Le numérique au service du patrimoine culturel immatériel

Quoi de plus éloigné d’un site internet qu’une procession religieuse ou une chanson occitane ? Si le premier appartient à la sphère de la modernité, des « nouveaux médias » et de la technologie, les autres relèvent du patrimoine culturel immatériel, synonyme de culture, d’identité et de tradition. Or le patrimoine culturel immatériel peut être difficile à appréhender pour les publics et à analyser pour les chercheur.ses. C’est alors que le recours au numérique devient pertinent en raison de ses potentialités. En effet, il permet de concevoir, construire et faire fonctionner des outils sur-mesure, comme le montre le cas aquitain développé ici.

Le patrimoine culturel immatériel (PCI) est complémentaire du patrimoine culturel matériel qui regroupe les monuments et les collections d’objets. L’UNESCO le définit comme « les traditions ou les expressions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs, les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ou les connaissances et le savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel ». De nombreux acteur.trices interviennent dans ce milieu : des chercheur.ses universitaires, des services de l’inventaire, des collectivités territoriales, des associations, des médiateur.trices… et des publics. Mais alors, quels dispositifs numériques mettre en place et comment faire avancer conjointement la recherche sur le PCI et sa médiation auprès des publics ? Quels enseignements tirer des premières expérimentations ?



Retour sur un passé récent

En 1996, un plan national prévoyant la numérisation du patrimoine culturel est créé. Il s’applique d’abord aux fonds iconographiques et sonores de l’État contenus aux archives, dans les bibliothèques, les services d’archéologie, les musées et les monuments historiques. À partir de 2000, la numérisation porte sur les fonds des collectivités locales, des fondations et des associations. C’est dans ce contexte qu’émerge le patrimoine culturel immatériel avec notamment la mise en place d’un inventaire dédié à ces pratiques et la convention de l’UNESCO pour le PCI. Celle-ci définit et encadre la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Ces mesures sont très récentes puisque la convention a été signée en 2003 et que la mission pour la « sauvegarde du patrimoine oral » a été créée dans la foulée.

Cette mission n’ayant pas de fonds alloués, l’InOc Aquitaine – pôle de recherche et de ressource en ethnologie et opérateur régional pour la langue et la culture occitane – qui est chargé de réaliser la mission dans la région cherche des financements pour compléter ses fonds propres. Il obtient alors des financements de la Banque numérique du savoir en Aquitaine – rebaptisée plus tard Aquitaine Cultures Connectées  – pour numériser les données et les intégrer dans un site internet. C’est ainsi que sont créés le premier corpus de ressources privées et le site internet Sondaqui.com (comprendre « son d’Aqui’ »). Ce dernier apparaît donc dans un contexte où le patrimoine culturel immatériel et les médiations numériques se développent conjointement.

Sondaqui est opérationnel en 2006. Il héberge un premier corpus, dédié à la fête sous toutes ses formes. Cependant, l’Aquitaine participe à un inventaire pilote du patrimoine culturel immatériel entre 2008 et 2010 à l’échelle régionale et d’autres inventaires thématiques sont réalisés par les chercheur.ses de l’ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Aussi, le périmètre du site internet est étendu dès 2012 à tout le patrimoine culturel immatériel. Sondaqui est dès lors vu comme l’outil régional de valorisation numérique du PCI par les partenaires publics.

Une deuxième expérimentation alliant patrimoine et numérique a lieu en 2014 avec la création du site internet JocondeLab. Créé sous l’impulsion de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, ce site a pour vocation d’utiliser les possibilités du web sémantique pour la mise en relation de données culturelles. La plateforme propose une approche dans plusieurs langues régionales pour faciliter l’accès des publics aux 300 000 œuvres présentes dans les musées de France. En outre, elle met à la disposition des utilisateur.trices une indexation collaborative à partir des données de Wikipédia.

À la suite de ces deux expériences, l’InOc Aquitaine créé un site collaboratif pour la valorisation publique de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel nommé PciLab. Ce site est l’occasion pour les acteur.trices du PCI de réaliser des expérimentations méthodologiques ainsi que sur les plans technologique, culturel, social et partenarial. De plus, il déborde largement de la région aquitaine pour devenir une expérimentation à l’échelle nationale, les notices de PCI Lab résultant du reversement des fiches de l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel.

Le numérique au service de la recherche

Cependant, numériser, synthétiser et rationnaliser le patrimoine culturel immatériel dans toute sa richesse et sa nuance est compliqué. Les savoir-faire et pratiques du PCI relèvent en effet de plusieurs sphères symboliques, sociales, économiques, rituelles, artistiques. Par exemple, la fête des bœufs gras en Bazadais (sud de la Gironde) durant le carnaval relève à la fois de problématiques alimentaires, festives et musicales. De même, le rassemblement annuel à la fontaine des trois évêques de Lavaur, en Dordogne, est une rencontre entre les patrimoines naturel, légendaire, païen et catholique. Aussi, l’enjeu éditorial du site internet est de rendre compte de cette interconnexion de plusieurs éléments et de montrer le fonctionnement de ce système.

