Médias : en période de crise, les femmes à la trappe

Dans les médias comme dans d’autres domaines, la parité hommes/femmes est loin d’être la règle, en dépit des objectifs proclamés. Qu’en est-il en période de crise en général et de crise sanitaire en particulier ? La forte présence numérique des femmes dans le domaine de la santé permet-elle d’inverser la donne ?

« Les femmes représentent 52% de la population. Elles sont dans l’action mais doivent aussi pouvoir être partie prenante de la réflexion. On ne saurait analyser le monde, même et surtout en période de crise, sans la moitié de celui-ci, ou même avec une moindre participation et représentation des femmes ». Dans ce même communiqué de presse daté du 5 avril 2020, Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, rappelle en outre que les médias ont « un rôle crucial d’information, ô combien indispensable dans la période de crise que nous traversons ».

Elle souligne, à juste titre, que les objectifs de parité dans la représentation des hommes et des femmes dans les médias ne doivent pas passer à la trappe pour autant, tout particulièrement s’agissant du domaine de l’expertise.


  • Une première version de cet article a été publiée, sous forme de tribune, à la demande de Caroline Flepp, rédactrice en cheffe du site d’information féministe 50/50.


Les hommes aux avant-postes médiatiques

On sait en effet que chaque crise porte en elle le risque (ou la tentation ?) de considérer l’égalité femmes/hommes comme secondaire au regard d’objectifs opportunément jugés prioritaires. Par exemple, quand le chômage augmente, il est régulièrement suggéré, notamment par certaines franges des partis les plus conservateurs, que les femmes prennent des temps partiels ou « rentrent à la maison » pour s’occuper des enfants.

La période actuelle n’échappe pas à la règle. Experts ou politiques, ce sont les hommes qui sont désormais aux avant-postes médiatiques et tout se passe comme si les femmes, un temps présentes au début de la pandémie avaient, à quelques exceptions près (comme Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris), disparu des débats scientifiques. Elles ne sont plus là que pour témoigner de leur expérience de « mamans confinées » (partagées entre télétravail, nécessité d’assurer quotidiennement les repas et le suivi des devoirs des enfants), de victimes de violences, de soignantes (infirmières, à l’hôpital ou en maison de retraite – EPHAD en particulier -, ou encore travaillant comme aides à domicile auprès de personnes âgées) et de caissières. Mais une parole de témoignage, si utile soit-elle, ne saurait remplacer une parole d’expertise.

Sous le titre « Ils racontent le monde d’après », Le Parisien Dimanche du 5 avril 2020 met en Une le portrait de quatre personnalités françaises : le climatologue Jean Jouzel, le commissaire européen Thierry Breton, le politologue Yasha Mounk et le généticien Axel Kahn. Quatre hommes. Visiblement, pour Le Parisien, « le monde d’après » se conjugue au masculin, comme le monde d’avant, finalement, et le savoir comme le pouvoir, restent l’apanage des hommes.

Les réactions très vives sur les réseaux sociaux et les accusations de sexisme ont conduit la rédaction du Parisien à présenter des excuses : « Il s’agit là d’une maladresse qui n’illustre en rien la ligne éditoriale du Parisien », a répondu sur Twitter Stéphane Albouy, Directeur de rédaction du journal.

Sous le titre « Penser le monde d’après », Le Monde du 12 avril, instruit par la mésaventure du Parisien, publie sa Une dans des termes équivalents… mais prend soin d’intégrer une femme aux quatre expert.es sollicité.es. Dont acte. Une sur quatre : c’est, comme on le verra plus loin, un ratio correspondant à la moyenne des femmes sollicitées comme expertes dans les médias.

Ces Unes ne font que révéler une situation plus générale, qui font des femmes des citoyennes de seconde zone, marginales, dans les discours et les pratiques des médias. Une photo de Ludovic Marin, de l’Agence France Presse (AFP), reprise par de nombreuses rédactions en ce 20 mars 2020, montre trois membres du gouvernement, et non des moindres (Edouard Philippe, Christophe Castaner et Olivier Véran), franchir d’un pas martial le portail de l’Elysée. Le Monde la légende ainsi : « A l’Elysée, dans les ministères : au coeur du pouvoir confiné ». De la même façon, le numéro de Paris Match daté du 2 avril titre « Un conseil de guerre contre le coronavirus »… et révèle une vaste table de travail présidée par Emmanuel Macron, entouré de plusieurs dizaines d’experts, tous masculins. Et ce ne sont là que quelques exemples parmi quantité d’autres.

Le soin (le care) : une affaire de femmes ?

Nous faisons face au paradoxe suivant : dans un gouvernement a priori paritaire, on n’entend actuellement que les ministres hommes. Le couple de l’Exécutif d’abord avec Emmanuel Macron et Edouard Philippe (rappelons qu’à part Edith Cresson, aucune femme n’a exercé les responsabilités de Premier.e Ministre, pas plus que celles de Président.e de la République) ; mais aussi le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et le Ministre de la Santé Olivier Véran (Agnès Buzin, qui aurait pu féminiser l’affiche, lui a cédé la place).

