Le monde hispanique de Bartolomé Bennassar (1929-2018)

Figure majeure et incontournable de l’hispanisme français de la deuxième moitié du XXe siècle, l’historien Bartolomé Bennassar, mondialement reconnu pour ses travaux sur l’Espagne moderne et contemporaine ainsi que sur l’empire hispanique, s’est éteint le 8 novembre 2018 à Toulouse. Spécialiste de la société espagnole, son approche des mentalités et des représentations a contribué à ouvrir et à défricher un champ de recherche particulièrement fécond. Digne représentant de la Nouvelle Histoire à partir des années 1970, il s’est intéressé aux structures et aux représentations collectives de la société hispanique.

Il revenait dans son égo-histoire Pérégrinations ibériques, publiée l’année même de son décès, sur son parcours scientifique exceptionnel, mais aussi sur les difficultés rencontrées et les épreuves parfois douloureuses qu’a supposés une telle carrière. Pleinement impliqué dans la vie universitaire, il fut président de l’Université Toulouse II-Le Mirail de 1978 à 1980, époque marquée par l’augmentation continue des effectifs étudiants et la difficulté d’y faire face. Universitaire, romancier, critique taurin reconnu, l’intellectuel n’hésitait pas à quitter les sentiers de l’historien pour porter son regard sur le monde ibérique. Témoin et acteur majeur d’un demi-siècle d’hispanisme français, il en était l’un des plus éminents représentants.


  • Bennassar B., 2018, Pérégrinations ibériques. Esquisse d’égo-histoire, Madrid : Casa de Velázquez.

  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

Le temps de la formation : l’Espagne au cœur

Bartolomé Bennassar affirma très tôt un goût prononcé pour la société et la culture espagnoles. Né à Nîmes en 1929 d’un père mallorquin, il se rendait souvent sur l’île paternelle. Ce tropisme hispanique s’affirma dans le monde universitaire à partir des années 1950. Lauréat de l’agrégation en 1952, il fut incité par le président du jury, Fernand Braudel (1902-1985), à choisir l’histoire espagnole.

Il entama alors une thèse sur Valladolid au siècle d’or (1492-1681). Nommé membre de la Casa de Velázquez à Madrid en 1955, il y trouva un environnement scientifique privilégié pour mener à bien ce travail. Cette étude magistrale, publiée en 1967, fit très vite autorité. Elle s’inscrivait résolument dans les méthodes et la démarche de l’École des Annales.

L’historien définit ainsi le cadre géographique de son étude, la Meseta septentrionale (haut plateau situé au centre de la péninsule ibérique) sur laquelle Valladolid exerça une influence sociale, économique et culturelle. Siège de la Cour espagnole jusqu’en 1560, elle était une ville prospère, qui attirait les hauts fonctionnaires et les officiers. Ce dynamisme démographique et l’arrivée de nombreux nobles au pouvoir d’achat élevé permirent l’essor de l’économie locale. Le départ de la Cour en 1560 constitua alors un coup sévère pour la ville et témoigne de « la dépendance certaine de sa prospérité à l’égard du phénomène politique ».

Sensible à la conjoncture économique, Bartolomé Bennassar en a décrit les rythmes et les mouvements. Il a insisté notamment sur l’essor de l’agriculture dans un territoire fertile, qui facilitait l’approvisionnement de la cité. Enfin, la plume de l’historien a donné corps à une société imprégnée de religiosité, marquée par une conception seigneuriale de l’honneur. Il a dessiné ainsi les contours d’un « style de vie ».


  • Bennassar B., 1967, Valladolid au Siècle d’Or. Une ville de Castille et sa campagne au XVIe siècle, Paris-La Haye : Mouton et Cie.


Un historien des mentalités

Dans la lignée de sa thèse, Bartolomé Bennassar s’intéressa à l’étude des comportements et des mentalités de la société espagnole, approche intrinsèquement liée à l’École des Annales. Il s’agissait de mettre au jour la psychologie collective d’un groupe, ses manières de penser et ses représentations. Ainsi, l’historien du monde hispanique fit sienne la phrase de Lucien Febvre qui, près de quarante ans auparavant, en appelait à « inventorier dans son détail, recomposer pour l’époque étudiée, le matériel mental dont disposaient les hommes de cette époque ; […] reconstituer l’univers, tout l’univers physique, intellectuel, moral, au milieu duquel chacune des générations qui l’ont précédé se sont mues » (in Combats pour l’histoire, 1952).

