L’Université et « ses » morts

L’Université rend régulièrement hommage à ses disparus qui « le méritent » et qui lui « font honneur ». L’hommage revêt diverses formes : attribution du nom du défunt à une institution académique (université, institut, laboratoire), un local (salle des thèses, amphithéâtre, bibliothèque), un grand équipement (télescope, coupole astronomique), un prix scientifique. Il prend aussi celle d’ouvrages, de manifestations spécifiques (journées d’études, colloques, commémorations…) et bien entendu, de nécrologies.

Les nécrologies sont des textes d’hommage oraux ou écrits, de taille et de nature variables, rendus publics après le décès : articles et notices nécrologiques, communiqués de presse, éloges funèbres… Elles ont souvent été étudiées en tant que genre littéraire ou rédactionnel, ou encore sous l’angle de la rhétorique. On peut aussi les analyser comme des gestes mémoriels ainsi que des révélateurs de pratiques sociales, de discours, de valeurs et de comportements renvoyant à la nature d’un monde social particulier, l’Université.

En fait, elles ne concernent qu’un nombre réduit d’universitaires qui, pour la plupart, répondent à des critères de distinction et de notoriété (découvertes importantes, publications de référence, rôle majeur dans la création ou l’évolution d’une discipline, prix scientifiques…). Elles fonctionnent comme un carnet noir mondain. Elles ont aussi un rôle communautaire, a minima l’expression d’une sociabilité professionnelle, et bien souvent la confortation d’un entre-soi. Enfin, ces pratiques distinctives sont inégalitaires car ceux qui cumulent les hommages constituent un petit noyau qui masque mal le trou béant laissé par les « oubliés des honneurs ». Ici, on ne prête qu’aux riches. 



Distinction sociale et carnet noir mondain

 Dans le monde académique n’importe qui ne rend pas hommage à n’importe qui, n’importe où et n’importe comment. La mort d’un pair « remarquable et remarqué » est d’abord une affaire de groupe et l’affaire de ceux qui comptent dans le groupe… sans pour autant cesser d’être celle de la société car ce défunt incarne la science et le progrès.

Les hommages funèbres sont rendus par les collègues, élèves ou amis, même s’il peut arriver que d’autres soient invités à se mêler à eux. Ils sont le plus souvent publiés dans des supports gérés ou contrôlés par des institutions académiques ou proches de ces dernières, comme les sociétés scientifiques : revues, ouvrages, magazines papiers ou numériques d’établissements, sites d’universités ou de laboratoires. Certains, publiés largement après la date du décès s’inscrivent dans une temporalité plus large et prennent la forme de cérémonies (témoignages de collègues, journée d’études, colloque) ou d’ouvrages dédiés. Ces derniers peuvent être des Mélanges, c’est-à-dire des ouvrages collectifs « offerts à » ou « à la mémoire de ».

Par-delà leurs différences, ces textes ont deux points communs. D’abord, ils sont des mises en récit de moments de vie (famille, études, faits marquants…) et de traits de caractère, mais aussi d’événements et de pratiques (expérimentations, découvertes, publications, récompenses scientifiques…) qui se sont souvent déroulés dans des lieux académiques (laboratoires, amphithéâtres, bibliothèques…) et qui sont difficilement visibles et/ou compréhensibles par ceux qui se situent à l’extérieur car ils en possèdent rarement les codes.

Ensuite, ils ont pour fonction principale de valoriser la figure du disparu. Pour cela, ils usent et souvent abusent de plusieurs procédés discursifs : citations qui rendent présente sa parole, amplification (être d’exception, géant, génie…), métaphore (timonier, berger…), exemplarité, référence à des valeurs universelles (travail, rigueur, abnégation, recherche de la vérité, qualités humaines). En outre, ils sont marqués par une autocensure dans la sélection de ce qu’il convient de dire en « pareille circonstance ».

