Élisée Reclus (1830-1905), géographe du monde

Au fil des dernières années, les chercheurs francophones et internationaux ont redécouvert des figures de géographes et de militants libertaires comme Élisée Reclus et ses amis et collaborateurs Pierre Kropotkine et Léon Metchnikoff. Les travaux de ces géographes continuent de faire l’objet de recherches et de nourrir des débats d’actualité. Ce regain d’intérêt prend tout son sens à la lumière du portrait de Reclus que l’on dresse ici.   

À vrai dire, la figure d’Élisée Reclus est atypique et tranche singulièrement avec celles de la plupart des intellectuels, universitaires ou non, de son époque. Sa vie et son parcours tant politique que scientifique rappellent davantage le roman d’aventure que la biographie « classique » d’un intellectuel. Et ses travaux, scientifiquement reconnus de son vivant, n’ont pas seulement dégagé de nouvelles pistes pour la géographie. Ils ont laissé des traces durables dans la discipline, mais aussi au-delà du champ académique et intellectuel.

Elisée Reclus, géographe du monde aux convictions anarchistes

Né à Sainte-Foy-la-Grande, en actuelle Gironde, dans la famille d’un pasteur protestant, il est le deuxième de cinq frères (sans oublier leurs sept sœurs) qui ont tou(te)s contribué de manière originale à l’histoire des idées. Après ses premières années d’étude à Neuwied en Allemagne, il fait l’apprentissage de la géographie à Berlin, en 1851, en fréquentant les cours du célèbre Carl Ritter, qui restera l’un de ses inspirateurs.

Mais Élisée ne termine pas ses études : à la fin de 1851, alors qu’il rentre à pied chez ses parents à Orthez en compagnie de son frère Elie (1827-1904), futur ethnographe anarchiste, Louis-Napoléon Bonaparte met fin à la Deuxième République par le Coup d’Etat du 2 décembre. Jeunes républicains, les frères Reclus se réfugient à Londres, où ils font une première expérience de l’exil, marquée par la misère et le mépris pour les étrangers, auxquels les migrants politiques et économiques de toutes les époques sont souvent confrontés. Entre 1852 et 1857, Élisée réside en Irlande, en Louisiane (USA) puis en Colombie. C’est là qu’il tente, sans succès, d’établir une colonie agricole pour abriter les réfugiés politiques du Second Empire, et commence à s’intéresser à l’Amérique latine, à l’antiracisme et à la diversité ethnique et culturelle.

De retour en France en 1857, il s’affirme comme écrivain géographe et auteur de récits de voyages. Il collabore avec les éditeurs Hachette et Hetzel. Il participe aussi à l’opposition des « Républicains rouges » contre le Second Empire. Il contribue en outre aux premières associations féministes telles que la Société pour la Revendication du Droit des Femmes animée par Leodile Béra-Champseix dite André Léo. Dans les années 1860, il entre en contact avec la Première Internationale et ses représentants libertaires, dont Michel Bakounine.

En septembre 1870, à la chute du Second Empire, il est un des soutiens les plus enthousiastes de la République, et un des promoteurs de la Commune de Paris. Fait prisonnier par les Versaillais durant les premières semaines de combat, il ne sera pas à Paris pendant la Semaine Sanglante. Néanmoins, il est condamné à dix ans de déportation en Nouvelle Calédonie, peine commuée ensuite en exil grâce à l’intercession auprès du gouvernement d’amis comme le journaliste et député Edouard Charton, et à la mobilisation de scientifiques de renommée internationale. Parmi ces derniers, on trouve des scientifiques anglais, qui le reconnaissent déjà comme l’un de plus éminentes géographes grâce au premier de ses grands ouvrages, La Terre, publié en deux volumes entre 1867 et 1868.

En Suisse, Reclus travaille dès 1872 à la préparation du deuxième de ses grands travaux, la Nouvelle Géographie Universelle (19 volumes entre 1876 et 1894), en collaboration avec des scientifiques et militants comme Kropotkine et Metchnikoff. Parmi ses collaborateurs permanents ou plus ponctuels, on peut aussi citer le cartographe suisse Charles Perron (1837-1909), le géographe et folkloriste ukrainien Michel Dragomanov (1841-1895) et l’ancien communard Gustave Lefrançais (1826-1901).

