Faire sortir les musées français de leurs cadres

Tous les quatre ans, le Conseil international des musées (ICOM) se réunit dans une grande ville du monde. En septembre 2019, l’ICOM a réuni 4500 délégués de 120 pays à Kyoto, notamment pour voter une nouvelle définition du musée. Il s’agissait de moderniser la dernière définition qui, bien que datant de 2007, remontait dans ses principes aux années 60. Selon celle-ci, un musée est « une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement, ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’étude, d’éducation et de délectation ».

Estimant que les musées doivent vivre avec leur temps et employer le langage du XXIe siècle, certains délégués ont proposé une nouvelle définition du musée. Face à celle-ci, nombre de délégations sont montées au créneau, pour des raisons de forme et de fond. De fait, cette nouvelle définition illustre bien cette formule attribuée à Francis Blanche : « un chameau, c’est un cheval dessiné par une commission d’experts ». Plus sérieusement, quant au fond, la nouvelle définition reprend toutes les formules politiquement correctes des dernières années et risque de vieillir très vite, malgré la pertinence sociale et politique de nombre des prises de position. Les missions principales des musées doivent-elles en effet continuer, comme aux siècles précédents, à reposer sur la conservation et la monstration d’objets ? Ne doivent-elles pas prendre beaucoup plus directement en charge les grands questionnements du monde actuel quant aux dominations de classe et de genre, aux bouleversements climatiques, quant aux luttes pour pour l’égalité, la dignité, la justice ?


  • Winkin Y., 2020, Réinventer les musées ? Suivi d’un dialogue avec Milad Doueihi sur le musée numérique, Paris : MkF Editions.
  • Cet article est mis en ligne dans le cadre d’un partenariat avec MKF Éditions.

Définir les musées, c’est les transformer

Menés par la délégation française, les opposants ont fini par obtenir un report du vote et un réencommissionnement du dossier. Mais le débat se poursuit à travers le monde, et il est très important. Ce n’est pas juste une affaire de mots : placer les musées dans un nouveau cadre définitionnel, c’est une manière de les entraîner dans des transformations lentes, mais profondes. Or les musées français sont plutôt réticents à se remettre fondamentalement en question. Ils se pensent majoritairement comme des institutions patrimoniales, alors que dans d’autres pays – les pays scandinaves, africains et latino-américains – les musées se vivent dorénavant comme des institutions sociales et politiques. La nouvelle définition leur convient donc bien.

Les musées français ne pourront s’accrocher éternellement à une définition issue de la bourgeoisie bien-pensante du XXe siècle, qui se « délecte » devant les œuvres. Nombre de responsables l’ont bien compris et tentent de faire bouger les lignes. Ainsi, il y a quatre ans, la mission sur les « musées du XXIe siècle », dirigé par la conservatrice générale des musées Jacqueline Eidelman, a mobilisé toute la profession : groupes de travail, débats en région, rencontres avec les élus, avec les organisations syndicales, avec les associations professionnelles. Plus de 700 personnes ont ainsi été consultées. Une enquête par questionnaire a de plus été conduite auprès de 2000 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française de plus de 15 ans et une plate-forme collaborative a recueilli plus de 1000 contributions « citoyennes ».

Il en est sorti quatre volumes truffés d’idées, de propositions, d’exemples à suivre. En ce début 2020, peut-on dire que la Mission Eidelman a provoqué une onde de choc dans les musées français et les a fait entrer dans le XXIe siècle ? Pas vraiment… On dirait que tout le monde attend. Attend quoi ? Que les autres bougent d’abord, que quelque chose vienne « d’en haut », on ne sait pas trop.

Propositions pour réinventer les musées

Dans ce contexte un peu incertain, je me suis jeté à l’eau en proposant un petit livre intitulé Réinventer les musées ? Il repose à la fois sur ma (longue) expérience universitaire et ma (courte) expérience de directeur de musée. Dans ma vie d’enseignant-chercheur, j’ai présenté dans La Nouvelle Communication puis dans Anthropologie de la communication  une analyse des interactions qui devait beaucoup à des anthropologues comme Gregory Bateson et à des sociologues comme Erving Goffman. Plus récemment, entre 2015 et 2019, j’ai proposé au musée des Arts et Métiers une programmation faisant la part belle aux arts contemporains, de la BD à la performance.


  • Winkin Y., 1981, La Nouvelle Communication, Paris : Ed. du Seuil, coll. Points.
  • Winkin Y., 2001, Anthropologie de la communication, Paris : Ed. du Seuil, coll. Points.

Le point de départ du livre est une petite phrase de Chris Dercon, l’actuel président de la Réunion des Musées nationaux et du Grand Palais, qui a dirigé nombre de musées d’art contemporain, dont le Tate Modern de Londres. Dans un débat en 2015, Chris Dercon avait lancé : « La question centrale qui se pose aux grands musées ou aux théâtres publics, c’est d’inventer de nouveaux rituels pour séduire un public de plus en plus massif, plus zappeur aussi, qui ne vient pas seulement pour découvrir une exposition pour érudits ou une pièce pour spécialistes, mais qui vient vivre une expérience collective ».

