L’imagerie du Covid-19 dans les médias

Pour un chercheur spécialiste d’imagerie scientifique, la crise sanitaire actuelle et sa médiatisation sont sidérantes car elles montrent la recherche de l’iconicité à tout prix en train de se faire. Et elle confirme que les ressources visuelles sont limitées. Dans des travaux de recherche (aujourd’hui anciens !) j’avais nommé cette quête d’images censées représenter certaines dimensions de cette crise, et ce en suivant la théorie Freud sur le travail du rêve, « la prise en considération de la figurabilité ».

À l’issue d’un parcours non systématique dans divers médias « tous publics » et sans aucune prétention à l’exhaustivité, j’ai extrait (fin mars-10 avril 2010) trois catégories d’illustrations. Ce sont celles qui émergent de la presse écrite, de la télévision et plus marginalement de l’Internet dès lors que ces médias veulent s’adresser à leurs publics. Elles correspondent à trois catégories d’intentions : exhiber l’ennemi ; calculer le nombre de morts ; figurer le combat du personnel soignant.



Exhiber l’ennemi

Le virus SARS-Cov-2 est non seulement tellement minuscule qu’il faut utiliser un microscope électronique pour entrevoir ou deviner sa silhouette. Tout ce que nous savons, en dehors de son extrême dangerosité, est très peu de chose. Il n’est pas possible de raconter la vie de cette minuscule entité qui n’est pas tout à fait un être vivant. Dès que le virus est fixé sur les cellules du corps humain, il fait fabriquer de l’ADN dans tout le corps de la personne contaminée. Et c’est cet antigène qui génère les premiers symptômes du Covid-19.

Image publiée et consultée le 26 mars 2020

On sait aussi que sa structure est très rudimentaire : un brin d’ARN messager enveloppé d’une membrane lipidique. Or, sauf pour des schémas à caractère pédagogique, on ne peut dessiner simplement ni une membrane, ni un acide ribonucléique. Pour le visualiser, on trouve très souvent (du moins en mars 2020) cette image.

Que montre-t-elle ? Il ne s’agit pas, en dépit des apparences, d’une photo très agrandie du virus dans le corps d’un patient. Il est impossible de le photographier en une image avec de la profondeur de champ. Et surtout pas avec de si belles couleurs et faisant apparaître ces spectaculaires ventouses dressées sur toute sa surface. C’est une représentation conventionnelle construite à l’aide d’un processus de médiation instrumentalisée complexe : en fait, une préparation biologique fixée placée sous un microscope très puissant produisant des images toutes grises, retraitées ensuite numériquement par des spécialistes d’imagerie biologique ultramicroscopique.

Pourquoi est-il rouge ? Pourquoi ces ventouses et cette mise en scène dans un espace avec de la profondeur de champ ? Et pourquoi le producteur d’information a-t-il choisi d’éditer celui-ci parmi d’autres clichés disponibles dans les agences spécialisées qui les commercialisent ?

Cette image offre trois caractéristiques qui la rendent intéressantes. D’abord, sa couleur à dominante rouge. Le rouge est une couleur chaude (le virus provoque de la fièvre). Le rouge est aussi conventionnellement le signe du danger et de l’interdit. Ensuite les ventouses hérissées sur tout le pourtour de la sphère parce que ce sont elles qui dessinent la couronne typique de cette famille de virus au point de lui donner son nom. Et aussi parce qu’elles visualisent l’idée d’un objet collant, qui va pouvoir se fixer aisément sur sa proie et pire dont il sera très difficile de se débarrasser.

Enfin le décor sombre et écarlate en arrière-plan dans lequel d’autres virus apparaissent. Certains au loin et flous, d’autres plus près. Le décor, parfaitement imaginaire, fait penser à un monde dangereux, inhumain, dans lequel seuls les nombreux virus ennemis guettent leur proie. Bref, le virus, c’est l’ennemi !

Tracer l’évolution du nombre d’individus atteints et/ou décédés

Une autre catégorie d’images est davantage présente dans les médias. Et c’est une surprise, car elle aussi peu attractive que possible. Il s’agit de figurer le décomptage de la population atteinte, soignée, hospitalisée ou décédée. Cette préoccupation, parfaitement légitime, se manifeste par l’occurrence peu banale dans les médias de courbes mathématiques, et particulièrement de celles qui font apparaître une variation exponentielle. Leur objectif est de représenter les variations d’un phénomène de santé et de ses conséquences sur la population en fonction du temps.

A partir du recueil de données statistiques incontestables, le tracé essaie non seulement de faire apparaître son évolution depuis une date de départ, mais aussi de prévoir l’évolution future. Pour cela, on utilise une double échelle : en abscisse (ligne horizontale) apparaît le déroulement du temps et en ordonnée (verticale) sont placés les nombres de personnes concernées selon un pas déterminé (10, 100 ou 1000 personnes). Dans le cas du Covid-19, on peut compter le nombre de personnes contaminées ou de celles qui sont hospitalisées en distinguant les patients en soins intensifs (réanimation) des autres. Mais on peut aussi tracer la courbe du nombre de morts en utilisant une échelle logarithmique. Ce qui permet de comprimer les grands nombres et de rendre le graphique plus facile à visualiser sur une surface réduite.

