Des grands ensembles aux problèmes des banlieues

A la manière d’un écosystème naturel, la ville peut s’analyser comme mettant en scène des éléments naturels et artificiels dans un jeu complexe de relations. Cet écosystème semi-artificiel est fréquemment soumis à des changements, comme par exemple la construction de nouveaux espaces de vie ou la mobilité de sa population.

La planification urbaine des années 1950 pensait résoudre un certain nombre de problèmes en construisant des grands ensembles. Mais elle n’avait pas suffisamment anticipé les problèmes qui allaient arriver vingt ans plus tard, ou tout du moins elle ne s’était pas donné réellement les moyens politiques d’y faire face.

Il nous faut regarder d’abord le contexte social qui a permis l’émergence des grands ensembles, puis les types de populations qui les ont intégrés avant que ces grands ensembles ne soient remis en cause et les banlieues stigmatisées, et enfin le lien entre grands ensembles et problèmes des banlieues. L’ exemple concret des grands ensembles de la ville d’Avignon nous a servi de modèle.


  • Arnoult É., 2019, « Migration résidentielle et croissance locale de l’emploi : une analyse des zones d’emploi de France métropolitaine », Revue Économique, n°7.

  • Tellier T., 2008, « Les jeunes des ZUP : nouvelle catégorie sociale de l’action publique durant les Trente Glorieuses ? », Histoire@Politique, vol.4, no.1, 12-12.

  • Wacquand L., 2006, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris : La Découverte.



Une écologie urbaine controversée

Au début des années 1950, la France s’engage dans une vaste opération de constructions immobilières d’habitats sociaux à la périphérie des villes. Cette planification urbaine vise d’une part à répondre à l’insuffisance de logements capables d’accueillir de nouvelles populations et d’autre part à apporter un plus grand confort et une meilleure attention sanitaire à celles-ci. À cette époque il n’était pas rare de trouver autour de grandes villes nombre de taudis et de bidonvilles. L’eau courante et l’électricité n’étaient pas distribuées, ou mal, pour toute la population, et une simple salle de bains ou des toilettes individuelles pouvaient encore être un luxe. De cette politique de lutte contre le mal-logement naîtront en 1958 les « zones à urbaniser en priorité » (ZUP). L’historienne Annie Fourcaut a bien retracé leurs émergences.

Architectes et urbanistes allaient œuvrer aux côtés des politiques pour faire sortir de terre de nouvelles cités modernes. Ces ensembles de tours, de barres et autres formes géométr iques étaient relativement bon marché. On accola à ces nouveaux grands ensembles des espaces verts, des lieux de vie sociale (associations, MJC…), des structures scolaires, des équipements sportifs, des centres commerciaux… tels le quartier de la Barbière en Avignon. Leur critique ne s’est pas fait attendre  de la part d’urbanistes et sociologues tels qu’Henri Lefebvre ou Manuel Castells. On les trouvait trop uniformes et gigantesques, sans vie, déshumanisés, on parla même de « casernes » et d’« univers concentrationnaire ». Mais l’arrivée, comme locataire, dans ces nouveaux lieux d’habitations modernes renvoyait l’image d’une certaine promotion sociale.

Une nouvelle population : le néo-citadin

Ces grands ensembles, bâtis sous la coupe d’une architecture fonctionnelle à la périphérie des villes, accueilleront principalement des néo-citadins issus de l’exode rural, des classes populaires, ouvrières et moyennes. Ils verront également l’arrivée de rapatriés du Maghreb ainsi que d’une partie de la population immigrée, l’autre sera logée dans des chambres meublées à  l’hôtel ou chez un particulier, des foyers Sonacotra ou dans des bidonvilles proches des grands ensembles, comme au niveau du quartier Montclar en Avignon. Ces quartiers, où ont été construits ces grands ensembles, seront marqués et identifiés négativement par le reste de la population exogène.

Ces grands ensembles de quartiers populaires, sortes de « petites villes » ou « petits villages » périphériques, seront un point de passage pour une partie des locataires qui auront bénéficié d’une mobilité sociale ascendante depuis leur arrivée. Ayant les moyens d’accéder à la propriété, ils abandonneront ces grands ensembles collectifs pour une maison individuelle. La mobilité sociale jouera sur la mobilité géographique, la zone d’habitation. Quant aux autres catégories sociales qui ne parviendront pas à s’élever professionnellement et financièrement, l’accès aux grands ensembles sera pour eux un aboutissement, un point d’arrêt et une impasse. Cette population fragilisée sera condamnée à rester locataire dans ces ensembles paupérisés où la fréquentation tendra progressivement à s’homogénéiser par le bas. Cette trajectoire divergente ne sera pas sans effets. Le point de bascule, entre cité moderne et cité repoussoir, commencera à opérer.

