Femmes entrepreneures du XVIIIème siècle

Des femmes à la tête d’entreprises aux XVIIIe siècle ? L’histoire est méconnue et pendant – trop – longtemps, les entrepreneures sont restées en marge des recherches en histoire des femmes ou en histoire du travail. Pourtant, elles n’étaient pas si marginales qu’on ne l’a d’abord cru.

Henri Hauser déclarait déjà en 1897 : « C’est une opinion assez généralement répandue que l’emploi des femmes dans l’industrie est une invention des temps modernes. On se figure volontiers que les siècles passés ont laissé exclusivement la femme à son rôle d’épouse et de mère ; c’est, dit-on, le régime capitaliste, c’est la liberté du travail et la machine, qui ont créé ces types nouveaux : l’ouvrière, la patronne, la jeune apprentie. Mais l’histoire constate qu’elle n’est en accord ni avec les faits, ni avec les textes. »

Il a pourtant fallu attendre les années 1970 et l’avènement progressif d’une « histoire des femmes », dans la droite lignes des women studies américaines, pour que les historiens s’intéressent à la réalité du travail féminin. Il fallu attendre vingt ans de plus pour que commence à émerger une réflexion sur l’entrepreneuriat féminin sous toutes ses formes. Quittant la rhétorique de l’exclusion juridique et économique, les chercheurs ont alors mis en évidence l’existence de stratégies féminines qui confirment l’écart entre la norme et la pratique. Les études de cas se sont enfin multipliées, rendues possibles par la mobilisation de sources nouvelles (correspondance, actes notariés…).

Mais si le cas des veuves, des filles majeures ou des marchandes publiques est aujourd’hui mieux connu, celui des épouses indépendantes en affaires continue de soulever nombre de questions. Le cas de Marguerite Blakey, propriétaire du Magasin Anglais à Paris durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, elle-même mariée et à la tête d’une affaire dans laquelle son mari interfère peu, est à ce titre particulièrement intéressant à analyser.


  • Dejardin C., 2019, Madame Blakey, une femme entrepreneure au XVIIIème siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et la revue numérique d’histoire actuelle Entre-Temps dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

Madame Blakey, entrepreneure à Paris au XVIIIème siècle

Marguerite Elisabeth Aumerle naît à Paris le 16 mars 1727 et épouse Guillaume Blakey dix-neuf ans plus tard, le 17 novembre 1746. Ce dernier, né en 1711, a alors trente-cinq ans. Des premières années de la vie de cette commerçante, on sait peu de choses, sinon ce qu’elle en dit dans ses lettres, et dans un factum qu’elle fait rédiger en 1773 contre son mari afin d’obtenir de la justice une séparation de corps et d’habitation. Ce factum, quoique partial, est très riche en informations. Croisé à d’autres sources plus objectives, il permet d’esquisser en pointillés le parcours de Madame Blakey.

Après avoir épousé ce fils d’horloger, elle se retrouve pendant près de onze ans à la tête d’un atelier dont il ne reste aujourd’hui pas de traces. Elle est finalement contrainte d’y mettre fin et suit son mari dans ses nouvelles entreprises. Pendant qu’il  assure la direction d’une manufacture de limes à Essonne, la commerçante revend pour lui bandages et matériel d’horlogerie à Paris.

Quelques années plus tard, en 1762, elle obtient une séparation de biens qui la protège officiellement des dissipations de son mari. Elle ouvre alors une boutique dans la rue des Prouvaires, à laquelle elle appose en 1767 l’enseigne de « Magasin Anglais » – boutique qu’elle gère seule, comme elle aime à l’affirmer elle-même.

Profitant de l’anglomanie qui se développe avec la fin de la guerre de Sept Ans, elle y importe des marchandises qu’elle revend à Paris mais également ailleurs en France et au-delà des frontières. Mais de premières difficultés surviennent en 1770. Elle est alors contrainte de rassembler ses créanciers qui acceptent de signer un contrat d’atermoiement lui accordant un étalement du paiement des sommes dues.

Quelques mois plus tard pourtant, une partie de ces derniers, auxquels se joint Guillaume Blakey, se mobilisent et la font incarcérer au Petit Châtelet pour banqueroute frauduleuse. Depuis sa cellule, elle gagne le soutien d’un nombre croissant d’interlocuteurs, et obtient sa libération en janvier 1772, déchargée de toutes ces accusations. Dès lors, elle s’active pour reconstituer une affaire qui porte toujours le nom de Magasin Anglais et siège quelques rues plus loin, sur le quai de la Mégisserie.

Elle s’associe avec Bournisien d’Épineville, venu de Rouen pour développer son négoce, et continue son commerce sur le même modèle que le précédent jusqu’en décembre 1776, date à laquelle elle vend son fonds de commerce au Sieur Jousset de Lisy. Celui-ci fait d’elle sa procuratrice générale et spéciale, permettant à Marguerite Blakey de continuer ses affaires au sein du magasin jusqu’à la fin de l’année 1777.

Des limites juridiques et institutionnelles à nuancer

Ainsi, quoique femme et surtout épouse de Guillaume Blakey, malgré des démêlés judiciaires importants, Marguerite Blakey a mené ses affaires avec une autonomie croissante pendant plus de quinze ans.  Il ne s’agit bien sûr pas, sous prétexte d’étudier les marges de manœuvre d’une femme d’affaires, de nier des limites qui restent bien réelles. Une partie d’entre elles sont explicitement énoncées dans les textes, comme l’exclusion imposée aux femmes de la majorité des corporations et, par là même, de l’apprentissage.

