Le Droit privé, incubateur d’inégalités

Dans l’économie mondialisée qui s’est imposée depuis quelques décennies, les capitalistes ont le choix de domicilier librement leurs revenus ou leurs activités dans les pays où le système juridique leur convient le mieux. Générant une véritable « course au moins-disant » fiscale et réglementaire, ce système est à la source du creusement spectaculaire des inégalités. Mais cette situation est-elle vraiment inévitable ?

Cette question a été posée à Katharina Pistor, Professeure de Droit comparé à la Columbia Law School de New York et auteure du livre Le code du capital : comment le droit crée richesse et inégalités, en cours de traduction aux Éditions du Seuil. Spécialiste du droit international des affaires, elle analyse dans deux vidéos (en anglais et sous-titrées en français) l’économie mondialisée à travers ses fondements juridiques, leur évolution au cours du temps, ainsi que leurs étonnantes fragilités.

Dans la première vidéo, Katharina Pistor explore les fondations juridiques du capitalisme global : on découvre alors comment les produits financiers hautement sophistiqués qui caractérisent les marchés contemporains reposent sur des institutions juridiques centenaires, et comment une véritable « privatisation du droit » s’est produite depuis quelques décennies.

Dans la seconde, elle déchiffre les conséquences sociétales de cette privatisation du droit, et notamment le lien souvent caché entre le système légal et l’insécurisation économique et sociale de la plupart des citoyens, ainsi que les possibles solutions aux failles actuelles.

Cet entretien a été réalisé au LEREPS en février 2020. Il fait partie d’une série commencée en novembre 2018 dans le cadre de la Chaire UNESCO Bernard Maris « Economie Sociétés ». Portée par Sciences Po Toulouse, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris) ainsi que l’Association ALLISS, cette Chaire a été créée en hommage à l’économiste toulousain Bernard Maris, décédé à Paris lors de l’attaque terroriste contre le journal satirique Charlie Hebdo en janvier 2015. Elle a pour but de promouvoir une économie ancrée dans les sciences sociales et dans la Cité.


  • Ces vidéos sont diffusées par Mondes Sociaux dans le cadre d’un partenariat avec la Chaire UNESCO Bernard Maris « Économie Sociétés ».


  • Mondes Sociaux a publié en français un article biographique sur Bernard Maris. Il est accessible ici.


Private Law: an Incubator of Inequalities

In nowadays’ globalized economy, capitalists are allowed to freely choose to domicile their revenues and businesses in the jurisdictions that they find most beneficial to their own interests. Generating a “race to the bottom” in taxation and regulation, this system is the source of the recent explosion of inequalities. Is this all really inescapable, though?

We ask this question to Katharina Pistor, Professor of Comparative Law at Columbia Law School in New York and author of the book The Code of Capital: How the Law Creates Wealth and Inequalities (Princeton University Press, 2019). A specialist in international business law, Prof. Pistor analyses in the below videos (in English, with French subtitles) the global economy through its legal infrastructure, its evolution over time, as well as its astonishing fragilities.

In the first video, Katharina Pistor examines the legal foundations of global capitalism: she explains how the highly sophisticated financial products exchanged on nowadays’ markets rely on century-old legal institutions, and how an actual “privatization of law” has been taking place for some decades now.

In the second video, she deciphers the societal implications of this privatization of law, the (often unnoticed) link between the legal system and the increase in economic and social insecurity experienced by most citizens, as well as the possible solutions to present loopholes.

This interview was recorded at LEREPS in February 2020. It is part of a series started in November 2018 under the aegis of the UNESCO Bernard Maris Chair « Economy and Societies ». Supported by Sciences Po Toulouse, the Fondation Maison des Sciences de l’Homme and the ALLISS Association, this UNESCO Chair is dedicated to the memory of Toulouse-born economist Bernard Maris, who died in Paris in January 2015 during the terrorist attack on the satirical magazine Charlie Hebdo. This UNESCO Chair aims at promoting economics as a social science engaged with societal issues.


  • These videos are broadcast by Mondes Sociaux in the framework of a partnership with the UNESCO Bernard Maris Chair « Economics and Societies ».


  • Mondes Sociaux has published in French a biographical article on Bernard Maris. It is available here.




Crédits images en CC : Pixabay mohamed_hassan, OpenClipart-Vectors


Arnauld Bessagnet, Stefano Ugolini, Gaëlle Willem-Levrier

Arnauld Bessagnet, Université Toulouse 1 Capitole, LEREPS (arnauld.bessagnet@iot-valley.fr) ; Stefano Ugolini, Sciences Po Toulouse, LEREPS (stefano.ugolini@sciencespo-toulouse.fr); Gaëlle Willem-Levrier, Université Toulouse 1 Capitole, LEREPS (gaelle.willem-levrier@sciencespo-toulouse.fr).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search