des corps tel que le sociologue peut l’observer et l’agencement collectif des  propos que les acteurs tiennent sur les choses.

Pour sa part, Laurence Tessier s’appuie également sur la conceptualisation de Deleuze et Guattari pour aborder, à propos du diagnostic d’une nouvelle pathologie, la démence fronto-temporale, les pratiques médicales dans leur articulation avec la recherche scientifique, insistant sur l’aspect « agencement collectif d’énonciation » dans une perspective comparative. La pathologie est ainsi conçue comme un agencement « de symptômes, de figures de la sociabilité (humaine et animale), d’idées sur la nature humaine inspirées par la psychologie évolutionniste ou par un certain vitalisme ». L’article fait alors apparaître comment s’articulent, par ces agencements, des dualités fondamentales, ici le « cérébral » et le « social », la « nature » et la « société ».

Engagé comme anthropologue dans l’agencement accompagnant le suicide assisté, Anthony Stavrianakis met en avant la question du désir placée par Deleuze et Guattari au cœur de leur philosophie. Il découvre la place qu’occupent les images de morts antérieures dans cet agencement du désir. Il ouvre par cette démarche un mode d’appréhension du désir de mourir qui va contre la psychologie individualisante, contre la prétention d’accès à une clef globalisante dans l’interprétation de ce désir, contre la réduction de l’analyse à l’étude des stratégies et des rapports de pouvoir.

Todd Meyers revient sur son travail auprès de Beverly, femme noire américaine atteinte de nombreuses pathologies chroniques, et vivant en situation de pauvreté dans la banlieue de Baltimore. Il montre la possibilité de saisir une personne sous l’angle d’un agencement. . C’est tout d’abord la place qu’occupent les images dans l’enquête : l’image d’événements qui, dans la mémoire ou dans les notes, focalisent le travail, et fixent l’agencement ; ou encore cette illusion de l’image de l’individu comme réelle présence, qui, dès qu’elle se trouve réalisée, devient elle-même un écran.

C’est ensuite le souci du bien, de la constance, de la bienveillance, qui oriente la relation anthropologique, en particulier face à la souffrance. Si la bienveillance doit être maintenue, elle tend à mettre au premier plan, selon Todd Meyers, la catégorie sociale dont relève l’individu, sa « race », son genre, les pathologies qui l’affectent, et elle fait perdre le sens de la singularité à laquelle l’anthropologue est simultanément attaché.

Enfin, l’article d’Emily Chua sur les transformations de la presse et des pratiques actuelles des journalistes en Chine reprend la notion d’agencement d’espèces, développée récemment par l’anthropologue américaine Anna Tsing, pour l’élargir à de nouveaux terrains. Emily Chua met en évidence comment reprendre l’étude de pratiques habituellement pensées, et parfois de façon répétitive, au carrefour de macro-entités bien établies, tels que l’État et le marché. Elle en donne un exemple dans son analyse des transformations de la presse, et des pratiques actuelles des journalistes en Chine. Comme l’écrit Emily Chua, lorsque l’on aborde le secteur de la presse comme « agencement journalistique », celui-ci « n’apparaît plus comme un système structuré par la simple logique de contrôle de l’“État” et de la concurrence de “marché” »


  • Deleuze G., Guattari F., 1972, Capitalisme et schizophrénie 1 – L’anti-Oedipe, Paris : Éditions de Minuit.

  • Deleuze G., Guattari F., 1980, Capitalisme et schizophrénie 2 – Mille-plateaux, Paris : Éditions de Minuit.


Une nouvelle approche des dispositifs

Le livre présente également des perspectives nouvelles sur la question des dispositifs. Les articles qui en traitent ont en effet en commun d’opérer des déplacements par rapport aux usages antérieurs de la notion. Ils ne s’inscrivent pas dans l’idée de révéler, comme dans le programme de Michel Foucault, les stratégies sous-jacentes aux dispositifs, et ils conçoivent en outre les humains en interaction avec les dispositifs plutôt que dans une relation d’englobement.  Par ailleurs, contrairement aux approches en termes de « régimes d’engagement » développées par exemple par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, ils conçoivent que les dispositifs puissent être désencastrés de ces régimes et des principes qui les sous-tendent. Il s’avère alors nécessaire, pour ces nouvelles approches, de préciser les notions complémentaires qui permettront de penser l’interactivité des humains avec les dispositifs.

Catherine Rémy cherche à comprendre les raisons pour lesquelles les scientifiques l’ont longtemps tenue à l’écart, pendant son enquête ethnographique sur les xénogreffes, ainsi que l’origine des réticences qu’elle a plus largement rencontrées vis-à-vis de son enquête. Pour elle, les réticences des scientifiques à l’égard de l’enquête, mais également la nature de leur conduite vis-à-vis des animaux, ou encore entre scientifiques, résultent de la confrontation entre la « forme politique » à laquelle ces scientifiques sont attachés et le dispositif d’expérimentation tel qu’il s’impose à eux dans le cadre notamment des nouvelles réglementations européennes.

