S’injurier à l’époque médiévale

Aux XIVe et XVème siècles, les universitaires bénéficient de nombreux privilèges. Ils leur permettent d’éprouver un fort sentiment d’appartenance à l’université et au statut d’exception qui est le sien dans la société médiévale. Écoliers et maîtres, au caractère volontiers querelleur, génèrent ainsi une certaine jalousie. Toute remise en cause de leur statut peut alors provoquer de graves conflits et de nombreuses violences.

Pour en rendre compte, Vsevolod Ioffé étudie la place qu’occupait l’injure et ses différentes formes dans le monde universitaire parisien. Il mobilise pour cela un large corpus, comprenant notamment les registres civils et criminels du Parlement de Paris, la liste des plaintes universitaires aux autorités laïques et ecclésiastiques ainsi que les Livres des Procureurs des différentes nations universitaire composant l’Université de Paris vers 1300–1450. Grâce à ces sources, il obtient un corpus répertoriant à la fois les auteurs et les cibles des offenses, leur nature et la restauration de l’honneur qui est nécessaire pour clore la querelle. L’injure apparaît comme alors comme une parole ou un geste outrageant, souvent associée à d’autres termes désignant à la fois la violence physique et l’atteinte à la personne morale.

Vsevolod Ioffé classe les injures en 3 catégories : celles utilisées entre universitaires, celles proférées à l’encontre d’universitaires par ceux qui ne font pas partie de l’université, et celles qu’utilisent les universitaires pour insulter les non membres. Toutes ces injures ont en commun la mise en question du statut social, que l’insulte concerne la réputation d’une personne, de sa nation universitaire ou de l’université dans son ensemble.

L’auteur note que les universitaires utilisent le même registre d’injures gestuelles et verbales que celles proférées à leur encontre, mais que la réponse à l’offense se fait avec l’appui de la corporation universitaire dans son ensemble. L’université met ainsi en avant son honneur collectif pour triompher. Les réparations demandées pour satisfaire à l’honneur de la corporation laissent alors des traces matérielles dans les monuments parisiens ; elles perpétuent la mémoire de la corporation.




Fiche technique

Musique : : Homer said – Dyalla from Youtube Library

Remerciements : Sébastien Poublanc

Texte et montage : Léa Bello

https://www.youtube.com/channel/UC-jcC3zw4pXOn8t3keKY__g

Crédits images en CC : Mondes Sociaux. Tous droits réservés et reproduits avec l’aimable autorisation de Pierre Efratas et Gilles Pivard, http://lesnormandsdebarquent.eklablog.com/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.