L’école en basque : comprendre l’« évidence » d’un choix

En 1969, l’embryon de la première ikastola, école immersive en langue basque, et l’association Seaska qui la gérait, naissaient au domicile d’une famille de Bayonne. Cinquante ans plus tard, la petite association est devenue une fédération de parents et compte plus de 4 000 enfants scolarisés de la maternelle à la terminale. Le succès de l’enseignement du basque, l’un des étendards des mobilisations citoyennes au Pays Basque de France (PBF), pose aujourd’hui la question des multiples sens associés à ce choix de scolarisation.

La progression du nombre d’enfants scolarisés en basque interroge plus encore lorsqu’on la rapproche de la diminution simultanée du nombre de locuteurs de l’euskara (regroupant les bascophones actifs et les bilingues réceptifs du basque) au PBF.  La part des locuteurs du basque dans la population passe de près de 37 % en 2001 à moins de 30 % en 2016. Mais dans le même temps, les enquêtes sociolinguistiques mettent en évidence une progression du nombre de locuteurs chez les plus jeunes générations.

Ce phénomène de rebond est en grande partie lié à la scolarisation en basque, tant dans les écoles publiques que dans les établissements privés et/ou confessionnels. Entre les rentrées scolaires de 2004 et de 2016, les trois filières principales de l’enseignement en basque (bilingue dans le public ou le privé, et immersive en ikastola) ont connu une augmentation de leurs effectifs de 68 % tandis que le nombre d’enfants scolarisés au PBF n’augmentait que de 6 %. À l’heure où les échanges mondiaux favorisent l’acquisition de langues internationales, c’est l’apprentissage d’une « langue régionale » qui est plébiscité sur ce territoire, posant la question du sens que les parents donnent au choix de la scolarisation en basque. La réponse à cette interrogation met en évidence des motivations différentes, très éloignées des préjugés nationalistes et communautaristes associés au mouvement des ikastola.



Des motivations plurielles et un projet social composite

Le modèle de l’expérience sociale a été mobilisé pour analyser les actions des parents qui scolarisent leurs enfants dans les filières d’enseignement en basque. Ce modèle postule que le sens d’une action est défini par la combinaison de logiques d’action variées. Autrement dit, nous n’agissons jamais pour une seule raison mais pour un ensemble de logiques d’action structurées autour de trois logiques principales : la logique d’intégration, la logique de stratégie et la logique de subjectivation. Le sens donné à la scolarisation en basque se comprend donc par la façon dont les parents circulent parmi ces différentes logiques d’action. Voici les principales motivations apportées par ces derniers.

 « Moi, le mot qui me vient c’est « inscription » ; comment ça s’inscrit en moi ? Comment on s’inscrit dans un territoire ? » La langue basque est, de prime abord, présentée comme une langue identitaire qui va rattacher l’enfant à un héritage familial, qui va l’ancrer au lieu où il grandit. Les parents veulent inscrire l’enfant dans cette filiation, dans ce territoire entendu comme un espace social que la langue caractérise. Dans cette logique d’action, la langue permet à l’enfant de « faire partie » pleinement des dynamiques propres à son espace social et, de la même manière, elle s’inscrit en lui et participe de son individuation.

Le choix de cette scolarisation peut aussi se comprendre comme une volonté de bénéficier des avantages liés au bilinguisme précoce, notamment parce qu’il permet le développement cognitif de l’enfant : « on avait choisi la section bilingue par intérêt du bilinguisme […] pour tout ce qui est développement du cerveau, apprentissage des langues en général. » Les parents font alors un choix rationnel et mesuré. Pour autant, il ne saurait se limiter à cette dimension stratégique.

En effet, les parents donnent aussi une dimension beaucoup plus subjective voire militante à leur choix : « les langues pour moi, en tant que langue, en tant qu’objet, elles sont égales. […] Ce sont des représentations du monde qui se valent les unes aux autres ». Leur choix s’explique aussi par des principes universels (égalité des langues, respect des cultures, préservation du patrimoine mondial, etc.) qui sous-tendent la représentation qu’ont ces parents du monde et de la société dans laquelle ils évoluent. En cela, ils proposent une lecture cosmopolitique valorisant les identités plurielles.

Cette dernière logique d’action est propre à nos sociétés hypermodernes  où l’individu doit se produire lui-même. Mais il ne peut se définir uniquement comme un objet social, contraint par un statut hérité, ni comme un pur consommateur rationnel : il lui faut donner du sens à ses actions. Il les analyse alors selon les valeurs qui le portent.

La mise à distance entre l’individu et ses actions relève de la subjectivation, action lui permettant de définir le projet social auquel il prend part. L’individu hypermoderne va au-delà des processus qui le définissaient dans les sociétés modernes (rationalisation, individualisation et différenciation sociale). Bien au contraire, il est capable de s’en détacher pour se définir selon les valeurs qu’il choisit et qui font de lui l’acteur du projet social, de la vision du monde dans lequel il s’engage.

