Horst Bredekamp – L’historien de l’art et le pouvoir des images

Horst Bredekamp est professeur émérite d’histoire de l’art à l’Université Humboldt de Berlin. Il appartient à une génération exceptionnelle d’historiens de l’art allemands qui ont su faire exploser les limites traditionnelles de leur champ de recherche au point qu’il n’est pas rare de les voir désigner comme anthropologues, sociologues ou bien philosophes.

Avec Hans Belting et Gottfried Boehm, les trois « B’s » comme on les surnomme parfois, Horst Bredekamp a apporté une contribution majeure à la science de l’image (Bildwissenschaft) qu’il comprend comme une réflexion interdisciplinaire sur l’image, sur toutes les images. C’est dire l’immensité des recherches qui s’est offerte à lui. Il a écrit sur l’iconoclasme, la sculpture médiévale, le football, l’art des jardins, les cabinets d’art et de curiosité, mais aussi sur les artistes de la Renaissance (Botticelli, Michelangelo, etc), les plans de Saint-Pierre de Rome, l’iconographie politique ou encore les dessins des penseurs (Darwin, Galilée, Leibniz).

Véritable médiateur transdisciplinaire, il s’est affranchi des frontières entre les disciplines afin d’étudier l’image dans tous ses états. Dans un quotidien où règnent les images, c’est notre regard sur le monde, pas moins, que Horst Bredekamp est parvenu à nous faire comprendre.


  • Joschke C., 2018, « De l’histoire sociale à la Bildwissenschaft avec Marx, Benjamin et Warburg. Entretien avec Horst Bredekamp », Perspective, n°2, 105-122.

  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et la revue numérique d’histoire actuelle Entre-Temps dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

L’étincelle initiale

Fils d’un officier de marine et d’une bibliothécaire, Horst Bredekamp est né le 29 avril 1947 à Kiel dans une ville ravagée par les bombardements de l’aviation alliée. Ses parents lui ont transmis le goût pour l’art et les images en le conduisant, alors qu’il était encore très jeune, à des séances du ciné-club ou bien en achetant des livres d’art moderne. Après son service militaire dans la marine, il entame des études en médecine qu’il interrompt très vite. Il suit ensuite divers séminaires en anthropologie, sociologie et psychologie. C’est après avoir assisté à Kiel à un cours sur l’histoire de Saint-Pierre de Rome par Wolfgang Müller (1913-1992) qu’il décide de se consacrer désormais entièrement à l’histoire de l’art. Son parcours universitaire l’amènera aussi à étudier l’archéologie et la philosophie.

En 1968, Horst Bredekamp a 21 ans. Il étudie alors à Munich. C’est là qu’il rencontre le futur historien de l’art Franz-Joachim Verspohl (1946-2009), avec lequel il noue une amitié solide. Il rejoint en outre le mouvement contestataire étudiant, mais peu enclin à en suivre la radicalisation, il s’en éloigne et part bientôt pour Berlin.

En Allemagne, l’histoire de l’art connait au début des années 1970 un véritable tournant sous l’impulsion d’une jeune génération d’historiens de l’art. Les tensions se cristallisent lors des Congrès des historiens de l’art de Cologne (1970) et de Constance (1972). À Cologne, Horst Bredekamp prend part au congrès comme représentant des étudiants. Il fait partie de ceux qui, comme Martin Warnke, son futur directeur de thèse, appellent au renouveau de la discipline, de ses problématiques et de ses méthodes. Dans un climat franchement hostile, les contestataires sont comparés à des iconoclastes… ce qui leur donnera l’idée de se pencher sur le sujet de l’iconoclasme. Cet engagement a fortement influencé son travail au sens où ses recherches semblent être une réponse à son expérience de la politique.

En 1971, Martin Warnke est nommé professeur à Marbourg où règne une véritable effervescence intellectuelle. Horst Bredekamp décide de quitter Berlin, où il étudiait, pour le rejoindre. Il profite là-bas de l’exceptionnel fond d’archives photographiques (Bildarchiv Foto Marburg) fondé par Richard Hamann (1879-1961) pour expérimenter ses premières réflexions sur la science de l’image et orienter ses recherches en iconographie politique.

