Une histoire des retraites (jusqu’en 1944)

Faire l’histoire des retraites en France, c’est les aborder au sens large, quel que soit le régime. Régimes par capitalisation ou par répartition, secours mutuel, régimes « spéciaux », retraites des fonctionnaires, assistance aux plus pauvres, revenus de la propriété, retraites « ouvrières et paysannes », régime général, régimes complémentaires des cadres… toutes ces catégories constituent une seule et même histoire. Dans celle-ci, historiens et sociologues font ressortir les différentes étapes de la construction des retraites, les contextes, les luttes et  les problématiques soulevées par cette édification.

Cette histoire, dans le premier volet de ce film, débute sous la monarchie absolue, au tournant du 17ème et 18ème siècle, avec la naissance de quelques régimes pionniers. Puis l’histoire traverse la Révolution française, où apparaissent déjà des questions qui se posent encore aujourd’hui : quels statuts et protection pour les plus pauvres ? Les retraites sont-elles un « privilège » ou la continuité normale d’un salaire qui ne permet pas de vivre au-delà des années travaillées ?

L’histoire des retraites se développe notablement au 19ème siècle. Des lois sont promulguées sous Napoléon III, concernant les sociétés de secours mutuel ou le premier régime des fonctionnaires (1853). Des régimes propres aux grandes compagnies privées se multiplient, en particulier dans les mines et les chemins de fer. Il s’agit alors de politiques patronales, d’une forme de paternalisme, visant à s’attacher un personnel dont la stabilité garantit la production et le travail dans ces entreprises. La loi de 1890 portant sur « la résiliation du louage de service » prévoit d’ailleurs un reversement des cotisations par ces compagnies privées, notamment en cas de licenciement. La garantie du service public, lors de la mise en œuvre du régime de retraite des agents de la CMP (la compagnie du métro parisien, future RATP) est aussi une considération qui pèse dans le cahier des charges de la municipalité parisienne imposé à la CMP (compagnie alors privée).

L’aube du 20ème siècle est aussi marquée par la loi de 1905 qui institue une allocation « pour les vieillards et les indigents ». Prolongée jusqu’en 1953, cette loi traverse ainsi la moitié du 20ème siècle. Ce (mince) filet de sécurité est d’ailleurs analysé comme l’une des raisons de la désaffection de la loi de 1910 . Ce qui peut être qualifié de « régime général » des retraites est en effet institué en 1910 par la « la loi sur les retraites ouvrières et paysannes » et constitue un échec dont les raisons sont analysées dans le documentaire. Ce dernier revient aussi à cette occasion sur la place des femmes dans le salariat, aux 19ème et 20ème siècle.

Quant aux lois sur les assurances sociales de 1928 et 1930 qui remplacent en quelque sorte la loi de 1910, elles sont un cas d’école pour comprendre la vulnérabilité des retraites par capitalisation puisqu’elles sont promulguées très peu de temps avant le crack boursier d’octobre 1929 et la récession mondiale qui s’ensuit. Elles constituent aussi un contre-modèle dans le choix de 1945 qui unifie les régimes de retraite et institue les retraites par répartition à travers le régime qui assure encore aujourd’hui des revenus aux millions de « séniors » français qui n’exercent plus d’activité salariée.



  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 


Fiche technique

Type de film et année : film-recherche, 2020

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Producteur : Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains (CHS)

Durée : 52 mn

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Historiens : Michel Margairaz, Professeur d’histoire économique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne; Michel Pigenet, Professeur émérite d’histoire contemporaine, CHS; Laure Machu, Enseignante-chercheuse, IDHES ; Claude Didry, directeur de recherche au CNRS, centre Maurice Halbwachs, Manuela Martini, Professeure d’histoire contemporaine

Université Lyon 2 ; Michel Dreyfus, Directeur de recherche émérite au CNRS, CHS

Crédits images en CC : Pixabay mohamed_hassan, Clker-Free-Vector-Images


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search