La guerre des mines, une histoire de la Grande Guerre

L’histoire de la guerre des mines constitue un pan de l’histoire de la Première Guerre mondiale, à la fois spectaculaire et relativement méconnu. Pratiquée à grande échelle, cette guerre sous terre a pourtant profondément marqué de son empreinte certains territoires tout comme les militaires des deux camps. Pour les soldats, elle est apparue comme une menace permanente et angoissante ; pour les stratèges, elle représentait l’espoir de réaliser enfin la « percée », rupture stratégique qu’il n’était plus possible de réaliser à la surface de la terre puisque figée dans la guerre de position.

Le  Vauquois (Meuse), Berry-au-Bac (Chemin des Dames) ou Verdun figurent en France parmi les lieux emblématiques de la guerre des mines. Dans notre documentaire La guerre sous terre, le village  de Berry-au-Bac constitue le terrain d’étude qui permet de retracer les contours de cette histoire à partir d’archives étudiées par deux jeunes historiens, Stephan Schubert (doctorant allemand) et Camille Laurent (doctorante française), interviewés dans le film.

Une guerre spectaculaire

Si la guerre des mines fut pratiquée dès le 16ème siècle (notamment par le maréchal Vauban au 17e siècle), elle le fut aussi durant la guerre de Sécession aux États-Unis. Le recours aux mines ne fut toutefois jamais aussi intensif que durant la Grande Guerre, qui vit un accroissement considérable du volume d’explosifs (le diamètre du plus grand cratère à Berry-au-Bac par exemple, mesure plus de 100 mètres), mais aussi du nombre d’explosions.

À ce sujet, la doctrine militaire allemande était essentiellement orientée dans un sens offensif, à l’inverse des dynamitages français, plutôt défensifs. Mais de nombreuses exceptions ont confirmé cette règle. Dans tous les cas, ces soldats ont passé des semaines entières sous terre, dans l’humidité, dans l’obscurité, dans la vermine, et dans l’angoisse des explosions de mines.

Une histoire sociale de la guerre

Les nouvelles techniques de communication et machines apparues depuis les débuts de la révolution industrielle ont facilité le développement de la guerre des mines. Sapeurs français du génie, Pioniere  allemands, soldats de tous régiments, de toutes nationalités, troupes coloniales : ils ont été des milliers à vivre cette guerre, sous terre ou à la surface. Ce documentaire est donc l’occasion de se pencher sur le rôle des sapeurs et Pioniere, sur leurs qualifications particulières, sur le lien entre le front domestique et le front militaire. C’est aussi l’opportunité de revenir sur les transferts de compétences techniques qui se sont opérés dans cette guerre, puis après la guerre, lors du retour des soldats à la vie civile.

Réaliser ce film offre aussi la possibilité de revenir sur la perception des mines et contre-mines par les militaires. Dans son roman emblématique, Les croix de bois, paru en 1919, l’écrivain Roland Dorgelès exprime toute l’angoisse que pouvaient ressentir les poilus face au risque d’explosion de mines souterraines. Le mont Calvaire du roman est en réalité le mont doyen, situé à proximité de la cote 108, de Berry-au-Bac. Le poète Guillaume Apollinaire fut quant à lui blessé au Bois des buttes, au pied du chemin des Dames, à proximité de Berry-au-Bac. Si des extraits des écrits de ces auteurs peuvent être entendus dans ce documentaire, les simples écrits de soldats tirés des journaux des opérations militaires  livrent aussi un regard à hauteur d’hommes de cette guerre des mines.



Fiche technique

Type de film et année : Film-recherche (2018)

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS, CHS)

Producteur : Centre d’Histoire sociale des mondes contemporains

Interviewés dans ce documentaire :
– Stephan Schubert, doctorant en histoire, assistant de recherche dans le programme de recherche “SFB 948 – Héros, héroïsation et héroïsme”, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg
– Camille Laurent, doctorante en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Durée : 33’09

Procédé audiovisuel : Prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)
Voix off (lectures) par Thomas Guiffard-Combeau et David Menjoulet

Musique : si je mourrais là-bas, poème de Guillaume Apollinaire mis en musique par Jean Ferrat en 1967, interprété par la Rouquiquinante

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, Publicdomainvectors.org


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.