Quand le Canada refusait d’accueillir des réfugiés

Le Canada est aujourd’hui perçu comme un pays ouvert à l’immigration et très accueillant pour les réfugiés. Son Premier ministre, Justin Trudeau, a même fait de l’accueil de 25 000 réfugiés syriens l’une de ses promesses électorales. Pourtant, le pays n’a pas toujours été aussi favorable aux populations en fuite. Ce même Premier ministre présentait d’ailleurs ses excuses, au nom du gouvernement, pour l’attitude du Canada durant la Seconde Guerre mondiale : « En 1938, le monde était aux prises avec une crise de réfugiés de plus en plus grave. […] Parmi tous les pays alliés, le Canada sera celui qui admettra le moins de Juifs entre 1933 et 1945. Il a accueilli beaucoup moins de réfugiés que le Royaume-Uni et considérablement moins par personne que les États-Unis. […] En ce qui concernait les Juifs, aucun, c’était déjà trop. »

Dans sa déclaration, Justin Trudeau présente donc le Canada comme le pire pays d’accueil possible pour les réfugiés durant la Seconde Guerre mondiale. Alors même que des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants — notamment de confession juive – fuient les persécutions nazies et la guerre, seules 5 000 personnes sont accueillies entre l’arrivée d’Hitler au pouvoir et la fin du second conflit mondial. Comment le Canada est-il alors passé « du pire pays d’accueil » à l’un des plus ouverts ?


  • Rodrigo A., 2019, Sauver les plus irremplaçables ? Une histoire du refuge canadien par les associations pendant la Seconde Guerre mondiale, thèse de doctorat, Université Toulouse-Jean Jaurès : Toulouse. 
  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

« Aucun, c’est déjà trop »

L’histoire des réfugiés au Canada a longtemps été dominée par un ouvrage dont le titre résume à lui seul le refus entêté du gouvernement fédéral pendant la guerre : « Aucun, c’est déjà trop » ou « None is Too Many » – titre repris par Justin Trudeau dans son allocution. Publié en 1982, au moment-même où le pays se questionne sur l’accueil de réfugiés en provenance d’Asie du Sud-Est – les « boat people » –,  le livre marque profondément la culture canadienne. 

Dans celui-ci, les auteurs examinent l’établissement d’une politique migratoire limitant l’accès au Canada aux seuls citoyens britanniques, aux familles de résidents et aux agriculteurs. Cette faible ouverture des frontières est incarnée par le directeur du département d’Immigration, Frederick Charles Blair, qualifié d’antisémite et de xénophobe. Examinant toutes les demandes d’admission, il refuse les personnes s’identifiant comme juives, de même que les individus dépourvus de finances etc. Les hommes, femmes et enfants les plus menacés voient donc se fermer les frontières canadiennes, de même que celles de nombreux autres pays.

Près de quarante ans après cette révélation, la crise de l’accueil de réfugiés de la guerre civile syrienne impose de réexaminer la politique de Frederick Charles Blair en questionnant notamment le soutien au refuge. Sans remettre en question le faible accueil de réfugiés au Canada durant la Seconde Guerre mondiale, il s’agit de mieux connaître ce qui a été fait, et non ce qui aurait dû être fait, en partant des archives d’associations d’aide à l’accueil comme le Congrès juif canadien et le Comité national canadien pour les réfugiés.


  • Abella I.,Troper H., 1991 (1983), None is Too Many: Canada and the Jews of Europe, 1933-1948, Toronto : Lester Publishing


Une mobilisation isolée

Lorsque l’on consulte leurs archives, un élément surprend : la forme administrative des demandes. Alors que None is Too Many met en avant les lettres émouvantes de réfugiés racontant les difficultés de la vie quotidienne en Europe, les dossiers des deux comités renferment des demandes d’admission transmises par des associations étrangères, notamment états-uniennes et britanniques. Rares sont les personnes en fuite à écrire directement aux associations canadiennes : dans l’immense majorité des cas, les réfugiés ignorent leur existence.

