Quel regard sur la pratique du vélo en ville ?

Un vélo oui, mais de quel type ? Les formes qu’il prend sont variées, entre le vélo d’enfant avec stabilisateurs, le vélio pliable, le vélo de course, le vélo électrique ou encore l’incontournable bicyclette. Le modèle choisi est signifiant sur les individus que nous sommes. L’objet à deux roues, omniprésent dans nos sociétés, est également le témoin de notre culture et de ses préoccupations.

L’hypothèse selon laquelle la bicyclette est un objet relevant d’une pratique culturelle est confortée par les sciences sociales. Le recueil de Notes sur le vélo et la bicyclette dont il est question ici nécessite une ouverture d’esprit indispensable pour dialoguer avec l’objet technique.

Cette recherche ethnologique portant sur le vélo s’inscrit dans une démarche d’ethnologie urbaine et d’anthropologie réflexive. Elle est née suite à l’Éloge de la bicyclette publiée en 2008 par l’ethnologue Marc Augé.


  • Jouenne N., 2019, Notes sur le vélo et la bicyclette. Regard ethnologique sur une pratique culturelle, Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales, série Etudes culturelles, 208 p.


Où est le vélo dans notre culture ?

Dans son principe, la bicyclette fut inventée au début du XIXe siècle, et dans sa forme actuelle, vers 1860-1880. Elle est par la suite équipée telle que nous la voyons aujourd’hui, avec des freins, des garde-boues, un éclairage et un porte-bagage. L’objet technique, passé entre de nombreuses mains, a connu des centaines de brevets augmentant sa complexité. Une complexité déstabilisante au regard d’un objet aussi banal et quotidien, vecteur d’une prise de conscience écologique. Aujourd’hui, la bicyclette est en effet associée à une image écologique, même dans sa configuration électrique (ce qui n’est pas le seul paradoxe).

Le vélo est présent dans nos modes de vie comme sur nos vêtements, imprimé sur nos chaussettes et nos bonnets, en passant par les pyjamas, les t-shirts, les sweat-shirts et les chemises. Il est partout, même dans le débat public. Nous l’avons vu lors des dernières municipales où le vélo a parfois tenu une grande place. Avec le déconfinement, nous voyons des initiatives en faveur de l’usage de la bicyclette. On le retrouve sur les façades des magasins, et à l’intérieur comme objet de décoration. Le vélo s’immisce dans toutes les strates de la société. Riches ou pauvres, chacun peut en posséder un, mais pas tout à fait le même. Le vélo est donc l’objet d’une construction sociale et idéologique. Aussi est-il nécessaire de prendre un recul suffisant pour pouvoir en dire autre chose que ce qu’on peut en lire par ailleurs.

Les différents temps de la bicyclette ?

Évidemment, l’histoire de la bicyclette a déjà été écrite. Même s’il reste encore aujourd’hui quelques polémiques sur son origine et sa paternité, nous pouvons concevoir sans trop nous écarter d’un consensus que son invention se raccroche à celle de la draisienne, au début du XIXe siècle. Ce modèle est encore cependant très sommaire, n’a aucune pédale ni de transmission par chaîne. Son utilisation reste ludique. Il a fallu un temps beaucoup plus long pour savoir quoi en faire.

Le sociologue Philippe Gaboriau conçoit trois âges dans son découpage historique. D’abord vient le moment de la découverte et de l’appropriation par la classe aisée (aristocratie et bourgeoisie), puis l’âge de sa popularisation, liée au Tour de France comme emblème populaire, et enfin un âge de la prise en compte écologique du vélo comme d’un loisir. Depuis quelques années, l’annonce du retour de la bicyclette à grand renfort de médias s’articule autour de la bicyclette électrique. Les réalités perceptibles à travers mes observations, une réflexion personnelle et une petite série d’entretiens m’ont permis de mesurer l’impact de la pratique du vélo en ville.


  • Gaboriau P., 2000, Le Tour de France et le vélo. Histoire sociale d’une épopée contemporaine, Paris : L’Harmattan.


Vélo pliant et vélo électrique

D’abord, la bicyclette est un objet urbain. Il est utilisé comme alternative aux transports en commun et à la voiture pour effectuer le trajet domicile-travail. En m’intéressant à ce sujet, j’ai pu rapprocher la bicyclette pliante aux vélos pliants utilisés par les armées au moment de la Première Guerre mondiale. En effet, un objet rapide, transportable et modulable avait un intérêt stratégique pour acheminer des messages. Les vélos pliants militaires furent abandonnés avec l’arrivée des télécommunications.

Même si le vélo pliant civil existe déjà dans les années trente, on ne sait pas très bien quoi en faire. Tout au plus, il peut se loger dans le coffre d’une voiture en attendant une utilisation en cas de panne. Il fallut attendre les années 1980 pour que l’objet soit commercialisé à grande échelle et soit peu à peu approprié par une tranche de la classe moyenne. Il s’agit alors de se distinguer et d’affirmer avec ostentation son appartenance de classe.

En voyant la charge culturelle contenue dans le vélo pliant, quid alors du vélo à assistance électrique ? D’un point de vue technique, l’assistance par un moteur fait l’objet de brevets dès la fin du XIXe siècle. La motorisation est alors sollicitée pour développer des engins comme la motocyclette et le tricycle à moteur. L’évolution technologique permet de nos jours d’apporter des solutions efficaces en termes de poids et d’autonomie.