Date du graphique : 20 mars 2020

Le sémiologue Jacques Bertin avait judicieusement dénommé ce type de représentation graphique — très répandue dans la recherche y compris dans les sciences sociales — une chronique. Dans le cas du Covid-19, maladie très infectieuse, un malade peut transmettre et diffuser le virus à plusieurs personnes saines. Une simulation dans laquelle un seul sujet peut en contaminer deux donne lieu à la production de la courbe vertigineuse d’une croissance exponentielle. Le nombre de personnes contaminées croit très vite et se dirige vers l’infini. Selon le mathématicien et vulgarisateur Etienne Ghys : « Nous avons tous pris conscience que les puissances de 2 croissent vraiment vite : 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64, etc., pour dépasser le milliard en à peine 30 étapes (…) La fonction exponentielle a des aspects terrifiants ».

La publication incessante et quotidienne de ces chroniques à base de données simples ou logarithmiques est devenue une rime visuelle du discours dominant sur les ravages du Covid-19 dans les médias « tous publics ». Ils sont actualisés en continu comme s’il s’agissait d’une bande dessinée ou d’un feuilleton. Ces courbes, il faut le mentionner, ne naissent pas de la fantaisie créatrice d’un infographiste. La plupart d’entre elles sont issues de travaux de chercheurs renommés (Université Johns-Hopkins, par exemple).

Mais pourquoi ces médias se sont-ils ralliés à la représentation de données froides et objectives transposées visuellement par le recours à des fonctions mathématiques ? N’est-il pas paradoxal qu’un ministre-médecin vienne sur un plateau de télévision en direct muni d’une chronique et dise qu’il espérait l’aplatir et/ou la décaler ? En tout cas cette omniprésence de chroniques prouve qu’elles renferment un puissant ressort narratif. D’abord parce qu’elles nous permettent de mesurer notre infortune en regard de celles des autres pays. Ensuite parce que nous guettons, non sans angoisse, le fameux plateau (désignation métaphorique du ralentissement de la croissance de la courbe). Ou mieux sa redescente et donc la chute. La chute n’est-ce pas précisément ainsi que l’on nomme la fin d’un récit ?


  • Bertin J., 2013, Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris : Éditions EHESS, coll. Ré-impressions.


La figure omniprésente du professeur-savant-médecin-vulgarisateur

Impossible de passer sous silence les images les plus fréquentes : celles qui exhibent le médecin ou lui donnent la parole. Qu’il soit acteur, témoin ou expert, on n’entend et on ne voit que lui. Ce qui rappelle à ceux qui en douteraient que la vulgarisation n’est pas une mission réservée à des professionnels de la médiation. Au point évidemment que cette présence permanente d’experts de la santé fasse que cela cafouille et rende le discours inaudible, voire confus. Il ne faut pas perdre de vue cependant que la figure du médecin n’est pas rare dans les médias. Au contraire, elle est, et ce même hors temps de crise sanitaire, régulière et familière.

Prise de parole moins simple qu’il n’y paraît pour ce médecin de permanence dans des médias généralistes. Ce qui explique un recours fréquent à ce que, dans la presse d’information, on appelle des « marronniers » : dès la mi-février l’allergie due aux premiers pollens, les coups de soleil en été… Depuis plusieurs semaines, l’ambiance qui surplombe le discours de ces experts est environné par l’attente et le climat d’angoisse, voire de peur, dans lequel le public écoute et entend cette cacophonie. La plupart des discours et des images sur l’épidémie, sa dangerosité, les précautions à prendre ou les explications quant aux difficultés pour la combattre, sont émis et commentés par cette catégorie d’acteurs.

Pourtant, dans la saturation des médias et le trop plein de discours de médecins, experts et chercheurs en épidémiologie, quelques lignes de force se dessinent. Car ce groupe est loin d’être homogène : trois figures prototypiques, en réalité très divergentes l’une de l’autre, émergent. Pour les mettre en évidence, on a choisi d’isoler celui qui a délibérément choisi de jouer (qui sait qu’il est aussi médecin ?) le rôle de choryphée (messager) du malheur. Immobile derrière son pupitre, il énonce chaque soir, d’une voix neutre, l’étendue de la catastrophe sanitaire. Comptable scrupuleux de l’ampleur d’un désastre annoncé, il ne délivre qu’avec retenue d’avares et restreints messages d’espoir : nombre de masques, nombre de respirateurs supplémentaires, durée du confinement. Mais quelles sont les trois autres figures ?

Le docteur-vedette des médias : comme pour la chanson de variétés et les pronostics des courses hippiques, ce sont les permanents des créneaux d’information ou des émissions spéciales. Quelques médecins qui ne pratiquent plus leur profession ou seulement à temps réduit car ils n’en ont plus le temps. Ils sont devenus des sortes de vedettes que se disputent les médias. Omniprésents, très réactifs, acceptant sans hésiter de répondre aux questions les plus incongrues, ils se multiplient pour courir d’un plateau vidéo à un studio radio, sans se priver d’intervenir au besoin dans la presse écrite.