Historien de la société espagnole à l’époque moderne, Bartolomé Bennassar construisit à partir des années 1970 une œuvre scientifique exceptionnelle et de portée internationale. Il publia en 1975 L’Homme espagnol dans la collection « Le Temps et les Hommes » chez Hachette. Le sous-titre – Attitudes et mentalités – met en lumière l’approche privilégiée : l’étude des comportements collectifs des Espagnols, de leur conception du monde et de leurs modes de vie.

De surcroît, il défricha à cette époque un nouveau champ de recherche sur l’Inquisition espagnole. Ce travail aboutit à la publication de L’Inquisition espagnole, XVe-XIXe siècles en 1979. L’ouvrage permet d’approcher la réalité d’une institution complexe et structurante de la société espagnole à l’époque moderne.

La démarche de l’historien l’amena à s’intéresser à la fois aux acteurs institutionnels du Saint-Office, ainsi qu’aux individus victimes de cette institution. À cet égard, l’histoire de l’Inquisition apparaissait pour Bartolomé Bennassar comme « l’illustration du drame qui menace les hommes chaque fois qu’une liaison organique s’établit entre l’État et l’Église ». Demeurant sur le terrain religieux, il publia en 1989 avec son épouse Lucile un ouvrage novateur sur les contacts interculturels, Les Chrétiens d’Allah. Ils s’intéressèrent ainsi aux chrétiens convertis à l’Islam aux XVIe et XVIIe siècles, appelés « renégats », souvent capturés par les pirates et corsaires barbaresques en Méditerranée ou dans l’Atlantique.


  • Bennassar B., Bennassar L., 1989, Les Chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats (XVIe-XVIIe siècles), Paris : Perrin.

  • Bennassar B. et al., 1979, L’Inquisition espagnole, XVe-XIXe siècle, Paris : Hachette Littérature.

  • Bennassar B., 1975, L’homme espagnol. Attitudes et mentalités du XVIe au XIXe siècle, Paris : Hachette.


Faire bouger les lignes

Si Bartolomé Bennassar a mis en lumière les mentalités et la psychologie collective d’une société, son approche ne sacrifiait pas pour autant la dimension exceptionnelle de certains destins. Exempte de préjugés historiographiques, son écriture historique faisait ainsi une large place à la biographie. Il fut ainsi l’auteur d’un Hernán Cortés, ouvrage qui lui permit d’intégrer à son travail la dimension impériale de la monarchie Catholique. Ne se cantonnant pas à l’Espagne péninsulaire, les horizons de ses travaux atteignirent l’Amérique ibérique.

De même, l’ouvrage consacré à Francisco Franco met en évidence la capacité de l’historien à explorer d’autres terrains, à porter son regard au-delà de sa période de prédilection et à faire bouger les frontières académiques. Il dépasse ainsi le cadre chronologique de la période moderne afin d’explorer l’Espagne sur la longue durée, du XVIe au XXe siècle. Il approfondit son analyse de l’Espagne contemporaine pour mettre au jour dans La guerre d’Espagne et ses lendemains (2004) les destins des Espagnols meurtris par le conflit et l’épreuve de l’exil, la Retirada.

Prompt à faire bouger les lignes, l’intellectuel n’hésitait pas en outre à quitter le territoire de l’historien pour approcher le monde hispanique. Auteur d’une Histoire de la tauromachie en 1993, il en retraça les étapes de l’émergence et de la codification. Il l’analysa surtout dans sa dimension sociale, politique et économique. Féru de corrida, Bartolomé Bennassar devint de surcroît un critique taurin reconnu. Les propriétaires de la Maestranza de Séville l’ont d’ailleurs sollicité pour inaugurer la feria de la ville en 2002. Membre de l’Association des critiques taurins de France, il écrivait régulièrement dans la revue Toros spécialisée dans le domaine.

Par-delà les sentiers battus universitaires, l’intellectuel porta enfin un regard littéraire sur le monde hispanique. Il fit en effet œuvre de romancier dès 1962. Il écrivit trois romans, dont Toutes les Colombies, longtemps resté dans les tiroirs et finalement publié en 2002 chez Christian de Fallois. L’intrigue prend place dans la Colombie du début des années 1960, dans un contexte révolutionnaire et de guerre civile. Au cœur des enjeux de la guerre froide, l’auteur met en scène les fractures internes d’un pays divisé entre velléités révolutionnaires et maintien du statu quo.


