Loup y es-tu ?

Des siècles durant, le loup a cohabité avec l’homme. L’homme et loup se sont  longtemps affrontés dans une lutte sans merci. Dans l’histoire de l’Europe, le loup est le premier ennemi de l’homme et la peur de l’animal est ancrée dans notre patrimoine culturel et notre imaginaire.

Parmi les raisons de cette hostilité il faut mettre en premier les attaques du prédateur sur le bétail domestique jusqu’au XIXe siècle. Mais aussi les attaques du loup sur l’homme en personne, qui ne tiennent pas que de la légende. Des faits-divers tragiques semblent avoir été nombreux dans l’espace français. Il fallait donc limiter les risques et éradiquer un animal jugé insupportable. Depuis, notre représentation culturelle du loup est tributaire d’une histoire longue et complexe.

Jean-Marc Moriceau, historien, est l’un des spécialistes français du loup. Il nous le prouve. Car le loup a débarqué en Normandie. Du Perche au pays de Caux, le loup sévissait jusqu’à la fin des années 1880. Un animal dangereux pour les troupeaux mais aussi pour l’homme. Car il s’agit d’un prédateur opportuniste : les troupeaux isolés et les enfants qui les gardent sont ses premiers choix. D’où la peur du loup et les contes qui s’en suivirent ! La littérature en est pleine.

De nos jours, on ne traque plus le loup, la conception de la place de l’homme dans l’univers et le souci revendiqué de défendre la biodiversité ont revalorisé l’image du loup. Cependant, depuis son retour dans les Alpes, les tensions sont grandes entre les acteurs des espaces pastoraux et les gestionnaires de l’environnement. Les attaques de loups qui, des siècles durant, l’ont fait classer parmi les prédateurs les plus nuisibles sont remises en cause. Le loup n’est plus considéré comme un « mangeur d’hommes ».

Dans sa Normandie, Jean-Marc Moriceau nous montre les agresseurs et quelle en fut la perception culturelle. Quelles techniques de prédation étaient mises en œuvre. Quel fut l’impact démographique et sociologique des attaques.

La présentation nous convie à élargir la recherche et à envisager les autres aspects du rapport entre le loup et l’homme. Car finalement, au-delà de l’explication donnée à un fait qui ne va plus de soi, l’étude réalisée renseigne sur l’organisation spatiale des activités humaines et sur l’évolution biologique de l’animal. Le loup est un révélateur des choix de société. Le loup en Normandie nous invite à nous interroger sur son retour. Les loups vont-ils vraiment revoir leur Normandie et entrerons-t-ils à nouveau dans Paris ?



  • Moriceau J.-M., Le loup en Normandie, Nonant : OREP editions


Fiche technique

Jean-Marc Moriceau, enseignant, historien

Structure de recherche associée à la MRSH : Histemé, Pôle rural

Enregistré le : 03/02/2020

Durée : 7mn 39s

Réalisation : DSI- Université Caen Normandie – MRSH

Crédits images en CC : Wikimedia Commons Creative Tail, Flickr Mark Anderson

 


Jean-Marc Moriceau

Université de Caen Normandie, Pôle rural (jean-marc.moriceau@unicaen.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.