Re-évaluer le rôle des mouvements culturels dans la transformation sociale

En France, la sociologie de la culture s’articule autour de deux approches principales : celle des pratiques culturelles d’une part, qui donne lieu depuis les années 1960 à des travaux qui s’intéressent à la distribution inégale des œuvres, des compétences et des pratiques culturelles, mais aussi aux formes multiples d’appropriation des œuvres d’art et des biens culturels ; et celle des politiques culturelles d’autre part, dominée par des approches socio-historiques et/ou territoriales, et qui s’est enrichie ces dernières années de recherches sur la formation et l’action des intermédiaires culturels.

La limite principale de ces approches est toutefois de reproduire en grande partie les arbitrages institutionnels censés circonscrire les domaines d’action et de financement dévolus, d’un côté, aux activités artistiques et, de l’autre, aux activités sportives et à l’éducation populaire. Le développement de la sociologie de la culture française doit ainsi beaucoup aux commandes publiques engendrées par la création, en 1959, d’un ministère des « Affaires culturelles », où la culture y est principalement envisagée du point de vue des pratiques artistiques, renvoyant du côté de l’infra-culturel tout ce qui n’y correspondrait pas : les folklores, l’éducation populaire, le sport…

Suivant cette logique, les pratiques et les interventions de type artistique et sportive font généralement l’objet d’une sociologie séparée, tandis que des loisirs tels que le bricolage ou le jardinage restent encore largement délaissés par les travaux académiques. Dans le même temps, ce sont des filières de formation différenciées, spécialisées dans les « métiers du sport », de « l’animation » ou de la « culture » (en fait les professions artistiques) qui ont été mises en place.


  • Arnaud L., 2018, Agir par la culture. Acteurs, enjeux et mutations des mouvements culturels, Toulouse/Éditions de l’Attribut, coll. « La culture en questions », 320 p.     


Au-delà des découpages institutionnels

En revenant sur plus d’un siècle de débats et d’expériences visant à faire de la culture un instrument de transformation sociale, l’ouvrage Agir par la culture. Acteurs, enjeux et mutations des mouvements culturels analyse ces logiques institutionnelles et politiques qui ont présidé à l’émergence, en France, de la sociologie de la culture. Mais son ambition est aussi plus large, dans la mesure où il entend analyser les positionnements et les pratiques que ces approches catégorielles et mutilantes tendent à dissimuler, en tout cas à marginaliser.

À ce titre, la notion d’ « agir culturel », déclinée tout au long du livre, vise d’abord à se distancier d’une lecture en terme d’ « action culturelle », dans la mesure où  cette approche, construite et valorisée par le ministère des Affaires culturelles, reste associée à une vision condescendante et misérabiliste : il s’agirait de « démocratiser » la culture, autrement dit d’aider les individus à accéder à des contenus et des expériences dont on les juge dépourvus.

La critique est connue, et nous consacrons un chapitre aux principaux courants et auteurs (Claude Lévi-Strauss, Pierre Bourdieu, Louis Althusser, Guy Debord…) qui se sont efforcés de déconstruire, voire de contester, cet interventionnisme culturel d’Etat, partiel tout autant que partial. Au-delà toutefois de ces débats intellectuels, cet ouvrage entend rendre compte de mouvements culturels qui, des proto-sports (soule, joutes, savate…) aux pratiques numériques, en passant par les « bousillages » des ouvriers, font des pratiques culturelles un instrument de résistance et d’émancipation. La persistance de certains passe-temps hérités des anciennes formes de solidarités traditionnelles, tout comme les créations effectuées avec les moyens du bord, parfois sur le temps de travail, sont analysées comme autant de mobilisations culturelles qui permettent de constituer de petits espaces d’autonomie, plus ou moins symboliques.

Dans le sillage des Cultural Studies britanniques, il s’agit d’envisager ces pratiques comme les prémisses d’un agir culturel « populaire ». Ce sont en effet des initiatives qui visent à transformer, via des pratiques culturelles variées, l’environnement social et politique. Leurs ressorts sont alors à rechercher dans les conditions de vie, les sociabilités et plus spécifiquement les formes de résistances plus ou moins actives développées par les individus et les groupes.