  • Bennassar B., 2001, Cortés : le conquérant de l’impossible, Paris : Payot.

  • Bennassar B., 2004, La guerre d’Espagne et ses lendemains, Paris : Perrin.

  • Bennassar B., 1995, Franco, Paris : Perrin.

  • Bennassar B., 1993, Histoire de la tauromachie. Une société du spectacle, Paris : Desjonquères.


Un enseignant dans l’âme

Auteur prolifique et reconnu, Bartolomé Bennassar ne séparait pas le savoir de sa transmission. Il fut recruté en 1956 comme assistant à la Faculté des Lettres de Toulouse, institution qu’il ne quitta plus jusqu’à sa retraite en 1990. Il y devint alors chargé d’enseignement d’histoire économique, puis professeur d’histoire contemporaine, avant de devenir président de l’Université de 1978 à 1980. Enseignant dans l’âme, sa pratique pédagogique témoigne d’un goût prononcé pour l’innovation. Il réinventa ainsi le traditionnel cours magistral et mit en place dans les années 1970 un enseignement sur la Méditerranée dispensé conjointement avec André Ducelier et Jean-Pierre Almaric, tous trois n’hésitant pas à débattre et à s’interpeler pendant le cours.

Parallèlement à ces innovations d’enseignement, il poursuivit une intense activité éditoriale et publia nombre d’ouvrages de synthèse qui devinrent autant d’outils de travail pour plusieurs générations d’étudiants et d’hispanistes. Il est notamment l’auteur avec Jean Jacquard du manuel sur le XVIe siècle dans la « Collection U » chez Armand Colin, paru en 1972, qui devint un ouvrage de référence pour les apprentis historiens.

Ultérieurement, Bartolomé Bennassar réunit plusieurs hispanistes français et coordonna un grand ouvrage de synthèse, l’Histoire des Espagnols (1985), encore largement utilisé par les étudiants. Le livre décrit sur le temps long (du VIe au XXe siècle) les hommes et les femmes acteurs de cette longue histoire. Il analyse la vie, le travail, l’éducation, les divertissements et les croyances du peuple espagnol. De même, l’historien dépassa le cadre géographique de l’empire hispanique et porta son regard sur d’autres horizons. Il fut ainsi l’auteur avec Richard Marin d’une Histoire du Brésil (2000), première synthèse en langue française sur le sujet. Les auteurs y retracent les étapes de la découverte, du peuplement et de la mise en valeur de ce vaste territoire, de la période coloniale au XXe siècle.

Finalement, le monde hispanique de Bartolomé Bennassar se mesure moins en nombre d’articles et de pages noircies, que par l’influence que l’historien a exercée sur une génération d’étudiants et de chercheurs. Ainsi les travaux d’élèves tels que Jean-Pierre Dedieu sur l’Inquisition de Tolède ou Jean-Pierre Amalric sur la population et la production en Castille font encore autorité. En outre, les multiples traductions des ses ouvrages, notamment en espagnol, lui permettent de laisser une empreinte profonde dans l’hispanisme mondial. Membre correspondant de l’Académie royale espagnole d’histoire (1982) et de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse (2003) ou encore correspondant de l’Académie de Nîmes (1992), il jouissait de la reconnaissance de ses pairs. De surcroît, son incorporation à l’ordre espagnol d’Alphonse X le Sage en 1987 de même que le titre de docteur honoris causa qui lui fut attribué par l’Université de Valladolid, témoignent de sa notoriété outre-Pyrénées.

  • Bennassar B., Marin R., 2000, Histoire du Brésil, 1500-2000, Paris : Pluriel, Fayard.

  • Dedieu J-P., 1989, L’administration de la foi, l’Inquisition de Tolède (XVIe-XVIIe siècles), Madrid : Bibliothèque de la Casa de Velázquez.

  • Bennassar B., dir., 1985, Histoire des Espagnols, VIe-XXe siècle, Paris : Armand Colin.

  • Amalric J-P., 1976, Peuplement, paysage, production en Vieille-Castille au XVIIIe siècle, thèse d’État, Université Toulouse-Le Mirail, 1990, 2 volumes, Espagne, Paris : Le Seuil.

Crédits image en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors et Clker-Free-Vector-Images ; Wikimedia Commons Joson et Chabacano ; Pixabay benzahodnar ; Svg Silh ;

 

 


Sylvain Lloret

Université Sorbonne Université, UMR 8596 Centre Roland Mousnier (sylvain.lloret@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.