Le XXIe siècle sera-t-il irrationnel ?

L’irrationnel peut être défini succinctement comme un mode de pensée qui se situe en dehors du domaine de la raison ou qui s’y oppose. Ce mode de pensée connaît depuis plusieurs années un essor important. En effet, il ne se passe pas un jour sans découvrir une remise en cause d’un vaccin, sans lire un article, voir un documentaire ou entendre une émission de radio dénonçant les supposés ravages de la rationalité scientifique.

Certains essayistes en font même leur fonds de commerce vantant les mérites des médecines douces et de la méditation transcendantale, prétendant avoir découvert les causes de l’autisme, ou trouvant des raisons d’être dans la mise au jour de complots secrets internationaux. Dès lors, il était tentant de convoquer les sciences humaines et sociales pour étudier ces phénomènes dans les registres politiques, religieux, scientifiques et culturels et pour mettre au jour leurs mécanismes.

L’ouvrage présenté ici analyse différentes manifestations de cette pensée irrationnelle qui, au XXIe siècle, rejette l’idéologie du progrès et le rationalisme des Lumières : antivaccinisme, alterscience, conspirationnisme, archéologie dite romantique, retour de l’ésotérisme… Pour ce faire, ses auteurs se sont placés dans une optique résolument pluridisciplinaire (sociologie, anthropologie, histoire, politique, philosophie, études littéraires). Leur projet était de contribuer à une meilleure connaissance de ces cultures : pourquoi et comment sont-elles reconnues ou négligées ? au nom de quels fondements épistémologiques et méthodologiques ? discours antisystèmes rejetant l’idéologie du progrès et le rationalisme issu des Lumières.



Des discours contestés qui réapparaissent régulièrement

L’irrationnel est le renoncement à la rationalité. Il est déraisonnable, au sens propre de ce terme : il s’agit d’un mode d’insertion au monde ou d’une appréhension du monde qui n’appartient pas au domaine de la Raison. C’est un fonctionnement illogique, et absurde du point de vue intellectuel, qui peut, cependant, avoir l’aspect de la logique, ayant une cohérence interne biaisée.

Un discours irrationnel n’est pas forcément un discours qui peut sembler fou ou dément, bien au contraire : il peut avoir tous les aspects de la démonstration logique. Cela est particulièrement frappant dans le cas des positions pseudo-scientifiques. D’ailleurs les scientifiques et les philosophes ne sont pas immunisés contre les « sirènes de l’irrationnel », certains d’entre eux ayant des postulats irrationnels, voire mystiques… On pense ici à Fritjof Capra et à son Tao de la physique, publié en 1975, ou encore aux thèses plus anciennes de Pierre Teilhard de Chardin.

Certains promoteurs de cette vision irrationnelle du monde le font de façon naïve, mais sincère, pensant réellement que des concepts aussi divers que l’« histoire » ou la « vérité » peuvent être modulables et soumis à différentes interprétations « alternatives ». Les mêmes affirment que la société issue du rationalisme et promouvant l’idée de progrès est fondamentalement négative, car la science provoque divers maux. A contrario, ces personnes idéalisent une société archaïque, souvent anhistorique, de vie harmonieuse avec la nature où la maladie serait presqu’inexistante et où il ne serait possible de se soigner qu’avec des remèdes « naturels ».

Les modes de pensée irrationnels, en particulier religieux, ont dominé l’Occident jusqu’à l’avènement de la modernité scientifique, à compter du XVIIIe siècle. Dès lors, ils ont été évacués progressivement, jusqu’à devenir marginaux. Pourtant ils réapparaissent régulièrement, en particulier sous la manifestation de l’ésotérisme et de l’occultisme (fin du XIXe siècle, au moment de la technique triomphante ; années 1930 ; années 1960 et 1970, et enfin, aujourd’hui).

Un irrationnel très bruyant

Dans ses différentes variantes, l’irrationnel se manifeste donc bruyamment dans notre époque à la fois saturée d’informations et sujette à une « crise de sens ». Il a trouvé un regain grâce à la révolution Internet. Ce média s’est avéré être un outil indispensable au développement de ce type de discours, de cet imaginaire : jusqu’à ces dernières années, les publications à connotation irrationnelle étaient confidentielles, très peu lues. « Autoroute de l’information », et principal lieu de recherche des informations, Internet a permis l’accès rapide à une masse, jusqu’alors inconnue, d’informations. Il a aussi permis la grande diffusion de certaines théories, restées longtemps marginales.

L’irrationnel contemporain se nourrit des fake news et de la méfiance vis-à-vis de la science et du savoir, qualifiés de « science officielle » ou de « savoir officiel ». Nous serions dans l’ère de la « postvérité », expression alambiquée pour résumer une situation de guerre idéologique.

La pratique des fake news n’est qu’une version actualisée de la propagande et de la désinformation de la part de personnes ayant déclaré la guerre au progressisme et à l’« idéologie du progrès ». Le mot « guerre » est fort, mais c’est le cas : s’il n’y a pas d’État précis, il y a des personnes qui, inconscient ou consciemment, souhaitent mettre à bas le rationalisme scientifique. Ainsi, le créationnisme doit être vu comme une entreprise politique de conquête du pouvoir par des extrémistes fondamentalistes, tant aux États-Unis avec les fondamentalistes Évangélistes, qu’en Turquie avec le Président Recep Tayyip Erdoğan qui a fait retirer la théorie de l’évolution d’une partie des manuels scolaires.