En effet, le Comité national canadien pour les réfugiés n’a été fondé qu’en décembre 1938 et ne regroupe qu’une cinquantaine de personnes actives. De son côté, le Congrès juif canadien n’est pas la principale association de la communauté juive du pays, laquelle est d’ailleurs de petite taille – 150 000 personnes environ. La mobilisation collective canadienne en faveur des réfugiés est donc doublement minoritaire, tant  à l’intérieur du pays qu’au sein du réseau de soutien international. Comparés à leurs homologues européens ou états-uniens, les deux comités n’ont en réalité que très peu d’influence.

Cette marginalité ne signifie cependant pas une absence totale d’action. Bien au contraire, les dirigeants associatifs imaginent de nombreuses actions pour contourner leur isolement tout autant que le refus du gouvernement canadien. Ils mettent ainsi en place un véritable secours à distance sous la forme de financements d’organisations ayant des représentants en Europe – ce qui n’est pas le cas des deux comités. Ils peuvent ainsi aider directement les populations en difficulté. Par exemple, le Congrès juif canadien organise de grandes campagnes de fonds en faveur des réfugiés européens, puis verse l’argent à l’American Jewish Joint Distribution Committee. Il parvient même à accueillir quelques rares personnes sur le sol canadien.

Dans le même temps, les associations tentent discrètement de faire admettre des réfugiés parmi les mouvements de populations acceptés par le gouvernement fédéral canadien. Ainsi, à l’été 1940, la Grande-Bretagne et le Canada s’entendent pour l’envoi de plusieurs milliers d’enfants britanniques outre-Atlantique. Cette possibilité migratoire est vécue comme une chance pour les associations qui profitent du mouvement réservé aux jeunes britanniques pour tenter d’y intégrer des enfants de nationalité ennemie, c’est-à-dire en provenance de pays sous contrôle allemand.

Ces « discrètes » actions n’échappent cependant pas à la vigilance de Frederick Charles Blair qui n’apprécie pas leur comportement. Le directeur du département d’Immigration se plaint publiquement de l’attitude des associations et durcit son application de la politique migratoire en étudiant toutes les demandes d’admission émanant du Congrès juif canadien ou du Comité national pour les réfugiés. Ainsi ces tentatives paraissent-elles vaines et ne permettent pas aux associations de réellement peser sur le nombre de réfugiés accueillis au Canada.

Un refuge sans réfugiés                  

L’isolement de la mobilisation collective et la politique migratoire restrictive canadienne ne sont pas les seules difficultés auxquelles sont confrontées les associations. En effet, le Canada ne différenciant pas les réfugiés des autres migrants, il ne participe pas aux conférences d’Évian et des Bermudes consacrées au « problème des réfugiés ». Le pays n’applique donc pas de mesures spécifiques pour les personnes en fuite : les familles tentant de se soustraire au nazisme doivent respecter les critères migratoires établis au début des années 1930 – c’est-à-dire avant le début des persécutions.

Face à la non-reconnaissance des réfugiés, les associations font un choix : elles proposent au gouvernement des demandes d’admission en fonction des critères officiels –  les hommes, femmes et enfants les plus fragiles n’ayant alors aucune chance d’être acceptés au Canada. Ainsi, dès sa création en décembre 1938, le Comité national canadien pour les réfugiés hésite entre deux requêtes à soumettre au gouvernement : une action humanitaire de grande ampleur demandant l’accueil de plusieurs milliers de réfugiés ou la sélection de quelques individus pouvant s’intégrer facilement à l’économie et à la société canadienne.

Confronté à une opinion publique frileuse, inquiète d’une immigration massive et encore traumatisée par les conséquences de la Grande dépression – la peur du chômage notamment – le comité décide de limiter ses revendications. Il décide ainsi de promouvoir l’accueil d’un nombre indéfini de réfugiés sélectionnés pour leurs apports potentiels à la société canadienne et répondant aux critères migratoires… des immigrants classiques en somme.

