La Chine, une nouvelle puissance culturelle ?

Quelles sont les initiatives de la Chine dans le domaine culturel ? D’une manière générale, les livres consacrés à ce pays analysent la puissance chinoise sous l’angle des sciences politiques, de l’économie ou de la stratégie mais rarement sous celui de la culture. Il faut dire que l’objet « Chine » est en soi déroutant. La nature même du régime, une dictature, déjoue nos catégories. Il est d’usage de parler de son Soft power mais ce langage ne le dissocierait en rien des initiatives culturelles décidées par un régime démocratique, celui de la France notamment. N’est-ce pas confondant ?

Cette première interrogation m’a conduit à étudier l’héritage théorique de Joseph Nye, l’inventeur du Soft power, concept que les Chinois ont repris par commodité ou pour en dénaturer le sens originel. Dans les faits, la Chine est véritablement une puissance hors normes. C’est la raison pour laquelle il est aussi  difficile sinon impossible d’évaluer l’impact des initiatives culturelles qu’elle mène à l’étranger par la seule réalisation de sondages. Cette approche quantitative chère au Pew Center et aux sciences sociales américaines est certes  utile pour une appréciation de données collectives ; elle permet aussi de confirmer ou d’infirmer des hypothèses, mais elle laisse néanmoins le chercheur sur sa faim.


  • Cet article est mis en ligne dans le cadre d’un partenariat avec MKF Éditions.

Quelle politique étrangère pour la Chine ?

Cette approche n’explique rien sur l’efficacité supposée de la politique étrangère chinoise et de sa capacité à séduire les populations étrangères. Au tournant des années 2000, les autorités chinoises ont en effet décidé de se projeter dans des initiatives culturelles en dehors de leurs frontières. Leur décision a constitué un tournant et rien ne nous interdit de penser que ces initiatives s’adressent d’abord à la diaspora et aux ressortissants chinois de l’étranger.

Un chiffre : de moins de 300 000 au début des années quatre-vingt, ces ressortissants étaient plus de 125 millions en 2015. Ils sont à l’origine d’un rapport déterritorialisé à la culture chinoise que nous avons appelé, dans un ouvrage précédent, la sinitude. Cette dernière implique un rapport distancé au continent chinois et la reconnaissance d’une communauté aussi plurielle que fragmentée.

Au nom de la cohésion nationale et du défi toujours posé par les singularités que représentent Taïwan, Hong Kong ou les minorités agissantes sino-américaines (en Californie tout particulièrement…) ou sino-australiennes, Pékin sera toujours tentée, de près ou de loin, à vouloir les séduire et à les contrôler. Chaînes de télévision chinoises et relais satellitaires de par le monde vont en ce sens. Pour comprendre les enjeux et les configurations qui s’esquissent ainsi sous nos yeux, il faut faire l’histoire des représentations.


  • Lincot E., 2010, Peinture et pouvoir en Chine (1979-2009) : une histoire culturelle, Paris, You Feng.


Une histoire des représentations

Ces dernières sont nombreuses. Elles vont des objets de culture (le livre, le film, l’objet d’art…) aux acteurs, en passant par les langues et les normes symboliques. Dans cette approche, l’histoire événementielle et diplomatique tient une place déterminante.

Toute diplomatie, surtout culturelle, se traduit par des échanges qu’il faut étudier sous un angle institutionnel voire sur le mode du transfert ou de la désacculturation. Dans cette approche, les aspects fonctionnels des acteurs (savants, idéologues, diplomates, universitaires, artistes…) dans le jeu des relations internationale doivent être considérés, que ce soit dans leur nature géopolitique ou dans leur dimension mondiale. Il faut aussi interroger le terme de « culture » (wenhua), en langue chinoise. On peut bien sûr la définir par un système de normes, de valeurs et de communauté d’appartenance. Mais dans sa conception chinoise, ses acceptions sont bien plus multiples.

L’une d’entre elles – et non des moindres – entre en résonance avec la notion de « stratégie ». Celle-ci est associée à une interprétation subordonnant la culture au pouvoir d’un État enserré, depuis l’avènement du régime communiste, par une organisation léniniste. Dans cette optique, le Soft power, tant dans son appellation que dans la réalité qu’elle recouvre, peine à correspondre aux objectifs animés par la nature profondément autoritaire du régime chinois.

Du Soft power au Sharp power

La culture politique de l’État-parti laisse bien peu d’initiatives. En cela, le discours officiel chinois est en adéquation avec les régimes illibéraux. Et c’est bien parce que la Chine a une approche différente de la culture et de son usage, que deux chercheurs américains du think tank de la Fondation Nationale pour la Démocratie, Christopher Walker et Jessica Ludwig, ont précisément désigné ce qui, selon eux la caractériserait le mieux en tant que Sharp power.

Sharp signifie pointu, piquant, tranchant. Et les deux chercheurs filent la métaphore pour évaluer ce nouveau genre d’influence. Le Sharp power est le «  pouvoir qui perce, pénètre et perfore l’environnement politique et informationnel des pays-cibles  ». Ceux-ci sont victimes d’une propagande qualifiée à la fois « de subversive et de corrosive ».

