Écrivaines américaines en Normandie dans l’entre-deux-guerres

Peut-on résumer les relations américano-normandes au débarquement en Normandie ? Ce serait par trop réducteur : entre les deux guerres, la région a accueilli de grandes écrivaines américaines souhaitant écrire sans entrave et vivre pleinement leur sexualité. Leurs écrits fournissent un point de vue décentré sur la France du début du XXe siècle, percevant la question de l’écriture et la problématique du genre depuis le prisme d’une littérature anglophone et féminine

Certaines écrivaines séjournèrent à Honfleur, la patrie d’Alphonse Allais. C’est le cas de Natalie Clifford Barney, écrivaine et poétesse, qui résidait souvent chez l’une ou l’autre de ses maîtresses – et en particulier chez sa compagne de cœur, l’écrivaine Élisabeth de Gramont, épouse du duc de Clermont-Tonnerre. Libérée sexuellement et ouvertement lesbienne, Natalie Clifford Barney entretint aussi une liaison avec la poétesse Lucie Delarue-Mardrus. Tout comme elle, la dramaturge Djuna Barnes, a passé ses vacances dans la demeure d’Élisabeth de Gramont située sur la Côte de Grâce.

La chercheure Amy Wells mentionne les aventures rouennaises de la grande écrivaine Willa Cather venue en France pour rendre hommage à son cousin mort pendant la Première Guerre mondiale. Elle évoque aussi le parcours de Kay Boyle qui a accompagné son époux au Havre puis à Harfleur et celui de la célèbre Gertrude Stein, autrice et mécène des artistes cubistes, à Cherbourg. Cette dernière a beaucoup vanté ses compatriotes dans la libération de Cherbourg en 1944 et note que sa compagne appréciait particulièrement les spécialités culinaires normandes.

La Normandie a donc largement participé à leur inspiration littéraire, ajoutant une profondeur supplémentaire à leurs écrits parfois rédigés en français. Car la langue française fut souvent pour ces autrices un choix littéraire et personnel permettant d’exprimer leur sexualité et leur amour des femmes. Amy Wells évoque dans ce podcast les pratiques d’écriture d’une « communauté lesbienne » à travers les codes lesbiens dans la littérature anglophone des années 1920 et jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.


  • Wells A.D., 2019, Liberté Francophonie Sexualité. Cinq écrivaines américaines en Normandie dans l’entre-deux-guerres, Démouville : la Gronde éditions



Fiche technique

Amy D. Wells, Langue et civilisation anglophones

Structure de recherche associée à la MRSH :  ERIBIA

Enregistré le : 02/03/2020

Durée : 6mn15s  

Réalisation :  Université Caen Normandie – MRSH DSI

Crédits images en CC : Wikimedia Commons Outsider80, Pixabay ArtsyBee


Amy D. Wells

Université Caen Normandie, ERIBIA (amy.wells@unicaen.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search