Un choix personnel qui trouve un écho collectif

Cependant, aucun des parents rencontrés ne limite sa réflexion à une seule des trois logiques précédentes. Au contraire, ils circulent en permanence entre elles et adoptent des conduites d’ajustement entre ces logiques principales, leur permettant de donner un sens et une cohérence à l’expérience qu’ils vivent.

Ainsi, l’inscription de leur enfant dans cette identité et la valorisation du cosmopolitisme s’articulent par la logique d’ouverture : « je pense que si j’ai envie de leur transmettre une langue, j’ai aussi envie de leur transmettre une ouverture. » La particularité linguistique et identitaire est vue comme porteuse d’une curiosité et d’un intérêt pour la diversité culturelle du monde. Loin de défendre un entre soi ou de valoriser le communautarisme, les parents mettent en avant la dimension minoritaire et minorisée de la langue basque : sa promotion et sa transmission sont liées à la valorisation de la différence culturelle.

Choisir une école en basque privilégie aussi le choix d’une alternative scolaire reposant sur un autre rapport au collectif, notamment avec les avantages attendus de ces filières. On attend de ces écoles un enseignement fondé sur la coopération, la collaboration et l’inclusion – caractéristiques qui seraient plus développées dans ces filières. Le choix participe alors au développement d’un nouveau rapport à l’autre et au groupe. Les références aux pédagogies alternatives (Montessori, Freinet, Piaget) sont ainsi fréquentes dans les analyses des parents. Aussi, les effectifs des classes bilingues sont souvent plus réduits voire parfois à multi-niveaux ce qui, pour les parents, favoriserait la cohésion du groupe et l’entraide.

De la même manière, la scolarisation en basque de l’enfant permet à toute la famille de s’approprier et/ou de se réapproprier la langue et la culture basque : « Moi, ce sont mes enfants qui m’apprennent. […] Quand ils me lisent des trucs et que je ne comprends rien, ce sont eux qui m’apprennent ! » En cela, la scolarisation est un outil d’inscription de toute la cellule familiale (parfois élargie) dans ce qui fait la particularité du Pays basque. Elle permet d’être partie prenante de leur espace social.

Le choix de la scolarisation en basque n’est donc pas porté par une seule motivation mais il relève d’une expérience sociale qui combine différentes logiques d’action. Les parents circulent parmi ces logiques d’action, se sentent plus ou moins proches de certaines d’entre elles mais se reconnaissent tous dans une expérience sociale composite qu’elles définissent, qui leur est propre, mais qui permet aussi de dégager du sens collectif à ce choix personnel.

Résister à l’uniformité, exister dans l’hypermodernité

Au-delà de l’exemple du basque en France, cette étude permet d’identifier des enjeux sociaux présents dans d’autres mobilisations collectives actuelles et pour d’autres langues régionales. Parmi ces enjeux, on trouve l’importance de l’inscription dans l’espace social. Il fait écho à la relocalisation de la consommation ou à la valorisation de l’échelle locale pour la création de réseaux de solidarité. De même, ce choix de scolarisation critique en creux le modèle uniforme et unilingue français, interrogeant l’intégration et l’inclusion des différences dans notre société.

Enfin, en raison du modèle social qui le sous-tend, ce choix est éminemment politique : il concerne avant tout le citoyen et ses raisons d’agir. Les parents font ce choix scolaire car il est porteur de valeurs qui sont au cœur du rapport au monde qu’ils entendent transmettre à leurs enfants. Ces mêmes valeurs se retrouvent dans d’autres mouvements sociaux actuels comme ceux qui militent pour plus de justice sociale ou dans les mobilisations contre le réchauffement climatique.

Par ailleurs, et compte tenu du contexte historique du Pays basque, la dimension politique du choix de la scolarisation en basque peut encore être comprise (et donc rejetée) par certains comme la manifestation de velléités nationalistes voire indépendantistes. Or le choix de la langue basque à l’école, s’il est politique, n’est pas nationaliste. Ainsi, au-delà de ce stigmate historique, l’exemple de la langue basque à l’école nous invite à reconsidérer la dimension politique des actions du Sujet. L’analyse de ses motivations met le collectif au cœur de ses logiques d’action et nous aurions tort de simplement réduire le Sujet à l’individualisme de nos sociétés hypermodernes.


  • Beck U., 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris : Flammarion.

Crédits images en CC : Svg.silh, Publicodmainvectors.org, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Pixabay Prawny


Maite Lagrenade

Université de Pau et des Pays de l'Adour, UMR 5319 Passages, (lagrenademaite@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.