Les médias publient aussi des hommages, surtout quand le défunt est « un nom ». Ils ont trois fonctions principales : annoncer la mort et raconter une vie bien remplie pour des publics larges ; inscrire le disparu dans un carnet noir mondain local ou national où il côtoie d’autres figures « remarquables » issues de la politique, l’économie, la culture ou le sport ; montrer qu’il incarne des valeurs et au-delà une exemplarité qui dépassent son groupe d’appartenance et qui, à ce titre, sont susceptibles d’interpeller chacun.



De la sociabilité professionnelle à l’entre-soi

La sociabilité professionnelle est un ensemble de relations sociales et de pratiques communes construites et vécues par des individus dans un milieu professionnel donné qui leur permettent, malgré des positions sociales différenciées, d’interagir à travers des liens interpersonnels. Elle appelle non seulement la communauté et le réseau, mais encore l’existence de lieux de rencontre matériels et symboliques.

L’hommage funèbre constitue un lieu symbolique au sein duquel sinon une profession (les universitaires) ou une de ses composantes (une discipline, un établissement, un laboratoire), du moins ceux qui le rendent en son nom, se retrouvent et se rassemblent autour d’un collègue disparu pour parler de lui, mais aussi d’autres collègues qu’il a fréquentés. En fait, il parle autant du groupe professionnel (et de son auteur qui parle aussi de lui-même) que de celui qui le reçoit et il renvoie en creux l’image du groupe. Il est le contre-don d’une communauté professionnelle en contrepartie de ce qui a été offert par le défunt : sa contribution à la construction d’un édifice scientifique et institutionnel. La communauté témoigne de sa dette et de sa reconnaissance, tout autant que de son attachement et de son admiration. Mais alors, surtout dans les cas limites, on peut entrer dans le cadre plus fermé de l’entre-soi.

L’entre-soi désigne un groupe de personnes ayant des caractéristiques communes et un fort sentiment de connivence. Il repose largement sur la reproduction d’un espace social propre ainsi que sur l’exclusion plus ou moins active et consciente des « autres ». De nombreuses mentions attestent de cet entre-soi que l’on réserve et que l’on préserve pour soi. On en relèvera trois, parmi les plus significatives :

  • la manière peu compréhensible, en dehors de la communauté concernée, de présenter les recherches du défunt : « le concept de ‘système d’érosion’ en lieu et place de celui ‘d’érosion normale’, représente l’intrusion, dans la géographie, de la complexité, tandis que la vision ‘saccadée’ du temps structural est remplacée par celle d’une instabilité et d’une mobilité des jeux tectoniques » (Lagasquie J.-J., 1998, « Hommage à Georges Viers (1910-1998 »). En fait, cette manière reproduit le langage employé dans les revues.
  • les lignages académiques : ils englobent le défunt et l’auteur de l’hommage, mais aussi d’autres collègues, dans un ensemble plus ou moins vaste aux dimensions généalogiques revendiquées publiquement dans la communauté : « Au revoir Jean Lagasse. Vous avez été tout d’abord un professeur, puis un patron et enfin mon maître pour ne pas écrire mon père spirituel » (Costes A., 2003, « Un maître »). 
  • l’intime accessible au groupe, voire aux proches : il s’agit de montrer la familiarité avec le disparu car elle renforce l’admiration, le respect et la gratitude : par exemple, en le désignant par son prénom, ou son surnom : « celui que beaucoup d’entre nous, ses élèves, appelions familièrement mais respectueusement, Don Pablo » (Georges Baudot, hispaniste, à propos de Paul Mérimée, hispaniste, « In memoriam, Paul Mérimée). Plus grande est la proximité affective, plus les mots employés sont à mettre en rapport avec l’intimité des échanges et la multiplication des relations inter-personnelles. C’est sans doute la raison pour laquelle on trouve surtout ce type de témoignage dans les groupes restreints (les laboratoires, par exemple).

