Quartiers populaires sous tensions

Dans quelle mesure les formes de radicalités politiques rencontrées dans les quartiers populaires sont-elles nouvelles ? Qu’est-ce qui sépare ou rapproche les insurrections ouvrières de l’entre-deux-guerres des révoltes urbaines d’aujourd’hui ? À quoi correspondent les comportements violents attribués aux jeunes des quartiers populaires ?

Si dans l’entre-deux-guerres les insurrections ouvrières attribuées au parti communiste sont récurrentes et avaient pour cible les usines et le patronat, les révoltes urbaines actuelles montrent du doigt les institutions républicaines comme la police et l’État. Questionner la métamorphose des conflits dans les banlieues populaires, du monde ouvrier en particulier et des classes populaires en général, est essentielle pour comprendre les nouvelles formes de radicalisation politique.

Certes, les ouvriers sont encore nombreux sur le marché du travail – nous pourrions y ajouter également celles et ceux qui travaillent dans le tertiaire, les retraités et les chômeurs ‒, mais nous ne pouvons pas cependant négliger les transformations des modes de production qui ont eu lieu depuis les années 1980. En effet, les ouvriers et les « OS du tertiaire » sont encore nombreux mais ne représentent plus une force politique en raison de la disparition des systèmes politiques, culturels et sociaux qui permettaient à la « classe ouvrière » d’avoir sa propre dynamique et surtout son propre système de représentation, de médiation et d’action politique.

Ce constat nous interroge donc sur la nature des transformations qui se sont opérées et se poursuivent toujours au sein de ces classes populaires « désouvriérisées » en prenant pour terrain d’études un quartier de la banlieue nord de Paris situé à quelques kilomètres de la Porte de Clichy. Si nous avons constaté que l’usine et ses emplois ne constituent plus un présent et encore moins un avenir pour ces jeunes, quels sens les recompositions culturelles en cours peuvent-elles avoir pour ces derniers ?


  • Marlière E., 2019, Banlieues sous tensions : insurrections urbaines, révoltes urbaines, nouvelles radicalités, Paris : L’Harmattan, coll. Recherche et transformation sociale, 2019.


Ouvriers de pères en fils… jusqu’à la « désouvriérisation »

Les lignées ouvrières et post-ouvrières dans les quartiers populaires urbains correspondent à des génération qui se définissent à travers des conditions structurelles et des contextes socio-économiques. Ces derniers sont à l’origine des stratégies familiales éducatives, de l’état du système scolaire, de la situation du marché du travail (y compris illégal), de l’état de l’offre politiques, culturelle, syndicale, cultuelle, etc., et des formes politiques de régulations ou de répressions. Autrement dit, à chaque période se fabrique une génération ouvrière qui se détermine en fonction d’enjeux structurels et conjoncturels.

Les trois premières générations ouvrières du quartier se distinguent entre celle de l’entre-deux-guerres confrontée à une conjoncture socioéconomique rude et celles des Trente Glorieuses accédant progressivement à la consommation de masse. Si toutes trois restent associées au monde de l’usine, l’on note une « rupture » chez les deux dernières : le monde ouvrier ne constitue plus l’horizon indépassable. En effet, une disjonction s’opère à partir de la quatrième génération d’ouvriers – la première génération des jeunes dits de « cité » et/ou de banlieue – puisque nous assistons dès les années 1980 à une mutation des modes de production qui restructure le monde du travail au niveau local.

Les deux dernières générations sont ainsi confrontées aux fermetures d’usines, au chômage structurel de masse et aux nouvelles formes de racismes et de discriminations. Elles se singularisent donc de la classe ouvrière et des classes populaires par des spécificités culturelles comme le parcours migratoire familial, les expériences personnelles liées aux discriminations mais aussi par les interactions conflictuelles avec les institutions d’État.

De plus, la question de la diversité des trajectoires est également importante à souligner : autrefois, devenir ouvrier constituait quasiment le seul destin possible alors que de nos jours, les trajectoires sont davantage plurielles et éclatées bien que les déterminismes sociaux restent conséquents. Si certains jeunes penchent pour la délinquance, les autres – la grande majorité – optent pour le salariat prolétarisé dans le tertiaire, les études à l’université, le sport, la « galère » ou l’intérim. Les trajectoires sociales au sein des quartiers populaires sont de nos jours davantage fragmentées, bien que confinées à l’espace des possibles des classes populaires en général. Mais contrairement à la période industrielle, nous assistons depuis les années 1980 à des processus d’individuation qui se poursuivent toujours dans les années 2010 au sein des classes populaires urbaines étudiées, tout en étant conditionnés par des déterminismes sociaux puissants. 

En conflit avec l’usine puis avec les institutions d’État

Au sein des « quartiers étudiés », quels que soient la période et les contextes, l’opposition contre les institutions a toujours été frontale notamment durant les conjonctures économiques précaires et difficiles. La permanence de rapports de domination subis par la « classe ouvrière » est donc à l’origine de tensions et de conflits avec les institutions, qu’elles soient économiques ou étatiques.

