Faire de l’histoire avec des sources orales ? 

Que les vivants puissent un jour écouter les morts. Ne serait-ce pas ce désir secret qui fonde en dernier ressort l’enregistrement et la mise en archives des voix du passé ? Vingt ans après L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, qui a inspiré en France nombre de campagnes de collecte d’archives orales dans les administrations, les entreprises et les collectivités locales, il est temps de faire le bilan de la réintégration de la source orale dans la boîte à outils de l’historien et de poursuivre la réflexion sur les usages scientifiques et sociaux des témoignages oraux.

La naissance de l’histoire orale au début des années 1970 doit être replacée dans une perspective longue – un siècle – d’innovation technologique, d’élargissement des sources documentaires et d’expansion historiographique autour de la parole enregistrée. On peut, bien sûr, évoquer la suspicion dont les « affirmations orales » ont fait l’objet lors de la fondation de l’histoire dite méthodique dans les années 1890 (non fixabilité, non vérifiabilité, inexactitude, subjectivité etc.), les occasions manquées de l’entre-deux-guerres, les avancées et les frilosités de la discipline jusque dans les années 1960.

Or, il faut aussi suivre à la loupe la percée de certaines intuitions individuelles telles que celles de Marc Bloch et Maurice Halbwachs, l’initiation du Comité d’histoire de la Seconde guerre mondiale, la dissémination des « machines à enregistrer », les changements dans les pratiques des chercheurs à partir des années 1960, les ébranlements épistémologiques et conceptuels que l’Histoire a connus après 1968 et enfin les élargissements successifs des champs de recherche, depuis l’histoire événementielle jusqu’à l’histoire des représentations et de la mémoire… Transparaît dans ce parcours historiographique la sinuosité du processus marquant la réintégration des sources orales dans la boîte-à-outils de l’historien, depuis leur disqualification par la discipline historique à la fin du XIXe siècle jusqu’à leur apprivoisement par les historiens dans les deux dernières décennies du XXe siècle.


  • Descamps F., 2019, Archiver la mémoire. De l’histoire orale au patrimoine culturel, Paris : Éditions de l’EHESS, collection Cas de figure.


  • Cet article est mis en ligne conjointement par Mondes Sociaux et L’Histoire dans le cadre d’un partenariat de co-publication. 

Le tournant archivistique et documentaire

L’acclimatation des témoignages oraux en histoire a connu un véritable saut qualitatif et quantitatif à partir du début des années 1980, avec l’irruption d’un nouveau concept, celui des archives orales. Adopté par nombre d’acteurs institutionnels (administrations, entreprises, syndicats, fondations politiques, institutions patrimoniales, collectivités locales, ce concept a conduit tout au long des années 1980 et 1990 à la création de corpus oraux rationalisés, thématiques, dédiés à « l’historien du futur ».

Déposés aux Archives, dans des phonothèques ou des musées au cours des années 2000, ces corpus sont maintenant documentés et rendus progressivement accessibles aux chercheurs et aux publics amateurs, dans le respect de la législation en vigueur (code du patrimoine, protection des données personnelles, droit d’auteur). Ce même mouvement d’archivage a touché les anciennes enquêtes orales des laboratoires de sciences sociales, qui, constituées ou constituables en bases de données, s’ouvrent désormais à la « revisite » par de nouvelles générations de chercheurs

Les archives orales ont ainsi l’ambition d’alimenter une histoire contemporaine du second XXe siècle qui, sous condition de les soumettre aux règles de la méthode historique (critique interne et externe des documents, contextualisation, croisement des sources) ne s’interdit plus de solliciter les témoignages individuels et ne craint plus d’assumer leur subjectivité (histoire des conflits et des crises, histoire des croyances et des représentations, histoire des émotions, histoire de l’intime etc.).

Une histoire orale à la française ?

Peut-on dès lors parler d’une histoire orale française, à l’instar de celle qui existe dans le monde anglo-saxon, en Europe, au Moyen-Orient ou au Brésil par exemple ? Ne faut-il pas plutôt parler d’une histoire orale « à la française », dotée de spécificités irréductibles, dont la plus frappante est sans doute de ne guère utiliser le terme d’histoire orale ? Les enquêtes orales, l’exploitation des archives orales présentes dans les institutions patrimoniales et les laboratoires de recherche n’ont en effet pas permis de créer une discipline autonome.