L’expert-oracle : la seconde figure est plus rare et par conséquent plus recherchée par ceux qui formatent l’information : la sommité ou le chef de service d’un CHU, souvent Parisien bien sûr, ou le chef d’un département à l’Institut Pasteur. Sauf exception, ces experts refusent de venir sur le plateau ou dans un studio. Et quand ils acceptent, ils viennent revêtus de leurs vêtements de cliniciens ou de soignants ou en gardant leur masque, ce qui provoque dans un premier temps un effet dramatique… minoré par la voix de canard de barbarie que le port du masque entraîne. Les déclarations et conseils péremptoires, souvent préparés à l’avance qu’ils énoncent fermement, s’en trouvent évidemment amoindris.

Mais le plus souvent, ils répondent depuis leur institution par Skype ou visioconférence. Ils sont alors dans une posture plus classique. Ils sont filmés ou photographiés dans leur bureau ou mieux encore avec en arrière-plan des ambulances ou du matériel de soin. Ce sont des stars, mais leur position est difficile car comme ils sont souvent des spécialistes, experts ou infectiologues très renommés, ce sont eux qui conseillent les dirigeants politiques qui prennent les décisions. Et ils doivent ensuite donner leur avis sur le bienfondé ou la justification de tel ou tel choix.

Le savant contre les protocoles routiniers : la dernière figure, qui est aussi la plus rare, n’est pas la moins complexe. Pour résumer la figure de cette star, on peut dire que c’est celle du savant — et pas n’importe lequel, le plus reconnu par ses pairs — mais aussi le plus insolent. Et il décide, contre les décideurs et experts nationaux et parisiens, de faire cavalier seul en région.

Le débat et la controverse scientifique font partie de la vie académique et cela n’aurait, hors épidémie meurtrière, rien d’étonnant. Mais ici les chroniqueurs n’ont, dans leur majorité, pas compris la nature même du différend qui conduit une majorité d’experts à déconseiller le traitement qu’il préconise. Ils font semblant de croire que l’intuition du franc-tireur, affranchie de toute les précautions méthodologiques, est dangereuse voire nocive. Or sa position intellectuelle n’est tenable que parce qu’il se sert de ce qu’Alberto Cambrosio, sociologue de la santé, nomme « une plateforme ». C’est-à-dire un complexe très sophistiqué qui réunit la recherche de pointe, les soins aux malades et la formation des médecins. Une plateforme superpose, comme l’expliquait Jean Gayon, philosophe et spécialiste d’histoire de la médecine, le « cure » (guérir) et le « care » (soigner). Le professeur sans hésitation tourne le dos à la recherche routinière pour préférer soigner dans l’urgence… au risque de l’anarchie méthodologique.

Son apparition à l’écran, plus rare, est paradoxalement davantage contrôlée. Son habitus, à cause de la blouse blanche qu’il ne quitte jamais, semble conforme à celle d’un professeur de médecine. Mais sa coiffure trop longue, sa barbe désordonnée, ses affirmations péremptoires détonnent. Comme le décor de son bureau où s’affichent plusieurs œuvres d’art originales, certaines avec un motif récurrent : des portraits de lui-même.


  • Cambrosio A., 2003, Biomedical Platforms : Realigning the Normal and the Pathological in Late-twentieth-century Medicine, Cambridge, Massachusetts : MIT Press.


Crédits images en CC : Pixabay chiplanay, MiroslavaChrienova, tous droits réservés ut.edu, Wikimedia Commons Stedewa, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Wikimedia Commons 1ur1


Daniel Jacobi

Centre Norbert Elias, UMR CNRS 8562, Université d’Avignon (danieljacobi@orange.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Baudouin Jurdant dit :

    Bel article qui dit très simplement l’essentiel de ce qu’il y avait à dire sur le traitement de la pandémie par les médias. Peut-être ne fait-il pas entièrement justice à la pluralité des images fabriquées du virus.
    Merci à Daniel Jacobi.

  2. Simon L dit :

    Merci pour cette analyse intéressante, mention spéciale pour les noms des figures prototypiques, particulièrement risibles. Les journalistes transmettent-ils quelques recommandations de mise en scène aux interviewés télévisés ? La question mérite t-elle d’être posée ?

  1. 04/05/2020

    […] mai 2020 L’imagerie du Covid-19 dans les médias Par Daniel Jacobi, Université d’Avignon via Mondes […]

  2. 05/05/2020

    […] L’imagerie du Covid-19 dans les médias. Pour un chercheur spécialiste d’imagerie scientifique, la crise sanitaire actuelle et sa médiatisation sont sidérantes car elles montrent la recherche de l’iconicité à tout prix en train de se faire. Et elle confirme que les ressources visuelles sont limitées. Dans des travaux de recherche (aujourd’hui anciens !) J’avais nommé cette quête d’images censées représenter certaines dimensions de cette crise, et ce en suivant la théorie Freud sur le travail du rêve, « la prise en considération de la figurabilité ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.