Le commentaire sportif est-il la voix du terrain ?

Aborder les rapports complexes entre le sport et les médias par le commentaire sportif peut sembler une perspective surprenante. Pourtant, le commentaire est un élément emblématique des liens entre ces deux univers.

En effet, il est la manifestation première de la médiatisation du sport, celle de la retransmission. Il est présent dans les imaginaires car il n’est pas de film traitant du sport sans la présence d’un speaker, sans une séquence de radio/télédiffusion dans laquelle on entend le commentaire. Mais il l’est aussi dans les mémoires : on se souvient davantage des moments épiques ou désastreux des commentaires que des choix heureux ou malheureux de réalisation.

Tout un chacun pense en connaître les arcanes, ayant vécu ses grandes heures en tant qu’auditeur ou téléspectateur français, se souvenant de ses « stars » (Roger Couderc pour le rugby, Thierry Roland pour le football…), ayant assisté ou entendu parler de ses dérapages, et éprouvé, en partie grâce à lui, les fameuses émotions sportives. Et pourtant…


  • Bonnet V., 2019, La voix du terrain. Genre, dispositif et fonction sociale du commentaire sportif, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée.


 Un dispositif de confiance

Accompagnement des images, l’explication de l’action, occupation des silences, maintien de l’attention, positionnement par rapport aux autres médias et concurrents (…), multiples sont les fonctions du commentaire.  Mais celui-ci est aussi un outil de captation comme de production du réel et des imaginaires.

En sortant la compétition de son contexte de déroulement, la radiotélédiffusion organise une perspective de réception différente, guidée par l’interprétation des médias. Le commentaire, d’étape liminaire de la retransmission, apporte alors ce que ne peut fournir le dispositif technique : la coprésence humaine, permettant d’établir des liens entre des espaces et des communautés.

Par ailleurs, le journaliste, par-delà le contact, est un garant, et le commentaire a une fonction de validation : il sert à montrer que les images ou les propos sont vrais, en direct, crédibles. Ce sont ces diverses activités que l’on perçoit dans les fonctions explicites (directes) du commentaire sportif : les anecdotes rapportent, les replays commentés reconstituent, le consultant analyse, les explications techniques font surgir… La présence sur les lieux de la compétition institue les commentateurs en témoins, leur activité verbale les plaçant en position de médiateurs vis-à-vis des auditeurs et des télespectateurs.

Comment s’adresser à l’auditoire ?

Le spécialiste américain des médias Paddy Scannell (2000) indique que les exécutifs de la BBC se sont interrogés très tôt sur la manière de parler à une audience non présente et spatialement très dispersée tout en lui donnant le sentiment d’une présence réelle. Si cet acte nous semble désormais « naturel », c’est justement parce qu’il est le fruit d’un processus complexe d’appropriation de la parole et de la réception à distance par l’auditeur ou le téléspectateur.

Ces questionnements portent sur les logiques de réception (comment recevoir ce visiteur électronique ? comment se comporter en sa présence ?…). Ils rejoignent la problématique de la civilité, relevant alors de logiques anthropologiques, comme celle de la gestion des regards et des manières de s’adresser à l’auditoire. La création du Service de la Recherche dans le service public de télévision français, du Talk Department en Angleterre, ou encore du Département R&D de CBS, réseau de télévision commercial des États-Unis, pour ne citer qu’eux, indiquent la prise en compte précoce de ces divers aspects.

Ainsi, durant les années 1920, les tenants de la recherche-développement préconisent de ne pas s’adresser directement à l’auditeur, sous peine de se montrer intrusif. La conversation à l’antenne est jugée inappropriée car elle met le récepteur en situation de voyeurisme. Cependant, les choses évoluent progressivement : le consultant (souvent un ancien sportif) intervient ponctuellement durant les années 1930, puis devient un réel comparse du journaliste après la Seconde guerre mondiale. Le dialogue accompagne une norme langagière qui glisse d’un ton compassé à un ton plus spontané.

