Le dilemme du touriste équipé

CC Flickr Ashley Linh Trann ♥

CC Flickr Ashley Linh Trann ♥

« Il n’y a pas de touriste que ne hante le désir de ‘sortir des sentiers battus’. D’abord, parce qu’il veut faire quelque chose que les autres n’ont jamais fait (…) Ce n’est pourtant pas uniquement le désir de faire quelque chose d’unique qui rend le touriste si anxieux de quitter ‘les sentiers battus’.  Ce n’est pas le plaisir anticipé de se vanter de sa performance. Le romantique incorrigible qui est en chacun de nous, croit, avec une foi à toute épreuve, qu’il trouvera hors des sentiers battus quelque chose de bien plus remarquable ; il pense que ce qu’on ne voit qu’avec peine et difficulté est, pour cette raison même, ce qui mérite le plus d’être vu. » (Aldous Huxley, Tour du monde d’un sceptique, 1926)

L’expérience touristique est sujette à un dilemme.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Les touristes disposent en effet de deux options contraires : visiter « les incontournables » au risque de ne jamais « sortir des sentiers battus » ou « aller leur chemin », quitte à « manquer l’immanquable ». Ce dilemme trouve son écho dans la relation que les touristes entretiennent avec leurs équipements de navigation. En effet, quand d’un côté ils attisent la soif de découverte du visiteur, l’invitant à effectuer différents détours insolites, de l’autre ces équipements diffusent largement une même information, ce qui conduit le visiteur à emprunter un parcours similaire aux autres, à se diriger vers des lieux qui — parce que prescrits — ont perdu de leur confidentialité pour devenir des points de passage fréquentés. L’utilisation d’équipements de navigation ouvre donc de nouveaux horizons mais elle concerne un public à ce point large que les usagers de tels dispositifs retravaillent le dessin des sentiers battus sans jamais véritablement en sortir.

Dans le cadre d’une enquête portant sur les itinéraires empruntés par les visiteurs de la Cité épiscopale d’Albi, nous avons interrogé les touristes sur le caractère inédit ou conventionnel de leurs parcours. Leurs réponses ont été mises en perspective avec l’utilisation d’équipements embarqués et le profil de leur parcours. Sur 2209 individus interrogés, 33,7 % ont affirmé qu’ils pensaient suivre un parcours identique à celui des autres touristes, 39,8 % ont déclaré adopter un parcours atypique et 26,5 % ne se sont pas prononcés.

  • Calvignac C., Fijalkow Y., Martin E., 2014, « Être d’un commerce agréable. Réflexions autour de la notion d’ambassade touristique », Mondes du Tourisme (à paraître).
  • Calvignac C., Fijalkow Y., Jalaudin C., Lalanne M., Martin E., 2014, De l’encadrement des itinéraires touristiques. Étude sociologique du parcours des visiteurs d’Albi, Livret de recherche.
  • Fijalkow Y., Lalanne M., 2014, « Éléments d’analyse de la durabilité sociale d’un quartier historique inscrit au patrimoine mondial : la Cité épiscopale d’Albi en France », in Gravari-Barbas M., Jacquot S., dirs., Patrimoine mondial et développement. Au défi du tourisme durable, Québec : Presses de l’Université du Québec, Coll. Nouveaux Patrimoines.

 

Équipement et sentiment de conformisme

degré équipement

Degré d’équipement et sentiment de conformisme

Parmi les visiteurs équipés d’un ou plusieurs dispositif(s) d’aide à l’orientation touristique (guide papier, prospectus, carte, smartphone), une proportion plus importante d’individus a déclaré adopter un parcours identique aux autres touristes. Le sentiment de conformisme est donc significativement plus présent au sein de la population des personnes équipées.

Les individus dépourvus de tout équipement embarqué concluent plus fréquemment (43,5 % des cas) à l’originalité de leur démarche comme si le non-équipement empêchait l’influence des prescriptions expertes. Or on sait par d’autres travaux que ce n’est pas le cas car la signalétique urbaine et les affichages publicitaires jouent un rôle important dans l’orientation des visiteurs.

Équipement et profil du parcours

Si le sentiment de conformisme est plus fréquemment ressenti par les touristes équipés, cela témoigne-t-il pour autant d’une réelle homogénéisation de leur parcours ? Il a été demandé aux touristes ayant passé entre 3 et 6 heures sur le site d’indiquer sur un plan quadrillé quels secteurs du centre-ville ils avaient traversés. Ces déclarations ont permis de déterminer le nombre de secteurs effectivement couverts et d’identifier les secteurs sur-fréquentés par les personnes équipées. Il est apparu que les touristes équipés couvraient un territoire sensiblement plus large que le reste de la population : quand 32,1 % des visiteurs équipés couvraient cinq secteurs ou plus, seuls 23,9 % des visiteurs non-équipés en faisaient autant.

