Penser sa carrière de chercheur.e. Quelques leçons

Comment pensons-nous notre carrière ? Quels sens donnons-nous à notre métier ? Voici quelques questions à l’origine d’un ouvrage sur les carrières de chercheur.e.s. Elles ont suscité l’envie de lancer une réflexion collective sur les parcours académiques en partant des expériences personnelles et, ce faisant, de creuser l’exercice du métier d’ethnographe en anthropologie et sociologie, d’où une dernière question : quelle place réservons-nous à la démarche ethnographique dans notre pratique de recherche ?

Pour y répondre, quatorze collègues aux profils variés ont été sollicités. Hommes et femmes, chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s de générations différentes, ayant travaillé sur la France ou dans d’autres pays de monde ont accepté de se plier à l’exercice de la commande, autrement dit de rédiger une sorte d’ego-histoire professionnelle. Chacun.e était libre dans la formulation de son écrit et il suffit de lire les chapitres livrés pour s’en persuader.

La particularité de ces récits personnels en fait toute l’originalité et toute la densité, mais elle fait également toute la difficulté de la présentation de cet ouvrage. Comment rendre compte des parcours sans trahir leur auteur. Ce constat nous a encouragé à présenter ici les points communs de ces textes et les questionnements qu’ils suggèrent, plutôt que leurs singularités.

Ainsi, pour (re)donner du sens à ce qu’ils/elles sont, les chercheur.e.s ont retraversé les années, remontant ensuite le temps en partant parfois de leur enfance. La compréhension du parcours professionnel ne s’entend pas sans celui de la vie privée. Ils/elles nous invitent à les suivre sur le chemin de leur premier pas, puis sur la façon dont ils/elles se sont ancré.e.s dans le métier. Ils/elles nous parlent des héritages intellectuels, des rencontres, des voyages ou des missions qui ont rendu possible, ce qu’ils/elles sont devenu.es.

Et surtout, ils/elles reviennent sur leur terrain d’enquête, leurs trouvailles, leurs plaisirs mais aussi leurs difficultés, leurs déconvenues, leurs hésitations. Les chercheur.es sont empli.e.s de doutes et c’est ce qui les fait avancer. Ces textes nous ouvrent les portes du « cabinet » des chercheur.es.


  • Monjaret A. (dir.), 2019, Carrières, Paris : Presses universitaires de Paris Nanterre.

Brosser le portrait des ethnographes

Vous l’aurez compris, impossible de rentrer dans le détail de chaque carrière. Il nous semble toutefois important de valoriser la dimension ethnographique de tous ces parcours. Nous avons décidé de brosser un rapide portrait de ces ethnographes, en nous attachant aux choix qu’ils ont pu faire. Certains se sont consacrés à un terrain d’enquête ou une thématique quand d’autres ont préféré, portés par les rencontres, s’engager sur plusieurs objets, plusieurs terrains.

Les chercheur.e.s ayant choisi de creuser les sillons d’un même terrain ou d’une même thématique ont donc privilégié un « ancrage ». C’est le cas de Pascale Bonnemère, anthropologue, directrice de recherche au CNRS, qui consacre sa carrière à la Papouasie Nouvelle-Guinée quand Laurence Caillet, anthropologue, professeure des universités émérite, est l’une des spécialistes du Japon. Martin de La Soudière, ethnologue, retraité du CNRS, a lui arpenté La Margeride, une région montagneuse de France quand Dominique Jacques-Jouvenot, sociologue, professeure des universités, s’est penchée tout au long de sa carrière sur les agriculteurs de la Franche-Comté. Pour Catherine Deschamps, socio-anthropologue, jeune professeure des universités, c’est la thématique de la sexualité qui a fait sens et fait toujours sens.

Et puis, il y a ceux qui sont passés par des « Tours, retours et détours ». Ils/elles ont construit leur recherche en tirant un même fil conducteur pour tisser la cohérence de leur approche à partir de va-et-vient, de tours, de retours et de détours géographiques ou thématiques. Anne Raulin, anthropologue, professeure des universités, qui développe une anthropologie urbaine, navigue entre les États-Unis, la France et l’Angleterre.