Selon Gilles Delavaud, dans le service public audiovisuel français des années 1960, cette évolution est à mettre en relation avec les modifications des mentalités comme avec la légitimation de l’utilisation de la parole ordinaire. Plusieurs chercheurs ont également travaillé sur les représentations que le service public, et au-delà les propriétaires privés des stations de radio et des chaînes de télévision, veulent véhiculer dans les publics.


  • Scannell P., 2000, « For-anyone-as-someone structures », Media, Culture & Society, vol.22, 5-24.

  • Delavaux G., 2003, « Trois états de la parole télévisuelle dans les années cinquante et soixante », Médiamorphoses, n°7, 31-36.


Faire participer l’audio-spectateur

Oscillant entre contrainte et stratégie, le dispositif de parole mis en place prend en compte un certain nombre de dimensions (nécessité du direct, non-présence sur les lieux du stade, concurrence avec le spectacle vivant, caractéristiques du sport à présenter, risque d’ennui…) ainsi que les stratégies qui reposent sur des imaginaires : commenter seul à la manière d’un reporter ou à plusieurs – par exemple, avec des spectateurs –, mettre le récepteur dans l’arène de la compétition ou le laisser dans son salon, le placer dans les tribunes ou au sein des compétiteurs, être un curieux ou un aficionado. La variabilité de ces systèmes de relation est en lien avec la diversité des objectifs : créer une forme d’unité nationale comme dans le service public ou au contraire promouvoir une station de radio ou une chaîne de télévision comme dans le système privé.

Les contraintes matérielles de la retransmission d’évènements sportifs conditionnent largement le commentaire. Alors émerge une double nécessité d’encadrement du regard et/ou de l’écoute pour guider la réception (qu’est ce qui est important dans l’image ? comment recevoir ces propos ?) et de partage des savoirs sur les compétiteurs, les règles de la compétition ou encore les conditions de celle-ci. Ces deux exigences contradictoires produisent une triangulation entre le journaliste, le consultant et l’audio-spectateur, ce qui permet de faire une place à ce dernier en le mettant en situation d’interaction avec les deux premiers. Par exemple, en raison de l’ambiguïté du pronom « vous », le journaliste qui s’adresse au consultant donne au récepteur le sentiment qu’il s’adresse également à lui (voilà pourquoi on se vouvoie dans les médias). En outre, en imitant le comportement du spectateur – il discute avec le consultant, exprime sa surprise… – le journaliste s’inscrit dans une pratique habituelle des publics sportifs, la conversation de banc.

Le commentaire est en fait l’élément de transformation du cadre socio-technique de la retransmission en un autre cadre, celui de l’expérience du spectacle in situ. Amener l’audio-spectateur sur les lieux de la compétition est, dès les origines de la retransmission sportive, la promesse d’un genre s’appuyant sur un dispositif : « Donnez au spectateur une place au premier rang », était le mot d’ordre de la télévision américaine, « Comme si vous y étiez, mieux que si vous y étiez » disait Roger Couderc. Et ce dispositif construit une place sonore car les sons d’ambiance sont saisis, interlocutoire puisque l’on s’adresse au spectateur et enfin discursive (la triangulation évoquée supra).

Relier le journaliste, le consultant et les audio-spectateurs

Le commentaire sportif constitue une double articulation : entre l’image et le son, entre le spectateur et le dispositif de captation c’est-à-dire les moyens mis en oeuvre par le médium audiovisuel : caméras, commentateurs de champ… De fait, la retransmission relie trois espaces plus ou moins disjoints : celui du média – le studio, l’hélicoptère, la cabine technique dans un stade… –, celui du sport – le terrain, la salle… – et celui du spectateur, espace de réception privé (domicile) ou public (bar, fan zone…). Les rapports entre ces espaces sont variables en fonction des formats de compétition et des dispositifs de couverture de l’événement mis en place.