Cette phrase me paraît très juste : le public des Arts et Métiers ne vient pas juste admirer des machines célèbres, il cherche aussi à vivre un moment spécial en famille ou avec des amis. Et l’invitation de Dercon à « inventer de nouveaux rituels » ne peut qu’interpeler l’anthropologue de la communication que je ne veux pas cesser d’être. La notion de rituel n’a en effet jamais cessé de hanter l’anthropologie, sans que jamais personne n’arrive à une définition pleinement satisfaisante. Mais cette perpétuelle frustration à fixer le sens de la notion continue à nourrir la créativité des chercheurs. Pour ma part, je me sens proche du rituel tel que Goffman l’a envisagé, de manière très ouverte, entre rituel éthologique et rituel religieux.


  • Winkin Y., 2005, « La notion de rituel chez Goffman : de la cérémonie à la séquence », Hermès, N° 43, 2005, pp. 69-76.

Ce n’est qu’une fois sorti de ma charge de directeur que j’ai pu me lancer dans la rédaction du livre. J’ai pris le parti de décrire des rituels qui pourraient permettre aux publics de vivre des expériences collectives. Ils pourraient aussi permettre aux équipes muséales de penser leur milieu de vie professionnelle à partir d’autres cadres.

On y retrouve donc la question de la définition du musée : si l’on se donne d’autres visions, quitte à ce qu’elles soient a priori peu réalistes, on redéploie le champ des possibles et on se donne in fine les moyens de passer d’un siècle à l’autre. Si la Mission Eidelman a réfléchi dans un contexte institutionnel encore très contraint, je me suis autorisé à lâcher prise, tout en maintenant un principe de base : le respect des œuvres. Pas question de les remiser dans les réserves, sinon on n’est plus dans un musée, on est dans un centre culturel ou dans une salle de spectacles.

Raconter des histoires

C’est ainsi que je raconte douze histoires « comme si on y était » : sur le ton du reportage, mon livre décrit aussi bien une procession qui part du « musée » et circule dans la ville, un grand mariage très costumé qui réunit les familles Carpe et Lapin, une conférence des animaux qui voit arriver au musée des biches, des lézards et des oiseaux… À l’issue de chaque conte, je propose une explication qui donne les clés, pour le cas où elles ne seraient pas apparues en filigrane.

Je ne me suis pas trop demandé si je respectais bien les critères définitoires du rituel selon Goffman ou Turner(un anthropologue connu dans le milieu pour ses travaux sur la question). Je voulais essentiellement des cérémonies participatives (et non spectatorielles), convoquant tous les sens, ouvrant sur d’autres mondes pendant quelque temps… Du rêve, du fantasme, ou du moins de la fantaisie. Du tourbillon, même si la lenteur est privilégiée dans nombre de récits. Rebattre les cartes, ou plutôt rebattre les cadres, en faisant lointainement allusion au livre de Goffman sur les « cadres de l’expérience ».

Les sciences humaines et sociales (SHS) n’osent pas trop inventer ; elles se sentent plus à l’aise dans le retour en arrière ou dans la description et l’analyse de l’existant. Ce que les SHS acceptent de faire aujourd’hui, c’est emprunter certains codes littéraires pour restituer leurs résultats de manière narrative. Mais elles laissent le futur à la science-fiction. Elles ne s’aventurent pas dans l’espace infini des mondes possibles.

Or de grands écrivains de science-fiction contemporains, comme Neal Stephenson, sont consultants pour la NASA et pour d’autres entreprises qui inventent littéralement le futur. Très nombreux sont les chercheurs, notamment en Intelligence artificielle, qui sont pétris d’une grande culture SF. Alors pourquoi cette frilosité en SHS ? J’ai tenté de m’en affranchir avec mes douze récits imaginaires. Et si l’ouvrage se termine sur un dialogue avec Milad Doueihi, c’est parce que c’est son séminaire sur « Avatars, humains et machines » au musée des Arts et Métiers en 2017-18 qui m’a amené à comprendre que la fiction est bien une science : elle permet d’expérimenter de nouveaux cadres de pensée, de réflexion et d’action qui s’installeront un jour dans les institutions sans même qu’elles s’en aperçoivent.


  • Goffman E., 1992, Les Cadres de l’expérience, Paris : Ed. de Minuit (orig. : 1974).


Crédits images en CC : Publicdomainvectors.org, Publicdomainpictures.net, Wikimedia Commons S. Deniel, Pixabay Fabiarts, Pixabay


Yves Winkin

CNAM et Université de Liège (yveswinkin29@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Vernhes dit :

    Et si on essayait la gratuité des entrées…
    « un moment spécial »…Cette définition à double détente : la visitte et le « moment spécial » me fait penser au dogme nouveau qui désagrège les médiathèques : la médiathèque « troisième lieu ». C’est la médiathèque conçue comme un MJC. La médiathèque avec les échanges, les films, les rencontres, les concerts, les expos…Et sans les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.