Quarante ans après son « invention », l’histoire orale définie comme une méthode d’enquête reste au croisement de l’histoire et des autres sciences sociales et alimente cependant nombre de travaux dont la visibilité se fait plus forte depuis les années 2010. En résulte notamment la transformation en 2014 du Bulletin de l’Association française d’archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS) en revue scientifique, sous le nom de Sonorités, ouverte largement à l’histoire orale française et internationale. La soutenance de thèses affichant des corpus de sources orales conséquents et la multiplication de mémoires de masters d’histoire contemporaine ou d’histoire du patrimoine utilisant des témoignages oraux en sont d’autres exemples. 

De plus, les archives orales sont davantage prises en compte dans la recherche, comme le montrent le développement de projets collectifs (ANR ou CNRS) prévoyant le recours aux enquêtes orales et leur conservation, le travail accompli par la phonothèque de la MMSH depuis vingt ans pour convaincre les chercheurs de déposer leurs entretiens de terrain et pour diffuser en ligne les archives orales de la recherche en sciences humaines et sociales.

Une réflexion juridique et éthique a été également menée par différents groupes de travail sur le statut et le traitement des corpus oraux, depuis le rapport Vaïsse de 2013 jusqu’à l’enquête CNIL de l’été 2019 sur le traitement par les chercheurs en sciences humaines et sociales des données personnelles. On peut encore noter le colloque Pratiques contemporaines de l’histoire orale à l’EHESS en avril 2019 sous la direction d’Ariane Mak et Carine Lemouneau et leur carnet de recherches Histoire orale et archives orales. Après quarante ans d’efforts scientifiques et d’investissements archivistiques, alors qu’une troisième génération d’historiens et d’historiennes oralistes décomplexée prend pied dans le monde de la recherche, une nouvelle étape semble s’ouvrir pour les sources orales.

Vers un patrimoine immatériel 

Dans le même temps où l’histoire orale naissante se double de la constitution d’archives orales en série, se produit le tournant patrimonial. Dopés par les technologies du numérique, de l’informatique et d’internet qui entrent en expansion dans les années 1990-2000, les témoignages oraux s’exportent hors des sciences sociales et viennent à la rencontre d’une demande qui ne tarit pas en matière de mémoire, d’identité et de patrimoine.

Un premier processus de patrimonialisation touche dans les années 1990, sous la pression de l’injonction médiatique, du devoir de mémoire et de la sacralisation de la figure du témoin, les corpus de témoignages oraux sur la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, déposés dans les Musées de la Résistance et de la Déportation, dans les Musées d’histoire ou dans les Mémoriaux.

Mais très vite, dès lors qu’au gré des enquêtes de terrain la mémoire d’un événement, d’une communauté, d’une usine, d’un village, d’une vallée, d’un paysage, d’un métier, d’un savoir-faire ou d’une croyance se voit fixée, archivée, documentée et dans certains cas, transmise et partagée, c’est la chaîne de la fabrique du patrimoine qui s’enclenche, sous des dénominations diverses – patrimoine oral, patrimoine mémoriel ou patrimoine immatériel. Au final, seuls l’intérêt des publics et l’appropriation que ces derniers sauront faire de ces corpus immatériels permettront de confirmer ce mouvement de patrimonialisation attaché à la voix des morts.   

Perspectives et chantiers

En ce début du XXIe siècle, les outils numériques et informatiques ouvrent des possibilités élargies de diffusion et de partage des connaissances et sont favorables à la valorisation des corpus oraux, autrefois difficiles à consulter et à exploiter. Les défis n’en sont pas moins exigeants, qu’il s’agisse de conservation, de numérisation, de reproduction et de pérennisation ou de traitement documentaire et de travail éditorial des contenus (contextualisation, notices biographiques, analyse des contenus, méthodes, transcription, indexations etc.).

La question juridique et éthique n’est pas la moindre, alors même que le mouvement d’open access et d’open data progresse dans les humanités numériques. Devenue une préoccupation majeure des producteurs, des détenteurs et des utilisateurs de corpus oraux, elle doit trouver des réponses pertinentes et balancées entre droit de la connaissance, circulation des savoirs et respect des personnes (protection des données personnelles, de la vie privée, de la voix et de l’image ; droit à l’oubli). De l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel, en empruntant la « petite voie » de la parole enregistrée, ce parcours historiographique qui est aussi un discret essai d’égo-histoire, revisite la grande trilogie « Histoire, Mémoire et Patrimoine » qui a saisi l’ensemble de la société française depuis quarante ans.

Crédits images en CC : Pixabay OpenClipart-Vectors, Clker-Free-Vector-Images, Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Illustration d’Adèle Huguet pour Mondes Sociaux : tous droits réservés Adèle Huguet. Pour découvrir ses dessins, https://adelehuguet.wordpress.com/


Florence Descamps

Ecole pratique des Hautes Etudes - PSL (florence.descamps@ephe.psl.eu)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.