Ainsi, les commentateurs ont la même position que le public quand ils demeurent dans l’espace du studio, ou bien se situent dans une logique de délégation quand ils sont sur les lieux de la compétition. Le dispositif peut aussi jouer avec la distance psychologique entre les commentateurs et les spectateurs : c’est le cas, par exemple, lorsque le média est se présente comme très spécialisé dans un sport et donc bien placé pour s’adresser à une communauté (en France, Canal Plus a longtemps prétendu être « la chaîne du rugby », et TF1, « la chaîne du football »).

L’existence de ces trois espaces implique non seulement des cadres d’expérience différents, mais aussi des logiques d’engagement dissemblables. Le media permet de compenser par le discours le déficit d’engagement en termes de ferveur populaire car être devant sa télévision, ce n’est pas être au stade ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle on crée des fan zone lors des grandes compétitions sportives. Les commentateurs utilisent divers moyens pour impliquer le téléspectateur-auditeur : accentuer la tension et les enjeux de l’évènement sportif ; surjouer la surprise ou l’excitation qui, par contagion, va saisir le récepteur ; varier les modulations de parole pour renforcer l’attention dans les moments cruciaux ; donner des explications qui permettent de saisir le caractère spectaculaire d’une action ou d’un geste sportif. L’implication est également assurée par les logiques de socialisation langagière, la reprise des discours circulant dans l’espace public, l’usage de routines discursives… De la même façon, l’image de supporter qu’incarne le commentateur permet projections et identifications.

Pour l’audio-spectateur, l’apprentissage de la spectacularité n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Le rôle du commentateur est alors de lui proposer un modèle de comportement. Par-delà leur dimension didactique, les commentaires ont pour fonction de faciliter l’apprentissage de la réception du lacis audio-visuels. Les outils langagiers et paralangagiers (intonation, vitesse, cris..) sont autant de signaux guidant la réception du spectacle tant dans sa compréhension que dans l’engagement dans le spectacle de la compétition sportive.

Cet engagement repose sur des données culturelles (on ne suit pas une compétition dans laquelle l’équipe nationale est impliquée de la même manière qu’une équipe sur laquelle on ne peut se projeter) et formelles (on ne suit pas un match de football comme on suit une étape du Tour de France). De fait, les scripts, épisodes et évènements structurent le commentaire tant sur le plan de l’épreuve que sur celui de la compétition. Ainsi le cricket et ses nombreux temps morts laissent le temps aux anecdotes, les Jeux olympiques sont l’occasion d’une période d’intense sociabilité médiée par les journaux de la compétition, etc.

Aujourd’hui, bien que les fils Twitter ou les directs sportifs sur des sites internet mettent en place un commentaire écrit, le commentaire oral n’est pas pour autant dépassé. Ainsi, les jeux vidéo de sport s’adjoignent les services des commentateurs vedettes, révérés ou haïs, qui sont tout autant l’occasion de manifestations de contentement ou de protestation de la part des utilisateurs qu’en situation médiatique. Les jeux vidéo en ligne, désormais considérés comme un sport, font l’objet de retransmissions dont la grammaire a tout à voir avec celle des grands événements médiatiques.

Diffusés via des Web TV ou dans des salles de plus ou moins grande dimension, ils se voient commentés par des shoutcasters se réclamant explicitement de leurs ainés du domaine audiovisuel. Bien qu’il s’agisse majoritairement de combats faisant s’affronter des nains et des trolls, les cultures que laissent poindre les discussions sur les forums dédiés mêlent allègrement grands ou moins grands de la télévision à ces nouveaux commentateurs vedettes qui se consacrent à League of Legends ou Starcarft.

Crédits images en CC : Pixabay gustavofer74, OpenClipart-Vectors, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, JESHOOTS-com, Pexels,  Svg Silh, 


Valérie Bonnet

Université Toulouse 3, LERASS (valerie.bonnet@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.