Quels usages pour les ressources numériques en accès ouvert ?

Open sourceopen educational resources, open dataopen courses, ces différentes expressions anglophones traduisent la multiplication des données actuellement accessibles en mode ouvert sur le web. Elles modifient progressivement les modalités d’accès et de circulation des savoirs à l’ère des géants du numérique les GAFAM. Dans les domaines de l’éducation comme des données publiques, leurs usages ne vont pas forcément de soi.

Ces questionnements ont fait l’objet d’un ouvrage collectif coordonné par Luc Massou, Brigitte Juanals, Philippe Bonfils et Philippe Dumas, regroupant une sélection de communications sur les sources ouvertes numériques dans le secteur éducatif et social réalisées lors d’un colloque à l’université Aix-Marseille en 2016.


  • Massou L, Juanals B., Bonfils P., Dumas P., 2019, Sources ouvertes numériques, usages éducatifs, enjeux communicationnels, Nancy : PUN – Éditions universitaires de Lorraine, collection « Questions de communication Série actes », 286 pages.


Des usages encore émergents

D’un point de vue historique, plusieurs épisodes ont permis le développement des sources ouvertes numériques dans les domaines scientifique, éducatif et public. Le secteur scientifique a entamé ce mouvement dès les années 1990 en ouvrant l’accès aux publications scientifiques. En 2018, le collectif international de recherche « cOAlition S » a lancé l’initiative « Plan S » en faveur de l’accès totalement libre aux publications scientifiques financées sur les fonds publics en Europe. Dans un même temps, le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a annoncé son plan national pour la science ouverte, qui rend obligatoire l’accès ouvert des publications et données issues des recherches financées sur projets.

Dans le champ éducatif, l’ouverture numérique commence avec celle des ressources éducatives libres (REL), définies en 2002 lors du Forum UNESCO sur l’impact des didacticiels libres. L’expression désigne des matériels d’enseignement, d’apprentissage et de recherche sur tout support (numérique ou autre), dans le domaine public ou sous une licence ouverte, permettant l’accès, l’utilisation, l’adaptation et la redistribution gratuitement par d’autres, sans restrictions ou avec des restrictions limitées. Dans l’enseignement supérieur français, le développement des REL s’est notamment appuyé sur la création, dès 2005, par le Ministère des Universités Thématiques Numériques(UNT). Elles proposent des ressources pédagogiques en ligne à leurs établissements français adhérents ou au-delà, et alimentent également la bibliothèque numérique de l’espace universitaire francophone (BNEUF) depuis 2016.

Enfin, la vague des données numériques ouvertes s’est étendue au secteur public français depuis le début des années 2010, avec le développement de l’open data dans les établissements publics (ministères et collectivités en particulier). Il s’agit de rendre accessible en ligne, dans des formats ouverts et réutilisables, des jeux de données (datasets) pour les usagers et intermédiaires (entreprises, associations…) et encourager ainsi leur réutilisation au-delà de leur usage premier par l’administration, par exemple pour prendre des décisions pour soi, pour sa commune, son association ou son entreprise. Ce panorama non exhaustif des actions en faveur de l’ouverture des sources numériques témoigne ainsi d’une dynamique réelle, bien qu’assez récente et en pleine évolution, en particulier sur la question des usages.

Quelle ouverture à l’université ?

Cependant la définition même de l’ouverture numérique pose question : de quoi parle-t-on ? Que recouvre-t-elle selon les contextes ? Car l’usage du mot « ouvert » (open) est parfois ambigu et recouvre plusieurs sens : est-il synonyme de gratuit, de commun, de libre, de transparent ? Le modèle anglo-saxon des Open Universities, créé dans les années 1970, consistait en des universités à distance, généralement spécialisées en formation continue, s’appuyant sur une organisation indépendante des universités traditionnelles. La généralisation du numérique entraîne par la suite des usages plus diversifiés : université numérique thématique, cycles de conférences pour auditeurs libres… L’augmentation de l’offre en ligne bouleverse également ce modèle, via des portails avec des cours en ligne ouverts à tous : les MOOC, parmi lesquels les plateformes OpenCourseWare créée en 2001, Coursera et Udacity ouvertes en 2012 ou Fun-MOOC en 2013.