Cependant, nous constatons une rupture à partir des années 1980 en relation avec la désindustrialisation locale : ainsi, des années 1920 aux années 1970, les tensions étaient tournées vers l’usine et le patron ; depuis les années 1980, les conflits sont davantage orientés vers les institutions d’État (Police, École, etc.) ou les collectivités territoriales (éducateurs de prévention, agent pôle emploi, animateurs municipaux, etc.) De plus, l’histoire migratoire des pays du Maghreb puis subsaharienne est venue s’ajouter à la question sociale inhérente à la problématique ouvrière.

Ce constat a modifié les tensions au sein de la société dite postindustrielle à travers les nouvelles variables ethno-culturelles. Du point de vue de la nature politique et de l’économie morale, ces dernières ont divisé une partie des habitants des quartiers populaires urbains en raison de leurs origines géographiques. L’isolement de la marche pour l’égalité et contre le racisme en 1983 ou encore la condamnation quasi-unanime de l’opinion publique des révoltes urbaines qui se sont progressivement multipliées depuis les années 1980 sont des exemples probants.

L’histoire sociale récente des revendications politiques au sein des quartiers populaires urbains ont généré des tensions importantes avec les institutions et une méfiance généralisée envers les « autres » classes populaires – notamment en raison d’une forme d’ostracisme politique constant. Et lorsque des événements sociaux – mouvements de blocage par les syndicats, luttes sociales – sont organisés par la gauche radicale ou par les gilets jaunes, la rancœur, l’isolement social ou la méfiance empêchent un certain nombre d’habitants des quartiers populaires à adhérer massivement aux cortèges de manifestations. Celles-ci sont pourtant centrées sur des revendications économiques et sociales qui les concerne pourtant.  

Discréditer les supports idéologiques contestataires

Les supports politiques ou idéologiques des classes populaires dans les banlieues sont l’objet de spéculations complexes. Ils ont toujours tendance à isoler les ouvriers et leurs descendants : le métallo de l’entre-deux-guerres, qui vote la plupart du temps communiste, reste perçu par les notables comme un révolutionnaire bolchévique susceptible de mettre en péril la nation française par ses influences « étrangères » ; les habitants des cités (en tout cas pour certains) se réclamant d’une pratique musulmane sont perçus par l’opinion publique comme encourageant le terrorisme et influencés par des forces extérieures réactionnaires cherchant à détruire la cohésion nationale, les valeurs républicaines et la démocratie. On observe ainsi une certaine constante dans la stigmatisation des classes populaires, que ce soit à l’époque de la banlieue rouge naissante, durant l’âge d’or fordiste ou plus récemment en période dite postindustrielle.

Dans le quartier étudié, les notables ont toujours manifesté une suspicion à l’égard des références idéologiques mobilisée par les habitants pour s’exprimer – et ce, quelle que soit la période. Néanmoins, malgré cette continuité, la perception varie entre les ouvriers de naguère et les jeunes des cités d’aujourd’hui : même à l’encontre de l’ordre social, le métallurgiste des « banlieues rouges » d’avant-guerre représentait l’avenir de la société industrielle alors que les « jeunes de cités » sont perçus comme source de menace pour le devenir d’une société où règne incertitude, concurrence et suspicion.

Derrière un acte délinquant, un comportement qualifié d’incivil ou des formes d’engagements associatifs, religieux ou idéologiques, se pose la question du politique mais aussi de l’infrapolitique, à travers les révoltes urbaines, les « incivilités », la délinquance ou les formes de fuite en avant qui ont toujours été une constante dans les « quartiers ». C’est pourquoi les élites ont toujours stigmatisé et dépolitisé les formes de résistance des classes populaires afin de les discréditer.

En cela, les jeunes dits de cité forment la nouvelle « classe dangereuse » de « parias urbains », succédant à l’ouvrier des faubourgs parisien ou au métallo de l’entre-deux-guerres dans notre société postindustrielle en proie à l’incertitude économique, à la crise sociale et à la crispation identitaire. C’est pourquoi les problématiques relatives à la « déviance » ‒ violences, vols, délits en tous genres, etc. – nous interrogent sur le rôle que peuvent jouer, dans les possibilités de résistance sociale, ces nouvelles classes populaires très souvent malmenées par les conjonctures économiques mais aussi par les institutions.

Quelle que soit la période, certaines revendications ne peuvent se négocier qu’en termes de rapports de force : du « métallo » en colère contre ses conditions de travail et de vie aux « jeunes des cités » exaspérés par les « discriminations » au quotidien, les banlieues populaires et ouvrières ont toujours été le théâtre de révoltes sociales traduites en insurrections ouvrières puis en révoltes urbaines. L’objectif de cet ouvrage consiste donc à proposer une amorce de réflexion sur la transformation des enjeux politiques au fur et à mesure que les contradictions du système démocratique libérale apparaissent de plus en plus flagrantes – et donc illégitimes aux yeux des personnes rencontrées sur nos terrains.



Crédits images en CC : Pixabay CeriseMuscate, Pxhere, Pixabay Clker-Free-Vector-Images, Wikimedia Commons Martin_Nathusius

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Éric Marlière

Université de Lille - CeRIES (eric.marliere@univ-lille.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.