La première réponse éditoriale du site Sondaqui.com sur la thématique de la fête est de rendre compte de ses multiples dimensions. Le site part du vivant et présente des archives sur les savoir-faire, les pratiques musicales, les chorégraphies, les chansons, les contes, les archives sonores et les pratiques contemporaines. Ces mises en relation montrent la densité de la thématique et balisent le parcours de l’internaute. Elles sont réalisées au moyen de liens hypertextes, dans des articles en arborescence, permettant de mieux saisir le PCI. Ainsi, la catégorie « Patrimoine vivant » regroupe les sous-catégories « arts et artisanat » et « fêtes », cette dernière ouvrant sur les entrées thématiques « fêtes patronales », « fêtes calendaires » ou sur des entrées typologiques (« métiers », « festivals »…). Le numérique offre donc de nombreuses possibilités que la valorisation en ligne permet d’expérimenter.

Le site JocondeLab n’a pas fait les mêmes choix. Le modèle éditorial consiste en un affichage aléatoire sur la page d’accueil de 12 notices descriptives d’œuvres. Au lieu de voyager par les liens hypertextes présents dans les notices, le.la lecteur.trice circule à travers les tags qui y sont attachés. Ainsi, il.elle peut faire une recherche sur les œuvres en relation avec celle consultée initialement. Lors de son élaboration, les créateur.trices se sont inspirés des deux exemples mentionnés ci-dessus. La plateforme prend le particulier comme point d’entrée et l’internaute découvre ensuite le système dans lequel la notice s’inscrit. Le point d’entrée n’est pas les notices mais les domaines : jeux, arts du conte, pratiques rituelles, pratiques festives, savoir-faire, musiques et danses, pratiques sportives.

De plus, PciLab est le site de publication de l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel, tenu par le ministère de la Culture. Il rassemble les données des collecteur.trices et des institutions. Dans le cadre du partenariat entre l’InOc Aquitaine et le département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique, en charge de l’Inventaire national du patrimoine culturel immatériel, l’outil a été amélioré afin d’être également fonctionnel pour ses chercheur.ses. L’équipe est en lien avec Wikidata, la base de Wikipédia, créant ainsi un dialogue entre les porteur.ses de patrimoine et les contributeur.trices de l’encyclopédie. Cette collaboration permet de compléter les données présentes sur les pages Wikipedia et d’actualiser des références comme celle sur les trésors humains vivants pendant des édit-a-thons. Les versions présentées dans différentes langues sont également harmonisées. Cependant toutes ces actions restent dirigées vers les chercheur.ses et la circulation des données. Le but final reste de rendre ces données accessibles à différents publics.

La valorisation auprès des publics

Désormais, la présence sur les réseaux socio-numériques est primordiale. Ils permettent de faire le lien entre sondaqui.com et PciLab et la communauté à laquelle ils s’adressent. La page Facebook de l’InOc Aquitaine créé du lien numérique : elle retransmet les informations, propose des quizz et des publications thématiques selon la temporalité. Par exemple, elle dirige vers la notice « Halhas de Nadau » traitant des feux de Noël, qui connaît un pic de fréquentation les premiers jours des vacances de Noël. Les internautes peuvent y montrer leur attachement aux pratiques avec les commentaires, les partages et les likes. Les médiations concernant le PCI y sont également montrées, telles que le projet de bande dessinée du CHU de Rouen sur le PCI en milieu hospitalier. Le numérique permet de stimuler la communauté et de mettre en avant les porteur.ses de projets et de pratiques.

Le numérique est aussi un outil pour intéresser les publics plus captifs tels que les scolaires. InOc Aquitaine s’est ainsi engouffrée dans l’éducation artistique et culturelle – EAC mise en place par le Ministère de l’Éducation – en permettant la création d’un parcours dédié à l’occitan. Sondaqui a aussi servi de support à des collégien.nes des Pyrénées Atlantiques réalisant un itinéraire-découverte sur les chants et les danses de Gascogne. Un atelier de danse introduit la notion, avant d’être enrichi par les apports musicaux, anthropologiques, muséographiques, linguistiques de l’InOc. Autre exemple, le portail Daquidoc.org a été mis en place pour accompagner les enseignant.es dans la création de parcours d’éducation artistique et culturelle ainsi que les élèves dans leur questionnement sur ce qu’est le patrimoine et ce qui fait patrimoine.

Le patrimoine culturel immatériel peut aussi être vecteur de création artistique contemporaine. Ainsi, les sites aquitains dédiés à la culture occitane nourrissent la pratique de danseur.ses et musicien.nes. De même, la résidence de création musicale sur la culture occitane « Va sampler ta grand-mère », portée par l’InOc Aquitaine, l’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées, Çai et Artús, utilise Sondaqui comme ressource. Les artistes s’en inspirent pour créer ensuite du contenu électro, métal ou reggae. Puis les productions de ces artistes sont elles-mêmes incluses dans la chaîne patrimoniale.

Les outils numériques du patrimoine culturel immatériel jouent donc un rôle important dans la mise en relation de tou.te.s les acteur.trices du PCI et de leurs publics. En nourrissant les pratiques, ils permettent de stimuler ce milieu, de garder le patrimoine culturel immatériel vivant et en constante transmission et facilitent sa réappropriation par des publics variés.



Crédits images en CC : Pixabay mohamed hassan et harishs, OpenClipart-Vectors, kreatikar

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Elodie Cattani

Service civique Mondes Sociaux (elodiecattani@gmail.com, profil linkedin : https://www.linkedin.com/in/élodie-cattani)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.