Jean Rouch, l’ethnologue à la caméra

Chercheur en ethnologie au CNRS et au Musée de l’Homme, Jean Rouch (1917-2004) a toujours été attiré par l’Afrique… et le cinéma. Il a, au cours de sa longue carrière d’ethnologue et de cinéaste, multiplié et encouragé les études de terrain dans plusieurs pays de ce continent. Il y a aussi réalisé en Afrique des dizaines de films, formant au passage plusieurs chercheurs et/ou cinéastes sur le terrain, puis à l’Université ParisX-Nanterre où il a créé en 1981 le premier Diplôme d’études approfondies (DEA, aujourd’hui M2 Recherche).

Il a été un des pionniers et promoteurs du cinéma ethnographique (il a notamment participé, avec Marcel Griaule, Claude Lévi-Strauss et Denis Langlois à la création du Comité du film ethnographique), puis – avec le sociologue Edgar Morin – du cinéma-vérité dont il tourna en 1961 Chronique d’un été, considéré comme le film-manifeste du mouvement.

On ajoutera pour conclure cette brève biographie, qu’il a été un des inspirateurs des cinéastes de la Nouvelle vague (dont Jean-Luc Godard), qu’il a reçu plusieurs prix et distinctions et qu’il a présidé la Cinémathèque française entre 1986 et 1991.

Bien entendu, le film Jean Rouch en héritage ne revient pas sur les multiples vies de l’ethnologue cinéaste (ou du cinéaste-ethnologue). Il a essentiellement pour objet de rappeler combien sa pratique scientifique, pédagogique et filmique, à la croisée des sciences humaines et sociales, de l’image et du son, a intéressé, voire inspiré, nombre de chercheurs et de cinéastes.

A l’occasion du centenaire de sa naissance, les chercheur.e.s Laetitia Merli, Philippe Lourdou, Nadine Wanono et Boris Petric évoquent l’héritage laissé par Jean Rouch dans cette discipline. Passionné par la technique, le cinéaste s’est emparé très tôt des évolutions technologiques qui rendent les caméras de plus en plus légères pour filmer au plus près les sujets qu’il étudie. Peu à peu l’image, devenue un véritable outil de l’enquête ethnographique, sert de support à un échange entre l’anthropologue et son sujet. Émerge alors le concept d’anthropologie partagée…

Pour Andrea Paganini « Alliant science et art au travers d’une œuvre et d’une action mues par l’enthousiasme et au moyen surtout de sa ‘caméra de contact’, Jean Rouch a transformé la recherche en sciences humaines, ouvert des voies originales au cinéma et proposé un regard neuf tout à la fois sur l’Afrique et sur le monde des images, devenant l’un des grands passeurs du 20e siècle » (site officiel du Centenaire de Jean Rouch).


  • Sherman R., 2018, Dans le sillage de Jean Rouch, Paris : Éditions de la MSH. Préface de Jean-Claude Carrière.

  • Scheinfeigel M., 2008, Jean Rouch, Paris : CNRS Éditions, coll. Cinéma et audiovisuel.

  • Ce film est diffusé dans le cadre d’une coopération avec CNRS Images

 


Fiche technique

Type de film : film-recherche HD 16/9 Couleur Sonore

Date : 2017

Durée : 6’31’’

Producteur : CNRS Images

Rédacteur en chef : BAKER Nicolas (CNRS Images, UPS CNRS, Meudon)

Réalisatrice : ENA Alexandra (CNRS Images, UPS CNRS, Meudon)

Procédé audiovisuel : prises de vues réelles. Utilisation d’extraits de films, d’entretiens et de photographies en noir et blanc. Commentaire voix off et interventions en son direct. Musique.

Entretiens : Laetitia Merli (Centre Norbert Elias, Université Avignon-Pays de Vaucluse, CNRS, EHESS et Université Aix-Marseille) ; Philippe Lourdou (Université Paris Ouest-Nanterre) ; Nadine Wanono (Institut des Mondes Africains, Université Panthéon-Sorbonne et Institut de Recherche pour le Développement, Université Aix-Marseille, EPHE et EHESS) ; Boris Petric (Centre Norbert Elias, Université Avignon-Pays de Vaucluse, CNRS, EHESS et Université Aix-Marseille)

Crédits images en CC :  Pixabay mohamed_hassan


Alexandra Ena

CNRS-Images (alexandra.ena@cnrs.fr )

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Thibault dit :

    l’anthropologie visuelle a une remarquable tradition d’enquêtes et documents depuis presque 1 siècle. C’est dommage que la sociologie ait toujours été réticente à l’usage du visuel dans ses propres moyens d’enquête : à part quelques ouvrages remarquables de sociologie visuelle comme le « voirs et savoirs » d’Anne Sauvageot https://www.editions-saphira.com/produit/voirs-et-savoirs-esquisse-dune-sociologie-du-regard-anne-sauvageot-fiche-de-lecture/ ou Jean-Claude Kaufmann avec « Un siècle de photos de familles » et surtout Sylvain Maresca (« la photographie un miroir des sciences sociales » etc), ou plus loin dans le temps, Bourdieu (la photographie « un art moyen »), il y a eu peu d’essais dans cette voie chez les sociologues. Grand dommage au vue de ce qu’ont fait les anthropologues comme Jean Rouch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search