Avec l’historien de l’art Hans-Joachim Kunst (1929-2007), il crée la revue Kritische Berichte en 1972 en réponse à la crise méthodologique de la discipline et à l’émergence de la New Art History qui promeut notamment une histoire sociale de l’art. C’est sous cet angle qu’il aborde l’iconoclasme de l’Antiquité tardive à la période hussite dans sa thèse de doctorat soutenue en 1974 et aussitôt publiée. Dans l’introduction de cet ouvrage – devenu un classique -, il présente certaines lignes directrices de ses recherches futures. Il remplace ainsi le terme d’« art » par celui « d’image ». Comme certains de ses collègues, il était déjà favorable à une véritable prise de conscience de l’image par l’histoire de l’art. Il insiste aussi sur l’importance de formuler une réponse théorique à la portée sociale, politique et historique des images. Les images ne sont en effet pas de « simples illustrations » ! Il fait également partie de ceux qui élèvent l’image au rang de source pour l’histoire.

L’iconoclasme est toujours resté pour cet iconophile convaincu un sujet d’étude important qu’il a de nouveau investi après la destruction des Bouddhas de Bâmiyân par les Talibans, en Afghanistan (2001). La démolition de ces statues a inauguré une nouvelle période d’iconoclasme touchant aussi, peut-être pour la première fois dans l’histoire, les imagiers lors de l’attentat dans les locaux de Charlie Hebdo en janvier 2015. Après les destructions commises sur le site de Palmyre, Horst Bredekamp a plaidé pour une reconstruction rapide et militante afin de lutter contre la propagande visuelle des terroristes.

En 1974, cinq jours après sa soutenance de thèse, Horst Bredekamp est embauché au musée Liebieghaus (à Francfort) comme commissaire d’une exposition fort remarquée sur l’art médiéval. Il est ensuite nommé assistant à l’Université de Hambourg en 1976, où il devient professeur en 1982.

À Hambourg, aux côtés de Klaus Herding (1939-2018), Franz-Joachim Verspohl et Martin Warnke, il a donné une véritable inflexion sociale à l’histoire de l’art. Il a également participé à la réhabilitation de la Kulturwissenschaftliche Bibliothek Warburg, aujourd’hui Warburg-Haus. Le bâtiment abritait autrefois la bibliothèque du célèbre historien de l’art Aby Warburg (1866-1929), transportée à Londres en 1933 afin de la sauver de la fureur nazie. C’est aussi dans les locaux de la Warburg-Haus qu’il analyse le frontispice du Léviathan du philosophe anglais Thomas Hobbes, en s’intéressant à la manière dont la pensée politique a pu se définir par le dessin au-delà des symboles.


  • Bredekamp H., 2003 [1999], Stratégies visuelles de Thomas Hobbes. Le Léviathan, archétype de l’État moderne. Illustrations des œuvres et portraits, Paris : Maison des Sciences de l’Homme.
  • Bredekamp H., 1975, Kunst als Medium sozialer Konflikte. Bilderkämpfe von der Spätantike bis zur Hussitenrevolution, Frankfurt/M. : Suhrkamp

 L’« acte d’image » dans tous ses états

En 1993, il obtient la chaire d’histoire de l’art du Moyen Âge et des Temps modernes à l’Université Humboldt de Berlin. Le département prend alors le nom d’« Institut d’histoire de l’art et de l’image ». Cela n’est pas anodin puisqu’à ses yeux, l’histoire de l’art est la science historique des images, point commun qu’elle partage avec l’archéologie.