équi

Equipement et couverture du territoire

Mais les différences de parcours ne s’arrêtent pas à la seule considération de leur étendue. En effet, deux secteurs spécifiques (C3 et D4) sont davantage investis par les individus pourvus de dispositifs de navigation : le secteur C3 est fréquenté par 44 % des personnes équipées (37,1 % des personnes non-équipées) et le secteur D4 par 10,6 % des touristes équipés contre 5,4 % des touristes non-équipés. Or ces deux secteurs abritent différentes attractions touristiques de seconde importance telles la maison du Vieil Alby — emblématique des constructions du Moyen-âge —, ou encore l’hôtel particulier du Bosc où naquit le peintre Henri de Toulouse-Lautrec.

Albi

Investissement spatial des touristes équipés. Éditions Les Guides Goursau (carte), infographie et compilation des auteurs

Le fait de s’équiper a donc une double influence sur la physionomie du parcours emprunté : pour une même durée de visite, les personnes équipées parcourent sensiblement plus de terrain et s’orientent davantage vers des secteurs géographiques de seconde importance, recensés comme tels par les guides et autres dispositifs.

Équipement et fréquentation des attractions touristiques

Afin de mesurer plus finement encore l’influence des équipements embarqués sur la composition du parcours emprunté, il faut se pencher sur le détail des sites touristiques fréquentés. Nous avons, pour ce faire, sélectionné cinq sites albigeois dont le taux de fréquentation moyen oscille entre 12,6 % (Musée Lapérouse) et 64,1 % (Cloître Saint-Salvy). Ces sites permettront de mesurer l’influence de l’usage des équipements embarqués sur la fréquentation des sites reconnus comme de ceux plus confidentiels.

tableau

Équipement et fréquentation de différents sites

L’utilisation d’un ou de plusieurs équipements accroît la probabilité de visiter l’ensemble des sites sélectionnés. Elle augmente significativement celle de voir un touriste visiter des sites reconnus et encore davantage celle de le voir fréquenter des sites plus confidentiels. Ainsi, le touriste équipé a 1,2 fois plus de chances de visiter le Cloître St-Salvy (fortement fréquenté) et 1,9 fois plus de chances de visiter la Place Savène (faiblement fréquentée) que le visiteur n’ayant recours à aucun équipement. Il est important d’indiquer ici que les différences les plus remarquables en termes de fréquentation se portent d’une part sur les sites fermés et payants (Musées Toulouse-Lautrec et Lapérouse), d’autre part sur les sites excentrés (Place Savène).

À l’appui de ces quelques résultats, on peut affirmer que l’utilisation d’équipements embarqués permet au touriste de se rendre à un plus grand nombre d’attractions touristiques et plus particulièrement aux attractions dont la jouissance nécessite un droit d’entrée coûteux sur le plan financier (site payant) ou temporel (site excentré). S’ils éprouvent plus fréquemment le sentiment de suivre des « sentiers battus », les touristes équipés sont paradoxalement ceux qui embrassent le plus largement la localité visitée. Ils sont plus nombreux à découvrir des sites de seconde importance, et plus nombreux à se rendre dans des lieux confidentiels. Dans un sens premier de l’expression « sortir des sentiers battus » qui s’intéresserait préférentiellement au taux de fréquentation des lieux visités et à l’étendue du parcours emprunté, on pourrait donc dire qu’être équipé maximise les chances de « sortir des sentiers battus ». Toutefois, les touristes équipés sont également ceux qui ont tendanciellement plus de chances de fréquenter des espaces confinés et par conséquent mis en scène par les professionnels du tourisme. Ils vont d’un point d’intérêt recensé et reconnu à un autre, ce qui inhibe toute forme d’égarement ou de visite buissonnière. Dès lors, si l’on retient une acception seconde de cette expression qui privilégierait les découvertes spontanées, authentiques et mettrait l’accent sur l’exploration approfondie de la vie locale — et par suite de secteurs géographiques plus ordinaires —, on ne peut que conclure à l’avantage relatif qu’ont les touristes non-équipés sous ce registre. Peut-être le touriste le plus à même de sortir des sentiers battus serait donc — suivant les deux acceptions de l’expression ci-avant présentées — celui qui recourrait à ses équipements de façon à prendre différents points de repères in situ pour ensuite mieux s’en détacher et aller au-delà de l’exploration classique du site.

Crédit image à la Une : David Perpère, http://www.daphotographie.com

 


Cédric Calvignac

CERTOP ( cedric.calvignac@univ-jfc.fr;)

More Posts - Website

Cédric Calvignac

CERTOP ( cedric.calvignac@univ-jfc.fr;)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *