Guerre d’Espagne : des Brigades internationales au Secours populaire

Le coup d’Etat du Général Franco (1936) contre le gouvernement de Front populaire espagnol provoque une guerre civile dans laquelle les protagonistes ne sont pas seulement espagnols. D’un côté, les forces franquistes ont le soutien actif de l’Allemagne nazie et de l’Italie mussolinienne. De l’autre, les Républicains peuvent compter sur la mobilisation d’anti-fascistes européens, nord-américains (…) car leur combat symbolise la lutte contre la montée du fascisme et du nazisme en Europe. C’est dans ce contexte que, dès le début du conflit, naissent les Brigades internationales… et se construisent leurs mythes.

Le documentaire Guerre d’Espagne, retour sur l’histoire, des Brigades internationales au Secours populaire sur le processus complexe de leur création ainsi que sur la solidarité d’hommes et de femmes volontaires, engagés militairement sur le territoire espagnol. Il montre également l’importance des activités de solidarité dans plusieurs organisations de gauche à l’intérieur des frontières de la France.

Ces organisations (Union des jeunes filles de France, Secours rouge…) étaient, pour nombre d’entre-elles, des satellites du Parti Communiste Français. Ainsi, Corentin Lahu est interrogé sur le rôle du Secours Rouge, devenu Secours populaire en 1936. Il livre de nombreux exemples permettant de comprendre les contours d’un engagement qui s’est parfois terminé tragiquement lors de livraisons en Espagne de vivres récoltés en France (mort de la militante marseillaise Agnès Dumay, par exemple, lors d’un bombardement à Madrid).

Le film cherche aussi à comprendre qui étaient les volontaires des Brigades internationales, quelles étaient leurs appartenances politiques, leurs origines et leurs motivations. Le portrait de leurs chefs, notamment André Marty et Luigi Longo dit « Gallo », s’accompagne de portraits photographiques de nombre de brigadistes, devenus « mythiques » pour certains, comme le Colonel Fabien ou le Colonel Henri Rol-Tanguy, mais aussi de très nombreux volontaires anonymes ou peu connus (le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier « Le Maitron » relate le parcours de certains).

Le documentaire s’attarde sur le rôle et la place des femmes, qu’il s’agisse de brigadistes ou de volontaires du Secours rouge/Secours populaire. L’historien Edouard Sill montre comment elles furent écartées des Brigades internationales sur le territoire espagnol et dans quelle mesure la misogynie d’André Marty a influencé ce rejet.

La dernière partie du film est consacrée, d’une part, à la construction, dès février 1937, du « mythe » des Brigades internationale en Espagne (notamment la Quince Brigada), d’autre part, sur des gommages historiques : ainsi Corentin Lahu montre comment le Secours populaire, après la guerre civile, a eu tendance à gommer cette part de son histoire en France, et plus particulièrement l’engagement politique antifasciste des volontaires du Secours rouge.

Ce film a été produit et réalisé à l’occasion de la parution du livre collectif Empreintes rouges, Nouvelles perspectives pour l’histoire du communisme français dans lequel de jeunes historien-ne-s renouvellent l’histoire du Parti communiste dans des contextes aussi variés que la guerre d’Espagne, le colonialisme, l’indépendance Algérienne, etc.


  • Roubaud-Quashi G., Manessis D., 2018, Empreintes rouges, Nouvelles perspectives pour l’histoire du communisme français, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.


Fiche technique

Type de film et année : film-recherche, 2019

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Producteur : Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains 

Durée : 1h03

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Crédits et sources (photographies et images filmées)

Archives Nationales Russes ; Ciné-Archives ; Fonds audiovisuel du Parti communiste Français ; Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains ; Fonds André Marty ; Fonds Archives du Secours populaire ; Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social, Le Maitron ; Bibliothèque Nationale de France ; Internet Archives Non Profit Library ; Collections photographiques privées : Marie-Claude Hugues (Claudine Chomat) et Muriel Le Bouedec (Edouard le Penne) ; PANDOR (Portail Archives Numériques et Données de la Recherche) ; images du RGASPI à Moscou filmées par Corentin Lahu.

Musique : Piano El Quinto regimiento ; Monsieur Jack (https://www.youtube.com/channel/UCzs9…) ; Los cuatro Generales/Viva la Quince Brigada ; Free music archive (http://freemusicarchive.org/.

Entretiens avec : Edouard Sill, docteur en histoire (thèse : Du combattant volontaire international au soldat-militant transnational : le volontariat étranger antifasciste durant la guerre d’Espagne (1936-1938) ; Corentin Lahu, archiviste et doctorant (thèse : Lutter contre la répression et organiser la solidarité ouvrière : du Secours Rouge International au Secours Populaire (192 -1945) ; Guillaume Roubaud-Quashie, doctorant au CHS, coordinateur,  avec Dimitri Manessis (doctorant), du livre Empreintes rouges.

Crédits images en CC : Mourir à Madrid, Wikimedia Commons Ratatosk, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.