C’est d’ailleurs pour soutenir et amplifier ces possibilités d’émancipation « populaire » que l’État s’est progressivement immiscé dans ce domaine réputé privé. Tout en favorisant le temps libre des travailleurs et de leurs familles, les politiques engagées en 1936 sous le Front populaire ne voulaient pas seulement favoriser leurs loisirs. Elles visaient surtout à soutenir, promouvoir et développer des activités physiques, intellectuelles et créatives pour les soustraire à l’influence des mouvements religieux ou fascistes, et leur aménager des possibilités d’émancipation du marché et du travail.

Au fil des années, cette politique s’est toutefois cristallisée autour des seules pratiques culturelles artistiques ou sportives, présentées comme exclusives et exemplaires, et censées contribuer à la grandeur et à la cohésion nationale. Soutenu par un financement important, doté d’un appareil législatif et administratif de plus en plus perfectionné, l’Etat français s’est imposé comme un acteur incontournable, s’arrogeant le droit de réguler les contenus et les cadres d’exercice des pratiques culturelles, et plus généralement les corps et les goûts des pratiquants.

La Révolution 2.0

En s’imposant comme de nouveaux intermédiaires, les nouvelles technologies bousculent aujourd’hui fortement cette organisation, en même temps qu’elles transforment le rapport que chaque individu entretient avec son environnement culturel. La multiplication des blogs, l’essor de l’autopublication de livres, le foisonnement de vidéos, de musiques en ligne et de tutoriels, l’avènement de sites collaboratifs comme Wikipédia sont autant de signes qu’Internet a produit une rupture décisive dans l’accès aux moyens de connaissance, de création et de diffusion de pratiques et d’objets culturels. Ces transformations ne manquent d’ailleurs pas de susciter des inquiétudes. Du côté des institutions et des professionnels de la « culture » d’abord, qui sont de moins en moins en mesure de contrôler le marché des biens et des goûts culturels. Mais aussi du côté des défenseurs des libertés, car la numérisation remet en cause les droits sur la culture dont bénéficiaient les individus ordinaires.

Reste que les bouleversements induits par les développements des outils numériques ne se limitent pas à l’usage d’Internet : ils trouvent une illustration concrète avec le développement des hackerspaces, fab labs, makerspaces et autres lieux de fabrication « ouverts » et de partage des savoirs scientifiques et pratiques. En mettant la participation et le faire au centre de leur organisation, ces innovations révolutionnent la façon dont la culture est produite et érodent les frontières entre créateurs et spectateurs, travail et loisirs, culture et économie.

C’est alors à une véritable mutation de l’agir culturel que nous assistons, qui devient la forme que prend l’activité de nombreuses communautés pour s’opposer au modèle dominant de captation du savoir et de la création. En s’imposant comme des acteurs a priori émancipés des logiques administratives et politiques, les nouvelles technologies ont permis en effet de bousculer les frontières institutionnelles et de rapprocher des pratiques culturelles que les logiques administratives géraient séparément. Or, en agissant comme une opportunité inespérée pour des entrepreneurs de culture qui souhaitent échapper au contrôle étatique et marchand, et ne pas se laisser enfermer dans les représentations et les logiques d’action des institutions légitimes, elles invitent les sociologues à sortir des clivages académiques. Les transformations en cours imposent en effet plus que jamais d’aborder les pratiques culturelles pour ce qu’elles sont : des activités de construction symbolique, plus ou moins formalisées et institutionnalisées, sans cesse en mouvement.

Mais la notion d’agir culturel n’entend pas seulement rendre justice à la diversité des pratiques culturelles : elle vise aussi à sortir d’une approche centrée sur l’État, en s’intéressant aux initiatives qui défendent, organisent et développent d’autres rapports au monde. Dans un contexte d’accaparement et de privatisation qui menace tout autant l’accès à la connaissance que le développement des imaginaires, nous posons l’hypothèse que ces pratiques sont en mesure de redonner au citoyen le pouvoir d’influer sur leur environnement social et politique.

