Une histoire des retraites (à partir de 1945)

En 1945, la reconstruction de la France et celle du système d’assurance sociale des salariés, se fait sur de nouveaux principes. Ceux mis en œuvre avant-guerre (les retraites par capitalisation notamment) ont été disqualifiés par la crise économique et financière, puis par la guerre et l’Occupation. La France de 1945 apparaît donc comme un pays ravagé par la guerre. Sa production industrielle est inférieure d’un tiers à celle d’avant-guerre, sa production agricole est réduite de moitié, son système hospitalier est d’une grande vétusté.

Le film documentaire « Au lendemain de 1945, de la construction de la Sécurité sociale à la retraite à 60 ans » montre comment la France est parvenue, en dépit de cela, à construire un système unifié, qui deviendra progressivement universel au cours des 25 années suivantes. Inscrite dans le programme du Conseil national de la Résistance (CNR), la Sécurité sociale participe de la refondation de la République à la Libération. Ce film est la suite du documentaire présenté par Mondes Sociaux le 6 avril 2020 sous le titre « Une histoire des retraites (jusqu’en 1944)« .

Cotisations sociales plutôt qu’impôts

L’une des clés pour comprendre comment la Sécurité sociale parvient à se mettre en place dans un pays exsangue tient dans le principe des cotisations. La comparaison avec le système étatique britannique, fondé sur l’impôt et non la cotisation, est à ce titre éclairante. En observant le système national britannique, Michel Margairaz montre dans notre film en quoi la Sécurité sociale française conçue en 1945 n’est pas étatique. Par ailleurs, l’étatisme du système britannique en fait paradoxalement un système libéral : au-delà du minimum vital alloué à tous et toutes (indépendamment de l’activité professionnelle antérieure), les britanniques peuvent s’assurer eux-mêmes auprès de sociétés non-étatiques, en fonction de leurs moyens et de leurs choix concernant les risques encourus.

Une autre clé pour comprendre le système mis en place jusqu’en 1967, se rapporte à la gestion des caisses de sécurité sociale. Plutôt que de faire l’objet d’une gestion par l’État, elles sont gérées par les organisations syndicales les plus représentatives. Les administrateurs des caisses sont ainsi élus au suffrage universel, les représentants des salariés occupent les trois quarts des sièges, tandis que les représentants du patronat n’en occupent alors qu’un quart. Si les cotisations sont doublées, ce sont proportionnellement les cotisations patronales qui sont les plus importantes.

Il faut enfin s’arrêter sur la place des salariés. Ceux-ci ne sont pas majoritaires dans la population active au sortir de la Seconde Guerre mondiale : ils sont à peu près aussi nombreux que les paysans d’une part, et que les indépendants d’autre part. Mais à travers le programme du CNR, le salariat va devenir la catégorie centrale du système social. Le système de 1945 défavorise d’ailleurs tous ceux qui ont une activité professionnelle discontinue, notamment nombre de femmes qui ont des  carrières plus hachées ; c’est aussi le cas de chaque femme qui travaille en tant que conjointe avec son mari artisan ou commerçant sans être salariée (et donc sans cotiser). 

Retraites complémentaires et régimes spéciaux

Le film montre aussi comment se sont construites les retraites complémentaires, les futures ARRCO AGIRC. Les premières étapes sont la signature de conventions pour les cadres en mars 1947, puis l’extension aux ouvriers via les retraites complémentaires accordées aux ouvriers chez Renault, Schlumberger et Dassault en 1955. Ces retraites complémentaires sont ensuite progressivement étendues dans la métallurgie et  l’industrie chimique, avant de s’appliquer aux secteurs plus féminisés, le commerce notamment. Enfin, la loi du 29 décembre 1972 les rend obligatoires pour tous les salariés, couronnant ainsi le long combat de l’action syndicale face au refus initial des employeurs. La syndicaliste Madeleine Tribolati (décédée en 1995), partie prenante de ce long processus de négociations, le relate bien dans notre film.

Dans le même temps, les acquis des régimes de retraite des fonctionnaires ou des agents de la SNCF sont conservés en 1945 par un gouvernement qui n’envisageait pas un alignement des retraites par le bas. Mais dès 1953, ces régimes sont remis en cause par le gouvernement Laniel, entraînant une grande grève victorieuse la même année. Le documentaire permet de découvrir ce cas d’école, décrypté par l’historien Michel Pigenet, et mis en parallèle avec les grandes grèves de décembre 1995.

Enfin, et jusqu’à la fin des années 1960, les retraités sont en général pauvres et l’espérance de vie des ouvriers est courte. Mais la conjoncture de l’après 1968 et la modernisation de l’hôpital et de la santé aboutissent à une amélioration sensible de la situation des retraités. La Sécurité sociale est par ailleurs étendue aux indépendants, aux professions libérales et aux agriculteurs, devenant ainsi vraiment universelle. L’apogée de cette phase ascendante est l’instauration de la retraite à 60 ans en 1982.




Fiche technique

Type de film et année : film-recherche, 2020

Auteure-réalisatrice : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Images, son, montage : Jeanne Menjoulet (CNRS-CHS)

Producteur : Centre d’Histoire Sociale des Mondes Contemporains (CHS)

Durée : 55 mn

Procédé audiovisuel : prises de vues sur fond bleu (incrustation chromatique au montage)

Historiens : Michel Margairaz, Professeur d’histoire économique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne; Michel Pigenet, Professeur émérite d’histoire contemporaine, CHS ; Laure Machu, enseignante-chercheuse, IDHES ; Alain Viguier, ancien ingénieur de chez Renault, auteur d’une thèse en 2017 « Renault Billancourt, 1950-1992 identités ouvrières et identité parti communiste » ; Manuela Martini, professeure d’histoire contemporaine Université Lyon 2 

Crédits images documentaire : Bernard Baissat (entretien Madeleine Tribolati), Marcel Trillat et Hubert Knapp (film 1er mai 1967 à St Nazaire), Openarchives SNCF, The National Library of Wales, France 3 Grand-Est , BNF Gallica, BM de Lyon, archives de la CFDT, IHS-CGT Métallurgie, Maitron  (dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social). Photos : Olivier Bacquet, Edward James, Jeanne Menjoulet, Miwok. Neil Moralee, Jens-Olaf Walter, vidéos : Nellie Menjoulet (images générique), GoParis (images dans le cockpit du métro parisien)

Crédits images en CC : Publicdomainvectors.org, Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Jeanne Menjoulet

Centre d'Histoire Sociale du XXe siècle - UMR CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (jeanne.menjoulet@univ-paris1.fr )

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.