En conséquence, l’ouverture numérique facilite l’accès à l’enseignement à distance. L’open désigne tour à tour des lieux d’éducation, des dispositifs ou ressources éducatifs, et apparaît de plus en plus associé à la question des communs, un commun étant une ressource partagée, gérée, et maintenue collectivement par une communauté. La question politique de la gestion des ressources ouvertes comme alternative aux marchés et à la puissance publique interroge. Si les valeurs d’universalité s’expriment bien à travers l’ouverture des lieux de savoir et l’inscription dans un réseau planétaire d’apprentissage, la gratuité apparaît conditionnelle pour certaines plateformes qui fondent pourtant leur stratégie marketing sur leur ouverture.

Dans le modèle anglais de l’Open University et suivant sa définition initiale, l’ouverture apparaît toujours comme le moyen de faciliter l’accès à l’éducation pour les populations les plus fragiles. Or dorénavant s’y ajoutent la multiplication de partenariats externes et le déploiement de leur plateforme FutureLearn de MOOC vers tous les publics, dans un contexte de rationalisation des moyens alloués, d’accroissement technologique et d’augmentation des frais d’inscription. Le discours des acteurs interrogés s’avère souvent critique, car ces choix stratégiques récents leur semblent contraire aux objectifs fondateurs d’ouverture et de proximité pour les publics empêchés.

Dispositifs pédagogiques ouverts

Étudier la mise en place de dispositifs pédagogiques ouverts apparaît comme un réel pari tant les approches sur ce plan peuvent se révéler de différentes natures et complexes, selon les dimensions à analyser. On s’intéresse donc, sur le plan institutionnel, au rôle des prescripteurs, et aux dispositifs normalisés existants, sur l’aspect pédagogique aux pédagogies innovantes et en l’attractivité des dispositifs d’autoformation et enfin, pour la dimension technique, au degré d’ouverture et à la diminution des contraintes d’usage.

Par exemple, un retour d’expérience original est présenté sur l’utilisation de logiciels et médias exclusivement libres pour former de futurs professionnels de la communication, dans le cadre d’une licence professionnelle. Il interroge les dynamiques structurantes qui en sont issues, prônant une démarche éthique et pragmatique fondée sur la gratuité, l’accessibilité et la pérennité des solutions ouvertes proposées, et couplée à une pédagogie socioconstructiviste. Pour autant, il met aussi en évidence plusieurs freins et résistances aux changements rencontrés : compétences spécifiques nécessaires, manque de soutien de la direction des systèmes d’information de l’université, problème de design ergonomique des solutions proposées. 

Ressources ouvertes et apprentissages

Le degré de pénétration de l’idée d’ouverture dans le monde académique, enseignants et apprenants inclus, interroge sur l’impact réel du concept d’ouverture sur leurs pratiques d’apprentissage. Dans le contexte démographique actuel, où la génération de lycéens possède une culture du numérique antérieure à son usage scolaire, il est intéressant de voir s’il y a discontinuité entre environnement personnel d’apprentissage et environnement collaboratif scolaire.

L’ouvrage s’interroge ainsi sur les illusions véhiculées par l’ouverture des logiciels d’une part, sur celle des REL et des accès d’autre part. Il distingue les illusions de contrôle et les illusions de compétence. En testant l’hypothèse selon laquelle la disponibilité, les facilités de duplication et l’image de stabilité des REL, elles pourraient favoriser l’émergence de ces deux formes d’illusions chez les apprenants, de différentes manières : procrastination, délégation sur le groupe de ce qu’on pourrait faire soi-même, optimisme exagéré, croyance que la technique est devenue simple, et que l’apprentissage suivra naturellement.

