Mondes Sociaux et le débat sur la recherche

Comme les lois qui l’ont précédée depuis une douzaine d’années, la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche suscite de nombreuses controverses. Mondes Sociaux a publié plusieurs articles qui analysent la situation et le fonctionnement actuel de la recherche en France. Souvent ces articles questionnent les allant de soi et les croyances plus ou moins partagées qui fondent les politiques de recherche, et les débats qu’elles suscitent.

Dans le contexte actuel, nous avons pensé utile de sélectionner des articles récents ou plus anciens qui peuvent contribuer au débat.


L’enseignement supérieur et la recherche face à l’évaluation et à la performance

Erica N’goala

L’évaluation fait partie des traditions, voire des routines universitaires, qu’il s’agisse de porter une appréciation sur la copie d’un étudiant, sur les travaux de chercheurs en vue de leur éventuelle publication, sur le recrutement d’un futur collègue, ou encore sur l’organisation et le fonctionnement de telle ou telle institution universitaire (institut, laboratoire, etc.). Mais alors pourquoi inquiète-t-elle tant les chercheurs et les enseignants-chercheurs ? Tout simplement parce que celle qui s’installe depuis les années 1980 ne ressemble guère à celle qui faisait auparavant partie du paysage académique.


L’« excellence » et ses périmètres

Michel Grossetti

La notion d’« excellence » est devenue une constante des politiques de recherche et d’innovation en Europe avec les « clusters d’excellence » promus par la Commission Européenne, les « Exzellenzinitiative » allemandes, les « Netwaerk og klynger » danois, etc. Cette notion est utilisée aussi bien pour désigner des concentrations industrielles que des dispositifs plutôt destinés à la recherche académique et à l’enseignement supérieur. En France, cette notion est un objet important des critiques adressées aux politiques de recherche définis dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) lancé en 2010 avec ses nombreuses déclinaisons en « ex » (Labex, Equipex, Idex, etc.). Trois PIA ont été mis en œuvre, le dernier en 2016 d’un montant de 10 milliards d’euros.


Réflexions sur les regroupements d’universités en France

Michel Grossetti

Depuis une dizaine d’années, les gouvernements français successifs encouragent les regroupements d’universités (et d’autre établissements). Ces politiques ont été conduites dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir (PIA) et de la création des Communautés d’universités et établissements (ComUE). Le PIA est un programme d’investissement de l’Etat (57 milliards d’euros) largement tourné vers la recherche et l’innovation dans ses différentes dimensions. Les ComUE sont des regroupements territoriaux d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche (universités, écoles d’ingénieurs…) et d’organismes de recherche (CNRS, INRA…) chargés de coordonner les offres de formation et les stratégies de recherche, notamment par la mutualisation de moyens.


Etudier le devenir professionnel des docteurs

Magali Jaoul-Grammare et Simon Macaire

Le doctorat se prépare après l’obtention d’un master ou d’un diplôme d’un niveau équivalent. Après la soutenance d’une thèse portant sur la réalisation de travaux de recherche originaux, il permet d’obtenir le grade de docteur, c’est-à-dire le grade universitaire le plus élevé. Est-il pour autant un atout-maître dans la recherche d’emploi, toutes disciplines confondues ? Que disent les enquêtes sur l’insertion professionnelle des docteurs ?


De quelques croyances répandues sur la géographie des activités scientifiques

Michel Grossetti

Les dernières années ont vu se mettre en place dans différents pays des politiques d’« aménagement scientifique ». Que ce soit au Japon, en France ou en Allemagne, ces initiatives encouragent le regroupement d’universités, complété d’une différenciation fonctionnelle « hiérarchique » de leurs rôles (mondial, national, local, ou encore de recherche ou seulement d’enseignement). Ces politiques consistent principalement à différencier les moyens accordés aux universités en se fondant sur des diagnostics et des évaluations comprenant un certain nombre d’allant de soi qui concernent la dimension spatiale des activités d’enseignement supérieur et de recherche.