En matière d’action publique, l’entrée par les mouvements culturels permet ainsi de mieux prendre en compte le passage progressif de la subvention au marché public ou au financement par les usagers. Elle permet aussi de saisir ce mouvement de recomposition du monde culturel qui voit le recours aux pratiques de l’entreprise s’imposer à lui. L’autre intérêt de cette approche est de se situer entre l’apprentissage tacite et l’éducation dirigée pour saisir des formes d’interventions culturelles qui se jouent dans des lieux, des objets et auprès de publics variés. A ce titre, l’agir culturel participe d’une sorte d’apprentissage intégré, global, non obligatoire, mobilisant plusieurs supports et se construisant sur les apprentissages antérieurs. Et plutôt que de s’interroger sur les vertus en soi de telle ou telle « culture », il s’agit de s’intéresser à la façon dont la mobilisation et la transmission d’une pratique culturelle contribuent à bousculer des représentations, des comportements, des dispositions, des goûts…

Analyser l’agir culturel par ses dispositifs

Reste à développer des méthodologies aptes à saisir les politiques, les opérations et les usages qui sont producteurs de style de vie, avec l’idée que ces approches diffusent un rapport à la culture spécifique, sans jamais préjuger du rôle joué par le sujet dans sa propre construction. En nous appuyant sur la notion de dispositif, l’ambition est de mieux saisir la façon dont l’informel peut être formalisé dans des procédures plus ou moins explicites. Inspirée des sciences de l’information et de la communication, cette approche permet d’attirer l’attention sur la façon dont des moyens matériels, technologiques, symboliques et relationnels peuvent induire les comportements et les conduites sociales des individus et des groupes.

Loin de tout déterminisme, il s’agit d’analyser la co-construction d’un rapport renouvelé à la culture qui serait impulsé, favorisé, encouragé chez chaque individu par la mise en œuvre et l’agencement de ressources. Au-delà d’une simple mise en espace et en objets, l’agir culturel reste ainsi envisagé comme le produit de l’agir humain, étant entendu que seuls les êtres vivants sont dotés d’une volonté propre qui est tout autant liée à leurs positions sociale et professionnelle qu’à leurs dispositions sociologiques. Et si l’ambition est de mieux saisir la capacité des mouvements culturels à bousculer l’ordre du politique, il importe tout autant de rappeler que la remise en cause d’un quelconque modèle esthétique ne supprime pas pour autant les relations de pouvoir…

Les contours de l’agir culturel sont donc loin d’être lisibles et univoques. Ils dessinent un empilement d’approches et d’objectifs potentiellement contradictoires, à l’image des débats qui opposent les partisans de la « démocratisation de la culture » à ceux de la « démocratie culturelle ». Leur point commun est en tout cas de faire des pratiques culturelles un instrument de transformation sociale et politique, sans que la notion de culture soit clairement définie : entre la volonté de « moraliser » ou celle de « révolter », de diffuser les « grandes oeuvres » ou de valoriser les cultures « populaires », le sens et le contenu de l’action change fortement.

C’est pourquoi une sociologie de l’agir culturel impose de sortir des réflexes universitaires qui tendent à séparer l’analyse des arts de celle des autres pratiques culturelles, l’étude des processus de production et de régulation de celle des processus de réception. A l’inverse, l’ambition de cet ouvrage est d’encourager une approche globale, propre à saisir la singularité et la complexité des pratiques et des mouvements culturels, passés ou présents. Et si notre analyse est ici principalement fondée sur l’histoire et l’expérience française, il importe évidemment d’élargir l’approche à d’autres contextes nationaux. La globalisation des échanges culturels favorisée par les technologies numériques, associée à l’action de certaines organisations internationales, participent en effet de la visibilité, de la circulation et parfois même de l’émergence des « agir culturels ». Des transformations qui imposent plus que jamais de saisir la diversité des instruments de résistance et d’émancipation par la culture.

Crédits images en CC : Mondes Sociaux, Wikimedia Commons Culture pour tous, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Publicdomainvectors.org, Pixabay tswedensky


Lionel Arnaud

Science Po Toulouse et Université Toulouse 3, LaSSP (lionel.arnaud@univ-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.