Une autre population, analysée par Thibault Tellier, focalisera les regards sur les banlieues, celle de la jeunesse, sans distinction de situation sociale ou de parcours scolaire ou professionnel. Les jeunes des cités – « des quartiers » – sont considérés comme une population à risque, quasi délinquante par essence. Des blousons noirs en passant par les loubards, elle sera d’autant plus mise en avant que c’est elle qui se retrouvera sur le devant de la scène médiatique lors d’émeutes urbaines, comme celles de 2005 qui ont fortement marqué les esprits.  

L’heure des politiques de la ville

L’année 1973 marque la fin de la construction des grands ensembles de plus de 500 logements. Mais ils restent liés aux banlieues et à son image dévalorisée. Les différentes politiques de la ville n’en finiront pas de vouloir en terminer avec « les problèmes des banlieues » qui font la une des journaux. La réputation, réelle ou fantasmée, emportera tout sur son passage comme ont pu l’analyser Laurent Mucchielli, Stéphane Beaud et Michel Pialoux. Elle ne touchera pas uniquement le parc locatif. C’est tout le quartier qui sera stigmatisé et dévalorisé  : crèches, maternelles, écoles, clubs de sport, associations de quartier, commerces, etc. avec leurs habitants, jeunes et vieux, hommes et femmes. La banlieue adossée aux grands ensembles fait figure d’espace de relégation, de mauvais élève, à la fois fragile et violent, envoyé au fond de la classe – sociale.  Pour certains médias et politiques de territoires exotiques sauvages peuplés de « sauvageons » ou de ghettos urbains plus ou moins semblables à ceux d’outre-Atlantique, chose que réfutera Loïc Wacquant ou qui sera évoqué par Éric Maurin et Didier Lapeyronnnie. On parla même de « zones de non-droit ». Mais la ville elle-même ne subit-elle pas aussi toute une série de représentations négatives : lieu de débauche et de perversité, foyer de désordre, de corruption et criminalité… ?  

À l’espoir des années 1950 d’accéder à ces ensembles locatifs, associés au progrès et à la modernité, a succédé dans les années 1970 l’espoir d’en partir et le désespoir d’y rester. On les fuit, on les évite, on s’en méfie. Malaise dans les banlieues, où sont édifiés ces grands ensembles, qui tendent souvent à concentrer et à accumuler des difficultés et des inégalités sociales : chômage, précarité, pauvreté, discrimination, échec scolaire, délinquance… C’est ainsi que furent créés les ZEP (zone d’éducation prioritaire) en 1981, les ZUS (Zones urbaines sensibles), les ZFU (Zones franches urbaines) et les ZRU (Zones de redynamisation urbaine) en 1996, pour s’efforçer de renverser la tendance.

Si le cadre de vie joue inévitablement sur le mode de vie de ses habitants, les grands ensembles ne peuvent pas être tenus pour l’unique cause des problèmes des banlieues. D’une part, les causes peuvent être multiples, plusieurs facteurs internes et externes rentrant en jeu, et d’autre part toutes les banlieues ne sont pas homogènes, même au sein d’une même ville : La Barbière, La Croix des Oiseaux, Saint Jean… en Avignon. Elles ne présentent pas des problèmes de même nature. Il faut penser en termes de complexité et de pluralité. Suffisait-il de supprimer ces grands ensembles pour voir disparaître les problèmes de banlieue ? Et, selon le mot de Pauline Kertudo, assurer une « tranquillité publique » ? Les problèmes de certaines banlieues n’ont pas disparu avec les démolitions de tours ou de barres comme à Champfleury en Avignon, dès 1987, une première en Europe. Et certaines banlieues dépourvues de grands ensembles n’ont pas été immunisées des problèmes de trafics de drogue, de violences, de dégradations, d’incivilités… Les grands ensembles ont surtout été le lieu d’accueil de populations qui subissaient de plein fouet les problèmes socio-économiques : ouvriers, immigrés notamment.

Ces « quartiers d’exil », pour reprendre le titre d’un ouvrage de François Dubet et Didier Lapeyronnie, ont souvent concentré dans leur espace un fort taux d’inégalité, de déclassement, d’échec et de précarité. Sous couvert de contraintes économiques, la fermeture de services publics, loin de maintenir une politique de « vivre ensemble » entre citoyens, a accentué, les migrations résidentielles, mais aussi les désorganisations et les tensions sociales de certaines banlieues fragilisées, avec ou sans grands ensembles.

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, fauzan291, RichardsDrawings


Valéry Rasplus

(valery.rasplus@inra.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.