Mais une grande partie de ces limites reste implicite. Elle découle de la définition de l’entreprise, entendue comme l’investissement d’un capital par une personne, et supposant une prise de risque dans l’attente de quelques bénéfices. Ces obstacles résident principalement dans ce qu’énonce la Coutume de Paris à propos de la communauté de biens. Ce recueil de lois, codifiées au XVIe siècle et régissant toujours les droits civils des individus au XVIIIe siècle, affirme en effet que « une femme mariée ne peut valablement s’obliger, contracter, donner, vendre ni aliéner par quelque acte que ce soit portant aliénation de ses biens, soit devant notaire, soit sous signature privée, sans être autorisée de son mari ».

Difficile dans ces conditions d’envisager une quelconque démarche entrepreneuriale de la part d’une femme mariée ! Le parcours de Marguerite Blakey permet néanmoins de comprendre comment, malgré ces obstacles, des femmes ont pu obtenir suffisamment d’autonomie pour exercer les activités qu’on leur découvre au fil du temps et des recherches. Des réponses se trouvent dans les textes juridiques mêmes, de manière plus ou moins formelles : les autorisations, les procurations ou encore les privilèges accordés à ces femmes leur permettent de contourner le rejet qui leur est imposé par la majorité des corporations. La séparation de biens, surtout, permet de dépasser quantité d’impératifs énoncés dans la Coutume de Paris puisqu’elle met fin à la problématique communauté de biens.

Une autre pratique consiste à s’associer avec un autre négociant, comme Marguerite Blakey le fait avec Bournisien d’Épineville. Cette association est intéressante puisqu’elle atteste qu’une femme entrepreneure peut y trouver les ressources nécessaires à ses affaires, sans pour autant renoncer à son autonomie. Elle peut  même y trouver un recours pour garantir cette autonomie.

Le réseau de Marguerite Blakey

Ces observations, lorsqu’elles sont mises en perspective avec le parcours personnel ponctué de nombreux rebondissements de Marguerite Blakey, invitent à considérer sérieusement l’importance du réseau de relations de la commerçante. Il constitue une ressource mobilisable et mobilisée dans la gestion de son entreprise. C’est grâce au soutien actif des divers membres de ce réseau qu’elle parvient à sortir du Petit Châtelet en 1772, malgré les terribles accusations qui lui sont faites ; c’est grâce à la confiance que lui accordent encore une fois ces différentes relations qu’elle parvient à reprendre son activité, en l’absence d’un époux qu’elle présente comme la cause de tous ces troubles.

L’analyse sur le temps long des différents rouages de ce réseau permet de mieux saisir la place d’une entrepreneure comme Marguerite Blakey dans la société négociante du XVIIIe siècle. La commerçante mêle aux recours juridiques officiels des recours informels qui se révèlent tout aussi passionnants que révélateurs d’un réseau notablement étendu et remarquablement efficace.

Ce réseau, la commerçante l’a progressivement construit au gré de ses activités, sans réelle difficulté. En adoptant les codes de ses membres – des hommes, principalement – en reproduisant leur langage et leurs pratiques, elle accroît son autonomie entrepreneuriale. En conséquence, elle y jouit toujours d’une place de choix après les épreuves traversées en 1771 : dès sa sortie de prison en janvier 1772, elle multiplie les courriers et les déplacements pour regagner la confiance fragilisée de ses interlocuteurs.

Dans ses discours, qu’elle soit une femme importe peu ; mais qu’elle soit une commerçante efficace et honnête est primordial. Elle met ainsi en avant sa bonne foi, dément sans relâche les accusations de banqueroute et de banqueroute frauduleuse, faisant valoir ses capacités de commerçante et le potentiel du commerce qu’elle fait d’une marchandise anglaise d’excellente qualité. E

lle parvient ainsi à mobiliser ses membres, qui apparaissent comme autant de ressources potentielles – financières, juridiques, sociales – dans l’exercice d’une entreprise de plus en plus autonome, et échappe à l’emprise d’un mari qui disparaît progressivement des sources, comme de la vie de la commerçante.

Il ressort de ce travail un contraste entre des difficultés institutionnelles et juridiques réelles, et une intégration sociale réussie dans un milieu négociant principalement masculin. Les observations qui ont été menées et rapportées dans cet ouvrage semblent contredire la croyance tenace selon laquelle l’enjeu de la réputation des femmes à l’époque moderne irait à l’encontre de leurs ambitions entrepreneuriales, pour faire de ces dernières une vertu largement défendue par Madame Blakey lors de son incarcération en 1771…

Crédits images en CC : Pixabay ArtsyBee,  Cool SIlh, Svg Silh, Clker-Free-Vector-Images, b0red


Camille Dejardin

Master d’histoire économique et sociale, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne (dejardin.camille@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marion Wesely dit :

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses (sur fr.hypotheses.org et hypotheses.org).
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

  1. 30/09/2019

    […] Vous pouvez cliquer sur ce lien pour lire l’entièreté de l’article sur Mondes Sociaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.