Susan Carol Rogers, anthropologue américaine à la retraite, est la seule auteure de ce volume à avoir effectué sa carrière aux États-Unis, mais elle a choisi de mener son terrain d’enquête en France, pour ensuite se consacrer à des travaux sur son pays. Carmen Bernand, anthropologue, professeure des universités émérite, a travaillé sur des pays d’Amérique Latine ou encore à Nanterre sur les « petites gens ». Anne Monjaret, ethnologue, directrice de recherche au CNRS, s’est interrogée sur les thématiques du travail et du hors travail, jusqu’à penser leur articulation. Pour Christian Guinchard, sociologue, maître de conférences, l’étude de la consommation des pauvres en Franche-Comté l’a conduit à se pencher sur la production de la propreté des rues.

Enfin, d’autres ont pris a priori des chemins multiples et variés, rebondissant d’un objet à l’autre, d’un thème à l’autre au gré des opportunités, des rencontres, des envies. Christian Bromberger, anthropologue, professeur des universités émérite, passe notamment de l’Iran à la France, des matchs de football aux pratiques du poil.

Philippe Combessie, sociologue, professeur des universités, a commencé par travailler sur la prison, puis sur la sexualité et continue aujourd’hui à investiguer de front ces deux terrains. Sylvaine Conord, sociologue, maîtresse de conférence, a fait de la photographie un objet de recherche et une pratique qui la mène à saisir les phénomènes de migrations. Quant à Jean-Michel Bessette, socio-anthropologue, professeur des universités émérite, il s’est intéressé aux mémoires d’Éthiopiennes et d’Éthiopiens pour se centrer ensuite sur la thématique du crime jusqu’à rencontrer un exécuteur.

La pratique de l’ethnographie est donc une pratique plurielle. Si la palette des profils de ces ethnographes est large, la découverte de chacun d’eux apparaît comme une matière à penser, suscitant des questionnements qui traversent tous les récits donnés à lire. Comment nous présentons-nous ? Que choisissons-nous de mettre en évidence de notre carrière ? Autrement dit, comment interrogeons-nous notre trajectoire professionnelle, comment la pensons-nous ? Comment justifions-nous notre place au sein d’une discipline ou d’un de ses champs ? Quel sens attribuons-nous à la pratique ethnographique, que nous soyons anthropologue, ethnologue ou sociologue ? Pour répondre à ces questions, nous allons tirer quelques leçons de ces parcours individuels.

Quelques leçons sur ces carrières

Nous retenons que l’exercice s’est avéré finalement peu simple : écrire sur soi ne va pas de soi. Si cette forme de réflexivité individuelle semble plus facilement acquise depuis la mise en place de l’Habilitation à diriger des recherches (qui s’est substituée depuis 1984 à l’ancien Doctorat d’État), parler et écrire plus librement de soi n’a rien d’une évidence.

Travailler sa présentation de soi relève également d’un jeu de représentations qui a pour objectif de produire du sens autour d’une vie professionnelle souvent disparate. Parler de sa carrière revient à se raconter, à proposer un récit de soi pour construire une image, en général valorisante, soit comme « bon intellectuel », soit comme « bon ethnologue ». Ces échafaudages autobiographiques peuvent soulever la critique, du moins être sujet à des réticences ; Erving Goffman y voyait une « illusion rétrospective », ce que Pierre Bourdieu qualifiera plus tard d’« illusion biographique ».

La déconstruction de la carrière qui s’opère dans cet exercice conduit parfois à croiser expériences personnelles et expériences professionnelles. Certains auteurs n’ont pas considéré opportun de remonter le temps jusqu’à l’enfance pour expliquer leurs trajectoires professionnelles ; d’autres au contraire y ont puisé les éclairages des « choix » qui vont advenir, s’écartant, d’une certaine manière, du piédestal académique parfois confortable.

Cette déconstruction montre, par ailleurs, que faire carrière n’a rien de linéaire. « Entrer dans la carrière », « faire carrière » sont des expressions qui laissent entendre une linéarité, parfois « une planification » des parcours professionnels, mais la réalité est plus complexe, car ces parcours sont faits de bifurcations, de ruptures, de recommencements, de retours. Là encore, l’exercice a nécessité de faire des choix. Et puis, le temps s’étire différemment quand les années à exercer son métier sont encore nombreuses comparées à celles qui restent quand le parcours institutionnel s’achève ou est achevé depuis longtemps. Pour autant, la carrière intellectuelle ne s’interrompt pas. Être en devenir et être à travers ce que nous avons été n’est toutefois pas tout à fait la même chose.