Cependant, l’assistance électrique supprime le rapport physique entre le cycliste et son vélo. Le rapport au corps et à la force physique disparaît. Il se transforme en prothèse suppléant aux défaillances physiologiques dues notamment à l’âge. Pour ces raisons, les ventes de bicyclettes électriques touchent principalement les plus de 50 ans, et leur coût s’accorde avec les revenus de la classe moyenne. Dans le milieu sportif, l’assistance est renvoyée au rang du dopage moderne. Ces différentes raisons, sans aborder celle du bilan carbone (en prenant en compte la fabrication et le reconditionnement de la batterie), me poussent à dire que le vélo à assistance électrique n’est pas un vélo.

Le rapport à l’individu

La question de l’individualisme est très présente dans la pratique cycliste. Aucune observation n’a été menée dans le cadre de cet ouvrage auprès de groupes de cyclotouristes, bien qu’il en existe des forums. En dehors des balades et de quelques expériences, la pratique reste majoritairement individuelle. Par contre, le rapport entre le cycliste et le non-cycliste est parfois source de conflit, notamment dans le cadre de l’entreprise. Par exemple, la sueur reste un obstacle social dans l’entreprise, tout comme dans le rapport aux autres. Comme l’a montré Mary Douglas, la peur de la souillure génère des phénomènes de mise à distance lorsqu’un cycliste arrive en sueur à son travail. Les gens s’écartent, des remarques fusent, des gènes s’installent. Et si beaucoup ne supportent pas la sueur au point de limiter leur activité sportive, cela devient un argument de poids dans le marketing des vélos électriques.

Paradoxalement, cette mise à distance du cycliste s’accompagne d’une autre proximité avec le vélo, que l’on voit arriver dans les salons. Accrochés aux murs, détachés du sol, ils ne souillent pas la pièce et font office d’objet de décoration. Mais ce sont aussi des objets de distinction, voire d’ostentation. C’est là l’une des facettes de cette complexité qui situe l’objet dans un éventail de prix allant de 20 à 20.000 euros. Aussi, lorsque le vélo passe de l’extérieur à l’intérieur, son statut s’accompagne de tout une symbolique sur le rapport aux conventions sociales du propriétaire.

Le débat autour de la bicyclette électrique est relativement stérile puisque l’enjeu pour les pouvoirs publics est d’assurer une transition de la voiture vers la bicyclette, quel que soit son type de propulsion. Le vélo devient alors un engin individuel, appelé « vélotaf », qui exprime le fait de se rendre au travail à vélo. Cette appropriation ne correspond pas aux travailleurs à vélo, comme les livreurs. On imagine aussi mal un coureur cycliste dire : « Demain, je vélotaffe dans le Paris-Nice ». Avec cette prise en compte de l’individualisme, l’objet est pour moi le témoin d’une angoisse profonde dans notre société. A leur manière, les cyclistes portent un discours écologique, traversé par les peurs autour du devenir de la planète, du réchauffement climatique et autre problème majeur de notre temps.


  • Douglas M., 1992,  De la souillure. Etudes sur la notion de pollution et de tabou, Paris : Ed. de la Découverte.


Pourquoi faire de la bicyclette à notre époque ?

On peut tout de même se questionner sur les raisons de ce retour à la bicyclette, et pourquoi ce choix de l’inconfort, de l’insécurité et de l’effort au temps des véhicules motorisés modernes ? Le sociologue polonais Zigmunt Bauman pose que notre modernité se liquéfie. La pratique cycliste pourrait alors, selon moi, s’inscrire dans une sorte de reconstruction du monde. En d’autres termes, l’individualisme ne serait qu’une apparence, les cyclistes engendreraient une sorte de communauté capable de constituer une identité collective productrice de sens.

Le sociologue allemand Hartmut Rosa nous aide à comprendre que dans notre société, courant après le temps et aliénant les individus, certains essayent de ralentir. On le voit dans les pratiques de slow food, mais aussi dans l’exercice de la musique d’ensemble, de la couture ou du jardinage, surtout en jardin partagé. La pratique de la bicyclette serait par conséquent à penser aussi comme une forme de ralentissement du temps et du rapport au monde. Cette pratique évidemment inconsciente ne peut s’observer qu’à l’échelle urbaine, et non à celle de l’individu.

En conséquence, cette idée nous pousse à croire que le vélo traditionnel, classique, s’oppose au vélo à assistance électrique, prônant le toujours plus vite et, globalement, les valeurs du néolibéralisme à l’œuvre. Or, nous avons vu que la majeure partie des gens circulant à vélos électriques fait partie de la classe dirigeante, des cadres et plus généralement des dominants. Il n’est donc pas surprenant que cette classe souhaite circuler plus vite et sans effort, alors que les livreurs situés tout en bas de l’échelle sociale fournissent des efforts autrefois demandés à la classe laborieuse. Ils font en effet partie de cette nouvelle classe laborieuse qui se fond dans la ville, mais qui apparaît le soir venu alors que tous les autres cyclistes sont arrivés chez eux.

Voilà ce que l’observation du vélo nous montre : une société fragilisée, divisée, cherchant des ouvertures vers un monde meilleur. Il n’existe pas un vélo mais une pluralité, car chacun est associé à un individu faisant lui-même partie d’une catégorie sociale ou d’un groupe singulier. Est-il porteur d’espoir ou de pessimisme ? De sa prise en compte dépendra-t-il le devenir de notre planète ? Notre avenir le dira assez tôt.


  • Bauman Z., 2007, Le présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaires, Paris : Seuil.

  • Rosa H., 2012, Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris : Ed. de la Découverte.


Crédits images en CC : Pixabay Ricinator, gdakaska, Wikimedia Commons Mediatus, OpenClipart-Vectors et ID 15201535,  Svg Silh, 


Noël Jouenne

ENSA de Toulouse, LRA EA7413 (noel.jouenne@toulouse.archi.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search