L’influence de la Grande Guerre sur le tourisme européen

Les commémorations du centenaire de la Grande Guerre ont indéniablement réveillé l’intérêt du grand public à l’égard du conflit. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer le nombre de manifestions et autres commémorations que le sujet a fait naître tout au long de la décennie 2010. Pour l’historien, cette demande sociale fut une véritable aubaine puisqu’elle a permis de mettre en chantier de nombreux projets de recherche. Plusieurs pans méconnus du conflit ont ainsi pu être découverts ou explorés : l’interaction entre le tourisme et la guerre est l’un d’entre eux.

Parce qu’on pensait sa pratique impossible, le tourisme était jusqu’alors complètement délaissé par les chercheurs. Faute d’études approfondies sur le sujet, la Première Guerre mondiale restait considérée comme extérieure au développement du tourisme. En 2016, à l’issue d’une publication bornée au département du Morbihan, nous nous sommes demandés si la Grande Guerre n’était pas, au contraire, celle qui l’enracine profondément dans les territoires ?

Cette hypothèse a de quoi surprendre tant elle semble inverser les conclusions trop rapidement admises par l’historiographie. Mais c’est bien parce qu’une telle approche est de nature à renouveler notre questionnement sur le tourisme qu’il nous a paru intéressant de l’approfondir en initiant un projet de recherche auquel 29 chercheurs internationaux ont accepté de participer.


  • Evanno Y.-M., Vincent J., 2017, « Loin des tranchées, la plage. Réflexions sur le tourisme durant la Grande Guerre à travers l’exemple du Morbihan », in Evanno Y.-M., Lagadec Y., (dir.), Les Morbihannais à l’épreuve de la Grande Guerre, 1914-1920, Vannes : Département du Morbihan, p. 177-202.

  • Evanno Y.-M., Vincent J., (dir.), 2019, Tourisme et Grande Guerre. Voyage(s) sur un front historique méconnu (1914-2019), Ploemeur : Editions Codex.


Des pratiques touristiques réduites mais réelles

Contrairement à ce que l’on a longtemps pu croire, la guerre n’a pas mis un terme à la pratique touristique. Si la mobilisation, en plein milieu de l’été 1914, porte naturellement un coup sévère à la saison estivale en cours, elle n’est qu’un coup d’arrêt. À la grande surprise des professionnels du tourisme, les estivants reprennent progressivement leurs habitudes dès 1915 sans pour autant réinvestir les sites qu’ils fréquentaient avant-guerre. C’est bien là l’un des plus importants bouleversements de la période.

En effet, si la pratique perdure, les flux touristiques sont, de leurs côtés, profondément modifiés. La France, destination privilégiée pour de nombreux touristes venus de l’Europe entière, devient subitement un pays que l’on évite : les touristes originaires d’Europe centrale n’y sont naturellement plus les bienvenus ; les touristes britanniques refusent désormais de traverser la Manche où rôdent les redoutables U-Boote allemands ; les élites espagnoles désertent des côtes jugées peu sûres. De la même manière, la Suisse, petit îlot perdu au milieu d’une Europe qui s’est embrassée, subit collatéralement son mauvais positionnement géographique, responsable d’une importante diminution du nombre de visiteurs étrangers.

Le malheur des uns faisant la fortune des autres, d’autres stations profitent de cette situation pour capter une nouvelle clientèle en Ecosse (Portobello, Marine Gardens, île de Man…), en Espagne (région de San Sebastián…) ou en Autriche (Bad Gastein, région intérieure du Salzkammergut…). Si ces sites se caractérisent par leur éloignement du front terrestre, cette condition n’est en aucun cas une garantie de croissance, au grand regret de la région portugaise de l’Algarve qui ne parvient pas à en profiter.

Aussi paradoxal cela puisse paraître, les soldats se muent parfois en touristes. C’est particulièrement le cas des combattants qui, éloignés de leurs foyers, sont contraints de profiter de leurs permissions dans le pays où ils se battent. Il s’agit là bien entendu des Américains, des Canadiens, des Australiens, des Néo-Zélandais mais également des Français ou des Britanniques qui se battent sur le front d’Orient.

Convaincues que les pratiques touristiques constituent un moyen efficace de maintenir le moral de leurs troupes, les autorités militaires américaines et canadiennes investissent massivement dans cette voie en créant de vastes zones de permission où de multiples activités sont proposées. Ainsi, chaque semaine, dans la Leave Area du Dauphiné, près de 1 600 Sammies profitent d’un large programme comprenant visites culturelles, découvertes gastronomiques, spectacles ou encore randonnées pédestres.

La persistance des pratiques touristiques, comme de nombreuses occupations civiles sans lien avec la guerre, pose des questions morales aux contemporains. En Autriche, pour des raisons évidemment politiques, les journaux socialistes condamnent ouvertement les bourgeois qui, en 1917, font couler à flots le champagne dans les stations du Semmering alors que la population viennoise manque de tout. En France, ce sont les permissionnaires du front d’Orient qui subissent les critiques de l’opinion publique. Les « jardiniers de Salonique » sont bien souvent assimilés à de véritables « touristes » qui profiteraient d’un cadre de vie moins hostile que celui du front occidental, ce que confirmerait d’ailleurs l’iconographie « exotique » des cartes postales qu’ils expédient à leurs proches.