Parallèlement, il se radicalise politiquement : il est l’un des fondateurs du mouvement anarchiste et l’un des soutiens financiers de la série de journaux anarchistes qu’il fonde avec Kropotkine et Jean Grave (1854-1939), Le Révolté (1879-1886), La Révolte (1887-1894) et Les Temps Nouveaux (1895-1914). Entre 1894 et 1905, il termine sa carrière à Bruxelles, où il enseigne à l’Université Nouvelle, sorte d’université alternative et autogérée. C’est dans cette période qu’il imagine, pour l’Exposition Universelle de Paris (1900), son Grand Globe de 127,5 mètres de diamètre (non réalisé), et qu’il écrit son dernier ouvrage, L’Homme et la Terre (6 volumes entre 1905 et 1908).


  •  Brun C., ed., 2014, Élisée Reclus, les grands textes, Paris : Flammarion.


Connexions entre géographie et anarchie : réseau d’intellectuels et communion d’idées 

Entre la géographie enseignée à l’école ou à l’université, et le courant politique « anarchisme », il existe des connexions historiques et des idées en commun, en particulier dans la version communiste et organisatrice de l’anarchisme inaugurée par le congrès de Saint-Imier en 1872, à l’occasion duquel des anarchistes se séparent des marxistes. Les connexions historiques résident dans les réseaux que Reclus tisse durant son exil en Suisse. La Nouvelle Géographie universelle est signée de son seul nom pour des raisons commerciales convenues avec son éditeur Hachette. Car Reclus est célèbre et ce gigantesque ouvrage, disponible d’abord en fascicules hebdomadaires, devient un best-seller. Les premiers volumes sont tirés à 20 000 exemplaires, ce qui est remarquable pour l’époque.

Mais il s’agissait d’un ouvrage collectif : avec ses droits d’auteur, Reclus rémunère une équipe de collaborateurs afin de rendre plus performant son « centre de calcul » collectant des informations à jour sur tous les pays du monde. L’autre but est de fournir un support matériel à des intellectuels exilés ou persécutes politiques, soit pour avoir participé à la Commune dans le cas des Français, soit pour leur opposition au gouvernement du Tsar dans le cas des Russes et des Slaves refugiés en Suisse (Kropotkine, Metchnikoff…).

C’est en Suisse romande qu’est établie ce que l’on considère comme la première organisation anarchiste de l’histoire, la Fédération jurassienne, branche suisse de « l’Internationale anti-autoritaire ». Ce qui est significatif pour la connexion entre géographie et anarchisme, c’est que les géographes qui rédigent la Nouvelle Géographie universelle jouent des rôles clefs dans ce processus de construction. On peut notamment citer leur engagement dans un journal anarchiste publié de 1877 à 1878 entre Lausanne et Genève, Le Travailleur, où ils abordent presque les mêmes thèmes sociaux qu’ils traitent simultanément dans leur encyclopédie (cf. les études de Metchnikoff sur les paysans au Japon et de Dragomanov sur les luttes pour la libération nationale dans l’Europe de l’Est).  

Ce lien entre anarchisme et géographie permet d’en tracer un autre. Le groupe d’intellectuels fondateur à la fois de l’anarchisme et de la géographie moderne exprime également des idées communes aux deux champs. C’est par exemple le cas de la libération nationale, souvent revendiquée aujourd’hui par des nationalismes « conservateurs ». A l’époque, il s’agissait d’une des revendications importantes des mouvements socialistes et anarchistes. Contre les Empires, ces activistes soutenaient les luttes des nationalités en cours en Europe de l’Est, de la Finlande à la Grèce, comme ils avaient soutenu celles de l’Italie du Risorgimento. Ils espéraient que ces luttes déboucheraient sur des mouvements plus radicaux tournés vers l’émancipation économique des classes populaires par l’intermédiaire de la révolution sociale.

La géographie d’Élisée Reclus et de ses proches participait à ces mouvements en définissant des configurations territoriales différentes de celles de l’État, par exemple en découpant les territoires d’après des critères naturalistes et ethniques (c’est-à-dire selon les revendications des nationalités), comme on peut le voir dans la Nouvelle Géographie universelle, plutôt qu’en suivant les limites administratives des États et des Empires. Au cours des décennies suivantes, les mêmes principes inspireront le soutien des anarchistes aux mouvements anticoloniaux extérieurs à l’Europe. Tout en critiquant leur aspect nationaliste, les anarchistes soutenaient avec enthousiasme leurs combats anti-impériaux.