Même si les auteurs de ce rapport ont raison de comparer les initiatives de la Chine en la matière à celles entreprises par son allié russe, elles s’en distinguent aussi. D’une part parce que l’usage des fake news n’a jamais pris l’ampleur institutionnelle, diplomatique et militaire comme celle initiée par Moscou et l’un de ses cerveaux, Valéry Guerasimov – que ce soit en Crimée ou en Syrie. D’autre part, parce ce que les initiatives de prestige de la Chine à (ou en rapport avec) l’étranger visent à flatter l’orgueil national et sécuriser des espaces qu’elle souhaite fidéliser.

Or, cette sécurisation est l’un des grands principes défendus par le régime. La « Sécurité culturelle » (wenhua anquan) va dans le sens de l’élaboration d’une politique façonnée par l’histoire traumatisante que subit le pays durant plus d’un siècle (depuis les guerres de l’opium jusqu’en 1949).

Christopher Walker et Jessica Ludwig ne croient pas si bien dire en employant ce terme de Sharp. Car, dans une acception à laquelle ces deux auteurs n’avaient sans doute pas pensé, il signifie aussi « tailler » ; et dans le contexte chinois, l’allégorie du jade ciselé est l’un des plus grands topos de la philosophie chinoise. Il est illustré également par le Zhuangzi (IVe siècle) qui, rapportant la pratique harmonieuse du boucher Ding, en déduit que celui-ci a toujours su épargner le tranchant de sa lame. Cette dialectique inversée dans la perception souvent univoque que nous avons de la culture et de la politique propres à la Chine est un fait récurrent. Autre exemple des plus significatifs : celui de Deng Xiaoping. Dès les années quatre-vingt, le père de la réforme appelle ses concitoyens, en termes imagés, à reconstruire la Grande muraille.

Reconstruire la Grande muraille

Paradoxe s’il en est, que peu d’observateurs occidentaux avaient relevé, et qui reste d’actualité : toute ouverture de la Chine – celle aux investisseurs étrangers en est une – s’accompagne d’un dispositif de fermeture. Dans une société où l’on privilégie le discours indirect, il n’échappait à personne que la restauration toute symbolique de la Grande muraille était annonciatrice d’une résistance du régime et d’une dénonciation de la « pollution spirituelle » que sont la démocratie et les Droits de l’homme.

L’échec de Gorbatchev à réformer de l’intérieur le système soviétique conforta les dirigeants de Pékin dans leur choix. Plusieurs décennies après la longue parenthèse que furent respectivement l’expérience désastreuse du maoïsme et celles de la première République, ils semblent aujourd’hui avoir renoué avec le legs d’une politique prônée il y a plus d’un siècle par un haut fonctionnaire de la Cour mandchoue, Zhang Zhidong.

Son aphorisme résume tout  : «  l’apprentissage chinois des principes fondamentaux et des études occidentales pour des applications pratiques » (Zhongxue Weiti Xixue Wei Yong). C’est à ce principe que souscrit aujourd’hui Xi Jinping. En cela, le Sharp power chinois est un instrument nécessaire à ce qui tient lieu de mantra : rattrapage pour le pays de son retard technologique et changement de paradigme, la Chine n’étant plus l’« atelier du monde ». En conséquence, cette priorité engage une mobilisation à la fois sociale et culturelle. Donc politique. Toutes les activités du pays lui sont subordonnées, que ce soit dans le domaine de la politique éducative, de l’innovation industrielle ou numérique, des industries culturelles, de la mise en valeur du patrimoine ou de la pensée.

Projection de puissance

Le projet OBOR (One Belt One Road  – Yi dai Yi lu en langue chinoise), autrement appelé, côté français, les Nouvelles Routes de la Soie, est le principal vecteur de cette stratégie. Globale, elle crée les conditions nécessaires à la sécurisation des objectifs chinois dans le monde. Et malgré l’opacité apparente de sa finalité, elle ne laisse aucun doute quant à ses perspectives hégémoniques.

Sur le temps long, dans un tout autre contexte et avec une vitesse quant à l’exécution des moyens mis en œuvre bien moindre qu’aujourd’hui, le déploiement de cette puissance n’est pas sans rappeler les stratégies déployées jadis par la principauté Qin. Dès le IIIe siècle avant notre ère, elle aménagea des routes pour ensuite envahir ses voisins et s’imposer comme force normative. De cette conquête naquit le Premier Empire.

Les dynasties suivantes s’en inspirèrent par l’établissement de villes garnisons d’après une tactique de contournement et de neutralisation de l’adversaire. Rétractable au gré des opportunités, caractérisée par l’aménagement de comptoirs, cette tactique est redécouverte par la Chine à l’aune de considérations bien actuelles et ce, où que ce soit à travers le monde. Dans ce contexte, la culture est un moyen. Fondamentalement hybride dans ses référents comme dans les possibilités, somme toute limitées, accordées à ses acteurs de s’épanouir et de créer en toute liberté, la culture, telle que la conçoivent les autorités chinoises, est symptomatique de ce qu’est devenu ce pays : une puissance déconcertante.

 

Crédits images en CC : Clker-Free-Vector-Images, OpenClipart-Vectors et Needpix.com, 


Emmanuel Lincot

Institut Catholique de Paris - Faculté des Lettres - UR « Religion, culture et société » - EA 7403 (e.lincot@icp.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.