Être un « touriste » devient, au front comme à l’arrière, un qualificatif péjoratif : il sert dans la presse française à désigner les internés civils et les prisonniers de guerre qui sont nourris, logés et blanchis gratuitement… Le touriste serait en quelque sorte au civil ce que l’embusqué est au militaire. Il n’est donc pas surprenant que le « vrai » touriste, dont la pratique surprend, suscite les pires inquiétudes alors que la peur de l’espion plane continuellement sur l’Europe, forçant par exemple les autorités britanniques à surveiller avec attention les clients des hôtels.

Nouvelles opportunités, nouveaux profits

Le maintien des pratiques touristiques offre aux professionnels une source de revenus non négligeable. Néanmoins, l’affluence n’étant plus celle qui régnait avant-guerre, ils doivent désormais faire preuve de pragmatisme et d’ingéniosité afin d’assurer la pérennité de leur appareil productif. Ainsi, des hôteliers parisiens n’hésitent pas à louer leurs chambres aux permissionnaires désirant passer du bon temps avec des prostituées. D’autres établissements se transforment, le temps de quelques mois, en hôpitaux voire en camp d’internement, comme à Carnac (France). En Suisse, la baisse de la clientèle oblige les hôteliers à rationaliser leurs dépenses tout en continuant de satisfaire une clientèle exigeante.

Mais la guerre ouvre aussi de nouvelles opportunités et, parfois, de nouveaux profits. Dès lors, le comportement des acteurs fluctue au gré des intérêts personnels, oscillant entre opportunisme et accommodation politique plus large. Les maisons d’éditions profite de la présence de milliers permissionnaires anglo-saxons pour lancer des collections entières guides touristiques, à l’image de Michelin qui publie un fascicule destiné aux pilotes américains stationnés à Clermont-Ferrand ; les promoteurs du tourisme organisent des visites au profit des convalescents dans le but de leur donner goût à une région dans laquelle ils reviendront une fois que la guerre sera terminée…

Tous les acteurs du tourisme sont en effet convaincus que la fin du conflit engendrera de nouveaux flux touristiques, attirant de nouveaux visiteurs, en particulier les Américains que l’on espère voir débarquer par « centaines de milliers », selon les prévisions établies par de nombreux experts en 1917. Afin de profiter pleinement du déferlement annoncé, le Touring-Club de France sollicite, plusieurs mois avant l’Armistice, les collectivités locales afin que ces dernières accordent des subventions indispensables au relèvement du tourisme. En Italie, un projet de conférence internationale du tourisme émerge dès 1916 avec la ferme intention de se tenir durant le conflit. Il aura finalement lieu en 1920. Sans aucun doute, l’essor des pratiques touristiques dans les Années Folles doit beaucoup à ces promoteurs prévoyants.

L’économie prospère du tourisme de mémoire

Au sortir du conflit, l’activité touristique se développe en Europe, en utilisant l’héritage de la Grande Guerre. Parce qu’il suscite un intérêt partout dans le monde, le conflit qui vient de s’achever devient lui-même un objet touristique de premier ordre. Avant même la signature du traité de Versailles, les premiers trains conduisent sur les champs de bataille les visiteurs souhaitant se recueillir sur les lieux où l’un des leurs est tombé. Ils sont les premiers d’une longue liste de pèlerins – qu’ils soient anciens combattants ou non – qui s’y rendront durant l’entre-deux-guerres.

Une véritable économie se met alors en place : on retrouve, selon la renommée du site visité, des hôtels, des restaurants, des boutiques de souvenirs, des guides exposant à haute-voix des exploits militaires auxquels ils n’ont pas participé… Hachette, via ses guides Bleus, multiplie les guides touristiques promettant de découvrir les sites les plus remarquables et les plus confidentiels du conflit. L’ancien théâtre meurtrier du conflit perd soudainement de sa solennité. Comble de l’irrespect, il n’est pas rare voir des détritus joncher le « sol sacré ». Cette intrusion du tourisme sur le champ de bataille interpelle les anciens combattants qui, estimant que cette terre leur appartient, se sentent dépossédés.

Mais la viabilité de ce tourisme du deuil repose malgré tout sur un équilibre fragile pour ne pas dire précaire. À la fin des années 1920, il commence à s’éroder au profit des stations balnéaires qui attirent les vacanciers qui, de plus en plus nombreux, succombent à la mode du sable chaud. Le désintérêt s’accentue après la Seconde Guerre mondiale, quand les plages du Débarquement accaparent désormais l’attention des touristes du champ de bataille. Il faut attendre l’élan mémoriel, enclenché au milieu des années 1980 avec la disparition des derniers témoins puis avec les commémorations du centenaire, pour que soit relancée l’économie touristique des champs de bataille – générant, au passage, des milliers d’emplois.

À bien des égards, la Première Guerre mondiale ne constitue donc pas une parenthèse au tourisme. En bouleversant profondément les flux et les pratiques, elle pose au contraire les bases du tourisme de l’entre-deux-guerres, tout en s’appuyant sur les évolutions qui émergeaient déjà à la Belle-Époque. De surcroît, en provoquant d’innombrables mutations, la Grande Guerre pose bien malgré elle les bases d’un goût pour le voyage qui pourra être assouvi grâce à la généralisation progressive des congés payés.

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, mohamed_hassan, Wikipedia Eyehook.com


Yves-Marie Evanno et Johan Vincent

Evanno Yves-Marie : Université catholique de l'Ouest Bretagne-Sud (ymevanno@gmail.com) ; Vincent Johan : Université d’Angers – ESO-ESTHUA, Université de Bretagne-Sud – TEMOS FRE CNRS 2015 (johan.vincent@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.