Brésil, enquête sur la dictature

L’extrême droite, qui a pris le pouvoir au Brésil (28 octobre 2018), se revendique d’un héritage, celui de la dictature des années 1960 et 1970. Jair Bolsonaro, et son vice-président le général Mourao ne cachent pas leur admiration pour le colonel Brilhante Ustra, l’un des tortionnaires les plus connus du régime militaire.

Réalisé en 2015, en même temps que le film Brésil, du coup d’État de 1964 à la CNV, ce documentaire revient sur le travail de la Commission nationale de la Vérité dont le rapport, fruit d’un gigantesque travail d’enquête et de recueil de témoignages, devait aboutir à tracer un récit historique de référence.

Une enquête monumentale

Le rapport de la Commission nationale de la Vérité (CNV) est le fruit d’une enquête et d’un travail coordonné de chercheurs, d’historiens, d’avocats, d’experts criminels, et de policiers qui a duré deux ans et demi. La CNV a documenté et confirmé 434 morts et disparus de la dictature. Elle a aussi enquêté sur les autres formes de violations des droits humains, notamment les quelque 20 000 cas de tortures. Ses travaux ont été démultipliés par la création de commissions régionales, sectorielles, locales, etc.

Au total quelque 100 « commissions vérité » ont été créées. Des inspections sur les lieux de tortures ont été diligentées, ainsi que quelques exhumations de corps. Les auditions publiques de bourreaux et de victimes ont été filmées. Certains récits sont dévoilés (et traduits) dans ce documentaire. La déposition de Dulce Pandolfi par exemple, ex-Étudiante engagée dans le mouvement de l’ALN, qui servit de cobaye pour une classe de torture. Mais c’est aussi le cas du témoignage de Zilea Reznik, torturée sur l’île de Flores en 1969 et victime d’abus sexuels, ou bien l’audition du colonel Paulo Malhaès, un des rares militaires qui a ouvertement parlé et décrit sa pratique de la torture, et qui a été assassiné trois semaines après sa déposition.

Un processus inachevé

Après la fin de la dictature militaire au Brésil, en 1985, le processus de transition a tardé. Une loi d’amnistie promulguée sous la dictature en 1979 a empêché toute poursuite contre les tortionnaires. En 1982, un premier projet visant à montrer les crimes de la dictature a été lancé par l’archevêque de Sao Paulo, Dom Paulo Evaristo Arne, « Brasil nunca mais ».

De la part de l’État, c’est seulement en 1995, sous la présidence de Fernando Henrique Cardoso, qu’est créée la Commission spéciale des morts et disparus politiques, qui permet de comptabiliser une part des morts et disparus et d’accorder certaines réparations financières. En 2002 est créée une Commission de l’Amnistie suite à la promulgation d’une nouvelle Loi de réparation visant à indemniser les Brésiliens persécutés par la dictature militaire.  Mais ce n’est que sous la présidence de Dilma Rousseff, en 2011, qu’une nouvelle loi aboutit à la formation de la Commission nationale de la Vérité (CNV).

Cependant, l’énorme travail d’enquête et d’auditions ne s’est pas traduit par des poursuites judiciaires à l’encontre de tortionnaires avérés, contrairement à ce qui s’est passé en Argentine ou au Chili par exemple. La loi d’amnistie de 1979 est toujours en vigueur. Et les préconisations figurant à la fin du rapport de la CNV (visant par exemple à empêcher, aujourd’hui, les tortures dans les installations militaires) n’ont pas été suivies d’effet.

Un discours qui n’a pas changé

Les forces armées brésiliennes (et le président Bolsonaro) continuent aujourd’hui de tenir exactement le même discours que dans les années 1960. Selon elles, il ne se serait pas agi, en 1964, d’un coup d’État instituant une dictature, mais d’une révolution visant à sauver la démocratie face à une menace communiste. Ce sont les forces armées qui se sont opposées à la remise en cause de la loi d’amnistie.

Le rapport de la CNV aboutit à ce constat : les graves violations des droits humains ont été le produit au Brésil d’une politique de l’État, organisée depuis les cabinets présidentiels des présidents dictateurs. Elles avaient pour objectif l’élimination physique des principaux opposants au régime militaire, par le biais d’agents publics, grâce à l’utilisation de ressources publiques et dans des installations publiques. Elles n’ont pas été le produit d’actions individuelles.



Fiche technique

Type de film et année : Film-recherche (2015)

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Producteur : CHS du XXe siècle, en collaboration avec RFI (Radio France Internationale)

Interviewés dans ce documentaire :

  • L’historienne brésilienne Angelica Müller a participé aux travaux de la Commission nationale de La Vérité
  • L’historien français d’origine argentine Bruno Groppo est quant à lui spécialiste de questions liées aux rapports entre histoire et mémoire
  • Les séquences à RFI (Radio France Internationale) ont été tournées à l’occasion de l’émission La Marche du Monde de la journaliste Valérie Nivelon (Cécile Pompéani à la réalisation) consacrée à la Commission nationale de la Vérité.
  • Les séquences de témoignages de tortionnaire (Malhaès, le colonel Brilhante Ustra) et de victimes de la torture (Dulce Pandolfi, Zilea Reznik, etc.) sont extraites de dépositions filmées devant la CNV.
  • Vivien Ishaq a été la coordinatrice exécutive du rapport de la CNV.
  • Pedro Dallari a été le coordinateur de la CNV. Il est avocat et professeur à l’université de Sao Paulo.
  • Jaimes Antunes Da Silva est le directeur des Archives Nationales du Brésil.

Durée : 33’52

Procédé audiovisuel : Prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Photographies et images d’archives filmées : Archives Nationales Brésiliennes 

Traductions : Mélanie Toulhoat et Maitê Peixoto

Traductions/voice over (collaboration avec Radio France Internationale) :

  • Pedro Dallari : voix de Pascal Paradou
  • Dilma Rousseff : voix de Lucie Bouteloup
  • Vivien Ishak : voix de Cécile Pompéani

Jaime Antunes Da Silva : voix de Damien Houles

Heleno Cruz (ancien soldat maison torture intro) : voix de Mathias Golshani

Zilea Reznik : voix de Melissa Barra

Dulce Pandolfi : Voix de Mélanie Toulhoat

Crédits image en CC : Wikimedia Commons Governo do Brasil et Mondes Sociaux, KERBSTONE, Clker-Free-Vector-Images


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.