Enfants en précarité

CC Vimeo Georges Kirsteller Ryoki Inoue

CC Vimeo Georges Kirsteller Ryoki Inoue

La période de l’enfance est parfois jalonnée de barrières à dépasser, de défis à relever, d’épreuves à surmonter qui sont autant d’obstacles au devenir. On estime qu’en France un enfant sur cinq (soit 2.666.000) vivent en dessous du seuil de pauvreté (956 euros par mois). Ainsi, les différentes mesures étatiques pour lutter contre l’exclusion et la pauvreté n’ont pas fait reculer le nombre d’enfants en situation de pauvreté.

Alors que les Droits de l’enfant sont sans cesse rappelés, les indices de pauvreté objective et subjective les remettent toujours en cause dans la mesure où tous les domaines d’existence (famille, santé, logement, éducation…) sont forcément interdépendants.

  • Cyrulnik B., Zaouche-Gaudron C., 2014, « Précarité, traumatisme et résilience : regards croisés », Colloque Rupture, précarité, blessures sociales et psychiques : aider, mais comment ?, Avignon, 24-25 avril.
  • Zaouche-Gaudron C., 2013, « Enfants en situation de précarité », ENS, Lyon, 16 mai.
  • Zaouche-Gaudron C., Sanchou P., 2006, eds., Empan, n°60, Précarités.
  • Zaouche-Gaudron C., 2005, Les conditions de vie défavorisées influent-elles sur le développement du jeune enfant ? Bilan des recherches, Toulouse : Eres.

Le développement des enfants

Développée par le psychiatre anglais John Bowlby (1969), la théorie de l’attachement postule l’existence d’une relation entre l’enfant et ses partenaires éducatifs. Du côté des parents, elle implique régularité, stabilité, repères, et du côté de l’enfant, sécurité et confiance. Selon ce modèle, un enfant sécurisé dispose d’une base pour pouvoir plus tard explorer et s’autonomiser.

© Sylvain Masson

CC Flickr Sylvain Masson

Dans des conditions de vie défavorisées, les résultats convergent pour mentionner moins d’enfants sécurisés, et plus d’enfants « désorganisés / désorientés  » que dans la population générale. Les conduites sociales qui renvoient aux comportements de l’enfant avec ses camarades et les adultes de son entourage semblent elles-aussi perturbées. On relève des problèmes de comportements dits « intériorisés » à type d’anxiété, de dépression, d’isolement social ou encore de dépendance affective. On retrouve en outre des problèmes de comportements « extériorisés » comme l’irritabilité, l’agressivité, la résistance à l’adulte… Plusieurs difficultés d’ordre émotionnel sont également décrites : faible estime de soi, accès de colère ou humeur changeante. Les relations entre pairs semblent aussi affectées par ces conditions de vie, avec la présence de conflits qui témoignerait d’une « inadaptation » sociale.

19104240

Affiche du film Là-haut, Pete Docter et Bob Peterson, 2009

Au plan cognitif, les recherches menées auprès des jeunes enfants utilisent des indicateurs tels que le quotient intellectuel, les résolutions de problèmes (par exemple des jeux de construction ou des puzzles), les habiletés verbales, les tests de réussite en lecture ou en calcul. Sur l’ensemble de ces paramètres, les résultats indiquent un niveau moins satisfaisant de fonctionnement cognitif, notamment sur les apprentissages scolaires et les aptitudes verbales. Dans tous les cas, la pauvreté persistante affecte davantage le développement de l’enfant que la pauvreté transitoire.

Des familles en souffrance

Au niveau parental, on relève de façon récurrente, et en particulier chez les mères de jeunes enfants, un taux élevé de dépressions maternelles. De nombreuses recherches indiquent un haut niveau de souffrance chez les pères et surtout une dévalorisation du rôle paternel. Force est de constater que, dans ce contexte, les pères accordent une grande importance au rôle de pourvoyeur, de sorte que l’incapacité à répondre aux besoins économiques familiaux peut affecter leur identité et leur rôle de père. Cette fragilité identitaire entraîne une perception négative de leurs enfants et une augmentation des comportements punitifs.

© Leo Reynolds

CC Flickr Leo Reynolds

Le système parental semble aussi affecté, et les parents adoptent des pratiques éducatives autour de la discipline et du contrôle, manifestant moins d’encouragements pour favoriser l’autonomie des jeunes enfants. Sur le registre des interactions parents-enfants, on note moins de sensibilité parentale et de disponibilité. Par exemple, les mères aisées parlent ou répondent deux fois ou plus à leurs enfants que les mères en situation de pauvreté. Elles ont davantage tendance à montrer de l’affection envers leurs enfants sur les plans verbal (encouragements) et physique (caresses, sourires…).

Au sein du couple, pour beaucoup de pères, la place de la conjointe est essentielle dans la confiance qu’ils peuvent avoir à s’occuper d’un enfant. Une attitude méfiante de la mère à leur égard est préjudiciable à leur engagement. Il peut alors y avoir chez les pères un déplacement du conflit conjugal vers un conflit avec l’enfant, pouvant expliquer, au moins en partie, les comportements évoqués précédemment.

Les discontinuités de vie entraînent une vulnérabilité psychique parentale et par voie de conséquence une vulnérabilité pour les enfants.

