La violence des super-héroïnes

Ces dernières années, plusieurs films inspirés de comics américains ont porté à l’écran des super-héroïnes. Les salles de cinéma ont ainsi projeté des films sur Catwoman, Black Widow ou sur Wonder Woman. Que ces films soient issus des univers Marvel Comics ou de DC Comics, ils sont l’occasion de montrer une chose rare au cinéma : la violence des femmes.

Travailler sur la violence dans les films de super-héros n’est pas sans présenter quelques difficultés.  Quel rôle lui accorder ? La violence des femmes est-elle identique à celle des hommes ? Est-elle un moyen d’émancipation ? Pour répondre à ces questionnements, Maxime Lerolle étudie comment le cinéma américain présente les super-héroines des années 2000 à aujourd’hui, comment il parvient à légitimer leur violence, et revient sur le pouvoir émancipateur que cette dernière leur confère.

Pour y parvenir, l’auteur étudie 6 héroïnes différentes :

L’auteur dégage de ces films des spécificités féminines dans les motivations des super-héroïnes au combat, dans le choix des armes et dans la mise en scène de la violence. Selon lui, leur corps occupe très souvent une position centrale, tant dans les combats que dans les choix de réalisation et de scénario. Il observe de même une évolution récente : les femmes apparaissent de plus en plus puissantes, et moins soumises au male gaze. Le pouvoir émancipateur demeure toutefois très limité par le statut de super héroïne :  leurs actions restent inscrites dans une démarche relevant du care et sont toujours soumises à une autorité masculine – voire sont légitimées par les autorités officielles. Maxime Lerolle conclut qu’une suspicion d’illégitimité distingue la violence des super héroïnes de celle des superhéros, à qui aucune justification de la prise d’arme n’est demandée.




Fiche technique

Texte : Léa Bello

Musique : Blue Nude de Verified Picasso – Youtube Audio Library

Remerciements : Jessica Benonie Soler

Chaîne de Léa : https://www.youtube.com/channel/UC-jcC3zw4pXOn8t3keKY__g

www.leabello.com

Crédits images en CC : Pixabay AnnaliseArt


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ok dit :

    Hyper intéressant!
    Le personnage d’Harley Quinn aussi rentre tout à fait dans ces cases, tout y est c’est incroyable, à ceci près que dans Birds of prey elle change d’arme et finalement s’affranchi de l’autorité masculine qui jusqu’ici se servait de sa violence, pour défendre ses go sûres (du coup je sais pas si on peut vraiment parler de « care » dans ce cas là parce qu’elles font finalement front ensemble en équipe).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.