Et alors que les femmes sont majoritaires dans les métiers du care (métiers du soin et d’aide à la personne en particulier) et dans les filières de formation comme la biologie et la médecine, ce sont les hommes qui sont actuellement sur le devant de la scène médiatique : le Directeur de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Martin Hirsch, le Directeur général de la Santé Jérôme Salomon, Patrick Pelloux du Service d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU) de Paris, Jean Castex, le « Monsieur déconfinement » du gouvernement, des chefs de service, des directeurs de laboratoires de recherche, etc. Le professeur Didier Raoult, très présent lors de la polémique autour de la chloroquine, a (provisoirement ?) disparu des écrans, remplacé par deux autres hommes lorsque la nicotine apparaît comme une piste de réflexion dans la lutte contre le virus : le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux, membre de l’Académie des Sciences, et Zahir Amoura, spécialiste en médecine interne.

Parfaite illustration, sans doute, de ce que les sociologues nomment la « double ségrégation verticale et horizontale », qui structure le monde du travail : les femmes sont sur-représentées dans les métiers du care (ségrégation horizontale)… mais sous-représentées dans les postes les plus élevés (ségrégation horizontale, avec le bien connu plafond de verre).

Cette explication ne suffit pas cependant pas. Et s’il n’appartient pas aux médias de modifier cette réalité, il convient toutefois de rappeler quelques faits. Selon le Global Media Monitoring Project (cf. encadré) – GMMP –, étude internationale de référence en matière de représentation du genre dans les médias, les femmes (52% de la population), ne représentent que 24,1% des sujets des nouvelles, tous médias confondus (presse, radio, télévision, internet, Twitter) . Leur représentation en tant qu’expertes est également faible puisqu’elles ne sont que 24% des expert.es sollicité.es.

Rappelons cependant que les filles sont plus nombreuses que les garçons à obtenir le baccalauréat et qu’elles sont également plus nombreuses à être titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. En outre, elles sont 61 % dans les filières en sciences de la vie, de la santé, de la terre et de l’univers, 60% à accéder en 2ème année de médecine et 60,3% parmi les chercheur.es en entreprise dans l’industrie pharmaceutique. Elles sont désormais présentes dans tous les domaines de l’expertise, en particulier dans les secteurs de la biologie et de la santé qui nous intéressent ici.


  • Le Global Media Monitoring Project est une recherche internationale de vaste ampleur qui concerne environ 85% de la population. Elle a lieu tous les 5 ans et porte sur la représentation des hommes et des femmes dans les médias (http://whomakesthenews.com). La publication de la version 2020 a été reportée en raison de la pandémie de coronavirus. 


Des médias « hyperréalistes »

Les médias ne sont pas le « reflet » de la réalité, et l’image du « miroir qu’on promène le long du chemin » est trompeuse. Elle laisse dans l’ombre les multiples opérations inhérentes au dispositif médiatique. En effet, les médias, sont d’abord l’expression des rapports de pouvoir et de domination qui structurent la société.

Revenons à l’étude du GMMP mentionnée plus haut. La dernière édition se déroulait le 25 mars 2015, date correspondant pour la France à la campagne pour les élections départementales ; ces élections se caractérisaient par leur radicale nouveauté, puisque pour la première fois les listes étaient composées de binômes paritaires. Nous avions décidé d’intégrer dans le corpus une télévision locale et opté pour TéléToulouse, aujourd’hui disparue.

Dans sa séquence d’information, celle-ci propose un reportage sur le marché de plein vent d’Empalot, quartier populaire de la ville, où les politiques vont à la rencontre de leurs concitoyen.nes, un grand classique des périodes électorales. Or, alors même que les candidates sont visibles à l’image et présentes sur le terrain, le reportage ne donne la parole qu’aux candidats. Les seules femmes interviewées le sont dans le cadre de micro-trottoirs tandis qu’elles font leur marché, cabas au bras. Hommes politiques, femmes ménagères : le stéréotype a la vie dure !

Plus largement, les médias minorent les groupes socialement faibles, dont les femmes (mais aussi les classes populaires, les personnes racisées, etc.) et valorisent les groupes sociaux dominants, dont les hommes : les médias sont « hyperréalistes » conclut le sociologue Éric Macé (La société et son double. Une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin-INA, 2006). En témoignent la quasi absence des femmes parmi les expert.es actuellement sollicité.es, et la monopolisation de la parole publique et des enjeux de savoir par les hommes.

Mais les médias peuvent aussi être un espace de négociation de ces rapports de pouvoir. Il leur revient de ne pas limiter la parole des femmes aux témoignages des infirmières, des aides à domicile, des personnels des maisons de retraite ou des caissières de supermarché : une parole indispensable, mais réductrice au regard du spectre de compétences des femmes. Solliciter la parole des femmes politiques, solliciter celle des femmes expertes contribuerait à donner une vision plus juste et plus équilibrée de la réalité.

Détournant la Une du Parisien citée plus haut, Women Today en propose une version totalement féminisée : sous le titre « Elles racontent le monde d’après », les portraits de Céline Lis-Raoux, journaliste, Ghada Hatem-Gantzer, gynécologue-obstétricienne, Anne Bouillon, avocate, et Catherine Vidal, neuro-biologiste, rappellent que le savoir se décline aussi au féminin. Un rappel salutaire en ces temps de crise…




Crédits images en CC :  Pixabay DoomSlayer, josephvm, Flaticon Shmashicons, Une du journal Le Parisien, dimanche 5 avril 2020, capture d’écran, tous droits réservés Le Parisien ; Clker-Free-Vector-Images, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux


Marlène Coulomb-Gully

LERASS (marlene.coulomb@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search