L’une des forces de la discipline réside dans son savoir-faire dans l’analyse des formes et des images. Mais pour ne pas rater le tournant de l’histoire, elle doit intégrer des méthodes d’analyse innovantes, s’approprier les supports récents de l’art et incorporer de nouvelles sources. Ainsi, l’une des contributions majeures de Horst Bredekamp est d’avoir confronté l’imagerie scientifique et les dessins techniques aux œuvres d’art. L’intérêt porté à ces images remonte à ses premiers travaux sur l’histoire des savoirs qu’il a abordée sous l’angle de l’histoire des jardins et des musées. Ces lieux constituent des espaces dynamiques d’acquisition des connaissances, de réception sensorielle et d’affirmation de la liberté de l’individu.

Pour encourager cette dynamique interdisciplinaire, il fonde en 1999 avec le mathématicien Jochen Brüning le centre de recherche Hermann von Helmholtz-Zentrum für Kulturtechnik, où il conduit un projet de recherche intitulé « L’image technique ». Toutes les disciplines scientifiques produisent des images et ont donc besoin d’un cadre théorique pour s’interroger sur elles. Ces images constituent par ailleurs un réservoir inépuisable de formes. Horst Bredekamp n’a eu de cesse de questionner le langage des formes, réflexe de la création artistique et miroir de l’histoire des idées. La forme est l’élément qui continue à agir sur le regardeur plusieurs siècles plus tard, indépendamment du contexte dans lequel l’image a été créée. Les formes ont aussi joué un rôle important dans la « constitution, la modélisation, la diffusion et la documentation des savoirs et des connaissances dans les sciences naturelles ». Le succès rencontré par le projet s’est concrétisé par la création du pôle d’excellence « Image, savoir, conception. Un laboratoire interdisciplinaire ».

Son intérêt pour l’histoire des savoirs a également conduit l’historien de l’art à se pencher sur les dessins des savants Leibniz, Darwin et Galilée. Il a montré que l’image génère autant qu’elle énonce la pensée. En examinant les griffonnages en marge des manuscrits de Darwin, il établit que le savant avait utilisé le dessin pour donner forme à sa pensée. Il a aussi élaboré le concept de « main pensante » : le mouvement de la main exprimerait l’action du cerveau et en même temps activerait le processus de la pensée. Ce qui lui a fait dire en plaisantant que les plus grandes découvertes ont été faites en crayonnant sur des ronds à bière !

En 2010, il publie son ouvrage Theorie des Bildakts (Théorie de l’acte d’image), issu des Conférences Adorno données par l’auteur en 2007 à Francfort. Dans ce livre qui est désormais un classique, l’auteur offre une réflexion théorique à la hauteur de l’omniprésence des images dans notre quotidien. Outre une définition de l’image et de ses statuts, il propose une phénoménologie de l’acte d’image qu’il développe en réponse à l’acte de langage (speech act) de John Austin et de John Searle. Il dresse ainsi une typologie de l’acte d’image qui peut être schématique (par imitation des gestes, des poses et des formes figurées, le corps devient image et l’image corps), substitutif (le corps est traité comme une image et inversement) et intrinsèque (image agit en tant que forme).

Il s’appuie sur une riche documentation qui va des silex aux performances de la plasticienne et vidéaste suisse Pipilotti Rist, en passant par la Victoire de Samothrace. Son analyse archéologique de ces images qu’il scrute avec une précision redoutable constitue le fondement sur lequel il structure sa réflexion. Cet ouvrage dédié au philosophe John M. Krois (1943-2010), reflète également la démarche qui fut la sienne durant toute sa carrière : mettre en relation la philosophie et l’histoire de l’art. Dans ce livre, il cherche aussi à saisir ce qu’il nomme la « puissance » de l’image. Bien qu’elle ne soit pas vivante, l’image est en interaction constante avec le regardeur. Le chercheur s’interroge sur la capacité d’énonciation des images, mais aussi sur leurs aptitudes à agir. C’est alors vers l’anthropologie qu’il se tourne pour nourrir sa réflexion. Il est ainsi parvenu à faire émerger l’image dans un discours donnant accès au monde.


  • Golsenne T., Maillet C., 2018, « Libérer les images : compte-rendu critique de Horst Bredekamp, Théorie de l’acte d’image, La Découverte, 2015 », Images Re-vues, Hors-série, n°6, 1-15.