La mobilisation collective demeure donc discrète et ne distingue pas elle-même clairement les réfugiés des migrants. En jouant sur la présentation des potentiels réfugiés comme des migrants idéaux, les associations tentent de contrer les préjugés en lien avec l’arrivée du principal groupe en butte aux persécutions nazies : les populations juives.

Des immigrants idéaux ou des réfugiés juifs ?

Pour y parvenir, l’« éducation des Canadiens », c’est-à-dire la propagande, devient le coeur des préoccupations associatives. De leur point de vue, le soutien de la société est l’unique levier capable de modifier la politique migratoire canadienne. Il faut donc arriver à convaincre l’opinion publique de soutenir l’accueil de réfugiés en multipliant les conférences, les discours radiophoniques,  en distribuant des livrets à la sortie des églises et des temples, en écrivant des articles de presse etc. Le Comité national canadien pour les réfugiés se charge de la rédaction et de la distribution des documents, tandis que le Congrès juif canadien prend en charge les frais de cette propagande.

L’ensemble de ces documents révèle une stratégie en trois points : un appel humanitaire chrétien, une minoration de l’importance des réfugiés juifs dans l’ensemble des personnes en fuite par la valorisation d’exemples non-juifs et une lutte intense contre les stéréotypes antisémites. Ainsi les bulletins distribués après les messes reprennent-ils la représentation de la Sainte Famille et supplient les fidèles d’aider les réfugiés au nom des valeurs chrétiennes, en particulier la compassion due aux plus pauvres et aux nécessiteux.

Dans le même esprit, le problème des réfugiés est présenté comme une question non exclusivement juive puisque certains chrétiens sont faussement considérés comme juifs par les lois de Nuremberg. Par exemple, dans une brochure intitulée « What They Say / Ce qu’ils disent », l’un des principaux membres du Comité national pour les réfugiés – Raymond Booth –  tente de créer un lien entre les lecteurs et les potentiels réfugiés accueillis : « Ils disent, par exemple, que le problème des réfugiés n’est qu’un problème juif. Mais mes expériences personnelles pendant de nombreux mois me disent que ce n’est pas vrai. Le premier réfugié que j’ai rencontré, il y a longtemps maintenant, était blond aux yeux bleus. Allemand originaire de Tchécoslovaquie et de confession catholique, il enseigne maintenant dans notre plus belle école privée pour garçons. » 

Tous les exemples décrits par l’auteur valorisent des personnes chrétiennes déjà intégrées à la société canadienne. Toutefois, Raymond Booth ne peut nier la présence de Juifs au sein des populations en fuite ; il lui faut donc dénoncer les stéréotypes antisémites tout en conservant un lien avec le possible lectorat. Pour invalider la « saleté » des juifs, l’auteur affirme que « les personnes les plus sales qu’il connaisse sont un certain type d’Irlandais à New York, des nègres à Chicago, des Anglais à Toronto, des Français à Montréal. Personne ne croit que les Irlandais, les Noirs, les Français et les Anglais sont sales en tant que races. Le Juif n’est pas non plus une race sale. »

En choisissant le raisonnement par l’absurde, et en appliquant le préjugé antisémite aux communautés nord-américaines, il démontre la stupidité d’un tel discours. Malheureusement, cette démonstration s’effectue au détriment d’une partie des Canadiens : les francophones. En effet, la mobilisation collective semble coupée des populations francophones sans que l’on puisse en déterminer toutes les causes. Comment expliquer cette coupure entre les soutiens aux réfugiés et les francophones ? Est-elle seulement valable pour les réfugiés juifs ? Un nouveau projet concentré sur l’histoire de la mobilisation collective à Montréal – ville de co-existence de communautés francophone, anglophone et juive, permettra peut-être de répondre à ces questions.

 

Crédits images en CC : Wikimedia Commons : Mliu92, Publicdomainvectors.org, SVG Silh, Wikimedia Commons IP 84.5


Annelise Rodrigo

Université Toulouse Jean Jaurès, FRAMESPA (arodrigo@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.