Finalement, c’est le degré même d’autonomie des apprenants face à la diversité des sources ouvertes qui est en question, nécessitant un processus d’acculturation et de construction d’une confiance à la fois institutionnelle et interpersonnelle pour élaborer un environnement fiable autour de ces ressources.

Enjeux de la communication des données

Les données ouvertes sont également porteuses d’espoirs et d’enjeux concernant les possibilités de communication qu’elles pourraient favoriser : les modalités d’appropriation, de diffusion ou de circulation accrue, mais aussi les problèmes et désillusions auxquels elles peuvent donner lieu.

Dans le secteur médico-social, les modes d’utilisation de données ouvertes et de logiciels en open source dépendent des pratiques professionnelles et usages des publics au sein des établissements de soins concernés. Les personnels interrogés vivent ce processus accéléré d’informatisation et d’ouverture des données comme une injonction à laquelle ils ne sont pas toujours préparés et nécessitant des transformations profondes dans leur façon de travailler.

Dans l’environnement et la santé environnementale, l’air, l’eau ou les océans constituent des biens communs souffrant de conflits d’intérêt, notamment autour des modes de production et de diffusion de leurs données ouvertes. Leur régulation associe des règlements européens et des politiques publiques nationales, des connaissances croisées interdisciplinaires, ainsi que des logiques industrielles et marchandes. Leur analyse ouvre un questionnement politique : la mise en place d’un débat public concernant une politique de surveillance de la qualité de l’air et de la production d’indicateurs implique que la société civile ait les moyens de vérifier la validité scientifique de la sélection des polluants et des seuils qui sont utilisés. En définitive, les points de convergence entre ces différentes sections sont principalement les deux résultats suivants : l’importance d’étudier le type d’ouverture dont on parle en fonction du domaine d’activité concerné, et la prise de conscience des freins et résistances internes à l’usage des données ouvertes, malgré les nombreux discours, incitations et politiques actuelles en leur faveur.

Crédits images en CC : pxhere, Pixabay Pettycon, kreatikar, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, IO-Images


Luc Massou

Université de Lorraine, centre de recherche sur les médiations (luc.massou@univ-lorraine.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Moussa Fay dit :

    Un très bon article, intéressant

  1. 08/05/2020

    […] Quels usages pour les ressources numériques en accès ouvert ? Open source, open educational resources, open data, open courses, ces différentes expressions anglophones traduisent la multiplication des données actuellement accessibles en mode ouvert sur le web. Elles modifient progressivement les modalités d’accès et de circulation des savoirs à l’ère des géants du numérique –les GAFAM. Dans les domaines de l’éducation comme des données publiques, leurs usages ne vont pas forcément de soi. Ces questionnements ont fait l’objet d’un ouvrage collectif coordonné par Luc Massou, Brigitte Juanals, Philippe Bonfils et Philippe Dumas, regroupant une sélection de communications sur les sources ouvertes numériques dans le secteur éducatif et social réalisées lors d’un colloque à l’université Aix-Marseille en 2016. […]

  2. 09/05/2020

    […] Quels usages pour les ressources numériques en accès ouvert ? Open source, open educational resources, open data, open courses, ces différentes expressions anglophones traduisent la multiplication des données actuellement accessibles en mode ouvert sur le web. Elles modifient progressivement les modalités d’accès et de circulation des savoirs à l’ère des géants du numérique –les GAFAM. Dans les domaines de l’éducation comme des données publiques, leurs usages ne vont pas forcément de soi. Ces questionnements ont fait l’objet d’un ouvrage collectif coordonné par Luc Massou, Brigitte Juanals, Philippe Bonfils et Philippe Dumas, regroupant une sélection de communications sur les sources ouvertes numériques dans le secteur éducatif et social réalisées lors d’un colloque à l’université Aix-Marseille en 2016. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.