D’une certaine façon, l’irrationnel relève de la pensée magique, non pas dans la pratique magique en soi, mais dans le fonctionnement de la prise de décision. Il s’agit de trouver des réponses à des questionnements, à des problématiques, par des analogies, des signes, des pratiques non scientifiques. Ainsi, l’irrationnel se nourrit du rejet de la science, de la technique, et du progrès scientifique, qui amèneraient forcément le monde vers l’apocalypse, l’effondrement civilisationnel.

Ce rejet de la science est ancien. Il date du XIXe siècle, mais il se nourrit depuis quarante ans des catastrophes technologiques (Seveso, Bhopal, Three Miles Island, Tchernobyl, Fukushima…) et sanitaires (thalidomide, Minamata, mediator, « vache folle », Covid-19…). De la médiatisation de ces crises nait l’idée d’une science « toxique » pour l’humanité, à laquelle il faudrait tourner le dos pour revenir à des formes traditionnelles de pensée.

Ces différents scandales ont eu pour conséquence de développer non seulement l’esprit critique des citoyens, mais aussi une forme d’hostilité vis-à-vis des politiques sanitaires des États. Cela est particulièrement frappant à la fois dans le cas du rejet actuels des vaccins et dans la promotion des médecines « douces », notamment l’homéopathie, à l’efficacité plus que contestée. Nous le voyons également au travers de la crise sanitaire du Covid-19, dans laquelle certains voient une conséquence de la 5G, ainsi que dans la promotion des solutions, contestées par de nombreux scientifiques, du professeur marseillais Didier Raoult.

Un irrationnel dans un monde désenchanté ?

L’irrationnel fait irruption aujourd’hui dans un monde trop rationnel, semant le désordre, l’inattendu et le choquant. Vivre dans un monde rationnel est ennuyeux. Il n’y a plus de magie, de mystère. Il est parfois compréhensible de voir des personnes chercher à réenchanter le monde. Cependant, il échappe à tout contrôle. La pensée irrationnelle sort des cadres établis, se manifestant par l’attrait pour les « sciences alternatives », par le fanatisme, politique ou religieux, par le rejet de la science. sapant les fondements des sociétés occidentales nées des Lumières. Si cet ensauvagement peut avoir une face lumineuse, il a surtout une face sombre, en incitant les personnes à croire en des chimères. 

L’étude systématique des différentes dimensions de cet irrationnel contemporain permet la compréhension du monde dans lequel nous vivons, surtout celle de ses crises et doutes. Il est donc nécessaire de les étudier sans a priori, afin de comprendre pourquoi certains utilisent de vieux arguments pour rejeter les vaccins, ou pourquoi les théories du complot ont autant de succès ; ou encore pourquoi certains pensent que la terre est plate ou qu’une science « alternative » est possible, ou plus innocemment pourquoi certaines personnes, à l’éducation rationnelle, parlent à leurs défunts…

Ces discours et ces pratiques irrationnelles ont pu être analysées comme une volonté de réenchanter le monde dans un monde désenchanté, en lien avec la chute de la pratique religieuse. Ils relèveraient d’une forme de transfert, l’encadrement de l’irrationalité par les religions ne fonctionnant plus, ou mal. Cet argument est acceptable en ce qui concerne l’attrait pour les « sectes » et pour les formes hétérodoxes de la religion ou de la spiritualité. Par contre, il est plus difficilement soutenable vis-à-vis de certaines pratiques : par exemple, comment expliquer que les catholiques sont plus enclins que d’autres groupes sociaux/religieux à pratiquer l’homéopathie, et ce depuis son essor au début du XIXe siècle ?

Il ne s’agit pas de nier l’aspect religieux ou mystique de certaines pratiques sociales ou politiques, mais de les insérer dans une réflexion plus large sur la fin des « grands récits ». En effet, depuis le début des années 2000, de nombreux sites Internet et de blogs, majoritairement militants, proposent au lecteur une promotion de l’irrationalité en tant qu’alternative au discours technoscientifique. Ils offrent ainsi au regard de l’observateur une cosmologie, une vision du monde, qui leur est propre. Malgré cette effervescence, peu de chercheurs ont tenté d’analyser ces discours et les visions du monde qui les sous-tendent. Il est vrai que la nature sulfureuse et orientée de ces thématiques est souvent perçue comme rebutante, et qu’elle suscite, chez les chercheurs, la crainte d’être confondus avec les rédacteurs de publications pseudo-scientifiques promouvant une pensée irrationnelle.

Si la montée de l’irrationnel peut être considérée comme un danger pour les démocraties occidentales, favorisant dans une certaine mesure les populismes, elle l’est également d’une autre façon, moins politisée. C’est le cas des campagnes médiatiques, voire des prises de positions individuelles, contre la vaccination, sans compter les spéculations diverses sur les origines du Covid-19. Ces thèses ont l’approbation d’une partie de la population, mais il ne faut pas oublier que l’absence de vaccination tue, en Europe, aux États-Unis comme en Afrique.

Enfin, cet irrationalisme doit être mis en parallèle avec un autre phénomène, en essor également depuis le début des années 2000 : le rejet des Lumières. Cet antimodernisme se caractérise le double rejet des Lumières politiques (la démocratie libérale et la société ouverte) et des Lumières scientifiques. Toutefois, s’il est encore tôt pour parler de retour de l’obscurantisme comme mode dominant de pensée, il ne faut pas nier que ce dernier se tient en embuscade, se nourrissant des scandales sanitaires et alimentaires, des informations sensationnalistes et des spéculations mystiques.

Crédits images en CC : Pixabay bmosher1, mohamed_hassan, Wikimedia Commons Cary Bass, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Stéphane François

IPAG, université de Valenciennes (francois.stephane21@aliceadsl.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.