A la lumière de la contextualisation des idées, on comprend mieux l’anachronisme de certaines lectures classiques, surtout dans la géographie française, qui considèrent la Nouvelle Géographie universelle comme un ouvrage de géographie plus « conventionnelle » que d’autres ouvrages reclusiens tels que L’Homme et la Terre. Des travaux plus récents, en inscrivant cette œuvre dans son contexte historique et culturel, ont démontré sa pertinence à la fois politique et sociale pour son époque.

En fait, idées anarchistes et idées géographiques se sont construites simultanément comme une façon de penser le monde. C’est par exemple le cas du principe de l’entraide, souvent attribué à Kropotkine, mais qui relève d’une tradition russe et du travail collectif de Kropotkine, Reclus et Metchnikoff. Si l’évolutionnisme darwinien est une théorie scientifique populaire parmi les géographes de l’époque, sa version coopérativiste et solidaire est une des plus célèbres contributions des anarchistes non seulement à la géographie, mais aussi à la science. En affirmant que le principe le plus performant de l’évolution n’est pas la compétition mais la coopération, ils combattent les « darwinistes sociaux » qui justifient les inégalités sociales sur la base du principe évolutionniste de la compétition. Pour assoir celui de la coopération, ils s’appuient sur de solides bases géographiques, comme les expéditions de Kropotkine en Sibérie où le scientifique observe des phénomènes de coopération entre des communautés végétales, animales et humaines, surtout en réponse aux défis de l’environnement.

D’autres exemples d’idées communes à la géographie et à l’anarchisme incluent la critique, des cartes géographiques bidimensionnelles, accusées de « mentir » en aplatissant la complexité tridimensionnelle de la réalité terrestre. On trouve là une déclinaison de la critique du monopole que les États et les armées exercent alors sur la production cartographique de base, et une façon de contribuer aux efforts que les géographes anarchistes fournissent au sein du mouvement de la pédagogie libertaire qui s’organise dans des écoles « modernes » et « rationnelles ». La géographie en vient à être enseignée d’abord sur le terrain avant de recourir aux cartes et aux manuels, considérés comme les instruments d’un endoctrinement des enfants, véhicules de l’idéologie de l’État ou de l’Église.

Un autre aspect géographique de l’anarchisme est sa posture décentralisatrice et fédéraliste, à laquelle des travaux comme les études de Kropotkine sur les industries anglaises ont fortement contribué. Il en va de même du principe reclusien, déjà mentionné, d’une géographie qui découpe le monde en régions sans suivre les cadres étatiques ou administratifs. Finalement, l’une des tâches déclarées de la géographie universelle est de répandre la connaissance mutuelle et respectueuse des peuples de la planète afin d’établir une « fraternité universelle », un projet radicalement opposé aux empires coloniaux, et qui rencontre aujourd’hui un certain écho dans la pensée d’autres mondes possibles.


  • Springer S., 2016, The anarchist roots of geography, towards spatial emancipation, Minneapolis : Minnesota University Press.
  • Ferretti F., 2014, Elisée Reclus, pour une géographie nouvelle, Paris : Éditions du CTHS.

  • Pelletier P., 2013, Géographie et anarchie : Reclus, Kropotkine, Metchnikoff, Paris : Éditions du Monde Libertaire.


Comprendre la notoriété de Reclus à travers le temps

Il est impossible d’épuiser ici l’ensemble des raisons qui concourent à l’intérêt que les travaux de Reclus et de ses collaborateurs ont suscité chez plusieurs générations de géographes et d’activistes en France et à l’étranger, en particulier à partir des années 1970. Pour ne mentionner que les thèmes qui ont attiré plus récemment l’attention, on peut  considérer les études (spécialement de chercheurs anglophones) qui considèrent Reclus comme le pionnier d’une « libération totale ». Celle-ci inclut les « animaux non-humains » parmi les sujets porteurs de droits sociaux, en s’inspirant des écrits où Reclus défend le végétarianisme et ce qu’on appelle aujourd’hui la « cause animale », dans le cadre d’une idée plus vaste de respect de l’environnement de la part des humains.

