SOS, fantômes en réseaux !

Deux lycéennes sont seules à la maison. Elles jouent à se faire peur en parlant d’une étrange rumeur : il existerait une cassette vidéo qui, une fois visionnée, déclencherait un appel téléphonique. Cette sonnerie annoncerait votre propre mort… Vous reconnaissez cette histoire ? C’est celle de Ring, un film d’horreur japonais qui constitue un moment fondateur dans la représentation des figures de spectres, également connus sous le nom de « fantômes en réseaux ».

Depuis ce film, les réseaux sociaux et Internet sont régulièrement utilisés par les films d’horreur, devenant ainsi une source de mal-être pour beaucoup d’internautes. En effet, alors que les fantômes étaient auparavant cantonnés à des comédies comme SOS Fantômes ou Beetlejuice, Ring a permis aux films d’horreur d’exploiter à nouveau la figure des revenants – notamment en mettant l’accent sur les dispositifs sociotechniques tels que les cassettes VHS et les téléviseurs, ou encore les téléphones portables.

C’est ce qu’Emmanuel Trouillard, docteur en géographie et chargé d’étude habitat à l’Institut Paris Région propose d’explorer dans son article sur les Fantômes en réseaux, publié en 2018, dans la revue Géographie et cultures. Qu’il s’agisse de « spectres contagieux » et/ou de « revenants connectés », le chercheur s’intéresse aux entités dont la malédiction se propage de victime en victime ou qui sont capables d’utiliser des réseaux (Internet, la télévision, ou encore de réseaux physiques comme le voisinage ou l’entourage des victimes…).

En s’appuyant sur plusieurs exemples de films et séries de la fin des années 1990 aux années 2010, Emmanuel Trouillard analyse différents schémas topographiques des récits de fantômes et souligne le renouvellement du genre horrifique qu’ont permis Internet et les réseaux sociaux.



Fiche technique

Ecriture, montage, présentation : Manon Bril

Musique : OTAAM

Durée : 11:54

Crédits images en CC : Publicdomainevectors.org, Wikipedia Frank Murmann 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.