Pour certain.e.s des chercheur.e.s, la voie semble toute tracée : ils se donnent les moyens de se préparer au métier auquel ils aspirent, et ce même si le chemin est apparu parfois plus sinueux qu’ils ne le pensaient. D’autres passeront par des détours et des retours professionnels, avant de se fixer sur l’orientation d’un cursus universitaire en sciences humaines et sociales.

Le choix des thématiques et des objets d’étude a également son importance sur ces parcours, car il existe une hiérarchisation, même si elle n’est pas énoncée explicitement. Choisir un terrain déprécié peut relever de l’inédit, de l’originalité, mais cela n’est pas sans conséquence sur le chemin que nous souhaitons prendre ensuite. Nous assistons, en outre, à des retournement de situations : avec le temps, des objets hors-champ peuvent changer de statuts et passer de la catégorie d’« illégitime » à celle « légitime ». Autrement dit, il faut être là au bon moment.

Mais ce qui caractérise avant tout ces parcours, c’est la place qui est accordée au « terrain ». Dans les disciplines qui nous concernent, l’engagement dans la recherche passe par un engagement sur le terrain d’enquête et il n’y a pas d’ethnographe sans « terrain ». On devient ethnologue en faisant du terrain, celui-ci étant l’essence de la discipline.

Il reste que d’autres éléments tout aussi importants vont jouer dans cette socialisation professionnelle, à commencer par les héritages intellectuels : le goût pour la littérature, les enseignements reçus, la découverte de certains auteurs et plus tard leur rencontre vont clairement marquer les parcours. Ces éléments servent d’arguments pour signifier des affinités, justifier scientifiquement un positionnement ; ils constituent un socle de connaissances, qui, tout au long de la carrière, vont être nourries et transmises.

Leçons conclusives

Cette présentation de l’ouvrage « Carrières » pourrait certainement s’appliquer à d’autres disciplines que l’ethnologie. C’est toute la richesse de cet ouvrage que de permettre de découvrir de l’intérieur les histoires de vie professionnelle de ces artisans du savoir et de leur engagement.

Si les moteurs de l’engagement scientifique sont comparables d’une discipline à l’autre, la différence tient à la manière d’être engagé. Ici l’ethnographie modélise la pensée. Toutefois, avant de devenir ethnologue, les cursus disciplinaires sont variés et les ethnologues peuvent avoir pratiqué la philosophie, l’histoire, l’archéologie, etc. Nous découvrons, parfois explicitement, plus souvent en filigranes, comment ces formations initiales ont laissé des traces, produisant des effets sur la façon de concevoir la pratique du métier. Mais si l’engagement dans la recherche s’effectue dans l’affirmation d’une inscription disciplinaire, classiquement l’ethnologie, l’anthropologie, la sociologie et de leurs méthodes, les alliances avec d’autres disciplines peuvent être confortées ou évoluées au cours de la carrière.

Le choix de procéder par autoportrait contribue à fragmenter une histoire collective en des histoires individuelles. Ainsi, si cet ouvrage n’a pas, à proprement parler, l’ambition de proposer une sociologie des carrières ou une anthropologie des apprentissages et de la transmission, il donne accès aux coulisses du métier de chercheur.e, de la pratique savante, de la construction des savoirs associés à des courants de pensée, inscrits dans des institutions ou des réseaux, etc., confortant l’intérêt de la notion de carrière, entendue comme processus. Plus encore, l’ouvrage dévoile des sensibilités diverses de chercheur.e.s qui pratiquent tous et toutes l’ethnographie, sont engagé.e.s comme ethnographe. À partir de ces réflexions singulières sur des parcours académiques en anthropologie et sociologie, nous décelons les contours d’un monde académique en train de se faire et parfois de se défaire.

Crédits images en CC : Pxhere mohamed hassan, Pixabay OpenClipart-Vectors, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, FreeCliparts


Anne Monjaret

CNRS-EHESS ; IIAC - équipe LAHIC (anne.monjaret@ehess.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search