La santé, une préoccupation mineure

La santé est un processus qui nécessite une dynamique, de la mobilité pour acquérir et/ou maintenir un bien-être physique, psychique et social. Or, la santé physique et mentale est une préoccupation mineure pour les personnes qui vivent en situation précaire. Citons, pour mémoire, les situations les plus préoccupantes : l’asthme ou la symptomatologie ORL du à l’humidité des logements, aux moisissures, au chauffage insuffisant ou défectueux ; le saturnisme qui, d’après le Défenseur des enfants, atteint 85 000 enfants (Rapport annuel, 2005) ; une hygiène défaillante, des troubles de la vision non corrigées, des problèmes bucco-dentaires, des atteintes dermatologiques de toute nature… Le risque d’obésité, enfin, est de 3 à 4 fois plus important que dans la population générale. L’obésité – ce corps trop plein et mal nourri – a des conséquences notables sur la santé ; en effet, c’est une obésité « précoce, morbide » qui entraîne des vécus de situations humiliantes entravant l’estime de soi.

Le mal logement

© Jeanne Menj & Cie

CC FLickr Jeanne Menj & Cie

Caractérisé par les nuisances, l’insalubrité, l’exiguïté, l’insécurité et la dangerosité, il apporte un autre éclairage en étant le révélateur d’une nouvelle définition de la précarité. Se rajoutent à ces conditions de logement déplorables, une qualité de l’environnement à l’intérieur du foyer familial particulièrement affectée. Les enfants disposent notamment de moins d’opportunités d’apprentissage comme les livres et les jouets, et ces activités sont moins appropriées à leur stade de développement.

Le « mal logement » illustre comment peuvent advenir les difficultés affectives et cognitives du jeune enfant. Car l’insalubrité, les nuisances sonores, le surpeuplement atteignent la santé physique des enfants. Elle entraîne aussi d’autres effets moins facilement identifiables, telle l’exiguïté de l’espace vital qui se double d’une contraction de l’espace intime et qui engendre, entre autres, une promiscuité préjudiciable au bon développement socio-affectif, et à un développement adéquat au plan cognitif.

L’institution scolaire

Le Rapport Forestier-Mons (2012) confirme ce que le Rapport du CERC (Centre d’Etudes des Revenus et des Coûts) énonçait déjà en 2004 : des résultats scolaires en baisse et des inégalités qui se creusent au sein de l’Ecole, mettant en danger le projet républicain. Les disparités, qui débutent dès le CP, sont établies dès le CE2, s’aggravent au collège et s’expriment de façon éloquente par la sortie précoce du système scolaire. Si le revenu est un des principaux facteurs de ces difficultés et ruptures de parcours, le capital scolaire des parents reste un déterminant majeur auxquels se rajoutent l’environnement de l’enfant, la disponibilité des parents et leurs compétences scolaires propres pour aider leurs enfants, ou encore la composition familiale… Autant d’éléments qui affectent le développement des apprentissages et la scolarisation et, par là-même, les qualifications et perspectives d’emplois futurs, les revenus à venir, ouvrant la voie à la reproduction transgénérationnelle.

Faire « avec » les familles et leurs enfants

NoFuturePrévenir, ce n’est ni signaler, ni réprimer, ni médicaliser les jeunes enfants. Les méthodes préventives ont pour visée d’augmenter le nombre des structures telles que les PMI (Protection maternelle infantile) et la médecine scolaire, d’améliorer et renforcer les liens entre les secteurs actifs au niveau préventif. Mais aussi d’être sensibles aux conditions (habitat, santé, revenus…) dans lesquelles vivent les familles et attentifs à l’ensemble des domaines d’existence.

Les résultats de recherche exposés n’incitent en aucun cas à « un repérage précoce » des troubles du comportement et à un « repérage de la vulnérabilité sur les petits enfants entre 2 et 3 ans ». Le terme « repérage » stigmatise les familles monoparentales, fustige ces parents jugés défaillants, incite à la généralisation « du contrat de responsabilité parentale » et, terminologie managériale oblige, en vient même à proposer le « coaching parental ». Pour autant, il est nécessaire d’exposer en quoi ces situations mettent à mal l’enfant dans sa construction et son devenir, bref de contextualiser les souffrances et expériences de vie potentiellement traumatisantes. Il ne s’agit pas de nier ou de minimiser les faits, mais de les analyser pour mieux les comprendre. Il ne s’agit pas davantage de rejeter les souffrances des enfants, mais d’affirmer une position capable de les soutenir et surtout de les accompagner vers des projets de vie. « Faire pour » ne suffit pas, il faut « faire avec ». Enfin, il ne s’agit pas de recueillir des témoignages misérabilistes tels que les médias savent si bien les distiller, mais bien de construire des « projets avec ».

La famille, ce premier espace social mis à mal par des conditions de vie défavorisées, est en même temps ressource, support, étai pour y faire face. Dès lors, au lieu de mettre l’accent sur ce que les familles ne savent pas faire, sur leurs incompétences, sur le manque de performance des enfants, il faut créer, avec elles, de la dynamique de vie et générer ainsi de la pulsion de vie.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Bansky

2699347708_1


Chantal Zaouche-Gaudron

LISST-Cers (chantal.zaouche@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Chantal Zaouche-Gaudron

LISST-Cers (chantal.zaouche@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *