Quand on parlait français en Amérique du Nord…

Durant trois siècles, l’Amérique du Nord est sillonnée par des aventuriers de langue française. Coureurs de bois, trappeurs, interprètes, ces hommes, en quête de fourrures se sont constamment mêlés aux Amérindiens. Des tribus iroquoises ont ainsi adopté un jeune français, des pirogues chargées de peaux de castor ou de bison ont descendu la rivière MissouriGilles Havard ressuscite ces hommes qui ont sillonné l’Amérique de 1550 à 1850, à partir du Canada, de Trois-Rivières, vers l’ouest, jusqu’aux montagnes Rocheuses et vers le sud, jusqu’en Floride.

Il s’agit bien souvent d’« aventuriers déraisonnables et ensauvagés » qui ne cultivent pas la terre et n’érigent pas de clôtures sur des territoires qui ne leur appartiennent pas. Ils sont inaptes au peuplement, à la colonisation et parlement « majoritairement la langue de Molière. » De quoi contredire le schéma américain des colons audacieux qui ne pouvaient qu’être qu’anglophone.

 Gilles Havard révèle une Amérique insoupçonnée, engloutie dans la grande Histoire et dans le puissant imaginaire des westerns. Il nous incite à prendre en compte l’expertise reconnue de ces hommes qui ont une capacité singulière à jouer un rôle d’intermédiaire entre la société coloniale et le monde autochtone. Ses travaux présentent ainsi une autre approche des mondes coloniaux, une approche façonnés par la mobilité et parfois l’éphémère. Il permet aussi de mesurer la place importante de la langue française en Amérique.  

 Cette histoire est marquée par la fin de la souveraineté des Indiens et l’oubli, en France, de cette Amérique du Nord française. L’auteur ouvre de nouvelles perspectives, notamment sur les « confins sociaux » et ses zones grises, sur la difficulté de distinguer la culture des élites et la culture populaire à partir de vies dont on a parfois des difficultés à retrouver toutes les traces. De même, le métissage se dilue en de multiples méandres et nous oblige à repenser la question des vies et du sang mêlé.

Enfin, l’héritage français des États-Unis, oublié des deux côtés de l’Atlantique, corrige et élargit le thème du premier grand film américain du XXe siècle, « La naissance d’une Nation ». Des récits qui nous entraînent dans un monde sauvage, où les repères conventionnels se diluent et où l’aventure l’emporte sur tout autre considération.

Gilles Havard est historien, directeur de recherche au CNRS. Ses travaux portent sur l’histoire des relations entre Européens et Amérindiens en Amérique du Nord (16e-19e siècle). Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Histoire de l’Amérique française (Flammarion, 2003, Grand prix de la SGDL), et Histoire des coureurs de bois (Les Indes Savantes, 2016, Grand Prix des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2016).


  • Havard G., 2019, L’Amérique fantôme. Les aventuriers francophones du Nouveau Monde, Paris : Éditions Flammarion

  • La diffusion de ce podcast s’inscrit dans le cadre d’un partenariat avec la librairie Ombres Blanches.


Fiche technique

Date : 28 novembre 2019

Durée : 1 :15 :43 m

Producteur : Ombres Blanches

Crédits images en CC : Pixabay Schmidsi, publicdomainvectors.org, Wikimedia Gmaxwell,


Gilles Havard

EHESS, UMR 8168 Mondes Américains (gilles.havard@ehess.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.