  • Bredekamp H., 2015, Théorie de l’acte d’image, Paris : La Découverte.

  • Bredekamp H., 2012, Leibniz, Herrenhausen et Versailles. Le jardin à la française, un parcours de la modernité, Dijon : Les Presses du réel

  • Bredekamp H., 2008 [2005], Les coraux de Darwin. Premiers modèles de l’évolution et tradition de l’histoire naturelle, Dijon : Les Presses du réel.

  • Bredekamp H., 2007, Galilei der Künstler. Der Mond. Die Sonne. Die Hand, Berlin : Akademie.


Savoir transmettre

Ceux qui ont déjà eu le privilège d’assister à l’une de ses conférences savent que Horst Bredekamp est un orateur de grand talent qui sait convaincre autant que séduire. Il est en effet de ces chercheurs qui irradient d’un feu sacré par amour pour leur discipline. Rien ne semble pouvoir le détourner de ses recherches, pas même sa passion pour le sport. Sportif accompli, il a longtemps pratiqué le marathon et joue encore au football. L’un de ses plus grands succès de librairie est d’ailleurs un ouvrage consacré au football dans la Florence des Médicis.

Horst Bredekamp est aussi un auteur prolifique, qui se retire du monde chaque année sur la presqu’île d’Eiderstedt (Schleswig-Holstein) afin d’écrire en toute sérénité, loin de la frénésie de son quotidien académique. Son esprit de synthèse, sa capacité à formuler d’une manière aussi élégante qu’exacte ses idées confère à sa prose toute la beauté qui convient à sa discipline. Il a d’ailleurs reçu le prix Sigmund Freund de la Deutsche Akademie der Dichtung und der Prosa (2001) pour la qualité de ses écrits. Il s’agit d’un véritable honneur pour cet homme, dont la force des mots fait écho à la puissance des images qu’il étudie. Les mots font également son quotidien puisqu’il ne possède pas moins de 18 000 livres dans sa bibliothèque personnelle !

Au cours des dernières décennies, il a joué un rôle très actif dans les politiques scientifiques et universitaires en Allemagne. Entre 2015 et 2018, il a été notamment l’un des trois administrateurs du Humboldt Forum, l’un des projets scientifiques et politiques les plus ambitieux depuis la réunification de l’Allemagne. Membre d’institutions scientifiques de grand renom, l’historien de l’art a été plusieurs fois récompensé par l’obtention de prix prestigieux pour sa contribution majeure dans le domaine des sciences humaines et sociales. Il fut ainsi le premier historien de l’art à recevoir le prix de recherche du prestigieux Max-Planck-Institut (2006).

Compléments bibliographiques

  • Bredekamp H., 2019, Aby Warburg, der Indianer. Berliner Erkundungen einer liberalen Ethnologie, Berlin : Wagenbach.
  • Bredekamp H., 2018, Berlin am Mittelmeer. Kleine Architekturgeschichte der Sehnsucht nach dem Süden, Berlin : Wagenbach.
  • Bredekamp H., 2000 [1988], Sandro Botticelli, Le Printemps. Florence, jardin de Vénus, Paris : G. Monfort.
  • Bredekamp H., 1996 [1993], La Nostalgie de l’Antique. Statues, machines et cabinets de curiosité, Paris : Diderot éditeur/ Arts et sciences,
  • Bredekamp H., 1995 [1993], Le football florentin. Les jeux et le pouvoir à la Renaissance, Paris : Diderot éditeur.

L’auteure remercie Vasiliki Zachari pour sa relecture attentive.

Crédits images en CC : Clker-Free-Vector-Images, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Pixabay Pixaline, Wikimedia Commons Humboldt-Universität Berlin, Pixabay Clker-Free-Vector-Images, OpenClipart-Vectors

 


Isabelle Warin

ANHIMA–UMR 8210 (isabelle.warin@gmx.ch)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/10/2019

    […] Vous pouvez cliquer sur ce lien pour lire l’entièreté de l’article sur Mondes Sociaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.