John Bowen analyse la mise en œuvre des dispositifs d’audits en vue d’une certification de la nourriture comme « halal » et l’agencement global de cette certification au niveau planétaire. L’accent est mis sur la performativité du dispositif c’est-à-dire sur ce que sa mise en œuvre fait faire aux humains et aux produits lors de son actualisation. Comme le montre Bowen, cette mise en œuvre locale du dispositif d’audit, dont on peut reconstruire les différents aspects en observant des visites d’entreprise, s’avère inséparable des relations établies avec d’autres dispositifs.

Claude Rosental documente le lien entre des dispositifs technologiques et les discours destinés à soutenir la démonstration publique de leurs potentialités (« demos »). Ce qui est perçu par Claude Rosental comme composite, ce sont les pratiques des démonstrateurs, mélange de « manipulations matérielles » et de « productions verbales », l’auteur portant une attention particulière à ne pas séparer, comme de nombreux travaux relatifs aux démos ont tendance à le faire dans leurs analyses, ces deux domaines de la pratique  

Janine Barbot et Nicolas Dodier étudient la relation entre un dispositif d’audience pénale et le « répertoire normatif » des victimes qui viennent y témoigner. Ils choisissent de se centrer sur les propos des individus, et à travers eux sur le travail « normatif » des victimes, c’est-à-dire sur leur façon de prendre position sur les aspects de l’affaire, sur la situation présente, et sur le sens qu’ils donnent à l’audience pénale.

Les assemblages comme concept

Le volume témoigne enfin de la nécessité éprouvée par certains chercheurs de trouver, au-delà des concepts d’agencement et de dispositif, une notion qui puisse rendre compte d’autres formes d’attention aux objets composés. Si la notion d’assemblage permet d’aller dans ce sens, les chemins qui y conduisent sont actuellement variés.

Dans son travail sur l’aide humanitaire dans une région du Congo particulièrement touchée par des violences de guerre, Michel Naepels utilise la notion d’assemblage pour désigner localement les formes de coordination non intentionnelles engendrées par le dispositif humanitaire, et qui le débordent en retour. Mais Naepels a également besoin, un cran plus loin, d’une autre notion, le « système de prédation », pour penser cette fois-ci le fonctionnement général de l’économie locale auquel s’articule cet assemblage.

Dans le cadre d’une recherche sur les bureaux des agriculteurs, Jean-Marc Weller parle d’assemblage pour penser des objets composés dont le degré de cohésion s’avère de fait extrêmement variable, et donc pour s’émanciper des contraintes associées à la polarité entre des agencements flexibles et des dispositifs consolidés. Les bureaux des agriculteurs sont des objets composés dont l’hétérogénéité est d’emblée frappante, dès lors que l’on s’y arrête un peu : « ordinateur, étagères, meubles à classement vertical, cartons, tablettes, mais aussi manteau de cheminée, placards de cuisine, sacs plastique, etc. Ce sont aussi des professionnels multiples qui les occupent : l’exploitant, mais aussi possiblement ses associés, des membres de la famille, les techniciens agricoles ou les auditeurs venus en consulter divers documents à des fins de conseil ou de contrôle, etc. Et ce sont des écrits aux formats très divers qui y sont confectionnés ou qui y circulent : notes, post-it, marques, formulaires, fichiers, extraits de bases de données, etc. ». Jean-Marc Weller éclaire ainsi ce qui, dans la manière de travailler des agriculteurs, et notamment dans leur manière de constituer leurs bureaux, s’avère plus ou moins en rapport avec les contrôles dont ils font l’objet.

Enfin, Gaymon Bennett présente une recherche sur les développements actuels de la biologie numérique, vue comme un « assemblage ». Il montre qu’elle se présente comme quelque chose auquel les acteurs souhaitent donner une consistance globale, mais en cachant les tensions internes fondamentales relatives au statut de la vie, qu’ils doivent maintenir invisibles (ou que les acteurs se cachent à eux-mêmes) et qui donnent nécessairement à l’ensemble une forme d’incohérence.

Stratégies de recherche

Les stratégies de recherche sur les objets composés sont liées à des hypothèses ou à des choix concernant ces objets. Mais elles dépendent également très largement des présupposés et des outils concernant d’autres réalités. Ce sont donc souvent des couples de notions qui sont mobilisés par les chercheurs : agencement/hiérarchie, agencement/désir, dispositif/forme politique, dispositif/répertoire normatif, assemblage/système de prédation, assemblage/vie… Car l’attention aux objets composés s’inscrit généralement dans un faisceau de préoccupations plus vaste.

L’ouvrage, à cet égard, cherche à présenter un espace de recherches plutôt qu’un cadre théorique partagé, et à nourrir le regard sur la constellation plus large des paradigmes susceptibles de s’associer à l’étude des objets composés.

Crédits image en CC : Pixabay UzbekIL et Stux ; Patrick Mignard pour Mondes Sociaux ; Pixabay Clker-Free-Vector-Images, OpenClipart-Vectors ; Wikimedia Commons Nemomain


Nicolas Dodier et Anthony Stavrianakis

Nicolas Dodier, Centre d'étude des mouvements sociaux – CEMS, Unité INSERM U1276 (« Risques, violences, réparation », dodier@ehess.fr) et Anthony Stavrianakis, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, LESC, UMR 7186, CNRS/université Paris Nanterre, stavrianakis@gmail.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.