La fabrique de la mémoire

Tout cela a débuté il y a bien longtemps. D’abord sur des murs de grottes, puis sur des supports mobiles. Ensuite, l’homme a décidé de déléguer cette activité à des machines ; il a inventé l’imprimerie, le phonographe et a rendu la mémoire virtuelle, numérique, sous forme d’une succession de 0 et de 1. Ce tsunami numérique a de plus en plus réduit la mémoire au temps présent, au point de se demander : qu’est-ce que la mémoire et qu’est-ce qui fait mémoire aujourd’hui ?

Pérenniser la mémoire et essayer de ne pas la perdre est certainement l’une des plus grandes aventures d’Homo sapiens. En complément de l’évolution biologique fort lente des capacités cérébrales il lui faut inventer. D’abord dessiner et peindre, puis construire des écritures, avec des symboles et des règles. Sur des tablettes d’argile, de bois, de feuilles, de papyrus, de soie, de parchemin, de papier… Puis, l’aventure se précipite : la machine mesure, des automates enregistrent, mieux et bien plus vite que la main ne peut écrire.

Ensuite vient la machine, qui convertit toute information en nombres. Aujourd’hui, un être humain peut disposer du savoir de l’humanité dans la paume de sa main. Une telle accélération de la croissance des techniques nous promet des transformations radicales. Depuis le génome, registre de notre personne et de notre espèce, jusqu’aux promesses et aux risques des Big Data.

Cependant, la mémoire a ses pièges, ses maladies, ses fantasmes. La maladie d’Alzheimer, les faux souvenirs, l’impact des nouvelles technologies sur l’éducation, ou encore les liens sommeil-mémoire nous interrogent. Mémoire collective ou olfactive, où en est-on aujourd’hui ?


  • Chapouthier G., Laguës M., Baudoin D., 2017,  L’invention de la mémoire, écrire, enregistrer, numériser, Paris :  CNRS éditions.



Fiche technique

Date : 17/09/2018

Lieu : MRSH Caen

Durée : 56:30

Crédits images en CC : Pixabay Gdj


Michel Lagües

ESPCI Paris (michel.lagues@espci.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.