François Ier « l’Italien »

Qu’est donc allé faire le roi François Ier en Italie, cet espace complexe et polymorphe ? En voulant faire valoir les droits à son héritage, il a perpétué la politique de son prédécesseur, et transformé la péninsule italienne en espace de conflit entre les Valois et les Habsbourg. La politique française a alors évolué au rythme des défaites militaires successives de l’armée royale. Elles ont obligé le roi de France a toujours réinventer une nouvelle forme de politique avec l’espace politique italien.

Étudier la politique italienne de François Ier (1515-1546), c’est aller au-delà de l’idée que les guerres d’Italie seraient marquées par l’importation de la Renaissance italienne en France. C’est aussi s’interroger sur le processus de rapprochement entre deux espaces aussi proches qu’éloignés du fait de traditions politiques et juridiques très différentes.

De fait, la ligne politique italienne de François Ier est claire et fermement établie du début à la fin du règne. Toutefois, elle est complexe dans ses modes d’action. En Italie, le roi de France tire profit de la diversité des États italiens et des intérêts des différents souverains. Cette adaptation à la conjoncture couplée à la longueur du règne de François Ier l’obligent à l’inventivité : les modalités de la présence française dans les territoires italiens sont très différentes selon les temps et les espaces. L’Italie devient ainsi un laboratoire politique divers, un lieu d’expérimentation qui s’inscrit dans un cadre plus large, européen et méditerranéen. 

Ce bref entretien avec Juan Carlos d’Amico répond ainsi utilement à un besoin de mise à jour de l’historiographie sur ces question. Il s’attarde sur les questions italiennes avec beaucoup de précision en interrogeant les relations entre François Ier et l’espace politique italien. Il montre l’extrême adaptabilité de la politique française en Italie et contredit l’idée d’une politique italienne en seule réponse à l’encerclement impérial.

Juan Carlos D’Amico, professeur à l’université de Caen-Normandie, est l’auteur de nombreux articles consacrés à la civilisation italienne du XVIe siècle. Il a coordonné plusieurs ouvrages sur les mythes politiques, les formes du pouvoir ou les révoltes à la même époque et a publié deux ouvrages sur les relations entre le Saint-Empire et la péninsule italienne : Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité et Le mythe impérial et l’allégorie de Rome.


  • Amico J. C. d’, Fournel J.-L. (dir.), 2018,  François Ier et l’espace politique italien : États, domaines et territoires, Rome : École française de Rome, 



Fiche technique

Structure de recherche associée à la MRSH : Erlis 

Enregistré le : 14/03/2019

Durée : 4mn36s  

Réalisation : DSI – Université de Caen – MRSH 

Crédits images en CC : Wikimedia Commons Ssolbergj, Pixabay RyanKingArt


Juan Carlos D'Amico

Université Caen Normandie, EA Erlis (juan-carlos.damico@unicaen.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.