L’idée de libération totale rappelle aussi le concept, relativement récent, d’intersectionnalité. Née dans des circuits féministes et antiracistes, cette notion exprime la connexion de différentes formes de domination et discrimination, basées sur la classe, la race, le genre, l’identité culturelle ou sexuelle, pour affirmer la nécessité de la solidarité des différentes formes de lutte contre l’oppression. Cela implique que les militants et les intellectuels critiques évitent d’utiliser des approches basées sur un « axe unique », par exemple celles qui considèrent la lutte de classes comme le seul fait qui importe, en reléguant tout le reste au rôle de « contour ».

Des études récentes soulignent combien la tradition anarchiste a anticipé plusieurs aspects des approches intersectionnelles. Car l’anarchisme ne s’est jamais focalisé sur un axe unique ; il a toujours considéré l’effet combiné de plusieurs formes d’oppression, comme celles relevant du domaine économique, politique, ou encore religieux, incluant la question du genre, tel que le démontre l’engagement de Reclus et d’autres anarchistes dans les premières associations féministes.    

D’autres études ont souligné l’originalité des travaux des frères Élie et Élisée Reclus dans l’application du principe de l’empathie et de la compréhension mutuelle envers les cultures non européennes à une époque où la plupart des géographes et des ethnographes considéraient la supériorité de l’Européen blanc comme un fait acquis. Au contraire, les Reclus et leurs collaborateurs ont essayé d’abord de faire parler l’Autre en profitant des connaissances linguistiques de collègues férus de langues de l’Asie orientale. Entre d’autres « hérésies », Reclus et Metchnikoff affirmaient, y compris dans le camp socialiste, que l’Europe n’avait pas que des leçons à donner aux autres, là où des travailleurs européens et nord-américains auraient bien pu tirer des leçons des expériences des mondes non-européens. Pour cela, ils soulignaient par exemple la présence d’expérimentations socialistes extraordinaires et méconnues dans l’histoire chinoise.

Dans le cas des peuples qui n’avaient pas de tradition écrite, considérés comme « primitifs », Élie et Élisée Reclus comptent parmi les premiers à proposer une critique des sources traditionnelles de l’ethnographie (documents de militaires, de missionnaires et de fonctionnaires). Ils affirment, entre autres, que les prétendus « sauvages » sont à traiter sur un plan de parité. Cela impliquait un refus radical du principe de la supériorité d’un peuple sur un autre et même la mise en discussion explicite du dogme scientifique de l’existence des « races ».

Ces questionnements précoces d’un universalisme uniformisant, qui gardaient des présupposés éthiques valides à peu-près partout (condamnation de la violence et de la spoliation contre les plus faibles, dénonciation du colonialisme et du génocide des peuples premiers…), sont considérés comme des concepts reclusiens de premier plan. Ils sont à même d’alimenter les dialogues féconds entretenus autour de différents points de vue sur le monde qu’expriment des études récentes sur ce que l’on nomme le « pluriverse » et la valeur des différences culturelles. Considérer qu’il existe plusieurs points de vue concomitants pour envisager le monde, voilà une posture déjà familière aux premiers géographes anarchistes de la fin du 19e siècle.

Bibliographie sélective

Reclus É., 1867-68 La Terre, description des phénomènes de la vie du globe (2 vols), Paris : Hachette.

________, 1869, Histoire d’un ruisseau, Paris : Hetzel.

________, 1876-94, Nouvelle géographie universelle : la terre, et les hommes (19 vols), Paris :    Hachette.

________, 1880, Histoire d’une montagne, Paris : Hetzel.

________, 1898, L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique, Paris : Stock.

________, 1905-1908, L’homme et la terre (6 vols), Paris : Librairie universelle.

Ces ouvrages peuvent être consultés (textes originaux) dans Gallica : https://gallica.bnf.fr

Pour plus de références, lectures et informations : http://reclus.raforum.site/

Crédits images en CC : Wikipedia Nadar, Ricinator, Andie, Pixabay Clker-Free-Vector-Images, Svg Silh


Federico Ferretti

University College Dublin - School of Geography (federico.ferretti@ucd.ie)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.