Ce que nos universités doivent au Moyen Âge

Antoine Destemberg

On l’ignore parfois, mais dans l’Europe des XIIe-XIIIe siècles, l’apparition des universités fut sans aucun doute l’une des innovations les plus fondamentales du Moyen Âge occidental. En effet, les premières institutions universitaires qui virent le jour entre 1180 et 1220, à Bologne, Paris et Oxford, sont nées d’une quête d’autonomie de populations intellectuelles nouvelles, maîtres et étudiants établis dans ces villes qui se réunirent en « universités ». Initialement, le terme universitas renvoyait à une notion juridique communément utilisée, désignant une communauté d’hommes unis par un serment et se constituant en personne morale capable de porter et défendre ses intérêts devant les pouvoirs royaux, ecclésiastiques ou urbains. Le fait même que la langue française moderne ait réservé aux seules institutions d’enseignement supérieur ce nom d’« université » illustre le caractère fondateur de cette mutation intellectuelle de l’Occident.


Les usines à gaz de l’évaluation. Épisode 2

Robert Boure

L’évaluation collégiale qui reposait sur « un tiers partagé » par la communauté scientifique cède peu à peu la place à l’évaluation par un tiers spécialisé, situé « à distance » de cette communauté. L’idée de confier des évaluations à ce type d’instance connaît en fait une première concrétisation à partir des années 1980, dans un contexte marqué notamment par la réorganisation de la recherche publique (suppression de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et technique, réforme du CNRS…) et la contractualisation des universités.


Les modes d’évaluation de l’enseignement et de la recherche. Épisode 1

Robert Boure

L’évaluation renvoie non seulement à une notion travaillée depuis longtemps par les Sciences humaines et sociales, mais aussi à des pratiques sociales diversifiées et à des dis positifs multiples. A partir des années 1990, elle s’installe dans de nombreux domaines (aménagement, santé, action sociale, diplomatie, police, culture, enseignement, recherche…) et pour toutes les catégories d’acteurs (collectivités publiques, entreprises, associations…). De sorte que l’on est fondé à parler d’évaluation généralisée et à ériger l’évaluation en impératif catégorique.


Qui sont ceux qu’on cite ?

Béatrice Milard

La pratique des citations entre chercheurs est fortement associée à la science occidentale moderne. Les citations scientifiques étaient déjà probablement à l’esprit de ceux qui, dès le XIIe siècle, ont véhiculé la très ancienne expression « de nains sur les épaules des géants ». Il s‘agissait  alors de marquer avec révérence la cumulativité du savoir scientifique.


Les racines historiques du système français d’enseignement supérieur et de recherche

Michel Grossetti

Depuis plus de cinquante ans, les réformes du système français d’enseignement supérieur et de recherche (ESR) se succèdent avec peu d’interruptions. Chaque fois elles soulèvent des débats passionnés, voire des oppositions farouches, et sont l’occasion de formaliser des diagnostics divers.

Comme ces diagnostics font souvent référence à l’histoire, il est utile de retracer à grands traits les principales étapes de la constitution du système actuel, qui résulte d’une accumulation sur plus de deux siècles de choix politiques, d’initiatives diverses et d’évolution des tendances structurelles.


Pourquoi la recherche se déconcentre en France ?

Michel Grossetti

L’économiste Laurent Davezies déclarait récemment : « la régionalisation a permis depuis une douzaine d’années d’opérer des coupes sombres dans les moyens de la recherche publique francilienne au profit d’une répartition “territorialement équitable” entre les régions françaises. Comme si nos 22 régions françaises avaient les mêmes chances, comme Paris, de jouer dans la cour des Boston ou San Francisco… ».

Je ne sais pas trop ce que signifie « jouer dans la cour des Boston ou San-Francisco », mais si l’on se fie au reste de l’article duquel j’ai extrait ces phrases, on peut penser que ce collègue suggère qu’il existe une déconcentration de la recherche française relativement à l’Île-de- France et que cette déconcentration serait nuisible à la productivité, la qualité, ou la visibilité de cette recherche.

D’autres sites et plateformes ont suivi une démarche voisine et nous vous invitons à les consulter : La Vie des Idées ; Hypotheses.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search