L’Espagne et la naissance de la politique migratoire transatlantique (16e-17e s.)

Les politiques migratoires contemporaines se concentrent essentiellement sur l’impact des mouvements de populations sur les territoires d’« accueil ». L’Espagne des XVIe et XVIIe siècles se préoccupait, quant à elle, de réguler l’émigration pour éviter de déstabiliser une société ibérique aux conditions de vie difficiles. L’histoire est donc susceptible d’éclairer les politiques migratoires.

En France, en Europe, en Amérique et dans nombre de pays d’Asie et d’Afrique, la question de l’immigration domine actuellement les débats politiques. La mobilité de millions d’hommes et de femmes inquiète. Dans ces considérations agitées, les déplacements sont perçus sans tenir compte de l’origine des déplacés. Ce qui compte principalement est le fait que l’immigré est un étranger. Parti « d’on ne sait où », il est extérieur, et c’est l’unique point commun de tous les immigrés.

Or, leurs pays d’origine et leurs nationalités sont rarement évoqués et les conséquences de la migration sur les territoires abandonnés ne font l’objet que de peu de réflexion. Inclassables, dépourvus d’identité propre, ces immigrés s’inscrivent dans l’inconnu. Pour reprendre un terme utilisé par Pierre Bourdieu, les immigrés sont a-topos – sans lieu ni racine. Pourtant, comme en physique, le mouvement d’immigration ne peut exister sans préalablement connaître un mouvement d’émigration : on ne peut arriver quelque part sans être d’abord parti d’un autre endroit.

Lors du désenclavement du monde européen consécutif aux voyages de Christophe Colomb, et dans les premiers siècles de la vague migratoire hispanique, l’intérêt se porte surtout sur l’émigration. Les conséquences sur la communauté d’origine paraissent nombreuses. Avec les premiers départs massifs d’un continent à l’autre, cette mobilité planétaire revêt une acuité particulière.


  • Hugon A., 2019, La Grande Migration. De l’Espagne à l’Amérique 1492-1700, Paris : Vendémiaire.
  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et la revue numérique d’histoire actuelle Entre-Temps dans le cadre d’un partenariat de co-publication.

La première vague d’émigration transatlantique

L’arrivée en Amérique des premiers européens marque une rupture migratoire dans l’histoire mondiale de la mobilité. Elle enclenche un processus de circulation à une échelle jusqu’alors inconnue. Plus d’un demi million d’émigrants partent d’Espagne au cours des deux siècles qui suivent. La médiocrité des conditions de navigation et l’immensité des distances à parcourir ne les freinent pas, au contraire, puisque cette migration touche des populations toujours plus nombreuses dans l’Espagne des Rois Catholiques.

Logiquement, on y retrouve les caractères communs à la plupart des déplacements migratoires sur de longues distances. Les émigrés espagnols étaient d’abord des hommes jeunes, dans la force de l’âge, prêts à risquer leur vie dans des traversées transocéaniques périlleuses pour se rendre dans des territoires inconnus. A partir de 1492, le mouvement d’émigration transatlantique n’a pas cessé. Plus d’un demi-million d’émigrants quitta l’Espagne au cours des deux cents premières années, quand l’Espagne ne comptait que 6 à 7 millions d’habitants.

La quête d’une autre vie, d’une vie meilleure que celle commencée sur le sol natal, agite les jeunes hommes. Possédant une plus grande « disponibilité biographique », selon l’expression du sociologue Doug Mac Adam, ayant moins d’obligations sociales et familiales que leurs parents mariés et installés, les émigrants partent et s’aventurent vers des mondes inconnus pour tenter de modifier le cours de la fortune.

Les difficiles conditions de vie dans l’Espagne du Siècle d’Or, que rappelle Miguel de Cervantès, alimentèrent ces espoirs d’autant que circulaient des informations sur l’existence de prodigieux El Dorado, que confirmèrent les conquêtes de Mexico et de Cuzco. Le rêve chevaleresque et la quête d’honneur s’associaient au désir d’aventure que la recherche de gloire motivait.

Nombre d’émigrants vécurent aussi de l’espoir de convertir les âmes païennes du Nouveau Monde afin de gagner le Ciel. La conviction ancrée parmi les émigrants de l’élection divine de l’Espagne contribua à l’existence d’une mobilité missionnaire et militaire. Fortune, gloire et salut furent les moteurs de cette vague de départs.

Naissance de la politique migratoire

 À l’opposé des politiques actuelles qui encadrent l’immigration, la monarchie espagnole élabora une politique de contrôle de l’émigration. Plusieurs raisons expliquent ces choix : politiques pour s’assurer la maîtrise des mers, économiques pour se réserver les richesses minières, démographiques pour éviter une hémorragie de la population espagnole et religieuses pour évangéliser les Indes – en fait, le continent américain.

Madrid créa une sorte d’agence d’État pour exercer sa surveillance sur les mouvements vers l’Amérique. La Casa de Contratación basée à Séville devait veiller au monopole monarchique, autorisant ou refusant les demandes d’émigration, octroyant ou non des licences de départs des émigrants et des navires qui les transportaient. Le monopole migratoire a pour corollaire l’existence de clandestins et cela, dès les débuts de la nouvelle route maritime, et des passagers clandestins corrompent des officiers irrégulièrement rémunérés. Faute de marins, les capitaines engagent des individus qui désertent à la moindre occasion, dès la rive américaine atteinte. De faux papiers sont produits. A mesure que la monarchie espagnole s’enfonce dans un déclin économique et militaire au XVIIe siècle, le phénomène prend une ampleur considérable, à tel point que, dès les années 1650-1660, l’émigration clandestine dépasserait l’émigration officielle.