L’entre-soi n’a pas uniquement une connotation négative. Il exprime aussi la douleur, l’émotion, la gratitude, l’affection, ainsi que la nécessité pour la communauté et ses membres de faire le deuil en se retrouvant autour de liens construits autant autour du « cœur » que de la « tête ». A côté des mémoires scientifiques et institutionnelles officielles, il accorde une place non négligeable aux mémoires individuelles qui s’expriment de façon moins convenue et policée car plus personnelle. En honorant davantage l’homme que la figure, on insiste moins sur l’universalité et l’exemplarité qu’incarne celui qui a su « admirablement faire science » que sur le vécu dans sa singularité, sa quotidienneté. L’entre-soi permet enfin à chacun de (re)construire un discours sur soi qui englobe la dimension professionnelle, mais qui va souvent au-delà.

Lumière pour les uns, invisibilité pour les autres

Depuis les travaux du sociologue américain Robert Merton (1968), « l’effet Mathieu » est un classique de la sociologie des sciences. Schématiquement, par référence à un passage célèbre de l’Evangile selon Mathieu, il signifie que l’on donne surtout à celui qui est déjà bien doté… ce qui a pour effet d’augmenter sa visibilité et de renforcer son pouvoir matériel et symbolique. Dans le cas présent, cela revient à constater que les nécrologies publiées, tous formats confondus, se concentrent sur un petit nombre de personnes. Et donc que l’immense majorité des universitaires – sans parler des autres catégories de personnel qui contribuent à l’organisation et au fonctionnement des universités – est de facto écartée. Tous ces personnels sont-ils « sans mérite » ?

L’hommage est donc inégalitaire. L’inégalité peut d’abord être observée dans la même université ou dans la même discipline : seuls quelques chercheurs très ciblés (dans l’immense majorité ils ont le grade de « Professeur des Universités » ou de « Directeur de recherche »), sont ainsi honorés. On relève en outre, une inégalité parmi ces rares « élus », puisque seules les « grandes figures » cumulent un nombre important d’hommages.

L’inégalité est aussi genrée. La mort honorée est fondamentalement masculine car peu de femmes sont concernées. Pis encore, la plupart des auteurs des hommages, en dehors des témoignages en général mieux répartis, sont des hommes. Jusqu’aux années 1960-70, cette inégalité était expliquée par le faible nombre de femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche. Pour la période postérieure, cet argument ne tient pas. En effet, le vivier féminin s’est largement développé tant au plan national que local, en lien avec l’augmentation des effectifs enseignants liée à l’université de masse et la montée en puissance de la revendication de la parité hommes-femmes. Or le noyau dur mémoriel reste masculin. Dans les communautés savantes comme ailleurs, serait-on tenté d’ajouter…


  • Merton R.K., 1968, « The Matthew Effect », Science, vol.159, n°3810, 56-63.

Dire la mort revient autant à énoncer le départ du défunt du monde des vivants qu’à rendre le disparu présent dans les mémoires de ceux qui restent et de leurs institutions. Discours sur l’autre et de l’autre, puisqu’on le fait parler, la nécrologie est aussi, pour son auteur, un discours sur soi par procuration et un discours sur « nous » (les collègues, l’Université, le laboratoire…). Sur un nous distinctif tant vis-à-vis de l’extérieur que de l’intérieur car tous les morts ne se valent pas à l’aune du mérite. En même temps, mais plus en creux, la nécrologie est aussi un discours sur l’universel (la science, le progrès…).

Enfin, elle questionne non seulement le fonctionnement des institutions académiques, les pratiques sociales, les discours et les représentations des universitaires – ceux qui sont honorés, ceux qui honorent et ceux qui lisent les honneurs –, mais encore la manière dont les acteurs sociaux transmettent et alimentent la mémoire collective tout en se construisant sur le plan professionnel et individuel.

Crédits images en CC : Pixabay Clker-Free-Vector-Images, OpenClipart-Vectors, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux, Les professeurs de la Faculté de Droit de Paris, caricature d’Adrien Barrère, nangreenly


Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.