Enfin, la politique adoptée porte la trace des angoisses religieuses de ces siècles. Non seulement furent interdits d’émigrer en Amérique les étrangers, les juifs, les morisques et les protestants mais aussi les délinquants condamnés par les tribunaux royaux. Les rois d’Espagne veillèrent à ne pas « contaminer » le Nouveau Monde d’émigrés nuisibles au salut des populations indiennes et refusèrent les politiques de colonisation pénitentiaire.

Dans ce même état d’esprit moral, les hommes mariés furent rapidement interdits d’émigrer aux Indes, à moins d’être accompagnés de leurs épouses ou si celles-ci leur avaient officiellement donné une autorisation écrite. Devant la fragilité économique des femmes qui demeuraient seules dans la péninsule, la monarchie mobilisa ses tribunaux pour limiter les possibles effets de séparations conjugales. Les cas de bigamie consécutifs à l’émigration furent traqués.

Très tôt au XVIe siècle, on interdit aux hommes célibataires d’émigrer, à moins d’obtenir une autorisation spéciale : cette décision de favoriser les couples visait à peupler d’Espagnols les Indes, alors frappées par le choc microbien tout en pourchassant la luxure. Les correspondances des familles séparées par l’océan illustrent abondamment les conséquences de l’émigration pour le pays d’origine et pour ceux qui y sont restés : rôle des parents, éducation des enfants, administration des patrimoines et transmission familiales se trouvent au cœur des préoccupations de chacun.

L’ « oncle d’Amérique » 

La dépendance de la métropole à l’égard de l’émigration apparaît très tôt en l’Espagne. L’attente de l’argent américain est constante. Tous espèrent avec impatience l’arrivée à Séville des galions – des navires porteurs d’or et d’argent. La monarchie n’est pas la seule à attendre puisque les familles de parents émigrés trouvaient des secours financiers dans les envois de fonds effectués par leurs parents de l’autre rive.

Une véritable dépendance à l’argent de l’émigration allait s’installer au long de ces siècles. Ces liquidités offraient un complément auquel les Espagnols s’habituèrent. Et quand les ressources n’arrivaient pas à Séville, ou pas assez rapidement, les échanges de courriers comportaient des demandes et des réclamations, de la part des Espagnols, non sans exprimer parfois une certaine rancoeur l’égard des absents, peut-être oublieux de l’Espagne.

A cet égard, la politique familiale est essentielle. La monarchie favorise le regroupement familial, recherchant une stabilisation du corps social, en Espagne et dans les possessions américaines. D’autre part, les familles elles-mêmes veulent maintenir les liens de parenté, en dépit des séparations et des distances. Les alliances matrimoniales jouent un grand rôle dans cette conservation. Elles sont soutenues par un « marché matrimonial » bien étroit en Amérique, faute de femmes espagnoles émigrées, la ségrégation raciale demeurant très forte. Par conséquent, les nièces espagnoles sont l’objet de tractations intercontinentales permanentes entre parents.

Le salut par-delà l’océan

L’Espagne et ses habitants ont bénéficié des retours spirituels de l’émigration : les investissements religieux d’un continent à l’autre se sont concrétisés dans les nombreuses fondations monastiques et hospitalières, par l’établissement de messes perpétuelles, par des donations d’ordre caritatif et des manifestations d’évergétisme. La réussite de celui qui est parti doit rejaillir sur sa patria chica, – la terre de ses pères – pour mieux souligner le succès de l’entreprise migratoire.

Même quand l’émigré ne retourne pas en personne dans son village, les bénéfices de son émigration retombent sur sa communauté d’origine. La fragilité de la vie sous l’Ancien Régime, la place essentielle de la mort dans la vie quotidienne et la croyance dans le purgatoire, espace transitoire des âmes en attente de jugement, accentuent l’importance de ces échanges sur le sacré entre les deux rives de l’océan. Élément de perpétuation du nom de l’absent, le don est pour l’émigré le moyen, sinon de se rendre présent, du moins de rappeler son absence à ses proches.

A l’époque de la navigation sur de très longues distances où la lenteur des caravelles et des galions interdit des communications rapides par courrier, le silence et l’oubli provoquent inévitablement des disjonctions entre l’émigré, sa famille et ses amis demeurés dans la péninsule. Généralement, les relations du pays d’origine avec les membres qui l’ont quittée sont fragilisées dès la deuxième ou la troisième génération. Une séparation prolongée creuse d’elle-même le fossé entre parents et avec les autorités de la métropole, malgré les envois, visites et autres échanges effectués des deux cotés.

L’aventure migratoire à l’échelle transatlantique, hors du commun, façonne la société d’arrivée, comme elle bouleverse la société de départ. Les migrants de l’empire hispanique constituent donc le premier jalon de la mondialisation occidentale en ses débuts. Ils préfigurent les mobilités planétaires qui n’ont cessé de s’accélérer aux siècles suivants et qui se poursuivent jusqu’à nos jours.

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, Clker-Free-Vector-Images, Needpix.com,


Alain Hugon

Université Caen Normandie - HISTEMÉ (alain.hugon@unicaen.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.